Elizabeth Strout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elizabeth Strout

Elizabeth Strout est une romancière américaine contemporaine née le 6 janvier 1956 qui a reçu le Prix Pulitzer en 2009 pour Olive Kitteridge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de droit au Syracuse University College of Law, elle publie son premier texte dans le magazine New Letters. Elle gagne ensuite New York et continue à publier dans différents magazines littéraires et met près de sept ans à écrire son premier roman Amy and Isabelle, publié en 1998 aux États-Unis, qui rencontre le succès et est présélectionné pour divers prix littéraires.

Elizabeth Strout a reçu en 2009 le Prix Pulitzer pour Olive Kitteridge publié en 2008 : il s'agit d'un roman polyphonique dont l'action se déroule dans l'État du Maine sur une période de trente ans ayant pour personnage principal Olive Kitteridge, une femme a priori peu aimable mais ô combien attachante.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

« À la fois drôle, cruelle et compatissante, Olive Kitteridge est un personnage follement original, une vraie force de la nature. Dès qu’elle sort de scène, on la réclame ! Si ce livre se dévore, c’est grâce à elle. » San Francisco Chronicle

« Amoureux du romanesque, retenez ce nom : Olive Kitteridge… Un livre percutant. Inoubliable. » USA Today

« Elizabeth Strout est très douée pour remonter le cours du temps, glisser d'une histoire à une autre. La romancière manifeste un talent évident pour évoquer les sentiments, les secrets et les états d'âme. » Alexandre Fillon, Livres Hebdo

« Elizabeth Strout signe avec Olive Kitteridge un superbe roman [...], un bijou de psychologie et de délicatesse, comme si Virginia Woolf s’était penchée sur son épaule. » André Clavel, L’Express

« Une entrée par la grande porte dans l’histoire de la littérature. Inoubliable ! » Florence Balmas, Le Dauphiné Libéré

« Olive entre en scène et on ne lâche plus ce roman à la musique si particulière. » Corinne Abjean, Le Télégramme

« On ressort de ce roman – qui n’est autre qu’une ode à la vie – revigoré. » Centre Presse

Notes et références[modifier | modifier le code]