John Updike

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John Updike

Description de cette image, également commentée ci-après

John Updike en 1989

Nom de naissance John Hoyer Updike
Activités Romancier, nouvelliste et critique littéraire
Naissance 18 mars 1932
Reading, Pennsylvanie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 27 janvier 2009 (à 76 ans)
Beverly Farms, Massachusetts, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Mouvement Modernisme
Genres Roman, nouvelle, critique littéraire, poésie
Distinctions Prix Pulitzer de la fiction
National Book Award
Prix Pulitzer

Œuvres principales

John Hoyer Updike (18 mars 1932 - 27 janvier 2009) est un écrivain américain, auteur de romans, de nouvelles, de poésie et d'essais critiques sur l'art et la littérature. Après avoir accédé à la notoriété internationale avec son roman Le Centaure en 1963 (National Book Award), il rencontre un très grand succès public et critique avec sa tétralogie sur le personnage de Harry « Rabbit » Angstrom : Cœur de lièvre, Rabbit rattrapé, Rabbit est riche et Rabbit en paix, ces deux derniers volumes ayant chacun reçu le prix Pulitzer. John Updike est l'auteur de vingt-six romans et de centaines de nouvelles, de chroniques et de poèmes, travaux publiés en particulier régulièrement dans le New Yorker et la New York Review of Books, et qui ont donné lieu à plusieurs recueils. Il dépeint l'Amérique des petites villes, protestantes et bourgeoises, et accorde une importance récurrente aux thèmes universels du sexe, de la foi, de la mort, et à leurs entrelacements. Son œuvre prolifique et variée, quoique souvent considérée comme inégale, vaut à John Updike d'être considéré comme l'un des écrivains américains les plus importants du XXe siècle.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Né à Reading (Pennsylvanie), John Updike est le fils de l'écrivaine Linda Grace Hoyer Updike et de Wesley Russell Updike, professeur de mathématiques dans le secondaire. Il grandit à Shillington jusqu'à l'âge de onze ans, puis à Plowville (comté de Berks)[1]. Là, il commence à s'intéresser à la littérature et au métier même d'écrivain en regardant sa mère au travail : « L'un de mes premiers souvenirs est de la voir à son bureau. Je contemplais le matériel de l'écrivain, le ruban effaceur pour la machine à écrire, les rames de papier vierge. Et je me souviens des enveloppes brunes dans lesquelles les récits étaient envoyés, et dans lesquelles ils revenaient[2]. » Ayant achevé son enseignement secondaire à Shillington en 1950, John Updike entre à l'université Harvard. Il en sort diplômé de premier cycle summa cum laude en 1954, mais aussi marié (depuis 1953) à Mary Pennington, diplômée de Radcliffe. John Updike aura également dirigé la publication du Harvard Lampoon. Intéressé par l'art, il poursuit ses études à la Ruskin School, à Oxford. Après un an, en 1955, il rentre aux États-Unis où il rejoint l'équipe du New Yorker. Sa fille Elizabeth naît en 1955, suivie de David en 1957, Michael en 1959 et Miranda en 1960[1].

À Ipswich (Massachusetts), où il vit à partir de 1957, John Updike achève ses premières œuvres de fiction, un premier roman qu'il préfère ne pas publier (Home, 1957) et des poèmes et nouvelles. Il publie d'ailleurs d'abord de la poésie (The Carpentered Hen, 1958), avant son premier roman publié, The Poorhouse Fair (Jour de fête à l'hospice, 1959). Le premier volet de la série Rabbit Angstrom, Rabbit, Run (Cœur de lièvre) paraît l'année suivante, et en 1963 la carrière de John Updike est définitivement lancée avec The Centaur (Le Centaure) qui remporte le National Book Award. À 32 ans, il est également élu membre du National Institute of Arts and Letters. En 1968, le scandale causé par la publication de Couples, dont le thème est l'adultère, lui vaut la couverture de Time[3].

John Updike poursuit sur cette exploration des thèmes intimes dans les années 1970, avec Rabbit Redux (Rabbit rattrapé, 1971) ou encore Marry Me (Épouse-moi, 1977), influencés par sa vie personnelle (séparation en 1974, divorce en 1976 et remariage avec Martha Bernhard en 1977)[1]. En 1978, The Coup (Le Putsch) rompt avec les thèmes familiers d'Updike, en s'attachant à décrire le fonctionnement d'une dictature africaine[4]. Mais c'est en revenant à son personnage de Rabbit en 1981 dans Rabbit Is Rich (Rabbit est riche) qu'il renoue véritablement avec le succès en remportant trois des prix littéraires américains les plus prestigieux : le Pulitzer, les American Book Awards et le National Book Critics Circle Award[1]. Ses livres rencontrent dès lors presque tous le succès, comme l'essai Hugging The Shore (Navigation littéraire, 1983), le roman The Witches of Eastwick (Les Sorcières d'Eastwick, 1984) adapté au grand écran avec Jack Nicholson, ou Roger's Version (Ce que pensait Roger, 1986).

John Updike remporte de nouveau le Prix Pulitzer pour le dernier volume de la tétralogie Rabbit, Rabbit At Rest (Rabbit en paix, 1990). Il continue d'explorer de nouveaux terrains en s'essayant notamment à la science-fiction dans Toward the End of Time (Aux confins du temps, 1997). Il garde intacte sa capacité à explorer l'identité américaine comme dans Terrorist publié après le traumatisme du 11 septembre (Terroriste, 2006). Dans son dernier roman publié, The Widows of Eastwick (Les Veuves d'Eastwick, 2008), il revient après plus de vingt ans aux sorcières d'Eastwick, qui restent l'un de ses principaux succès.

Updike meurt le 27 janvier 2009, des suites d'un cancer du poumon, à l'âge de 76 ans[5]. Certains des plus grands écrivains contemporains lui rendent hommage comme Philip Roth, Richard Ford, Martin Amis, Ian McEwan, Joyce Carol Oates ou Erica Wagner[6].

L'œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

« Je pourrais écrire des pubs pour les déodorants ou des étiquettes pour les bouteilles de ketchup, s'il le fallait. Le miracle qui consiste à transformer des idées en pensées, et des pensées en mots, et de donner vie aux mots par le métal et l'encre d'imprimerie, ne perd jamais de sa force pour moi[7]. »

Sa grande versatilité, son aisance de la critique à la fiction, de la poésie à la prose, de la nouvelle au roman, vaut à John Updike d'être souvent qualifié comme un humaniste, un authentique « homme de lettres », peut-être le seul véritable de son temps[8],[9]. Certains thèmes récurrents sont cependant plus spécifiquement associés à son œuvre.

Le peintre du quotidien et de la classe moyenne[modifier | modifier le code]

Sans doute la partie la plus connue de la production de John Updike, les quatre romans du cycle Rabbit Angstrom traitent de la vie de ce dernier, basketteur à la retraite enfermé dans une vie détestable de vendeur d'automobiles, et dans un mariage dépourvu d'amour. Publiés à intervalles réguliers de dix ans environ, entre 1960 et 1990, les quatre volumes suivent également le personnage à l'époque de l'écriture, à travers trois décennies complètes. Cette tétralogie conçue avec une ambition de cohérence globale[10] traite de la vie de cet américain moyen avec humour et ironie, tout en révélant le profond sens éthique et religieux de son auteur[11]. Updike admettait s'intéresser particulièrement à cet univers : « Mon sujet, c'est la classe moyenne américaine et protestante des petites villes. J'aime le milieu. C'est au milieu que les extrêmes s'entrechoquent, que l'ambiguïté ne cesse de régner[12]. »

Ces thèmes de la vie quotidienne de la classe moyenne, dans les quartiers résidentiels de l'Amérique contemporaine, se retrouvent dans la plupart des autres romans de John Updike, et dans nombre de ses nouvelles, que ce soit avec l'adultère (Les Quatre faces d'une histoire, Épouse-moi, Couples et plus récemment Villages) ou l'évocation très provinciale (et souvent partiellement autobiographique) de la Pennsylvanie (Les Plumes du pigeon, Le Centaure, La Ferme).

Autre personnage récurrent, Henry Bech est à la fois l'alter ego et l'opposé de John Updike. Au centre d'un recueil de nouvelles publié en 1970 (Bech voyage), cet écrivain juif, solitaire, vaniteux, atteint de blocage chronique, est également au centre des romans Bech est de retour (1984) et Bech aux abois (2002). L'influence de Vladimir Nabokov, fréquente chez Updike, est la plus évidente en ce qui concerne Bech, apparenté au Humbert Humbert de Lolita[13].

Enfin, le thème de la religion est présent dans de nombreux de ses récits, dès Jour de fête à l'hospice, son premier roman (1959). L'exemple le plus remarquable demeure cependant Dans la splendeur des lis (1996), saga familiale s'étendant sur quatre générations et quatre-vingts ans, nourrie de questionnements religieux, spirituels et existentiels sur l'individu et la société contemporaine, qui en font l'un de ses romans les plus ambitieux[14].

Autres explorations romanesques[modifier | modifier le code]

Régulièrement, John Updike a montré le besoin de sortir de ce rôle de chroniqueur de la vie quotidienne américaine. Une première fois dès 1975 dans Un mois de dimanches qui raconte sur un ton volontairement provocateur les penchants charnels d'un prêtre, un récit qui rappelle La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne. Une référence que l'on retrouve dans Ce que pensait Roger (1986) et S (1988), charge contre le féminisme.

Hormis ces tentatives diversement appréciées[15], Le Putsch (1978) évoque la vie du dictateur d'un pays africain imaginaire, Les Sorcières d'Eastwick (1984) met en scène des héroïnes aux pouvoirs surnaturels, Brésil transpose l'histoire de Tristan et Iseut dans le Rio de Janeiro contemporain, et Tu chercheras mon visage (2002) se veut une improvisation sur Jackson Pollock et sa vie. En 1997, Aux confins du temps se situe en 2020, après une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Chine.

Enfin, on peut rattacher certaines productions d'Updike au courant post-moderne[16]. C'est par exemple le cas de La Parfaite Épouse (1992) qui mêle les souvenirs personnels d'un historien, ses travaux sur James Buchanan, et ses souvenirs du mandat de Gerald Ford. On peut aussi évoquer Gertrude et Claudius (2000), inspiré du Hamlet de Shakespeare.

Comme on le voit enfin (Brésil, Gertrude et Claudius), le recyclage de récits mythiques ou universels est un procédé fréquent chez Updike, que l'on remarque dès Le Centaure (1963).

Poésie[modifier | modifier le code]

Peut-être la partie la moins connue de son œuvre, la poésie de John Updike traite des mêmes thèmes importants que ses romans, comme l'enfance, la religion ou la mort[17]. Quoique cette production ait été constante et importante, depuis 1953[18], et que certains poèmes aient connu un succès indéniable, comme Ex-Basketball Player (1957)[19], la poésie d'Updike est considérée comme penchant vers la poésie légère, de son aveu même[15],[17].

Essais[modifier | modifier le code]

La très grande productivité de John Updike dans la critique littéraire se traduit par le volume des recueils, avec près de six cent pages pour La Vie littéraire (1975) et près de mille pages pour Navigation littéraire (1983), et autant pour Odd Jobs (1991) et pour More Matter (1999), ce qui le rapproche d'écrivains comme Joyce Carol Oates ou Anthony Burgess[20]. Ses essais mêlent des pensées sur ses grands contemporains (Saul Bellow, Norman Mailer), des essais érudits sur des auteurs classiques (Herman Melville, Nathaniel Hawthorne), et d'autres tentatives variées[9].

D'autres thèmes sont au centre de certains essais, comme le sport, dans un célèbre article sur la fin de carrière du joueur de baseball Ted Williams, Hub Fans Bid Kid Adieu, paru dans le New Yorker en 1960[15], ou encore dans Rêves de golf (1996). L'art, en particulier l'art américain, est également une préoccupation majeure affichée par Updike, à travers de nombreux articles réunis dans deux importants recueils, Un simple regard (1989) et Still Looking: Essays on American Art (2005). Certaines faiblesses dans la connaissance et la réflexion ont cependant été relevées dans cette partie de son œuvre[21].

D'autres écrits ont une plus forte connotation autobiographique, en particulier Être soi à jamais (1989).

Impact[modifier | modifier le code]

Réception et influence[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

John Updike a reçu de nombreuses récompenses au long de sa carrière. Cette liste est une sélection[22]. Souvent évoqué comme possible lauréat du Prix Nobel de littérature, le fait qu'il ne l'aie jamais remporté est souvent évoqué comme une injustice par de nombreux acteurs de la vie littéraire[15].

Liste des œuvres et traductions françaises[modifier | modifier le code]

Les principaux livres de John Updike

Fiction[modifier | modifier le code]

Cycle Rabbit
Cycle Bech
Cycle Buchanan
  • 1974 : Buchanan Dying, théâtre
  • 1992 : Memories of the Ford Administration, roman (La Parfaite Épouse, trad. Rémy Lambrechts, 1994)
Cycle de Eastwick
Autres romans
Recueils de nouvelles
  • 1959 : The Same Door
  • 1961 : A & P
  • 1962 : Pigeon Feathers (Les Plumes du pigeon, trad. Jean Rosenthal, 1964)
  • 1964 : Olinger Stories (choix de nouvelles)
  • 1966 : The Music School (Les Quatre Faces d'une histoire, trad. Adriana R. Salem et Patrick Reumaux, 1971)
  • 1972 : Museums and Women (Des musées et des femmes, trad. Georges Magnane, 1975)
  • 1979 : Problems (La Concubine de saint Augustin, trad. Georges Magnane, 1981)
  • 1979 : Too Far to Go, nouvelles liées, sur une même famille (Trop loin, trad. Suzanne Mayoux et Georges Magnane, 1986)
  • 1987 : Trust Me (Confiance, confiance, trad. Maurice Rambaud, 1989)
  • 1994 : The Afterlife (L'après-vie, trad. Michèle Hechter, 1997)
  • 2000 : The Best American Short Stories of the Century, éditeur
  • 2001 : Licks of Love (Solos d'amour, trad. Michèle Hechter, 2005)
  • 2003 : The Early Stories: 1953-1975
  • 2009 : My Father's Tears and Other Stories

Poésie[modifier | modifier le code]

  • 1957 : Ex-Basketball Player
  • 1958 : The Carpentered Hen
  • 1963 : Telephone Poles
  • 1969 : Midpoint
  • 1969 : Dance of the Solids
  • 1977 : Tossing and Turning
  • 1985 : Facing Nature (La Condition naturelle, trad. Alain Suied, 1988)
  • 1993 : Collected Poems 1953-1993
  • 2001 : Americana: and Other Poems

Essais[modifier | modifier le code]

  • 1965 : Assorted Prose
  • 1975 : Picked-Up Pieces (La Vie littéraire, trad. Jean Malignon, 1979)
  • 1983 : Hugging the Shore (Navigation littéraire, trad. Daria Olivier, 1986)
  • 1989 : Self-Consciousness: Memoirs (Être soi à jamais, trad. Mirèse Akar, 1992)
  • 1989 : Just Looking (Un simple regard, trad. Brice Matthieussent, 1990)
  • 1991 : Odd Jobs
  • 1996 : Golf Dreams: Writings on Golf (Rêves de golf, trad. Hugues Leroy, 1997)
  • 1999 : More Matter
  • 2005 : Still Looking: Essays on American Art
  • 2007 : Due Considerations: Essays and Criticism

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Pritchard 2000, p. xv-xvii
  2. Andrea Barrett, « Nibbled at By Neighbors », The New York Times,‎ 14 janvier 1990 (consulté le 28 janvier 2009) : « One of my earliest memories is of seeing her at her desk. I admired the writer's equipment, the typewriter eraser, the boxes of clean paper. And I remember the brown envelopes that stories would go off in - and come back in. »
  3. Couverture de Time du 26 avril 1968
  4. Pritchard 2000, p. 195
  5. « US novelist Updike dies of cancer », BBC News,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 29 janvier 2009)
  6. « Tributes paid to 'great' Updike », BBC News,‎ 28 janvier 2009 (consulté le 29 janvier 2009)
  7. Paris Review, 1967, cité par Christopher Lehmann-Haupt, « John Updike, a Lyrical Writer of the Middle-Class Man, Dies at 76 », New York Times,‎ 28 janvier 2009 (consulté le 29 janvier 2009) : « I would write ads for deodorants or labels for catsup bottles, if I had to. The miracle of turning inklings into thoughts and thoughts into words and words into metal and print and ink never palls for me. »
  8. Pritchard 2000
  9. a et b Michiko Kakutani, « A Relentless Updike Mapped America’s Mysteries », The New York Times,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 29 janvier 2009)
  10. Boswell 2001, p. 3
  11. Boswell 2001, p. 233
  12. Interview pour Jane Howard dans LIFE, 1966, cité par Christopher Lehmann-Haupt, « John Updike, a Lyrical Writer of the Middle-Class Man, Dies at 76 », New York Times,‎ 28 janvier 2009 (consulté le 29 janvier 2009) : « My subject is the American Protestant small-town middle class. I like middles. It is in middles that extremes clash, where ambiguity restlessly rules. »
  13. Pritchard 2000, p. 151
  14. Michiko Kakutani, « Seeking Salvation On the Silver Screen », Books of the Times, The New York Times,‎ 12 janvier 1996 (consulté le 30 janvier 2009)
  15. a, b, c et d Christopher Lehmann-Haupt, « John Updike, a Lyrical Writer of the Middle-Class Man, Dies at 76 », New York Times,‎ 28 janvier 2009 (consulté le 29 janvier 2009)
  16. John N. Duvall, « U(pdike) & P(ostmodernism) », in Cambridge Companion, p. 162 sqq.
  17. a et b John Crace, « The essential Updike », The Guardian,‎ 29 janvier 2009 (consulté le 2 février 2009)
  18. Année des premiers poèmes publiés dans le recueil (Collected Poems) paru en 1993.
  19. Lire en ligne
  20. Protchard 2000, p. 229-
  21. Geoff Dyer, « Picture This », The New York Times,‎ 25 décembre 2005 (consulté le 6 février 2009)
  22. Liste complète

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William R. Macnaughton (éd.), Critical essays on John Updike, Boston, G.K. Hall, 1982
  • (en) Robert Detweiler, John Updike, New York, Twayne, 1984
  • (en) Jeff H. Campbell, Updike's novels : thorns spell a word, Wichita Falls, Midwestern State University press, 1987
  • (en) Judie Newman, John Updike, Basingstoke, Macmillan education, 1988
  • (en) Robert M. Luscher, John Updike : a study of the short fiction, New York, Twayne, 1993
  • (en) James A. Schiff, John Updike revisited, New York, Twayne publications, 1998
  • (en) William H. Pritchard, Updike : America's man of letters, South Royalton, Steerforth press,‎ 2000 (lire en ligne)
  • (en) Jack De Bellis, The John Updike Encyclopedia, Westport, Greenwood Publishing Group,‎ 2000 (lire en ligne)
  • (en) Marshall Boswell, John Updike's Rabbit Tetralogy: Mastered Irony in Motion, Columbia, University of Missouri Press,‎ 2001 (lire en ligne)
  • Sylvie Mathé, John Updike : la nostalgie de l'Amérique, Paris, Belin, coll. « Voix américaines », 2002
  • (en) The Cambridge companion to John Updike, Cambridge, Cambridge university press,‎ 2006 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]