La Lettre écarlate (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Lettre écarlate.
La Lettre écarlate
Auteur Nathaniel Hawthorne
Genre Roman fantastique
Version originale
Titre original The Scarlet Letter
Éditeur original Ticknor, Reed & Fields
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original Boston
Date de parution originale 1850
Version française
Traducteur Il existe sept traductions françaises du roman :
Nombre de pages 232

La Lettre écarlate (titre original en anglais : The Scarlet Letter) est un roman américain de Nathaniel Hawthorne (1804-1864), publié en 1850.

Résumé[modifier | modifier le code]

La Lettre écarlate relate l'histoire d'Hester Prynne, une jeune femme vivant dans une communauté puritaine à Boston dans le Massachusetts. L'action du roman se situe entre 1642 et 1649. Hester Prynne, au début du roman, se voit condamnée par la société à porter sur la poitrine la lettre A pour Adultère. En effet, elle est accusée d'avoir péché avec un homme du village, dont elle refuse de dévoiler le nom, et d'avoir eu un enfant avec lui. Au même moment, son mari légitime revient après de longues années d'absence dans la communauté de Boston et découvre que sa femme est accusée de la plus infâme des trahisons. Lui, sous le nom de Roger Chillingworth, est médecin et a vécu avec les Indiens, ce qui a révélé sa nature sauvage et cruelle. Hester Prynne part vivre en périphérie de la ville avec sa fille Pearl et n'a plus de relation avec son ancien mari. Pourtant, celui-ci veut venger son honneur et se jure de retrouver le coupable car il refuse que sa femme endure seule la punition infligée par la société intolérante dans laquelle ils vivent. Roger Chillingworth se doute qu'il s'agit, en réalité, du pasteur de la communauté, Arthur Dimmesdale. En effet, celui-ci semble rongé par la culpabilité, vit replié sur lui-même et se flagelle en guise de punition. Roger Chillingworth se jure alors de le pousser à bout pour le faire avouer ou même pour que celui-ci en vienne à se suicider. Hester Prynne essaie de mettre le pasteur en garde contre son mari mais celui-ci, indifférent à son sort, ne réagit pas et se laisse consumer par la culpabilité. Il finira par avouer sa faute en plein jour, sur le pilori, Hester Prynne et Pearl à ses côtés, ne pouvant plus vivre avec ce fardeau qui le rongeait un peu plus chaque jour.

Commentaires sur l'œuvre[modifier | modifier le code]

La Lettre écarlate compte parmi les premiers romans de la littérature américaine. C'est un roman historique à plusieurs points de vue. Tout d'abord, il est un pamphlet virulent contre la société puritaine, arrivée en Amérique en 1620 et fondatrice des treize colonies de la côte est. Les ancêtres de Nathaniel Hawthorne étaient eux-mêmes des puritains et avaient pris part à la chasse aux sorcières de 1692. Honteux de ce passé violent et intolérant, le jeune Nathaniel Hathorne changera même son nom de famille en Hawthorne.

C'est donc une dénonciation du puritanisme et de ses lois qui sont une entrave à la dignité et à la liberté individuelle. Hester Prynne n'est pas plus coupable que les autres. D'ailleurs à la fin du roman, elle se rachète à leurs yeux en aidant les plus démunis et en apportant une réponse aux femmes de la communauté.

La peinture que fait Hawthorne des autres membres de cette communauté, et en particulier celle de ses dirigeants, met en exergue l'hypocrisie de cette société, soucieuse de garder un équilibre moral digne mais incapable de voir les vrais travers des membres qui la constituent.

La Lettre écarlate est aussi, et surtout, un roman sur l'art. En effet, Hester Prynne a recouvert sa lettre de fil d'or pour mettre en valeur non seulement son péché mais aussi le fait qu'elle ne peut être réduite à celui-ci. Elle est aussi douée pour les travaux d'aiguille et ce travail se rapporte à celui d'un artiste. D'ailleurs, cet art échappe complètement aux puritains, car ils la laissent arborer fièrement ce qui, en réalité, constitue un affront à ce qu'ils défendent.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

  • « La lettre écarlate » est aussi le nom de l'épisode 13 de la saison 5 de la série américaine Nip/Tuck où il est fait une allusion à cette œuvre durant une consultation avec le Dr Troy.
  • Easy A, film de Will Gluck de 2010, raconte l'histoire d'Olive, qui, après avoir lancé la rumeur selon laquelle elle aurait perdu sa virginité, décide de porter le A de l'adultère afin de choquer son lycée. Dans le film, les lycéens étudient la Lettre écarlate et des extraits du film de 1926 y sont montrés.
  • C'est également le titre de l'épisode 2 de la saison 2 de la série américaine Mentalist[1].

En bande dessinée[modifier | modifier le code]

En littérature[modifier | modifier le code]

L’œuvre est également largement évoquée par le personnage d'Aria dans le tome 4 des Menteuses, les romans ayant inspiré la célèbre série pour adolescents à succès Pretty Little Liars.

Le roman Ecarlate de Hillary Jordan en est une réinterprétation dans un futur où les États-Unis sont gouvernés par des intégristes religieux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]