Pierre-Marc-Gaston de Lévis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre-Marc-Gaston de Lévis

Pierre-Marc-Gaston de Lévis, second duc de Lévis, pair de France, né à Paris le 7 mars 1764 et mort le 15 février 1830 est un homme politique, député de la noblesse aux États Généraux de 1789, député à la Constituante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Pierre-Marc-Gaston de Lévis est issu de la Maison de Lévis, une famille noble française originaire du village de Lévis dans le Hurepoix, et dont l'origine remonte au XIIe siècle. Il est le fils ainé du maréchal de France François Gaston de Lévis, premier duc de Lévis, et de Gabrielle Augustine Michel (1744-1794).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il fut appelé à la chambre des pairs le 4 juin 1814 et fait duc et pair le 31 août 1817 (sans majorat).

Il a été maire de Champs-sur-Marne de 1826 à 1830.

Élu en 1816 au fauteuil numéro 6 de l'Académie française, il succède à Pierre-Louis Roederer et précède Philippe-Paul de Ségur.

Le duc de Lévis fut décoré de l'Ordre du Saint-Esprit le 30 septembre 1820.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1808 : Voyage de Kang-Hi, ou nouvelles lettres chinoises, 2 vol.
  • 1807 : Maximes, préceptes et réflexions sur différens sujets de morale et de politique
  • 1812 : Suite des quatre Fiercadins
  • 1814 : L'Angleterre au commencement du XIXe siècle
  • 1814 : Souvenirs et portraits
  • 1816 : Considérations morales sur les finances
  • 1818 : Des emprunts
  • 1819 : De l'autorité des chambres sur leurs membres
  • 1824 : Considérations sur la situation financière de la France
  • 1828 : La conspiration de 1821 ou les jumeaux de Chevreuse, 2 vol.
  • 1829 : Lettre sur la méthode Jacotot

Sur les autres projets Wikimedia :

Citation[modifier | modifier le code]

« L'ennui est une maladie dont le travail est le remède. » [1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maximes et réflexions sur différents sujets de morale et de politique,‎ 1810 (lire en ligne), p. 10, XXVI