Art vidéo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’art vidéo nait, en tant qu'expression artistique, au début des années 1960, de la rencontre de plasticiens, d'ingénieurs et de responsables de chaînes de télévision qui cherchent de nouvelles possibilités d'utilisation du médium vidéo. Même si des tentatives sont faites dès la fin des années 1950, la naissance officielle de cet art a été fixée à mars 1963, lorsque Nam June Paik expose, à la Galerie Parnass (Wuppertal), treize téléviseurs préparés pour la distorsion d’images[1].

En 1958 Wolf Vostell réalise Zyclus Schwarzes Zimmer - La Chambre noire[2] collection Berlinische Galerie Berlin, un installation, assemblage de matériaux et de téléviseurs, première œuvre à employer l'image électronique en tant que média artistique expose à la Galerie Parnass Wuppertal 1963. En 1963 Wolf Vostell expose à la Smolin Gallery en New York le installation 6 TV Dé-coll/age[3].

Présentation[modifier | modifier le code]

La vidéo est une technique d'enregistrement d'images animées et de sons.

Les bobines ou cassettes magnétiques qui servaient à l'origine de support à l'enregistrement sont aujourd'hui presque complètement remplacées par des disques durs ou des cartes mémoire.

L'image produite par la caméra, enregistrée ou non, peut être restituée sur un écran nommé « moniteur ».

Issu de la télévision, l'art vidéo est apparu aux États-Unis et en Europe au début des années 1960, et a aussitôt influencé les grands courants de l'époque, de Fluxus à la performance, de l'art conceptuel au minimalisme et à l'art sociologique.

Dans les années 1960, Nam June Paik a eu le geste créateur d'un courant artistique nouveau : l'Art vidéo en disposant un gros aimant sur une télévision. Le tube cathodique réagit en créant des distorsions colorées et des images de Nixon déformées[4].

Cette nouvelle technique sera utilisée dorénavant pour enregistrer des performances et des installations. Dès 1965, Fred Forest réalise en France des œuvres vidéo sur Portapack Sony 1/2 pouce (La cabine téléphonique).

Par la suite, l'art vidéo est devenu emblématique des recherches plastiques des années 1980, durant lesquelles les caméras portatives et les bancs de montage sont devenus accessibles à un plus large public. Bruce Nauman en est un des exemples les plus avérés, qui utilise, suivant l'exemple de Dan Graham, la mise en réseau de caméras de surveillance dans ses installations.

Enjeux et perspectives[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, la vidéo est un médium reconnu au sein de l'art contemporain.

Les perspectives et l'évolution de l'art vidéo restent sensibles aux développements technologiques et informatiques. Les avancés dans ces domaines renouvellent les possibilités du médium et semblent augurer une « nouvelle vague ».

L'interactivité avec les spectateurs, les vrais ou faux « vidéhologrammes », les « vidéo jockey », les œuvres collaboratives par internet, le vidéo mapping ou encore les visioconcerts représentent les formes d'art vidéo émergentes.

L'art vidéo est donc en forte mutation avec, notamment, l'avènement et la diffusion large des technologies logicielles et certains artistes renouvellent tant le langage que les modes de production et de diffusion de cette discipline.

Artistes vidéastes[modifier | modifier le code]

Festivals d'art vidéo[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

  • Vidéoformes : depuis 1984 a lieu tous les ans à Clermont-Ferrand.
  • Instants vidéo : depuis 1987 a lieu tous les ans à Marseille.
  • Traverse Video : depuis 1997 a lieu tous les ans à Toulouse.
  • Festival Bandits-Mages : depuis 1991 a lieu tous les ans à Bourges.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://stephan.barron.free.fr/art_video/fluxus.html
  2. Wolf Vostell, La Chambre noire, 1958
  3. Wolf Vostell, 6 TV Dé-coll/age, 1963.
  4. Nam June Paik in Wuppertal, 1963

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]