Richard Ford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ford (homonymie).

Richard Ford

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Richard Ford aux Bibliothèques idéales,
à Strasbourg, le 25 septembre 2013.

Activités Écrivain
Naissance 16 février 1944 (70 ans)
Jackson, Mississippi, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Mouvement Réalisme sale, Kmart realism
Genres Roman, nouvelle
Distinctions Prix Pulitzer de la Fiction
PEN/Faulkner Award

Œuvres principales

Richard Ford, né le 16 février 1944 à Jackson dans le Mississippi, est un écrivain américain. Il a reçu le prix Pulitzer et le PEN/Faulkner Award en 1996 pour son roman le plus connu, Indépendance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Richard Ford est né à Jackson, dans le Mississippi. Du fait de la santé fragile de son père, qui succombe d'une crise cardiaque en 1960, Ford passe une grande partie de son enfance auprès de son grand-père, dans l'Arkansas.

Ford reçoit un Bachelor of Arts de la Michigan State University, où il rencontre également Kristina Hensley, sa future épouse ; ils se marient en 1968 et décident de ne jamais avoir d'enfants[1]. Malgré une légère dyslexie, Ford développe un certain intérêt pour la littérature.

Ford commence des études de droit, très vite abandonnées pour suivre un atelier d'écriture à l'université de Californie à Irvine, où il obtient un Master of Fine Arts en 1970.

Richard Ford a publié son premier roman en 1976, Une mort secrète, l'histoire de trois marginaux qui se retrouvent sur une ile située sur la rivière Mississippi. Celui-ci fut suivi par un autre roman Le Bout du rouleau en 1981. Malgré de bonnes critiques, les ventes de ces deux livres furent minimes. Ford arrêta donc l'écriture d'œuvres fictionnelles pour devenir journaliste au magazine new-yorkais Inside Sports.

Richard Ford, Miami Book Fair International, 1987.

En 1982, après la faillite du magazine, Ford retourne à l'écriture de romans. Un week-end dans le Michigan sort en 1986, l'histoire d'un écrivain raté qui devient chroniqueur sportif tout en traversant une crise existentielle due à la mort de son fils aîné. Ce roman marque un tournant dans la carrière de Ford : le magazine Time le classe dans sa liste des 5 meilleurs romans de 1986 et il est finaliste pour le prix PEN/Faulkner. Ce succès est suivi par celui de Rock Springs en 1987, un recueil de nouvelles. Les critiques littéraires comparent alors le style de Ford à celui de Raymond Carver (l'un de ses plus proches amis, dont la mort l'a beaucoup marqué[1]) et Tobias Wolff.

Une saison ardente est publié en 1990 : cette histoire d'un joueur de golf professionnel du Montana qui devient pompier remporte le prix du meilleur roman américain de l'année. Dès ce moment, il est très demandé par de nombreuses maisons d'édition : Il devient éditeur pour Granta Book, et publie des recueils de nouvelles d'écrivains : Granta of the American Short Story en 1992, Granta Book of the American Long Story en 1998, et en 2007 New Granta Book of the American Short Story.

En 1995, Ford publie Indépendance, la suite du roman Un week-end dans le Michigan, reprenant le même personnage de Frank Bascombe, désormais agent immobilier. Ce livre remporte le PEN/Faulkner Award et le prix Pulitzer de la Fiction. La même année il remporte aussi le prix Rea for the Short Story. Ford poursuit son travail en publiant deux recueils de nouvelles, Une situation difficile en 1997, et Péchés innombrables en 2002. En 2006, L'état des lieux est un nouveau volet de la vie de son personnage Frank Bascombe, confronté au cancer (sortie en France en 2008).

Ford a longtemps vécu à la Nouvelle Orleans en Louisiane, avant de s'installer dans le Maine où il est professeur au Bowdoin College.

Écriture[modifier | modifier le code]

Richard Ford a reconnu : « je n'ai jamais rêvé de devenir écrivain. Écrire n'est pas toute ma vie. Je peux arrêter demain sans problème », insistant sur sa passion pour la pêche, la chasse ou l'envie d'écrire des articles pour la presse. Concernant son style littéraire, il déclare : « J'ai dit, il y a longtemps, qu'à mes yeux écrire sur les choses les plus sombres était un acte d'optimisme. Je le pense toujours. Et puis j'aimerais qu'on reconnaisse que je sais imaginer autre chose que des histoires sombres. Dans mes livres, il est essentiellement question de rédemption, de résilience »[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Série Frank Bascombe[modifier | modifier le code]

  1. Un week-end dans le Michigan ((en) The Sportswriter, 1986), trad. Brice Matthieussent
  2. Indépendance ((en) Independence Day, 1995), trad. Suzanne V. Mayoux
  3. L'État des lieux ((en) The Lay of the Land, 2006), trad. Pierre Guglielmina

Autres romans[modifier | modifier le code]

  • Une mort secrète ((en) A Piece of My Heart, 1976), trad. Brice Matthieussent
  • Le Bout du rouleau ((en) The Ultimate Good Luck, 1981), trad. Brice Matthieussent
  • Ma mère ((en) My Mother, 1988), trad. Brice Matthieussent
  • Une saison ardente ((en) Wildlife, 1990), trad. Marie-Odile Fortier-Masek
  • Canada, 2013 ((en) Canada, 2012), trad. Josée Kamoun — prix Femina étranger 2013

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Rock Springs ((en) Rock Springs, 1987), trad. Brice Matthieussent
  • Une situation difficile ((en) Women with Men, 1997), trad. Suzanne V. Mayoux
  • Péchés innombrables, 2002 ((en) A Multitude of Sins, 2002), trad. Suzanne V. Mayoux

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Bruno Corty, « Richard Ford, écrivain malgré lui », in Le Figaro, encart Culture, jeudi 7 novembre 2013, page 37.

Liens externes[modifier | modifier le code]