Valentin Conrart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Valentin Conrart

alt=Description de l'image Valentin Conrart.jpg.
Nom de naissance Valentin Conrart
Naissance 1603
Paris
Décès 23 septembre 1675
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Homme de lettres

Valentin Conrart, né à Paris en 1603 où il est mort le 23 septembre 1675, est un homme de lettres français. Initiateur du projet de l’Académie française, il en est élu secrétaire perpétuel en 1635.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’une famille calviniste de Valenciennes, Valentin Conrart est d'abord destiné à une profession commerciale. Il commence trop tard ses études littéraires pour apprendre les langues anciennes et s’applique à l’italien, à l’espagnol et à la connaissance approfondie de la langue française. En 1627, il acquiert une charge de conseiller-secrétaire du Roi et de ses finances, et commence à inviter chez lui des hommes de lettres qu'il rencontre régulièrement à l'hôtel de Rambouillet.

Ami de Jean Chapelain et de Guez de Balzac, il réunit chez lui, une fois par semaine à partir de 1629, une dizaine d’hommes de lettres qui vont former le noyau de la future Académie française : Antoine Godeau, Jean Ogier de Gombauld, Philippe Habert, Claude Malleville, François Le Métel de Boisrobert, Jean Desmarets de Saint-Sorlin, Nicolas Faret, Paul Pellisson. Ces réunions littéraires de beaux esprits discutant de leurs œuvres sont celles du cercle Conrart, dont l'existence est en théorie secrète mais connue de Richelieu. Le cardinal, désireux de renforcer l'unité linguistique de la France, s'en inspire pour son propre projet d'académie, l'Académie française[1]. Conrart en dresse les lettres patentes et en rédige les statuts le 13 mars 1634. Treize nouveaux membres, appelés « académistes » jusqu'en 1636, sont admis à siéger avec le groupe initial dont Richelieu est le protecteur. Conrart en est le premier secrétaire et, malgré son attachement inébranlable à la religion protestante, Richelieu le maintient dans cette fonction jusqu'à sa mort.

Il a une influence primordiale sur la première vague des grandes traductions françaises, réalisées par Giry, d'Ablancourt, ou Patru et que l'on appellera plus tard « les belles infidèles ». Il collabore avec Vaugelas au texte définitif de la traduction de Quinte-Curce. Avec Chapelain, il joue un rôle important dans les débats de l’Académie sur Le Cid (Sentiments de l’Académie sur le Cid).

Il n'a publié de son vivant aucun écrit notable; ce qui a fait écrire à Nicolas Boileau : J'imite de Conrart le silence prudent (Epître première).

Les Recueils Conrart[modifier | modifier le code]

Valentin Conrart, éminence grise et pivot des milieux littéraires parisiens pendant plusieurs décennies, avait l'habitude de conserver ou copier tous les documents qu'il jugeait intéressants. Il a ainsi constitué au fil des années une cinquantaine de gros recueils où l'on trouve notamment des lettres autographes de nombreuses personnalités de l'époque, et d'autres types variés de textes. Cette collection de documents concerne non seulement l'histoire littéraire, mais aussi l'histoire politique et religieuse (notamment celle du protestantisme) au XVIIe siècle. Ces recueils sont conservés actuellement dans le département des manuscrits de la Bibliothèque de l'Arsenal, sous les cotes suivantes : ms 4106-4129, ms 5130-5132, ms 5410-5427, ms 2667, ms 3135, ms 8573-8574. Chaque volume contient une table très détaillée des pièces, réalisée par Simon Vanel de Milsonneau, un homme d'affaires bibliophile qui posséda un temps la collection au XVIIIe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hélène Carrère d'Encausse, Des siècles d'immortalité - L'Académie française 1635-..., Fayard, 2011, 401 p.

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Kerviler, Valentin Conrart, premier secrétaire perpétuel de l'Académie française. Sa vie et sa correspondance. Étude biographique et littéraire, suivie de lettres et de mémoires inédits (1881)
  • Charles Weiss, Histoire des réfugiés protestants de France depuis la révocation de l'Édit de Nantes jusqu'à nos jours (tome I, 1853)
  • Nicolas Schapira, Un Professionnel des lettres au XVIIe siècle. Valentin Conrart : une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, 2003, 512 p. Disponible sur Google Books

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Valentin Conrart » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]