Musée du quai Branly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Branly.
Musée du quai Branly
Musée du quai Branly vu depuis le premier étage de la tour Eiffel.
Musée du quai Branly vu depuis le premier étage de la tour Eiffel.
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris
Adresse 37, quai Branly
Coordonnées 48° 51′ 39″ N 2° 17′ 51″ E / 48.860833, 2.297548° 51′ 39″ Nord 2° 17′ 51″ Est / 48.860833, 2.2975  [1]
Informations générales
Type Musée national
Date d’inauguration
Collections Arts africains
Arts asiatiques
Arts océaniens
Arts américains
Genre des collections Ethnologie
Époque des collections Antiquité à époque moderne
Nombre d’œuvres 3 500 en exposition
300 000 au total
Superficie 40 600 m2
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 952 000 (2006)
1 452 000 (2007)
1 397 873 (2008)
1 496 438 (2009)[2]
1 326 153 (2010)[3]
1 457 028 (2011)[4]
1 310 148 (2012)[5]
1 307 326 (2013)[6]
Site web www.quaibranly.fr

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Musée du quai Branly

Géolocalisation sur la carte : 7e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 7e arrondissement de Paris)
Musée du quai Branly

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée du quai Branly

Le musée du quai Branly ou musée des arts et civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques (civilisations non occidentales) est situé quai Branly dans le 7e arrondissement de Paris, au pied de la tour Eiffel. Projet ambitieux porté par Jacques Chirac et réalisé par Jean Nouvel, il a été inauguré le . La fréquentation se situe à plus de 1 300 000 visiteurs par an et a franchi en 2013 le cap des 10 millions depuis son ouverture, ce qui le place parmi les plus fréquentés au monde dans sa catégorie.

Origine[modifier | modifier le code]

Jacques Kerchache, marchand d'art et spécialiste en art africain, essaie dès le début des années 1990 de faire entrer les « arts premiers » au Musée du Louvre. En 1990, il signe dans le journal Libération un article sur ce sujet ; il rencontre Jacques Chirac, alors maire de Paris. Ce dernier, qu'on dit passionné par les « arts premiers », est élu président de la République en 1995. Dès son arrivée à la tête de l'État, il demande l'ouverture d'un département des arts premiers au Musée du Louvre. Un an plus tard, il annonce le projet de création d'un nouveau musée, qui rencontre rapidement une opposition, notamment avec une grève des collaborateurs du musée de l'Homme en 1999 qui s'opposent au démantèlement des collections de ce dernier et critiquent la primauté du choix esthétique au détriment des considérations scientifiques. Les collections du Musée national des Arts Africains et Océaniens (MAAO), fermé en 2003, sont également destinées à y être transférées depuis le Palais de la Porte Dorée.

Un concours d'architecture est lancé en 1999, désignant Jean Nouvel comme architecte. La construction est ensuite effectuée par la société Joseph Paris.

Ce musée est inauguré le par Jacques Chirac, en présence notamment de Kofi Annan, Rigoberta Menchú, Paul Okalik, Lionel Jospin, Jean-Pierre Raffarin, Dominique de Villepin, Claude Lévi-Strauss. Le musée du quai Branly a le statut d'établissement public administratif. Il est placé sous la double tutelle du ministère de la Culture et de la Communication et du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Le musée est ouvert au public depuis le . La première exposition du musée du quai Branly est consacrée aux Mnong Gar, ethnie des montagnes du Viêt Nam méridional et étudiée par Georges Condominas (« Nous avons mangé la forêt... » : Georges Condominas au Viêt Nam du 19 juin au 17 décembre 2006[7]). Cette exposition est reprise en 2007 à Hanoï avec un catalogue spécifique bilingue.

En mai 2009, le musée s'est associé avec trois autres musées proches pour former la Colline des musées.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Un point sur la fréquentation du musée est établi régulièrement et permet de mesurer l'évolution du nombre de visiteurs[8]. Après le mois d'ouverture où il y a eu 151 000 visiteurs, la moyenne se situe autour de 125 000 visiteurs par mois. La fréquentation annuelle se situe autour de 1 350 000 visiteurs[9].

Fréquentation cumulée du musée depuis son ouverture :

Date Fréquentation cumulée Fréquentation mensuelle
Inauguration
8 757
350 000
800 000
952 000
1 000 000 franchi
Septembre 2007 2 000 000 franchi
2 175 000
2 404 000
2 520 470 115 000
3 801 873
Février 2009 4 000 000 franchi
4 654 642
5 693 002
8 128 751 122 000
[10] 9 438 899
[10] 10 746 225

Bâtiments[modifier | modifier le code]

L'ensemble architectural du quai Branly comporte une surface de 40 600 m2 répartie en quatre bâtiments. Son architecte est Jean Nouvel. L'ensemble a coûté près de 233 millions d'euros.

Le pont-musée[modifier | modifier le code]

C'est le bâtiment principal du musée, il abrite notamment les expositions au public. L'architecte a voulu faire en partie référence à la tour Eiffel toute proche. En effet, sa structure est un pont métallique de 3 200 tonnes fixé par 500 000 boulons. Sous ce pont sont arrimées trente et une cellules multimédias ou techniques.

L'ensemble construit sur pilotis, afin de respecter la servitude d'espace vert alors inscrite au POS de Paris, surplombe un jardin de 18 000 m2 conçu par l'architecte-paysagiste Gilles Clément, rendu célèbre en 1992 par sa réalisation du parc André-Citroën et son usage innovant et original des graminées. Ce jardin, composé de sentiers, petites collines, chemins dallés de pierres de torrent, bassins propices à la méditation et à la rêverie et de hautes graminées, sera planté de 178 arbres et est devenu le refuge apprécié d'une faune urbaine et de passage.

Vue de l'espace Océanie et du couloir de circulation depuis la Mezzanine Est

À l'intérieur, une longue rampe sinueuse de faible pente conduit les visiteurs de la petite entrée du rez-de-chaussée à la grande galerie située dans les caissons. La galerie principale, longue de 200 mètres, est plongée dans la pénombre, dans la mesure où la lumière du soleil, même filtrée par les vitres sérigraphiées, attaque les pigments des nombreux objets utilisant des matières organiques végétales ou animales (fibres, peaux, plumes, etc). La galerie est un immense espace non cloisonné, il comporte près de trente salles sur le côté nord, on les retrouve à l'extérieur exprimées en façade par des boîtes colorées.

La galerie est surplombée de trois mezzanines. La mezzanine multimédia, au centre, aborde des clés pour comprendre la recherche en anthropologie. Les deux autres mezzanines sont dédiées aux expositions temporaires. Celle Ouest accueille une grande exposition thématique pour 18 mois, celle de l'Est plusieurs expositions par an.

En rez-de-jardin, les fondations du bâtiment comportent notamment un auditorium, des salles de cours, une salle de lecture, un espace d'exposition temporaire et un restaurant.

Bâtiments administratifs[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée du musée. À l'arrière plan, la baie vitrée illuminant la libraire.
Bâtiment Université 
Il doit son nom à la rue de l'Université qui longe le musée sur le côté sud. Ce bâtiment y a son entrée principale et abrite une librairie, des bureaux et des ateliers.
Bâtiment Branly 
Le bâtiment de cinq étages, qui abrite l'administration du musée, donne sur le quai Branly et la Seine. Sa façade principale est recouverte d'un mur végétalisé de près de 800 m2, conçu par Patrick Blanc, qui le fera connaître du grand public et qui assure une continuité verticale au jardin de Gilles Clément en se répandant sur les façades de la ville. Le projet permis ainsi de réunir en un seul lieu l'œuvre complémentaire de deux importants paysagistes français, tout en offrant un écrin végétalisé au bâtiment de Jean Nouvel.
L'auvent 
Comprend la médiathèque et les réserves.
Bâtiment du musée du quai Branly

Collections[modifier | modifier le code]

Le bâtiment expose environ 3 500 objets, sélectionnés dans une collection qui en regroupe 300 000. Un renouvellement régulier et progressif des objets présentés sur le plateau des collections permet de valoriser les dernières acquisitions, les dons récents, tout en donnant à voir la richesse des collections. Ce renouvellement vise également à préserver les œuvres, pour certaines très fragiles, de l'usure causée notamment par la lumière.

Pavillon des Sessions[modifier | modifier le code]

Depuis avril 2000, cent-vingt œuvres des collections du musée du quai Branly sont exposées au Pavillon des Sessions, au sein du Musée du Louvre. Sélectionnées par Jacques Kerchache, ces œuvres avaient vocation à être une ambassade. D'abord temporaire, elle s'est vu devenir permanente après l'ouverture du musée du quai Branly. L’architecture intérieure de 1 200 mètres carrés, conçue par Jean-Michel Wilmotte, offre un espace conséquent. L'ambition de Jacques Kerchache était de montrer au visiteur, qu'au même titre que le grand art classique européen, le spectateur pouvait s'émouvoir de la beauté formelle des arts extra-européens, hors de toute explication ethnologique. Pour Jacques Kerchache, « l’essentiel est la qualité plastique d’une œuvre quelle que soit son origine ou sa provenance. Ce qui me touche le plus c’est de percevoir par-delà une forme, le geste créatif d’un artiste »[11] .

Musée du quai Branly[modifier | modifier le code]

Grande sphère de pierre (Costa Rica, région du Diquís, 800-1500) située à l'entrée du musée.

À partir de 2006, le musée réunit les anciennes collections d'ethnologie du musée de l'Homme (abrité par le Palais de Chaillot) et celles du musée national des arts d’Afrique et d'Océanie (installé à la Porte Dorée). Environ 300 000 objets ont ainsi été transférés du musée de l'Homme ; 3500 sont exposés sur le plateau des collections permanentes. Vaste espace sans cloisons, les œuvres sont réparties en grandes « zones » continentales : l’Afrique, l’Asie, l’Océanie et les Amériques.

En complément du plateau des collections permanentes, dix expositions temporaires par an, réparties entre les galeries suspendues du plateau des collections et la Galerie jardin, espace des grandes expositions internationales, permettent de présenter des thématiques de fond tout en donnant à voir la richesse des collections.

Médiathèque[modifier | modifier le code]

Absent de la formulation initiale du musée du quai Branly, le projet documentaire se révèle finalement ambitieux. La bibliothèque du musée de l'Homme s'est transformée en médiathèque, regroupant dans une même structure trois pôles documentaires, déclinant l'ensemble de la documentation scientifique mise à disposition des étudiants, des chercheurs et des conservateurs du musée.

  • Le premier pôle documentaire est celui de la bibliothèque. Ses ressources (monographies et périodiques) sont disponibles en accès libre soit dans le salon Jacques Kerchache du rez-de-chaussée ouvert au grand public, soit à la bibliothèque du cinquième étage ouverte aux chercheurs. Elles sont aussi disponibles sur Internet ou communiquées sur place depuis les réserves. La bibliothèque possède des fonds ethnographiques importants comme ceux de Georges Condominas, Françoise Girard, Jacques Kerchache (don fragmentaire des deux tiers d'une de ses bibliothèques) et Nesterenko.
  • Le second pôle documentaire est celui de l'iconothèque qui recouvre les documents photographiques, sérigraphiques et graphiques.
  • Le troisième pôle documentaire est celui de la documentation muséale et des archives.

Ces trois pôles sont non seulement réunis administrativement dans le département de la médiathèque du musée, mais intellectuellement par la possibilité d'effectuer une recherche fédérée sur les différents catalogues. L'accompagnement des collections d'objets par les archives les documentant et les collections de la bibliothèque est indispensable à la cohérence du musée.

« L'inscription de la fonction documentaire […] affirme le lien indéfectible entre l'œuvre et son histoire, faisant du futur établissement une "ruche culturelle" »[12].

Collections d'Afrique[modifier | modifier le code]

Afrique du Nord[modifier | modifier le code]

Afrique de l'Ouest[modifier | modifier le code]

Afrique centrale[modifier | modifier le code]

Afrique de l'Est[modifier | modifier le code]

Afrique australe[modifier | modifier le code]

Collections d'Amériques[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Mésoamérique[modifier | modifier le code]

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

Collections d'Asie[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

Indonésie asiatique[modifier | modifier le code]

Collections d'Océanie[modifier | modifier le code]

Indonésie océanienne[modifier | modifier le code]

Papouasie[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Fleuve Congo (2010)
  • Baba Bling : signes intérieurs de richesse à Singapour (2010), commissaire : Kenson Kwok, commissaire associée : Huism Tan
  • Dans le blanc des yeux : masques primitifs du Népal (2010), commissaires : Stéphane Breton et Marc Petit
  • Lapita : ancêtres océaniens (2010), commissaires : Christophe Sand et Stuart Bedford
  • Fleuve Congo (2010), commissaire : François Neyt
  • Les 10 ans du pavillon des Sessions: chefs-d'oeuvre du musée du quai Branly au Louvre (2010), retrospective par Jean-Pierre Elkabbach
  • Autres Maîtres de l'Inde
  • Sexe, mort et sacrifice
  • La Fabrique des images
  • Artistes d’Abomey
  • Présence Africaine
  • Teotihuacan
  • Photoquai 2009
  • 165 ans de photographie iranienne
  • Portraits croisés
  • Tarzan !
  • Planète métisse : to mix or not to mix
  • Le Siècle du Jazz
  • Mangareva
  • Recettes des dieux
  • Upside Down - Les Arctiques
  • L’esprit Mingei au Japon : de l’artisanat populaire au design
  • Rouge Kwoma
  • Chemins de couleurs
  • Polynésie Arts et divinités 1760-1860
  • Paracas – trésors inédits du Pérou ancien
  • Elena Izcue, Lima-Paris années 30
  • Ivoires d'Afrique
  • Au nord de Sumatra : les batak
  • L'aristocrate et ses cannibales
  • Bénin
  • Diaspora
  • Photoquai 2007
  • Résidence d’artiste : Greg Semu
  • Qu'est ce qu'un corps?
  • Ideqqi, arts de femmes berbères
  • Objets blessés. la réparation en Afrique
  • Nouvelle-Irlande, Arts du Pacifique Sud
  • Jardin d’amour, installation de Yinka Shonibare, MBE
  • Premières nations, collections royales
  • Le Yucatan est ailleurs, expéditions photographiques de Désiré Charnay
  • D’un regard l’Autre
  • Ciwara, chimères africaines
  • Nous avons mangé la forêt : Georges Condominas au Vietnam
  • Romuald Hazoumé et La bouche du roi

Revue[modifier | modifier le code]

Le musée publie depuis 2005 la revue d'anthropologie et de muséologie Gradhiva. Cette revue, fondée par Michel Leiris et Jean Jamin en 1986, est consacrée à la recherche contemporaine en ethnologie, à l'histoire de l'anthropologie, aux archives de grands ethnologues et aux esthétiques non-occidentales. De par sa destination, Gradhiva s'intéresse régulièrement aux collections du Musée du quai Branly.

Article détaillé : Gradhiva.

Controverses[modifier | modifier le code]

Avant l'ouverture[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La création du musée, le plus grand projet de ce genre dans le monde, fut sujette à quelques interrogations avant son ouverture :

  • Art ou culture ? Avec le transfert d'une bonne partie des pièces exposées précédemment au musée de l'Homme, la question s'est posée à nouveau du rapport entre ce qui relève des arts - et qui a vocation à être exposé dans le musée du quai Branly - et ce qui relève de la culture, dans la mesure où le choix de la valorisation esthétique des collections a été ici privilégié sur le discours ethnographique voire anthropologique, qui a été plus spécialement dévolu au musée de l'Homme.
  • Qu'est-ce qu'un « art premier » ? Au début de la mise en forme du projet la qualification de « Musée des arts premiers » était parfois avancée. La notion d'« art premier », relativement nouvelle, mais qui est rentrée dans le langage courant, est sujette à question. L'expression « art primitif » étant devenue péjorative, à la différence de son usage pour la peinture italienne ou flamande, son emploi était depuis quelques années tombé en désuétude. L'expression d'« art premier » au sens d'art issu des civilisations originelles voire disparues d'une aire donnée, bien que moins dévalorisante, reste néanmoins controversée dans la mesure où elle traduirait aussi une conception évolutionniste et ethnocentriste des sociétés humaines, qui pourrait tendre à faire passer les sociétés occidentales ou orientales les plus évoluées comme produisant un « art abouti » à la différence de celui des sociétés « extra-occidentales » restées plus longtemps au sein d'un environnement naturel ou rural et considérées de ce fait comme plus archaïques. Mais aussi bien chez les civilisations urbaines précolombiennes disparues que dans les inventions formelles de l'art africain trouve-ton des valeurs esthétiques et culturelles élévées. Du point de vue chronologique, l'expression est donc aussi contestable. Cette conception est ainsi remise en cause aujourd'hui, y compris par les anthropologues et l'appellation « Musée des arts premiers », initialement envisagée, a été abandonnée pour désigner le Musée du quai Branly, avant même son inauguration.
  • Égalité de représentation pour tous les peuples du monde : Si le musée a vocation d'exposer les productions artistiques des civilisations du monde entier, on constate néanmoins des disparités dans leur représentations, due notamment à la taille réduite du plateau des collections au regard de la multitude des peuples et civilisations présents dans la collection. L'ouverture de ce musée a ainsi suscité des protestations au Québec en raison de la quasi-absence d'œuvres de la côte nord-est du Canada. Ainsi, outre les Yupik et les tribus de la Colombie-Britannique, les Inuits du Grand Nord n'étaient représentés que par un simple peigne, et les premières nations du Québec, par deux ceintures tissées. Il convient de rappeler néanmoins que les collections sont sujettes de par leur fragilité (textiles, matières organiques) et leur sensibilité à la lumière à un renouvellement régulier, qui entraîne donc une succession de certains peuples présentés dans chacune des grandes zones géographiques.

Après l'ouverture[modifier | modifier le code]

Tandis que depuis 1992, le musée national de Nouvelle-Zélande Te Papa Tongarewa demande le retour de tous les restes de dépouilles māories dispersées de par le monde, Stéphane Martin, directeur du musée du Quai Branly à Paris, s'est opposé, pour des raisons scientifiques, à la destruction alors envisagée des têtes de guerriers Maoris conservés en France, dont 7 dans son musée[13]. Selon le directeur, « les crânes sont conservés à l’abri dans une pièce très spéciale et ne seront pas exposés au public[14] ». En effet, pour les partisans de la restitution, ces têtes étaient considérées comme des morceaux de corps humains devant être rendues au nom de la loi sur la bioéthique de 1994[15], position qui ne sera pas retenue par la jurisprudence, tandis que pour la ministre de la Culture de l'époque, Christine Albanel, en vertu de l'article 11 de la loi du 4 janvier 2002 sur les musées de France, il s'agissait, à raison, de pièces de collections publiques (en l'occurrence anthropologiques), qui à ce titre étaient inaliénables à défaut d'une procédure préalable de déclassement (ou d'une loi spéciale)[16]. En réponse à cette polémique, la ministre chargea Stéphane Martin de l'organisation d'un colloque international sur la question, qui s'est tenu du 22 au 23 février 2008 et qui a abouti à la restitution des têtes le 23 janvier 2012, par la loi spéciale n°2012-510 du 18 mai 2012, après vérification génétique, la ministre ne s'étant en réalité jamais opposée au principe même de cette restitution, mais uniquement à la procédure illégale suivie par les autorités rouennaises avec la complicité du gouvernement néo-zélandais[17].

Article détaillé : Affaire des têtes maories.

Un autre sujet de controverse est le coût du musée, parfois jugé élevé[18], tant en ce qui concerne le budget de construction qu'en ce qui concerne les coûts d'exploitation.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail avec carte à l’échelle 1:25000
  2. [1]
  3. [2]
  4. [3]
  5. [4]
  6. [5]
  7. Christine Hemmet et al., « Nous avons mangé la forêt... » [Texte imprimé] : Georges Condominas au Vietnam. Paris : Musée du quai Branly : Actes Sud, 2006. (ISBN 2-915133-16-6) (musée du quai Branly). - (ISBN 2-7427-6145-4) (Actes Sud).
  8. site officiel du musée
  9. Le Quai Branly "se porte très bien" malgré une baisse de fréquentation Le point 14 janvier 2013
  10. a et b « Musée du quai Branly: 1,3 million de visiteurs en 2013 », le parisien,‎ (consulté le 2 février 2014).
  11. Extrait d'interview cité sur le site du Musée du quabi Branly http://www.quaibranly.fr/fr/soutenir-le-musee-privatiser/donateurs/jacques-et-anne-kerchache.html
  12. Grandet 2007
  13. (en) « France stops Maori mummy's return », BBC News Europe
  14. (en) « French Debate: Is Maori Head Body Part or Art? » New York Times.
  15. Natalie Castetz, « Rouen n’en fait qu’à sa tête », Libération, 24 octobre 2007.
  16. (en) Elaine Sciolino, French Debate: Is Maori Head Body Part or Art?, New York Times, 26 octobre 2007
  17. Christine Albanel conteste les conditions de restitution de « la tête maorie » à la Nouvelle-Zélande, communiqué du ministère de la Culture et de la communication, 22 octobre 2007
  18. Cour des Comptes, Rapport public thématique, (les grands chantiers culturels).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Sally Price, « Dialogue des cultures au musée du quai Branly », Le Débat, no 148,‎ janvier - février , p. 179–192 (ISSN 1150-4048)
  • Rita Di Lorenzo, « Notre musée d’autrui - Réflexions sur la beauté du Musée du Quai Branly », MEI – Médiation et Information, Paris, Harmattan, vol. 24-25 (2006),‎
  • Giulia Bogliolo Bruna (dir.), « Thule, Rivista italiana di Studi Americanistici », Regards croisés sur l’objet ethnographique : autour des arts premiers, no 16-17,‎
  • Odile Grandet, « Bibliothèque de musée, bibliothèque dans un musée ? », Bulletin des bibliothèques de France, vol. 52, no 4,‎ , p. 5–12 (ISSN 0006-2006)
  • (en) Odile Grandet, « The médiathèque at the musée du quai Branly in Paris : vitual, but more than that », Art Libraries Journal, vol. 32, no 4,‎ , p. 35–39 (ISSN 0307-4722)

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Martin, Chefs-d'œuvre : Dans les collections du musée du quai Branly, Musée du Quai Branly, Paris, 2006 (ISBN 978-2-915133-21-9), 113 p.
  • Yves Le Fur (dir.), Musée du Quai Branly. La Collection, Skira Flammarion / Musée du quai Branly, Paris, 2009 (ISBN 978-2081208766), 480 p. – Prix International 2009 du Livre d'Art Tribal de "Tribal Art Magazine".
  • Benoît De L’Estoile, Le goût des autres. De l’exposition coloniale aux arts premiers, Paris, Flammarion, 2007 (ISBN 978-2-08-210498-2).
  • Régis F. Stauder (sous la direction d'Odile Grandet), De la bibliothèque du chercheur à la bibliothèque de recherche : le fonds Condominas à la médiathèque du musée du quai Branly, enssib, 2008 (mémoire d'étude de conservateur des bibliothèques).
  • Germain Viatte, Yves Le Fur, Christine Hemmet et Hélène Joubert, Le guide du musée du quai Branly, Musée du Quai Branly, Paris, 2006 (ISBN 2-915133-18-2), 307 p.
  • Bernard Dupaigne, Le Scandale des arts premiers. La véritable histoire du musée du quai Branly, Mille et une nuits, Paris, 2006, (ISBN 978-2-84205-962-0), 261 p.
  • Sally Price, Au Musée des illusions : le rendez-vous manqué du quai Branly, Paris, Éditions Denoël, 2011 (Paris Primitive: Jacques Chirac's Museum on the Quai Branly, Chicago, University of Chicago Press, 2007).

Colloques[modifier | modifier le code]

  • Cannibalismes disciplinaires. Quand l'histoire de l'art et l'anthropologie se rencontrent [Colloque du 21 au 23 juin 2007], sous la dir. de Thierry Dufrêne et Anne-Christine Taylor, Paris, 2009 (ISBN 978-2-357-44022-7-6[à vérifier : ISBN invalide]) (en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :