Wandervogel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Héron, symbole des Wandervogel

Wandervogel (oiseau migrateur en allemand) est un mouvement de jeunesse allemand apparu vers 1895 et lancé par des lycéens berlinois[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Issu d'un lycée de Berlin vers 1895 ce mouvement va recruter surtout dans les classes moyennes des grandes villes. Il se caractérisera par un certain spontanéisme: pas de groupe structuré, plutôt des bandes qui se font et défont, sans maître à penser et avec le goût d'excursions pédestres plus ou moins lointaines sans but préétabli selon le terme d'où dérive leur nom, Wanderung (errance), loin des adultes[1]. Dans cette société aux normes strictes et dont l'éducation se voulait autoritaire, les Wandervogel deviennent un espace de liberté[2].

Le mouvement se diversifie en plusieurs branches d'inspiration politiques (nationalistes, socio-démocrates...) ou de confessions différentes. Peu avant la première guerre mondiale, on observe la création d'organisations para-militaires semi-officielles comme la deutsche Pfadfinderbund (Ligue des éclaireurs allemands, 80000 membres) ou la Bund Jungdeutschland (Ligue Jeune Allemagne, 700000 membres). Parmi leurs buts se trouvent la préparation à la guerre, et ces associations participent à certaines commémorations militaires.

Après la guerre vient une tendance à la sédentarisation sous des formes fixes et semi-fixes comme les camps de vacances, ou les colonies de campagne à objectif agricoles ou artisanaux... Ce mouvement s'accompagne d'une volonté nouvelle de changer la société. Toutes les obédiences jureront allégeance au Führer et l'on observe une certaine militarisation (remplacement de l'image du randonneur par celle du lansquenet [3]). On estime à 40 % de la jeunesse le nombre de membres (soit un total supérieur à 3,5 millions de jeunes).

Peu à peu, les jeunesses Hitlériennes viennent occuper cette place avec un modèle beaucoup plus militaire (les membres sont effets les soldats d'une idée) jusqu'au 1er décembre 1936 où elles deviennent le seul mouvement de jeunesse autorisé, puis obligatoire en 1938.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hans Blüher, Wandervogel. Geschichte einer Jugendbewegung. (2 Bde.) I.: Heimat und Aufgang II.: Blüte und Niedergang. 1. Auflage: Berlin-Tempelhof, 1912.
  • Hans Blüher, Die Wandervogelbewegung als erotisches Phänomen. Berlin-Tempelhof 1912.
  • Karl Höffkes, Wandervögel, Révolte contre l'esprit bourgeois, A.C.E., traduit par Robert Steuckers.
  • Walter Flex, Le vagabond entre deux mondes, 1916.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nouvelle École, n°51, année 2001, Monte Veritá, 1900-1920: une "communauté alternative" entre mouvance völkisch et avant-garde artistique, par Philippe Baillet, p.126
  2. Histoire de la société allemande au XXe siècle, Vol. 1, Marie-Bénédicte Vincent
  3. idem.