N. Scott Momaday

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Navarre Scott Momaday

Description de cette image, également commentée ci-après

N. Scott Momaday recevant la National Medal of Arts du président George W. Bush en 2007.

Activités Romancier
Naissance 27 février 1934
Lawton, Oklahoma
Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais
Mouvement Renaissance amérindienne
Genres Roman, poésie, théâtre
Distinctions Prix Pulitzer de la fiction (1969)
National Medal of Arts (2007)

Œuvres principales

Navarre Scott Momaday, né le 27 février 1934, est un écrivain amérindien de culture Kiowa et Cherokee. Son roman La Maison de l'aube, publié en 1968, a reçu le prix Pulitzer de la fiction en 1969 et marque le début de la Renaissance amérindienne.

Formation[modifier | modifier le code]

Navarre Scott Momaday est le fils unique[1] du peintre Alfred Morris Momaday et de l'enseignante Natachee Scott Momaday[2]. Il est né le 27 février 1934 à l'hôpital indien de Lawton, dans l'Oklahoma. Il fait partie de la tribu kiowa de l'Oklahoma, mais a aussi des racines cherokees par sa mère. A l'âge de 12 ans, sa famille déménage pour Jemez Pueblo, au Nouveau-Mexique[1].

Ses études secondaires terminées, Navarre Scott Momaday envisage dans un premier temps d'intégrer l'académie militaire de West Point puis opte finalement pour l'Université du Nouveau-Mexique, où il entre en 1952[1]. Il obtient un baccalauréat en science politique en 1958. Il quitte alors pour une année le milieu universitaire et enseigne dans la réserve apache jicarilla du Nouveau-Mexique[1]. À l'Université Stanford, il obtient ensuite un master en littérature anglaise et américaine en 1960, puis son doctorat en 1963: sa thèse, sous la direction du poète et universitaire américain Yvor Winters (en), est une édition critique des poèmes de Frederick Goddard Tuckerman (en). Elle a été publiée par la prestigieuse maison d'édition Oxford University Press en 1965 sous le titre The Complete Poems of Frederick Goddard Tuckerman[3].

L'enseignant[modifier | modifier le code]

Navarre Scott Momaday enseigne la littérature britannique à l'Université de Californie à Santa Barbara avec le titre de professeur assistant[1] dès 1963. En 1968, c'est avec le titre de professeur qu'il est nommé à l'Université de Californie à Berkeley où il enseigne l'écriture créative et met en place un nouveau programme universitaire sur la mythologie et la littérature amérindiennes[1]. C'est à cette période que Momaday publie La maison de l'aube.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

La Maison de l'aube paraît en 1968. Navarre Scott Momaday obtient pour ce livre le Prix Pulitzer de la fiction en 1969. Il est le premier écrivain amérindien à recevoir cette distinction. Ce roman initiatique met en scène les aventures d'Abel pendant sept années, du 20 juillet 1945 au 28 février 1952. Le héros est un vétéran amérindien de la Seconde Guerre mondiale, de culture pueblo, qui est pris entre deux mondes et deux temporalités, d'une part la ville américaine moderne, rythmée par la culture matérialiste et la production industrielle, d'autre part la culture pueblo, rythmée par les saisons et donc la nature[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • The Journey of Tai-me, University of New Mexico Press, 2009 (1967), 69 pages. (ISBN 0826348211)
  • La Maison de l'aube (House Made of Dawn, 1968), traduit de l'américain par Daniel Bismuth, Éditions Gallimard, Collection Folio, 1996, 299 pages. (ISBN 2070394476)
  • Le chemin de la montagne de pluie (The Way to Rainy Mountain, 1969), traduit de l'américain par Philippe Gaillard, illustré par le père de l'auteur Alfred Momaday, Editions Gallimard, Collection Folio, 1997, 105 pages. (ISBN 207040188X)
  • Angle of Geese and Other Poems, 1974.
  • The Gourd Dancer: Poems, HarperCollins, 1976, 64 pages. (ISBN 0060129824)
  • Les noms: Mémoires (The Names: A Memoir, 1976), traduit de l'américain par Danièle Larruelle, Éditions du Rocher, Collection Nuage Rouge, 2001, 180 pages. (ISBN 2268039765)
  • L'enfant des temps oubliés, (The Ancient Child, 1989), traduit de l'américain par Danièle Larruelle, Éditions Gallimard, Collection Folio, 1998, 406 pages. (ISBN 2070402886)
  • In the Presence of the Sun: Stories and Poems, 1961-1991, illustré par l'auteur, University of New Mexico Press, 2009 (1992), 143 pages. (ISBN 0826348165)
  • L'homme fait de mots (The Man Made of Words: Essays, Stories, Passages, 1997), traduit de l'américain par Danièle Larruelle, Éditions du Rocher, Collection Nuage Rouge, 1998, 256 pages. (ISBN 2268030482)
  • In the Bear's House, University of New Mexico Press, 2010 (1999), 96 pages. (ISBN 0826348394)
  • Three Plays: The Indolent Boys, Children of the Sun, the Moon in Two Windows, University of Oklahoma Press, 2007, 177 pages. (ISBN 0806138289). Une de ces pièces, jouées pendant la saison 1993-1994, a été traduite en français: Les enfants du soleil (Children of the Sun), traduit de l'américain par Danièle Larruelle, Éditions du Seuil, 2003, 80 pages. (ISBN 2020580659)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jason W. Stevens, "Bear, Outlaw, and Storyteller: American Frontier Mythology and the Ethnic Subjectivity of N. Scott Momaday", American Literature, Duke University Press, Volume 73, Numéro 3, septembre 2001, pages 599 à 631.
  • Jace Weaver, "The Mystery of Language: N. Scott Momaday, An Appreciation", Studies in American Indian Literature, University of Nebraska Press, Volume 20, Numéro 4, hiver 2008, pages 76 à 86.
  • Larry L. Landrum, "The Shattered Modernism of Momaday's House Made of Dawn", MFS: Modern Fiction Studies, The Johns Hopkins University Press, Volume 42, Numéro 4, hiver 1996, pages 763 à 786.
  • Bernard Selinger, "House Made of Dawn: A Positively Ambivalent Bildungsroman", MFS: Modern Fiction Studies, The Johns Hopkins University Press, Volume 45, Numéro 1, printemps 1999, pages 38 à 68.

Notes et références[modifier | modifier le code]