Pierre-Denis de Peyronnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre-Denis de Peyronnet
Image illustrative de l'article Pierre-Denis de Peyronnet
Fonctions
Ministre de l'Intérieur
19 mai 183031 juillet 1830
Monarque Charles X
Prédécesseur Guillaume Isidore de Montbel
Successeur Victor, duc de Broglie
Pair de France
4 janvier 1828
Ministre de la Justice
14 décembre 18214 janvier 1828
Monarque Louis XVIII, Charles X
Prédécesseur Hercule de Serre
Successeur Joseph Marie Portalis
Biographie
Profession Magistrat

Pierre-Denis, comte de Peyronnet (ou Charles-Ignace), homme politique français, est né à Bordeaux dans le département de la Gironde, le 9 octobre 1778. Il est mort le 2 janvier 1854 en son château à Saint-Louis-de-Montferrand en Gironde.

Il fut président du tribunal de Bordeaux en 1815. Hostile à l'Empire, il se rallia aux Bourbons, à la Restauration.

Ultra, il fit voter toutes les mesures réclamées par ses semblables : loi sur le sacrilège, loi du droit d'aînesse, loi de 1827 sur la presse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre-Denis, comte de Peyronnet, est le « fils de messire Jean-Louis Peyronnet, écuyer, président trésorier de France honoraire au bureau de finances de Guyenne, et de dame Rose Beau, de la paroisse de Puypaulin ». Son père, qui avait acheté peu de temps avant 1789 une charge de secrétaire du roi, conférant la noblesse, périt sur l'échafaud durant la Terreur.

Après des études de droit chez M. Ferrère, il est reçu avocat en 1796, tout comme son ami d'enfance puis rival politique le vicomte de Martignac.

Il est nommé, le 26 octobre 1815, président du tribunal de première instance de Bordeaux, puis, un an plus tard, procureur général à Bourges.

Élu, le 13 novembre 1820, député du grand collège du Cher, il s'installe à Paris. Nommé procureur général à la cour royale de Rouen, il est appelé, le 14 décembre 1821, à prendre le portefeuille de la Justice.

Le 17 août 1822, le roi Louis XVIII le crée comte, tout comme ses collègues Villèle et Corbière, et place dans ses armes une épée, avec la devise : « (la) ». Il est également nommé, la même année, officier de la Légion d'honneur.

Du 6 septembre au 29 octobre 1822, il remplit l'intérim du ministère de l'Intérieur. Réélu le 6 mars 1824 député du Cher, et député de la Gironde, il opte pour la Gironde.

Membre du Conseil privé, il est fait grand officier de la Légion d'honneur en 1825.

Il occupe encore le ministère de l'Intérieur par intérim du 9 juillet au 2 août 1825, et du 30 août au 19 septembre 1826. Le roi Charles X le nomme pair de France le 4 janvier 1828, et il quitte le ministère de la Justice le lendemain.

Le 19 mai 1830, enfin, il revient au pouvoir en devenant ministre de l'Intérieur pour la quatrième fois, poste qu'il occupa jusqu'à la chute du régime.

Au lendemain de la révolution de 1830, il comparaît avec MM. de Polignac, de Chantelauze et de Guernon-Ranville devant la cour des Pairs, sous l'inculpation de haute trahison, et est condamné, avec ses collègues, à la prison perpétuelle et à la dégradation civique.

Enfermé au fort de Ham, il obtient la remise de sa peine le 17 octobre 1836, à la faveur de la grâce collective décidée à l'instigation du premier ministère Molé. Il retourne dans son château de Saint-Louis-de-Montferrand pour exercer pleinement sa passion pour la poésie.

Mesures[modifier | modifier le code]

Le comte de Peyronnet a défendu au parlement les principales mesures suivantes :

  • Le projet de loi sur la liberté de la presse, en 1822
  • La loi sur le sacrilège, en 1825
  • La loi « de justice et d'amour », en 1827

Il contresigna également les Ordonnances de Juillet, qui provoquèrent la Révolution de Juillet.

Postes et mandats politiques[modifier | modifier le code]

  • Député du Cher : 1820-1823
  • Député de Gironde : 1824-1827
  • Pair de France : 1828-
  • Garde des Sceaux : 1821-1828
  • Ministre de l'Intérieur : 1822, 1825, 1826, 1830

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Esquisse Politique (1829)
  • Pensées d'un Prisonnier (1834)
  • Satires (1854)
  • Histoire de France (1855)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire des Parlementaires, Tome IV
  • Christian Barbezieux, 'Un chevalier du lys à la tribune: le comte de Peyronnet', Revue Historique de Bordeaux, N°13-14, 2009

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]