Louis Simon Auger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auger.

Louis Simon Auger, né le 29 décembre 1772 à Paris où il est mort le 2 janvier 1829, est un journaliste, critique littéraire et auteur dramatique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1789[précision nécessaire], son Arlequin odalisque, comédie-parade en un acte et en prose, mêlée de vaudevilles est joué à Paris au Théâtre des Troubadours.

Il se fait connaître après la Révolution comme journaliste ultraroyaliste en devenant rédacteur à la Biographie universelle et en collaborant à divers journaux tels que le Journal de l'Empire et le Mercure de France. Louis XVIII le nomme censeur royal en 1814, et, en 1816, le fait élire à l'Académie française (il y remplace Lucien Bonaparte, proscrit). Il en devient le secrétaire perpétuel en 1826 ; il est également membre de la commission du Dictionnaire. Farouche opposant du romantisme, il attaque le Racine et Shakespeare de Stendhal devant la Chambre des pairs en 1823[1]. Le 2 janvier 1829, pour échapper aux douleurs qui le tourmentaient, il se suicide en se jetant dans la Seine du haut du Pont des Arts.

Travaux[modifier | modifier le code]

L'activité littéraire de Louis Simon Auger a surtout consisté à éditer les classiques, parmi lesquels Boileau, La Bruyère, Molière, Racine et La Fontaine. Il publie également les œuvres de Montesquieu, Bossuet, Ducis, Sedaine, Dancourt et Duclos, ainsi que les mémoires de Malfilâtre, de Madame de Lafayette et de la Marquise de Caylus. Il a été parmi les annotateurs des œuvres de Jacques Delille. Finalement, on lui doit un Dictionnaire universel de biographie ancienne et moderne, paru en 8 volumes en 1810, et des Mélanges philosophiques et littéraires où sont réunis nombre de ses éloges, commentaires et notices, parus en 1828.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une contre-attaque tardive (1850) de Mérimée (HB : suivi de XIX lettres à Stendhal) n'eut qu'un tirage confidentiel. http://www.merimee.culture.fr/fr/html/bio/entourage/amis/fs_beyle.html

Liens externes[modifier | modifier le code]