William T. Vollmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
William T. Vollmann

William Tanner Vollmann (né le à Los Angeles, Californie) est un écrivain, journaliste et essayiste américain, connu pour ses romans fleuves s'appuyant sur de vastes enquêtes. Son œuvre, qui mêle fictions et essais, est marquée par son goût pour l'histoire et son obsession pour le thème de la prostitution. Il vit actuellement à Sacramento.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vollman a étudié en Californie au Deep Springs College avant de rejoindre la côte est et l'université Cornell où il obtient un baccalauréat en arts avec la mention honorifique summa cum laude en littérature comparée.

Après l'obtention de son diplôme, Vollman exerce divers métiers, comme celui de secrétaire dans une compagnie d'assurance, et économise suffisamment d'argent pour se rendre en Afghanistan en 1982. Il y partage le quotidien des mujahidins, une expérience qui constitue la matière de son ouvrage An Afghanistan Picture Show, or, How I Saved the World publié aux États-Unis en 1992. À son retour, il s’inscrit à l'université de Berkeley en Californie mais abandonne au bout d'un an. Il travaille ensuite comme programmeur informatique, sans avoir la moindre expérience des ordinateurs.

D'après un portrait du romancier Madison Smartt Bell publié dans le New York Times Magazine, il passe la plus grande partie de l'année à écrire son premier roman, You Bright and Risen Angels, en restant au bureau après le travail, se cachant du personnel de nettoyage et ne se nourrissant que des sucreries vendues par les distributeurs automatiques[1]. L'ouvrage paraît en 1987 chez Atheneum et dès 1988 chez Penguin Books. Le succès critique lui ouvre les portes de la presse. Il a depuis écrit pour une multitude de journaux parmi lesquels Harper's Magazine, Playboy, Spin magazine, Esquire, The New Yorker, Gear, Granta ou la New York Times Book Review.

Après de nombreux reports, il publie en 2004 Le Livre des violences (Rising Up and Rising Down), un essai en sept volumes de plus de 3000 pages fortement illustrées qui fut nommé pour le National Book Critics Circle Award. Une édition abrégée fut publiée à la fin de l'année chez Ecco Press que l'écrivain fit, de son propre aveu, "pour l'argent"[2]. Ce livre est fondé sur un travail de reportage personnel et s'inscrit dans la tradition du journalisme américain de James Agee (par exemple) et du roman social de John Steinbeck[3]. Il tente d'établir à partir de ce que Vollmann appelle un "calcul moral" une analyse des causes de la violence, de ses effets, mais aussi des cas où le recours à la violence peut être légitime. C'est donc à la fois un travail de réflexion et d'investigation, basé sur l'expérience personnelle de Vollmann qu'il tire entre autres de ses voyages au Cambodge, en Somalie ou en Irak.

Les autres ouvrages de Vollmann sont souvent centrés sur l'Amérique du Nord - comme dans le cycle de roman Seven Dreams: A Book of North American Landscapes - ou sur des personnes (souvent des prostituées) qui sont rejetées dans les marges de la société, comme dans La Famille royale ou Des putes pour Gloria. Son roman Central Europe, publié en 2005, suit le destin d'un nombre important de personnages historiques ou non qui, comme le compositeur russe Dimitri Chostakovitch, sont pris entre deux feux dans les conflits opposant l'Allemagne et l'Union soviétique. En 2005, il reçoit pour ce livre le National Book Award dans la catégorie fiction.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Nuits du papillon [« Butterfly Stories », 1993], Robert Laffont, 1998, 10/18,1999.
  • 13 histoires et 13 épitaphes [« 13 Stories and 13 Epitaphs », 1991], Bourgois, 1999, Treize récits et treize épitaphes, Points Seuil, 2001.
  • Des putes pour Gloria [« Whores for Gloria », 1991], Bourgois, 1999, Points Seuil, 2000.
  • Récits arc-en-ciel [« The Rainbow Stories », 1989], Bourgois, 2000.
  • La Famille royale [« The Royal Family », 2000], Actes Sud, 2004, Babel, 2006.
  • Les Fusils [« The Rifles », 1994], Le Cherche Midi, 2006, Babel, 2007.
  • Central Europe [« Europe Central », 2005], Actes Sud, 2007, Babel, 2009. National Book Award 2005.
  • Décentrer la Terre : Copernic et les révolutions célestes [« Uncentering the Earth », 2006], Tristram, 2007.
  • Pourquoi êtes-vous pauvres ? [« Poor People », 2007], Actes Sud, 2008, Babel, 2010. Prix du Meilleur livre étranger 2008, catégorie essai.
  • Le Livre des violences [« Rising Up and Rising Down », 2003], Tristram, 2009.
  • Étoile de Paris, Poésies, Actes Sud, 2010.
  • Le Roi de l'opium et autres enquêtes en Asie du Sud-Est [« Rising Up and Rising Down », 2003], Tristram, 2011.
  • Le Grand Partout [« Riding toward everywhere », 2008], récit, Actes Sud, 2011.
  • Fukushima, dans la zone interdite [« Into the Forbidden Zone », 2011], Tristram, 2012, Souple, 2013.
  • La Tunique de glace, [« The Ice-Shirt », 1990], Le Cherche Midi, 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Madison Smartt Bell, « WILLIAM T. VOLLMANN », The New York Times Magazine, 2 juin 1994.
  2. (en) http://www.nybooks.com/articles/18560">
  3. http://www.chronicart.com/livres/chronique.php?id=11487

liens extérieurs[modifier | modifier le code]

Dossier de Salon double sur William T. Vollman

Interview dans Télérama