Steven Millhauser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Steven Millhauser, né le à New York, est un romancier et nouvelliste américain. Il a remporté le prix Pulitzer en 1997 avec Martin Dressler ou Le roman d’un rêveur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a grandi dans le Connecticut à l'est de New York et fit ses études à l'Université Columbia et à l'Université Brown où il commença un doctorat.

Il publie La Vie trop brève d'Edwin Mulhouse en 1972, un roman sur un écrivain précoce dont la vie se termine à 11 ans, et remporte le prix Médicis étranger en 1975. La critique l'acclame et il publie en 1977 son second roman, Portrait d'un romantique.

Il publie en 1986 son premier recueil de nouvelles La Galerie des jeux, où l'enfance est un thème récurrent. Ses histoires traitent souvent des thèmes de fantasy mi-merveilleux, mi-fantastique à la manière de Franz Kafka, Thomas Mann, Vladimir Nabokov, Edgar Poe ou encore Italo Calvino. Son écriture est à la frontière entre rêve et réalité, entre l'enfance et le monde adulte, le monde de l'imagination s'opposant à la banalité. Il publie également Le Royaume de Morphée en 1986.

Millhauser continue d'écrire et publie :

  • Petits royaumes, 1993
  • Le lanceur de couteaux et autres nouvelles, 2012

Le succès inattendu de Martin Dressler ou le Roman d’un rêveur américain attire l'attention sur Steven Millhauser. Il publie des novellas, Nuit enchantée en 1999 et Le Roi dans l'arbre en 2003. Une collection de nouvelles, appelée Dangerous Laughter : Thirteen Stories a été publié en 2008.

Son œuvre a été traduite en français par Marc Chénetier, Françoise Cartano et Didier Coste.

Steven Millhauser vit aujourd'hui à Saratoga Springs et enseigne au Skidmore College.

Une adaptation cinématographique d'une de ses nouvelles (Sisterhood of Night) est actuellement en production.

Œuvres en français[modifier | modifier le code]

  • Portrait d'un romantique, [« Portrait of a romantic  »], trad. de Didier Coste et Michel Waldberg , Paris, Éditions Denöel, coll. « Arc-en-ciel  », 1982, 318 p. (ISBN 2-207-22791-X)
  • La Vie trop brève d'Edwin Mullhouse, [« Edwin Mullhouse : the life and death of an American writer, 1943-1954 »], trad. de Didier Coste, Paris, Éditions du Seuil, 1989, 408 p. (ISBN 2-02-010479-2)
  • Le Royaume de Morphée, [« From the realm of Morpheus »], trad. de Françoise Cartano, Marseille, France, Éditions Rivages, coll. « Littérature étrangère », 1991, 423 p. (ISBN 2-86930-434-X)
  • La Galerie des jeux, [« In the penny arcade »], trad. de Françoise Cartano, Marseille, France, Éditions Rivages, coll. « Littérature étrangère », 1987, 187 p. (ISBN 2-86930-063-8)
  • Le Musée Barnum, [«  The Barnum museum  »], trad. de Françoise Cartano, Marseille, France, Éditions Rivages, coll. « Littérature étrangère », 1996, 238 p. (ISBN 2-7436-0059-4)
  • Martin Dressler : le roman d'un rêveur américain , [« Martin Dressler : the tale of an American dreamer »], trad. de Françoise Cartano, Paris, Éditions Albin Michel, coll. «  Les Grandes traductions », 2000, 303 p. (ISBN 2-226-11498-X)
  • Nuit enchantée, [« Enchanted night »], trad. de Françoise Cartano, Paris, Éditions Albin Michel, coll. « Les grandes traductions », 2001, 186 p. (ISBN 2-226-13087-X)
  • Le Roi dans l'arbre : trois récits, [« The king in the tree »], trad. de Marc Chénetier , Paris, Éditions Albin Michel, coll. «  Les Grandes traductions », 2007, 290 p. (ISBN 978-2-226-17682-0)
  • Le Lanceur de couteaux, [« The knife thrower »], trad. de Marc Chénetier, Paris, Éditions Albin Michel, coll. « Les grandes traductions », 2012, 304 p. (ISBN 978-2-226-23849-8)

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Marc Chénetier, Steven Millhauser : La précision de l'impossible, Belin, collection Voix américaines, 2003
  • Anne Ullmo, The Knife-Thrower and Other Stories, Paris, Armand Colin, 2003
  • Anne Ullmo, Steven Millhauser, une écriture sur le fil, actes de la journée d'étude du 16 janvier 2004, Maison de la recherche de l'Université de Lille 3, Presses universitaires du Septentrion, 2004.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]