Ironman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iron Man.

Ironman

alt=Description de l'image LogoIronman2.png.
Généralités
Sport Triathlon
Création 1978
Organisateur(s) World Triathlon Corporation
Catégorie International
Périodicité Annuelle
Participants 2 000
Statut des participants Professionnel et amateur
Distance pictogramme d'un nageur 3,8 km
pictogramme d'un cycliste 180,2 km
pictogramme d'un coureur 42,195 km
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre masculin Drapeau : Allemagne Sebastian Kienle
féminin Drapeau : Australie Mirinda Carfrae
Plus titré(s) masculin Drapeau : États-Unis Dave Scott
et Drapeau : États-Unis Mark Allen (6)
féminin Drapeau : États-Unis Paula Newby-Fraser (8)
Records masculin Drapeau : Australie Craig Alexander (h 3 min 56 s)
féminin Drapeau : Australie Mirinda Carfrae (h 52 min 14 s)

L'Ironman est dans le langage commun du triathlon le nom donné à un des plus longs formats de la discipline. D'une distance totale de 226 kilomètres (140,6 miles), une compétition Ironman, « Homme de fer » en français, est une course multi-disciplinaire consistant à enchaîner 3,8 km de natation, 180,2 km de cyclisme puis un marathon (course à pied de 42,195 km). Cette appellation est associée au triathlon Ironman d'Hawaï originel, qui est depuis 1990 le championnat du monde d'Ironman (Ironman World Championships). Ironman et Triathlon Ironman sont des noms déposés, propriétés de la World Triathlon Corporation (WTC). Cette société privée organise et décerne le titre de « Champion du monde d'Ironman » après un circuit de courses qualificatives et d'une épreuve finale qui se déroule chaque année au mois d'octobre à Kailua-Kona, dans l'état d'Hawaï aux États-Unis. Sa devise, adoptée par tous les compétiteurs — les Ironmen —, est « Tout est possible » (Anything is possible)[N 1].

Histoire et construction de l'Ironman[modifier | modifier le code]

Le triathlon Ironman d'Hawaï a été la première compétition internationale sur la distance[1].

Les origines[modifier | modifier le code]

Un débat informel opposait les représentants des Mid-Pacific Road Runners et du Waikiki Swim Club sur la primauté de leurs performances respectives. En 1977, à Oahu, lors de la cérémonie des récompenses d'une course de fond par équipes de cinq personnes, le Perimeter Relay, un commandant de l'U.S. Navy, John Collins[2], évoqua le formidable record de VO2max (consommation maximale d'oxygène)[N 2] détenu par Eddy Merckx[3],[N 3], le grand cycliste belge qui pouvait caractériser la prédominance du sport cycliste. Ayant participé aux premiers triathlons organisés en 1974 et 1975 par le San Diego Track Club à, et autour, de Mission Bay[4], ainsi qu'à l'Optimist Sports Fiesta Triathlon à Coronado (Californie), en 1975, il suggéra, pour trancher le débat, que le meilleur athlète pouvait être le vainqueur d'une compétition réunissant les trois courses les plus éprouvantes disputées sur l’île[4] :

  1. le Waikiki Roughwater Swim (3,85 km de natation) ;
  2. la course cycliste Around-Oahu (185 km à vélo) ;
  3. le marathon d'Honolulu (42,195 km en course à pied).

Il ajusta les parcours de ces épreuves de manière à faire coïncider les points d'arrivée avec ceux des départs.

1978-1980 : les premiers triathlons Ironman[modifier | modifier le code]

Le premier triathlon Ironman est disputé à Honolulu en février 1978. Un document de trois pages détaillant les règles et le circuit complet est remis à chaque concurrent, une mention manuscrite sur la dernière page résume l'épreuve ainsi : « Nagez 2,4 miles ! Roulez 112 miles ! Courez 26,2 miles ! Vantez-vous pour le reste de votre vie ! » (« Swim 2.4 miles! Bike 112 miles! Run 26.2 miles! then brag for the rest of your life! »)[5]. Avec un signe d'assentiment à un coureur local, Collins ajouta :

« Celui qui finit premier, nous l'appellerons l'homme de fer (« Whoever finishes first, we'll call him the Iron Man »)[1]. »

Douze des quinze hommes engagés dans l'épreuve au petit matin du 18 février 1978 achèvent la course. Le premier « Ironman » du monde, Gordon Haller[6], l'accomplit en 11 h 46 min 58 s. Tous les concurrents qui terminent l'épreuve, les finishers[N 4], reçoivent un trophée soudé et dessiné par John Collins lui-même[7] : une figurine en fer avec un trou bien approprié dans la tête[8].

La notoriété grandissante de l'épreuve attire une cinquantaine de candidats pour l'édition de 1979. En raison des mauvaises conditions climatiques, son départ est reporté d'un jour et seuls quinze concurrents prennent finalement le départ. Tom Warren[9],[10] de San Diego, 35 ans, gagne en 11 h 15 min 56 s. La première « Ironwoman »[N 5], Lyn Lemaire, championne cycliste de Boston[11], se classe cinquième sur quinze, avec un temps de 12 h 55 min 38 s. John Collins désire changer le format de la prochaine course en un relais afin d’attirer plus de participants, mais Barry McDermott, rédacteur de Sports Illustrated[10] et son photographe Peter Read Miller, sur l’île pour couvrir un tournoi de golf, découvrent la course et en réalisent un reportage[12]. McDermott écrit un article de dix pages, John Collins reçoit au lendemain de la publication des centaines de demandes pour cet événement unique.

Les fondateurs John et Judy Collins donnent alors à la chaîne de télé ABC la permission de filmer l’événement[13] pour son émission Wide World of Sports. Ils avertissent les responsables d’ABC que « regarder la course est aussi excitant que de regarder une pelouse pousser »[14]. Le reportage, qui va alors accentuer les effets dramatiques, fait découvrir l’Ironman au monde entier. La course compte cent six hommes et deux femmes engagés. Elle est remportée en h 24 min 33 s par Dave Scott, 26 ans, professeur de natation à Davis, Californie. Robin Beck gagne le trophée féminin en 11 h 21 min 24 s et se classe 12e au classement général « scratch ».

Fin 1980, le triathlon Ironman fait des émules et depuis, d’autres triathlons de longueurs différentes sont organisés dans le monde. Alors qu'il est muté à Washington par la Navy, le commandant Collins cède l'organisation de l’événement au club de sport local, le Nautilus Fitness Club[15].

L'histoire de la naissance de l'événement retient aussi la formule qu'il affectionne pour motiver chaque participant et le placer face au formidable défi qu'il doit accomplir :

« Vous pouvez abandonner quand vous voulez, personne ne s'en souciera. Mais vous le saurez pour le reste de votre vie[16]. »

1981-1989 : l'Ironman d'Hawaï[modifier | modifier le code]

Valérie Silk[17],[18], responsable de la supervision de la course au sein du club, décide de déplacer l’Ironman des tranquilles rivages de Waikiki au gisement stérile de lave de Kona sur la Big Island d’Hawaï[19].

John Howard, cycliste olympique, gagne la première course sur Big Island en h 38 min 29 s chez les hommes. Linda Sweeney, une des vingt compétitrices, gagne en 12 h 0 min 32 s chez les femmes. Walt Stack (73 ans), le plus âgé des triathlètes engagés[20], termine dernier en 26 h 20 min 0 s, le temps le plus lent de toute l’histoire des Ironmans. En octobre 1982, les organisateurs décident de déplacer l'épreuve de février à octobre afin d’offrir de meilleures conditions d'acclimatation et de course aux athlètes venant de climats plus froids. Deux Ironmans ont donc lieu cette année-là (un en février, un autre en octobre)[21]. Un temps limite est de plus imposé. Les athlètes doivent accomplir les 226,27 km du parcours en moins de dix-huit heures et trente minutes. L’organisation fait également coïncider le jour de la course avec une nuit de pleine lune afin de procurer une meilleure assistance aux coureurs à la nuit tombée[N 6].

Après le départ des Collins et les premières retransmissions télévisées, l’Ironman prend de la consistance et se révèle au monde entier d’une manière assez inattendue, mais dont des millions de téléspectateurs se souviennent. En février 1982, Julie Moss, alors étudiante et courant afin de recueillir des impressions pour sa thèse de physiologie, se trouve en tête de la course féminine, en dépit d’une sévère fatigue et d’une déshydratation avancée. Dans les derniers mètres de la course, elle chancelle et s'effondre en vue de la ligne d’arrivée. Elle se fait doubler par Kathleen McCartney qui remporte le titre féminin. Julie Moss rampe pourtant vers la ligne qu'elle franchit à quatre pattes[22]. Le titre lui échappe, mais elle inscrit ainsi un des moments les plus emblématiques de l'histoire de l'ironman, qui a contribué à forger sa devise : « Tout est possible » (« Anything is possible »)[23].

Photographie en couleur d'un triathlète de renom
L'Américain Dave Scott, co-détenteur du record de victoires en championnat du monde Ironman (6)

En 1983, pour la première fois, un système de qualification impose désormais un nombre limité de coureurs. Le premier Ironman organisé aux États-Unis et qualificatif pour l'épreuve reine est le « Ricoh Ironman U.S. Championship »[24], qui se déroule à Los Angeles en mai. Les meilleurs athlètes de chaque tranche d'âge masculine ou féminine sont sélectionnés pour l'Ironman de Kona (Hawaï) en octobre.

En 1985 Scott Tinley, novateur en étant le premier à utiliser un « guidon de triathlète » sur son vélo[25], [N 7], remporte le trophée en établissant un nouveau record de la course en h 50 min 54 s. Mais de 1980 à 1987, c'est l'Américain Dave Scott, surnommé « l'Homme » (« the Man »), qui étend son emprise sur la compétition en remportant six titres en huit participations, établissant le premier record de victoires masculines sur l'épreuve. Débutent aussi les deux premières courses de qualifications internationales : le « Double Brown Ironman » à Auckland en Nouvelle-Zélande qui a lieu le 24 mars et le « Yanmar Ironman Japan » au lac Biwa au Japon qui a lieu le 30 juin.

1986 et 1988 voient les premières éditions de deux nouvelles épreuves qualificatives pour l'Ironman d'Hawaï : l’Ironman Canada, organisée à Penticton, en Colombie-Britannique, et l’Ironman Europe à Roth[N 8], dans l’ouest de l’Allemagne.

1990 : le championnat du monde d'Ironman et l'internationalisation[modifier | modifier le code]

En 1990, le Dr James P. Gills, triathlète vétéran, rachète la Hawaï Triathlon Corporation à Valérie Silk et crée la World Triathlon Corporation (WTC). Cette société commerciale formalise et développe le championnat du monde d'Ironman et promeut la marque Ironman. Elle organise un circuit officiel et international de qualifications s'appuyant sur une vigoureuse politique commerciale et médiatique. Le format sportif de l'Ironman ne change pas et celui de Kona sur l'archipel d'Hawaï, qui porte désormais le nom officiel de « championnat du monde d'Ironmnan Kailua-Kona » (Ironman World Championship Kailua-Kona)[26], continue de servir de support au « Championnat du Monde ». Compétition finale du circuit, il est considéré comme le plus important et l'un des plus prestigieux triathlons du monde.

Ces années sont aussi marquées par la domination américaine sur la compétition. Le triathlète Mark Allen, surnommé « La Poigne » (« The Grip »), égale le record de victoires masculines détenu précédemment par le seul Dave Scott. Il établit aussi le plus grand nombre de victoires consécutives sur cette compétition. Mais c'est la triathlète zimbabwéenne naturalisée américaine Paula Newby-Fraser, surnommée « La Reine de Kona » (« The Queen Of Kona »), qui établit avec huit victoires le record absolu du championnat du monde d'Ironman. Elle détient également avec vingt-trois victoires le record du plus grand nombre de victoires sur distance Ironman.

L'australien Greg Welch, surnommé « le clown fou » (« the wild joker »), met un terme à la domination américaine chez les hommes en battant Dave Scott et Mark Allen en 1994. Il devient le premier triathlète non américain à remporter le championnat du monde[27]. Heather Fuhr, triathlète canadienne, fait de même en battant son amie et partenaire d'entrainement de longue date Paula Newby-Frazer en 1997[28].

photo en couleur d'un triathlète en train de courir
Luc Van Lierde, premier champion du monde européen.
photo en couleur de la première championne du monde européenne en train courir le marathon
Natascha Badmann, six fois championne du monde d'Ironman, première européenne championne du monde.

En 1995, Isabelle Mouthon-Michellys prend la seconde place en h 25 min 13 s. Elle reste la seule triathlète française à s'être hissée sur le podium. Les premiers vainqueurs européens apparaissent en 1996 pour les hommes et 1998 pour les femmes et mettent fin à la suprématie américaine. Luc Van Lierde, jeune Belge de 27 ans et nouveau venu sur l'Ironman, est le premier européen à gagner la course et améliore le record détenu par Mark Allen de plus de trois minutes, en h 4 min 8 s[29]. Il remporte deux fois le trophée en trois participations. La Suissesse Natascha Badmann, surnommée « Mademoiselle Suisse » (Miss Swiss), devient, à 31 ans, la première européenne à remporter le titre en h 24 min 16 s[30]. Elle le gagne six fois en huit participations et maintient son emprise sur la compétition féminine jusqu'en 2005.

En 1998, l’Ironman Triathlon World Championship célèbre son 20e anniversaire. Sept des quinze athlètes ayant participé à la première édition sont présents, et six s’alignent au départ. Parmi eux se trouve le premier vainqueur Gordon Haller qui termine en 14 h 27 min 1 s et le fondateur de la course, John Collins qui passe la ligne d’arrivée en 16 h 30 min 2 s[31].

De 2005 à 2011, Chrissie Wellington, triathlète britannique, marque l'histoire du championnat du monde en gagnant quatre fois la compétition en quatre participations. Elle bat en 2009 le record détenu par Paula Newby-Fraser depuis 1992 en h 54 min 2 s et elle établit en 2011, sur le challenge de Roth (Allemagne), le record sur distance Ironman en h 18 min 13 s.

Après trois années de domination allemande chez les hommes, l'Australie prend la suite à partir de 2007 avec Cris McCormack et surtout Craig Alexander qui remporte la course trois fois et établit en 2011 un nouveau record en h 3 min 56 s. Pourtant, cette même année, l'Allemand Andreas Raelert établit au Challenge de Roth en Allemagne le record absolu sur la distance Ironman en h 41 min 33 s. En 2013 le belge Frederik Van Lierde[N 9] met un terme à six années de domination australienne en remportant le championnat du monde, après s’être qualifié en remportant la même année et pour la troisième fois consécutive, l'Ironman France[32]. Il cède son titre en 2014 à l'allemand Sebastian Kienle qui l'emporte devant l'américain Ben Hoffman et son compatriote Jan Frodeno. Ce dernier construit sa victoire sur la deuxième partie du parcours vélo, accentuant son avance malgré un fort vent de face, pour entamer le marathon avec une minute trente d'avance sur son premier poursuivant[33].

Après avoir établi lors de sa victoire sur l’édition 2013 un nouveau record féminin en h 52 min 14 s[34], la triathlète australienne Mirinda Carfrae, surnommée « Rinny », remporte son troisième titre de championne du monde en 2014, s'imposant devant la suissesse Daniela Ryf qui participe à cette compétition pour la première fois. Malgré un retard de près de quatorze minutes sur les premières triathlètes à la sortie de l’épreuve vélo, elle entame une des plus grandes remontées de l'histoire de la compétition pour prendre au trente-sixième kilomètre du marathon la tête de la course, qu'elle ne cède pas jusqu'à l'arrivée[35].

2014 : tensions avec l'ITU, nouvelles règles et concurrences[modifier | modifier le code]

Début 2014, les relations entre la Fédération internationale de triathlon (ITU) et la World Triathlon Corporation (WTC) se sont fortement dégradées. L'ITU ne reconnait pas complètement les règles anti-dopage proposées par l'AMA (Agence mondiale antidopage) auxquelles adhère la WTC pour les Ironmans. Elle reproche également à la WTC d'organiser des compétitions et des championnats sur des distances qui sont habituellement dévolues à l'ITU et aux fédérations nationales, selon des règles d'arbitrage et de sécurité qu'elle n'approuve pas. Ce sont la série 70.3 (équivalent des distances L et XL) et la série 5150 (équivalent de la distance M) qui est celle de l'épreuve olympique. Pour ces raisons, l'ITU, lors de son congrès du 19 mai 2014, a retiré son agrément aux compétitions organisées par la World Triathlon Corporation[36]. Dès juin 2014 et dans le but d'harmoniser les règles qui régissent leur pratique, l'ITU et la WTC, ont entamé une série de rencontres pour élaborer des standards susceptibles d'être agréés en 2015[37].

Photo en couleur ou des nageurs démarrent en masse l’épreuve
Départ massif des 2000 triathlètes à Kona.

De sa création à l’édition 2013, un départ massif (mass start), moment d'intense tension pour les triathlètes, s'ajoute à la difficulté de la première épreuve, mais de part l'augmentation tant quantitative que qualitative des triathlètes qualifiés pour le championnat du monde, la WTC décide de mettre en oeuvre pour l'édition 2014 une nouvelle règle : un départ part vague. Mis en oeuvre afin de réduire le nombre de triathlètes sortant simultanément de l'eau et aux motifs que l'afflux trop important de triathlètes en sortie d'eau rend plus difficile l'application de la règle d’interdiction d'« aspiration-abri » (drafting), créant également des problèmes de sécurité. Elles sont au nombre de quatre, espacées de cinq minutes pour les professionnels et de dix pour les classes d'age. L'édition 2014 voit donc, pour la première fois de son histoire, un départ différencié des compétiteurs. Les élites masculines démarrent la course à h 25, les élites féminines à h 30, puis des classes d'ages hommes à h 50 et femmes à h[38].

Le circuit de qualification 2014/2015 , pour le championnat du monde est réduit de neufs compétitions. Ces compétitions Ironmans continuerons d’être organisées, mais n'offrent ni primes, ni point de qualification pour les professionnels au Kona Point Ranking. Les primes sont redistribuées sur les autres compétitions afin d'augmenter celle-ci. Pour 2015, la World Triathlon Corporation propose un total de prime sur l’ensemble de ses courses qualificatives de 5,1 millions de dollars[38].

En 2014, la marque européenne Challenge Family s'est associée avec la marque américaine Révolution 3 (Rev3) créée en 2009, afin d'augmenter la pression concurrentielle sur la marque Ironman, par l’organisation et la structuration d'un circuit de compétitions américaines et internationales sur toutes distances[39].

Organisation de la compétition moderne[modifier | modifier le code]

La participation à la finale de ce championnat exige une qualification préalable. Trente-huit compétitions, ouvertes aux professionnels et aux amateurs, sont organisées à cette fin[40]. Trente seulement offrent des points et des primes aux professionnelles, toutes offrent un nombre de places qualificatives (slot) aux amateurs. Plus de 80 000 triathlètes tentent chaque année de se qualifier pour le « Championnat du Monde Ironman ». Seulement 1 850 sont sur la ligne de départ le jour de la course[41].

Épreuves de qualification[modifier | modifier le code]

Pour les sportifs professionnels, il est établi un classement aux points (KPR- Kona Points Ranking) attribués proportionnellement aux performances réalisées sur les différentes courses Ironman de l'année de qualification, celle-ci s’étend du 1er septembre au 31 août[42]. Les cinquante premiers triathlètes professionnels du KPR masculin et les trente-cinq premières du KPR féminin participent à la course.

Pour les sportifs amateurs, les qualifications, par catégories d'âge définies par tranche de cinq ans, sont quantifiées (slots) proportionnellement au nombre de coureurs de chaque groupe d'âge présents au départ de chacune des courses.

Il est également possible de se qualifier grâce à une loterie[43] ou en achetant sa qualification lors d'enchères annuelles destinées à des œuvres.

En 2015, trente courses qualificatives[N 10] « Triathlon Ironman » pour les professionnels sont organisées à travers le monde[44].

Les abréviations entre crochets correspondent à la localisation des événements sur la carte.

Afrique[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]


Asie[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Océanie[modifier | modifier le code]


Palmarès du championnat du Monde[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, sont présentés les tableaux détaillant le podium de chaque édition masculine[45] et féminine[46] et le palmarès complet, par nation, de l'Ironman.

Les triathlètes américains ont largement dominé la compétition jusqu'au milieu des années 1990. Depuis, le système de qualification international des triathlons Ironman permet aux sportifs des autres nations d’accéder au championnat du monde et de prétendre aux premières places. Les États-Unis sont encore la nation la plus titrée. Cependant, depuis le dernier sacre de Paula Newby-Fraser, en 1996, deux américaines seulement sont montées sur le podium féminin, sans toutefois gagner l'épreuve. Après Tim DeBoom en 2002, seul Chris Lieto et Ben Hoffman sont parvenus à se hisser sur une place du podium masculin en terminant deuxième en 2009 et 2014.

Palmarès masculin[modifier | modifier le code]

L'Allemand Sebastian Kienle, champion du monde pour la première fois en 2014
Photo portait du détendeur du record  du championnat du monde
L'Australien Craig Alexander, détenteur du record du championnat du monde Ironman (en h 3 min 56 s)
Classement masculin de 1978 à 2014
Année Champion Temps 2e Temps 3e Temps
2014 Drapeau : Allemagne Sebastian Kienle h 14 min 18 s Drapeau : États-Unis Ben Hoffman h 19 min 23 s Drapeau : Allemagne Jan Frodeno h 20 min 32 s
2013 Drapeau : Belgique Frederik Van Lierde h 12 min 29 s Drapeau : Australie Luke McKenzie h 15 min 19 s Drapeau : Allemagne Sebastian Kienle h 19 min 24 s
2012 Drapeau : Australie Pete Jacobs h 18 min 37 s Drapeau : Allemagne Andreas Raelert h 23 min 40 s Drapeau : Belgique Frederik Van Lierde h 24 min 9 s
2011 Drapeau : Australie Craig Alexander h 3 min 56 s Drapeau : Australie Pete Jacobs h 9 min 11 s Drapeau : Allemagne Andreas Raelert h 11 min 7 s
2010 Drapeau : Australie Chris McCormack h 10 min 37 s Drapeau : Allemagne Andreas Raelert h 12 min 17 s Drapeau : Belgique Marino Vanhoenacker h 13 min 14 s
2009 Drapeau : Australie Craig Alexander h 20 min 21 s Drapeau : États-Unis Chris Lieto h 22 min 56 s Drapeau : Allemagne Andreas Raelert h 24 min 32 s
2008 Drapeau : Australie Craig Alexander h 17 min 45 s Drapeau : Espagne Eneko Llanos Burguera h 20 min 50 s Drapeau : Belgique Rutger Beke h 21 min 23 s
2007 Drapeau : Australie Chris McCormack h 15 min 34 s Drapeau : Australie Craig Alexander h 19 min 4 s Drapeau : Danemark Torbjorn Sindballe h 21 min 30 s
2006 Drapeau : Allemagne Normann Stadler h 11 min 56 s Drapeau : Australie Chris McCormack h 13 min 7 s Drapeau : Allemagne Faris Al-Sultan h 19 min 4 s
2005 Drapeau : Allemagne Faris al-Sultan h 14 min 17 s Drapeau : Nouvelle-Zélande Cameron Brown h 19 min 36 s Drapeau : Canada Peter Reid h 20 min 4 s
2004 Drapeau : Allemagne Normann Stadler h 33 min 29 s Drapeau : Canada Peter Reid h 43 min 40 s Drapeau : Allemagne Faris al-Sultan h 45 min 14 s
2003 Drapeau : Canada Peter Reid h 22 min 35 s Drapeau : Belgique Rutger Beke h 28 min 27 s Drapeau : Nouvelle-Zélande Cameron Brown h 32 min 2 s
2002 Drapeau : États-Unis Timothy DeBoom h 29 min 56 s Drapeau : Canada Peter Reid h 33 min 6 s Drapeau : Nouvelle-Zélande Cameron Brown h 35 min 34 s
2001 Drapeau : États-Unis Timothy DeBoom h 31 min 18 s Drapeau : Nouvelle-Zélande Cameron Brown h 46 min 10 s Drapeau : Allemagne Thomas Hellriegel h 47 min 40 s
2000 Drapeau : Canada Peter Reid h 21 min 1 s Drapeau : États-Unis Timothy DeBoom h 23 min 10 s Drapeau : Allemagne Normann Stadler h 26 min 45 s
1999 Drapeau : Belgique Luc Van Lierde h 17 min 17 s Drapeau : Canada Peter Reid h 22 min 54 s Drapeau : États-Unis Timothy DeBoom h 25 min 45 s
1998 Drapeau : Canada Peter Reid h 24 min 20 s Drapeau : Belgique Luc Van Lierde h 31 min 57 s Drapeau : Allemagne Lothar Leder h 32 min 57 s
1997 Drapeau : Allemagne Thomas Hellriegel h 33 min 1 s Drapeau : Allemagne Jürgen Zäck h 39 min 18 s Drapeau : Allemagne Lothar Leder h 40 min 30 s
1996 Drapeau : Belgique Luc Van Lierde h 4 min 8 s Drapeau : Allemagne Thomas Hellriegel h 6 min 7 s Drapeau : Australie Greg Welch h 18 min 57 s
1995 Drapeau : États-Unis Mark Allen h 20 min 34 s Drapeau : Allemagne Thomas Hellriegel h 22 min 59 s Drapeau : Allemagne Rainer Mueller-Hoerner h 25 min 23 s
1994 Drapeau : Australie Greg Welch h 20 min 27 s Drapeau : États-Unis Dave Scott h 24 min 32 s Drapeau : États-Unis Jeff Devlin h 31 min 56 s
1993 Drapeau : États-Unis Mark Allen h 7 min 45 s Drapeau : Finlande Pauli Kiuru h 14 min 27 s Drapeau : Allemagne Wolfgang Dittrich h 20 min 13 s
1992 Drapeau : États-Unis Mark Allen h 9 min 8 s Drapeau : Chili Cristian Bustos h 16 min 29 s Drapeau : Finlande Pauli Kiuru h 17 min 29 s
1991 Drapeau : États-Unis Mark Allen h 18 min 32 s Drapeau : Australie Greg Welch h 24 min 34 s Drapeau : États-Unis Jeff Devlin h 27 min 55 s
1990 Drapeau : États-Unis Mark Allen h 28 min 17 s Drapeau : États-Unis Scott Tinley h 37 min 40 s Drapeau : Finlande Pauli Kiuru h 39 min 24 s
Triathlon Ironman d'Hawaï
1989 Drapeau : États-Unis Mark Allen h 9 min 15 s Drapeau : États-Unis Dave Scott h 10 min 13 s Drapeau : Australie Greg Welch h 32 min 16 s
1988 Drapeau : États-Unis Scott Molina h 31 min 0 s Drapeau : États-Unis Mike Pigg h 33 min 11 s Drapeau : États-Unis Ken Glah h 38 min 37 s
1987 Drapeau : États-Unis Dave Scott h 34 min 13 s Drapeau : États-Unis Mark Allen h 45 min 19 s Drapeau : Australie Greg Stewart h 58 min 53 s
1986 Drapeau : États-Unis Dave Scott h 28 min 37 s Drapeau : États-Unis Mark Allen h 36 min 4 s Drapeau : États-Unis Scott Tinley h 0 min 37 s
1985 Drapeau : États-Unis Scott Tinley h 50 min 54 s Drapeau : États-Unis Christopher Hinshaw h 16 min 40 s Drapeau : Suisse Carl Kupferschmid h 26 min 32 s
1984 Drapeau : États-Unis Dave Scott h 54 min 20 s Drapeau : États-Unis Scott Tinley h 18 min 45 s Drapeau : États-Unis Grant Boswell h 23 min 55 s
1983 Drapeau : États-Unis Dave Scott h 5 min 27 s Drapeau : États-Unis Scott Tinley h 6 min 30 s Drapeau : États-Unis Mark Allen h 21 min 6 s
1982 (octobre) Drapeau : États-Unis Dave Scott h 8 min 23 s Drapeau : États-Unis Scott Tinley h 28 min 28 s Drapeau : États-Unis Jeff Tinley h 36 min 53 s
1982 (février) Drapeau : États-Unis Scott Tinley h 19 min 41 s Drapeau : États-Unis Dave Scott h 53 min 16 s Drapeau : États-Unis Jeff Tinley h 53 min 16 s
1981 Drapeau : États-Unis John Howard h 38 min 29 s Drapeau : États-Unis Tom Warren 10 h 4 min 38 s Drapeau : États-Unis Scott Tinley 10 h 12 min 47 s
1980 Drapeau : États-Unis Dave Scott h 24 min 33 s Drapeau : États-Unis Chuck Neumann 10 h 24 min 41 s Drapeau : États-Unis John Howard 10 h 32 min 36 s
1979 Drapeau : États-Unis Tom Warren 11 h 15 min 56 s Drapeau : États-Unis John Dunbar 12 h 3 min 56 s Drapeau : États-Unis Ian Emberson 12 h 23 min 30 s
1978 Drapeau : États-Unis Gordon Haller 11 h 46 min 0 s Drapeau : États-Unis John Dunbar 12 h 20 min 27 s Drapeau : États-Unis Dave Orlowski 13 h 59 min 13 s

Palmarès féminin[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'une cycliste elle porte des lunettes
La triathlète britannique Chrissie Wellington
Classement féminin de 1979 à 2014
Année Champion Temps 2e Temps 3e Temps
2014 Drapeau : Australie Mirinda Carfrae h 0 min 55 s Drapeau : Suisse Daniela Ryf h 2 min 57 s Drapeau : Royaume-Uni Rachel Joyce h 4 min 23 s
2013 Drapeau : Australie Mirinda Carfrae h 52 min 14 s Drapeau : Royaume-Uni Rachel Joyce h 57 min 28 s Drapeau : Royaume-Uni Liz Blatchford h 3 min 35 s
2012 Drapeau : Royaume-Uni Leanda Cave h 15 min 54 s Drapeau : Suisse Caroline Steffen h 16 min 58 s Drapeau : Australie Mirinda Carfrae h 21 min 41 s
2011 Drapeau : Royaume-Uni Chrissie Wellington h 55 min 8 s Drapeau : Australie Mirinda Carfrae h 57 min 57 s Drapeau : Royaume-Uni Leanda Cave h 3 min 29 s
2010 Drapeau : Australie Mirinda Carfrae h 58 min 36 s Drapeau : Suisse Caroline Steffen h 6 min 0 s Drapeau : Royaume-Uni Julie Dibens h 10 min 4 s
2009 Drapeau : Royaume-Uni Chrissie Wellington h 54 min 2 s Drapeau : Australie Mirinda Carfrae h 13 min 59 s Drapeau : Espagne Virginia Berasategui h 15 min 28 s
2008 Drapeau : Royaume-Uni Chrissie Wellington h 6 min 23 s Drapeau : Pays-Bas Yvonne van Vlerken h 21 min 20 s Drapeau : Allemagne Sandra Wallenhorst h 22 min 52 s
2007 Drapeau : Royaume-Uni Chrissie Wellington h 8 min 45 s Drapeau : Canada Samantha McGlone h 14 min 4 s Drapeau : Australie Kate Major h 19 min 13 s
2006 Drapeau : Australie Michellie Jones h 18 min 31 s Drapeau : États-Unis Desiree Ficker h 24 min 2 s Drapeau : Canada Lisa Bentley h 25 min 18 s
2005 Drapeau : Suisse Natascha Badmann h 9 min 30 s Drapeau : Australie Michellie Jones h 11 min 51 s Drapeau : Australie Kate Major h 12 min 39 s
2004 Drapeau : Suisse Natascha Badmann h 50 min 4 s Drapeau : Canada Heather Fuhr h 51 min 34 s Drapeau : Australie Kate Major 10 h 1 min 56 s
2003 Drapeau : Canada Lori Bowden h 11 min 55 s Drapeau : Suisse Natascha Badmann h 17 min 8 s Drapeau : Allemagne Nina Kraft h 17 min 16 s
2002 Drapeau : Suisse Natascha Badmann h 7 min 54 s Drapeau : Allemagne Nina Kraft h 14 min 24 s Drapeau : Canada Lori Bowden h 22 min 27 s
2001 Drapeau : Suisse Natascha Badmann h 28 min 37 s Drapeau : Canada Lori Bowden h 39 min 59 s Drapeau : Allemagne Nina Kraft h 41 min 1 s
2000 Drapeau : Suisse Natascha Badmann h 26 min 17 s Drapeau : Canada Lori Bowden h 29 min 5 s Drapeau : Brésil Fernanda Keller h 31 min 5 s
1999 Drapeau : Canada Lori Bowden h 13 min 2 s Drapeau : États-Unis Karen Smyers h 20 min 40 s Drapeau : Brésil Fernanda Keller h 24 min 30 s
1998 Drapeau : Suisse Natascha Badmann h 24 min 16 s Drapeau : Canada Lori Bowden h 27 min 19 s Drapeau : Brésil Fernanda Keller h 28 min 29 s
1997 Drapeau : Canada Heather Fuhr h 31 min 43 s Drapeau : Canada Lori Bowden h 41 min 42 s Drapeau : Brésil Fernanda Keller h 50 min 2 s
1996 Drapeau : États-Unis Paula Newby-Fraser h 6 min 49 s Drapeau : Suisse Natascha Badmann h 11 min 19 s Drapeau : États-Unis Karen Smyers h 19 min 13 s
1995 Drapeau : États-Unis Karen Smyers h 16 min 46 s Drapeau : France Isabelle Mouthon-Michellys h 25 min 13 s Drapeau : Brésil Fernanda Keller h 37 min 48 s
1994 Drapeau : États-Unis Paula Newby-Fraser h 20 min 14 s Drapeau : États-Unis Karen Smyers h 28 min 8 s Drapeau : Brésil Fernanda Keller h 43 min 20 s
1993 Drapeau : États-Unis Paula Newby-Fraser h 58 min 23 s Drapeau : Nouvelle-Zélande Erin Baker h 8 min 4 s Drapeau : États-Unis Sue Latshaw h 20 min 40 s
1992 Drapeau : Zimbabwe Paula Newby-Fraser h 55 min 28 s Drapeau : Canada Julie-Anne White h 21 min 40 s Drapeau : Pays-Bas Thea Sybesma h 26 min 57 s
1991 Drapeau : Zimbabwe Paula Newby-Fraser h 7 min 52 s Drapeau : Nouvelle-Zélande Erin Baker h 23 min 37 s Drapeau : Royaume-Uni Sara Coope h 33 min 20 s
1990 Drapeau : Nouvelle-Zélande Erin Baker h 13 min 42 s Drapeau : Zimbabwe Paula Newby-Fraser h 20 min 1 s Drapeau : États-Unis Terry Schneider-Egger 10 h 0 min 34 s
Triathlon Ironman d'Hawaï
1989 Drapeau : Zimbabwe Paula Newby-Fraser h 0 min 56 s Drapeau : Canada Sylviane Puntous h 21 min 55 s Drapeau : États-Unis Kirsten Hanssen Ames h 24 min 31 s
1988 Drapeau : Zimbabwe Paula Newby-Fraser h 1 min 1 s Drapeau : Nouvelle-Zélande Erin Baker h 12 min 14 s Drapeau : États-Unis Kirsten Hanssen Ames h 37 min 25 s
1987 Drapeau : Nouvelle-Zélande Erin Baker h 37 min 25 s Drapeau : Canada Sylviane Puntous h 26 min 57 s Drapeau : Zimbabwe Paula Newby-Fraser h 40 min 37 s
1986 Drapeau : Zimbabwe Paula Newby-Fraser h 49 min 14 s Drapeau : Canada Sylviane Puntous h 53 min 13 s Drapeau : États-Unis Joanne Ernst 10 h 0 min 57 s
1985 Drapeau : États-Unis Joanne Ernst 10 h 25 min 22 s Drapeau : États-Unis Elizabeth Bulman 10 h 26 min 54 s Drapeau : Zimbabwe Paula Newby-Fraser 10 h 31 min 4 s
1984 Drapeau : Canada Sylviane Puntous 10 h 25 min 13 s Drapeau : Canada Patricia Puntous 10 h 27 min 28 s Drapeau : États-Unis Julie Olson 10 h 38 min 10 s
1983 Drapeau : Canada Sylviane Puntous 10 h 43 min 36 s Drapeau : Canada Patricia Puntous 10 h 49 min 17 s Drapeau : États-Unis Eva Ueltzen 11 min 1 s 49
1982 (octobre) Drapeau : États-Unis Julie Leach 10 h 54 min 8 s Drapeau : États-Unis Joann Dahlkoetter 10 h 58 min 1 s Drapeau : États-Unis Sally Edwards 11 h 3 min 0 s
1982 (février) Drapeau : États-Unis Kathleen McCartney 11 h 9 min 40 s Drapeau : États-Unis Julie Moss 11 h 10 min 9 s Drapeau : États-Unis Lyn Brooks
Drapeau : États-Unis Sally Edwards
11 h 51 min 0 s
1981 Drapeau : États-Unis Linda Sweeney 12 h 0 min 32 s Drapeau : États-Unis Sally Edwards 12 h 37 min 25 s Drapeau : États-Unis Lyn Brooks 12 h 43 min 45 s
1980 Drapeau : États-Unis Robin Beck 11 h 21 min 24 s Drapeau : États-Unis Eve Anderson 15 h 40 min 59 s
1979 Drapeau : États-Unis Lyn Lemaire 12 h 55 min 28 s

Classements par nation[modifier | modifier le code]

Classement féminin par nation de 1979 à 2014
Rang Nation 1er 2e 3e Total
1 Drapeau des États-Unis États-Unis 10 8 12 30
2 Drapeau de la Suisse Suisse 6 5 0 11
3 Drapeau du Canada Canada 5 12 2 19
4 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 5 1 5 11
5 Drapeau du Zimbabwe Zimbabwe 5 1 2 8
6 Drapeau de l'Australie Australie 4 3 4 11
7 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 2 3 0 5
8 Drapeau de l'Allemagne Allemagne 0 1 3 4
9 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 0 1 1 2
10 Drapeau de la France France 0 1 0 1
11 Drapeau du Brésil Brésil 0 0 6 6
12 Drapeau de l'Espagne Espagne 0 0 1 1
Classement masculin par nation de 1978 à 2014
Rang Nation 1er 2e 3e Total
1 Drapeau des États-Unis États-Unis 20 18 13 51
2 Drapeau de l'Australie Australie 7 5 3 15
3 Drapeau de l'Allemagne Allemagne 5 5 12 22
4 Drapeau du Canada Canada 3 3 1 7
5 Drapeau de la Belgique Belgique 3 2 3 8
6 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 0 2 2 4
7 Drapeau de la Finlande Finlande 0 1 2 3
8 Drapeau du Chili Chili 0 1 0 1
8 Drapeau de l'Espagne Espagne 0 1 0 1
10 Drapeau de la Suisse Suisse 0 0 1 1
10 Drapeau du Danemark Danemark 0 0 1 1

Records de l'Ironman[modifier | modifier le code]

Résultant de leur domination jusqu'au milieu des années 1990, les triathlètes américains détiennent toujours les records du nombre de victoires.

Photograpie en couleur de la triathlète la plus titrée au monde
Paula Newby-Fraser, huit fois championne du monde d'Ironman
Records de victoires Ironman
Records de victoires Ironman Triathlète Nombre Années
Plus grand nombre de victoires au championnat du monde féminin Drapeau : États-Unis Paula Newby-Fraser 8 1986, 1988, 1989, 1991, 1992, 1993, 1994, 1996
Plus grand nombre de victoires en triathlons Ironman Drapeau : États-Unis Paula Newby-Fraser 24[47]
Plus grand nombre de victoires au championnat du monde masculin Drapeau : États-Unis Dave Scott 6 1980, 1982, 1983, 1984, 1986, 1987
Drapeau : États-Unis Mark Allen 1989, 1990, 1991, 1992, 1993, 1996


Les records de temps sur distance Ironman ont été établis lors du challenge de Roth (Allemagne), tous les deux lors de l'édition 2011. La topographie du parcours en vélo offre un dénivelé positif global relativement faible (environ 1 000 m) facilitant la réalisation de records très inférieurs aux temps réalisés sur les autres épreuves[48].

photo en couleur d'un triathlète en train de courir le marathon
Le triathlète allemand Andreas Raelert.
Records sur la distance Ironman
Records sur la distance Ironman Triathlète Année Lieu Temps
Record féminin Drapeau : Royaume-Uni Chrissie Wellington[N 14] 2011 Challenge de Roth (Allemagne) h 18 min 13 s
Record masculin Drapeau : Allemagne Andreas Raelert 2011 Challenge de Roth (Allemagne) h 41 min 33 s


Parcours du championnat du monde d'Ironman (Kailua-Kona)[modifier | modifier le code]

Depuis le déplacement d'Honolulu vers la baie de Kailua-Kona sur la Big Island en 1982 et la transformation de l'Ironman d'Hawaï en championnat du monde d'Ironman en 1990, le parcours est resté sensiblement le même. L’extrême difficulté de ce type de compétition est dépendant des distances à parcourir, de la topographie du parcours mais aussi des conditions météorologiques du jour de l'épreuve. La règle de base de cette compétition étant l'effort individuel, l'aspiration-abri (drafting) est pénalisé et interdit sur la partie vélo. L'aide extérieure est également interdite et éliminatoire.

photo en couleur de la ligne de départ et d'arrivée
Ligne d'arrivée du championnat du monde sur Alii Drive à Kailua-Kona

De sa création à l’édition 2013, un départ massif (mass start), moment d'intense tension pour les triathlètes, s'ajoute à la difficulté de la première épreuve : la natation. Celle-ci se déroule dans le baie de Kailua (Kailua-Bay) en une seule boucle de 3,8 kilomètres. La température de l'eau au mois d’octobre oscillant autour de 26 °C, l’épreuve se dispute sans combinaison, augmentant la difficulté de cette première épreuve, car la flottabilité que procure la combinaison économise l’énergie du sportif et facilite la natation. L'édition 2014 voit pour la prémière fois un départ par vague , au nombre de quatre et espacées de cinq minutes pour les professionnels et de dix pour les classes d'age[49].

Le circuit en vélo propose un dénivelé positif global faible, d'environ 1 100 mètres sur 180,2 km, le classant dans les parcours « très roulants ». Hormis sa longueur, la grande difficulté de l'épreuve est son tracé constitué d'un aller-retour sur la côte ouest de l'île[50]. Le parcours est parfois balayé par des vents marins pouvant atteindre 70 km/h en rafale, rendant l’épreuve harassante et dangereuse. Face au risque d'accident, les roues lenticulaires[N 15] sont interdites sur cette compétition.

Le marathon se déroule lui aussi sur la côte. Il part de Kailu en direction du sud jusqu'à Kalahuu puis remonte au nord jusqu’à l’aéroport et revient vers Kona où la ligne d'arrivée (Finishline) est située sur Alii Drive. Son dénivelé positif global est de 150 mètres. Il a été légèrement modifié en 1990 afin d’éviter le trafic routier de l’aéroport, ajoutant une encoche vers l’extrémité sud d’Alii Drive (The Pit)[51]. La température ambiante élevée et le taux d'humidité dans l'air deviennent des handicaps qui augmentent fortement la difficulté de l'épreuve.

Participation des athlètes handicapés[modifier | modifier le code]

Les sportifs handicapés ont aussi pris part, de par leur volonté et leurs exploits personnels, à l'écriture de la légende de l'Ironman.

Avec la reconnaissance des athlètes en situation de handicap en 1997, l'Australien John MacLean, à l'aide d'un vélo adapté et d'un fauteuil roulant, devient le premier triathlète handicapé à franchir la ligne d'arrivée du championnat du monde d'Ironman en 12 h 21 min 30 s[52],[23].

photograpie en couleur d'un sportif en chaise roulante poussé par son père pendant la course
Dick Hoyt et son fils Rick

Par la suite, bien d'autres triathlètes atteints de handicap physique prennent part aux épreuves de l'Ironman (qualifications ou championnat du monde). Jim MacLaren, Pat Griskus, Paul Martin et d'autres athlètes amputés participent au championnat du monde et deviennent des finishers, résumant leur engagement d'une formule simple : « Un coeur, un but, une jambe. Pas de limite. » (« It is a simple formula. One heart. One goal. One legs. No limits »)[53].

Dick Hoyt et son fils Rick (infirme moteur cérébral), formant la Team Hoyt, ont participé six fois à la compétition d'Hawaï[54].

En 2005, Jonathan Seth Blais dit « Blazeman » (1971-2007), un triathlète américain de 34 ans atteint de la SLA, termine dans les temps (en 16 h 28 min 56 s[55]) la course d’Hawaï. Il franchit la ligne d'arrivée en exécutant une roulade. Depuis, ce geste symbolique est répété par de nombreux athlètes en signe d'espoir et de volonté. L'année suivante, en fauteuil roulant, il assiste à l'arrivée de Brian Breen qui participe à la compétition comme « Blazeman Warrior ». La World Triathlon Corporation, en signe de reconnaissance, a réservé le numéro 179, celui sous lequel se présentait Blazeman, aux athlètes les plus courageux[56].

Par la suite Lisa Bentley, athlète canadienne atteinte de la mucoviscidose, se classe troisième du championnat du monde en 2006.

Aspects extra-sportifs[modifier | modifier le code]

Spectateurs, bénévoles et volontaires[modifier | modifier le code]

Photo en couleur de bénévoles sur un course de triathlon
Bénévoles sur un parc de transition natation-vélo

Le triathlon étant un sport de plein air, les épreuves Ironmans se déroulent en extérieur. L’accès aux différents parcours, à de rares exceptions près, est libre et gratuit. Le dénombrement des spectateurs reste donc du domaine de l'évaluation. Par exemple, l'organisateur de l'Ironman France à Nice estime à 80 000 le nombre de spectateurs présents lors de l'édition 2014[57].

Les compétitions de triathlon en général, tout comme les Ironmans, font appel à de nombreux bénévoles et volontaires pour encadrer leurs courses. On peut en trouver jusqu'à 5 000 sur une compétition Ironman, qui contribuent à l'excellence de l'organisation et au succès de l’événement[58].

Primes aux vainqueurs et retombées économiques[modifier | modifier le code]

Les primes pour les vainqueurs varient selon les Ironmans. Les trois premiers triathlètes hommes et femmes sont les plus primés. Pour la finale du championnat du monde à Kona, les premiers (homme et femme) gagnent, avec le titre de champion du monde, une prime de 120 000 dollars US, les deuxièmes une prime de 60 000 dollars US et les troisièmes 40 000 dollars US[58].

Il n'y a pas d'étude indépendante connue sur l'impact économique d'une compétition Ironman. Les informations sont habituellement fournies par les organisateurs des compétitions ou les médias locaux. Par exemple, les médias de la ville de Mont-Tremblant au Canada, qui organise un Ironman et un 70.3, annoncent, que ces deux évènements génèrent, pour l'année 2012, des retombées économiques directes et indirectes de 15 à 20 millions de dollars[59],[60].

Lutte contre le dopage[modifier | modifier le code]

Le dernier cas de dopage avéré sur l'Ironman de Kona date de 2004. La lauréate Nina Kraft a été contrôlée positive à l'EPO. L'Allemande a reconnu sa culpabilité[58]. Depuis 2007, la Britannique Chrissie Wellington, quadruple championne du monde, publie sur son site internet l'ensemble de ses résultats de tests anti-dopage afin d'inciter par cet acte de transparence à la mobilisation et à la lutte contre le dopage dans le triathlon[61]. En octobre 2012, la World Triathlon Corporation a établi un partenariat avec l'Agence mondiale anti-dopage (AMA) pour promouvoir son programme anti-dopage sur tous les Ironmans qu'elle organise[62].

Logo, marque et licences Ironman[modifier | modifier le code]

Article détaillé : World Triathlon Corporation.
photographie en couleur d'un montre ironman
Une Timex Ironman Triathlon

Tout comme la marque « Ironman », le logo du triathlon Ironman est une marque déposée, propriété de la World Triathlon Corporation (WTC). Cette dernière a également protégé les noms de « Triathlon Ironman » (Ironman Triathlon en anglais) pour ses compétitions, mais aussi pour des lignes d'équipement sportifs, de vêtements et de souvenirs. Par exemple, la firme Timex depuis 1984, assure la production d'une série de montres chronométriques GPS étanches[63] Timex Ironman (en) sous licence de la WTC. Cette protection est étendue aux marques « 140.6 » et « 70.3 » (noms issus des distances en miles d'un Ironman et d'un half Ironman).

Ironman Hall of Fame[modifier | modifier le code]

Cette distinction est créée en 1993 par la WTC pour honorer les personnes qui ont apporté une contribution exceptionnelle au rayonnement et au développement de l'Ironman dans le monde.

Chaque année, au cours d'une cérémonie, une personnalité est intronisée, choisie parmi plusieurs personnes préalablement nominées[64],[65] Exceptionnellement, plusieurs doubles intronisations ont eu lieu (en 2002, 2003 et 2008). Elles compensent les années 2006, 2007 et 2009, 2010 où personne ne fut distingué. 2014 voit une triple intronisation pour avoir particulièrement développé les compétitions Ironman en Afrique, en Europe et en Australie[66],[67].

Liste des récipiendaires :

  • 1993 : Dave Scott
  • 1994 : Julie Moss
  • 1995 : Scott Tynley
  • 1996 : Paula Newsby-Frazer
  • 1997 : Mark Allen
  • 1998 : John Collins
  • 1999 : Valérie Silk
  • 2000 : Tom Warren
  • 2001 : Dr Bob Laird
  • 2002 : Bob Babbit et John MacLean
  • 2003 : Gordon Haller et Lyn Lemaire
  • 2004 : Greg Welch
  • 2005 : Jim Maclaren
  • 2008 : Team Hoyt (Rick et Dick Hoyt)
  • 2011 : Mike Reilly
  • 2012 : Grahmam Fraser
  • 2013 : Peter Henning
  • 2014 : Georg Hochegger, Stefan Petschnig et Helge Lorenz

Audio-visuel[modifier | modifier le code]

  • En 2014, le film de Nils Tavernier, De toutes nos forces, retrace le défi d'un père et de son fils paralysé cérébral à participer à l'Ironman France à Nice (inspiré de la Team Hoyt).
  • Les reportages tétévisés sur le championnat du monde d'Ironman ont été nominés vingt-neuf fois et ont remporté neuf Emmy Awards depuis 1991[68]. Le dernier est gagné en 2012, la National Academy of Television Arts and Sciences a remis le 16e trophée des Sport Emmy Awards, lors de sa 33e édition, à la chaîne NBC pour un travail de caméra portée jugé exceptionnel[69].
  • En 1981, l'épisode no 18 de la 1re saison de la série télévisée Magnum utilise le cadre du triathlon Ironman d'Hawaï[70].

Autres formats de course[modifier | modifier le code]

Ironman 70.3[modifier | modifier le code]

photographie en couleur du logo de la marque
Portique finishline Ironman 70.3
Article détaillé : Ironman 70.3.

En 2005, la World Triathlon Corporation met en place une série de triathlons dénommés « Ironman 70.3 ». Ces compétitions plus courtes, appelées aussi « half Ironman », se pratiquent sur des distances de 1,9 km de natation, 90 km de vélo et 21 km de course à pied, soit 113 km (70,3 miles, d'où sa dénomination). Ces distances représentent la moitié de la distance d'un Ironman (226 kilomètres ou 140,6 miles). Selon les mêmes principes de qualification et au travers d'un circuit mondial, un championnat du monde 70.3 est organisé. La finale, contrairement au triathlon Ironman, a lieu dans un pays différent chaque année. Certaines de ces compétitions permettent aussi aux triathlètes professionnels de cumuler des points dans le KPR (« Kona Point Ranking »), afin de se qualifier pour le championnat du monde d'Ironman à Kailua-Kona (Hawaï).

Autres triathlons sur longues distances[modifier | modifier le code]

Article connexe : Embrunman.

Le succès des triathlons Ironmans a amené d'autres organisateurs à calquer leurs compétitions sur ce modèle. Ce sont des courses de grande difficulté, similaires aux Ironmans, mais qui, en raison des droits de propriété, ne peuvent se prévaloir de ce nom. Parmi celles-ci figurent notamment « l'Embrunman » (France, 15 août), le « Ch'Triman » (France, début juillet), « le Datev Challenge Roth » (Allemagne, mi-juillet), le « Slovakman » (Slovaquie, début août), le « Norseman Xtreme Triathlon » (Norvège, début août) ou encore « l'Esprit triathlon » (Montréal, Québec, mi-septembre).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette devise est également déposée par la WTC
  2. VO2max, ou oxygen uptake dans l'article référence en anglais, est la capacité maximale d'oxygénation du sang pendant un effort soutenu. Plus elle est élevée, plus le sportif peut fournir un effort important pendant une longue période.
  3. Ce record était commenté dans un article paru dans le magazine sportif Sports Illustrated.
  4. En 2014, toujours, tous les triathlètes qui passent la ligne d'arrivée dans les temps impartis sont nommés Finishers.
  5. Ce terme est utilisé en Europe pour qualifier les finishers féminines ; dans les pays anglo-saxons, c'est le terme Ironlady qui est le plus souvent utilisé.
  6. La date de l'épreuve est ainsi fixée au premier samedi d'octobre qui suit la pleine lune Bob Babbit 2003, p. 38.
  7. Aujourd'hui ce guidon est appelé communément : guidon aéro.
  8. Qui deviendra en 2002 le Challenge Roth
  9. Frederik Van Lierde n'a aucun lien de parenté avec Luc Van Lierde, son entraineur.
  10. La course de Kona est qualificative et offre des points pour l’année suivante.
  11. L'Ironman Canada se déroulait avant 2014 à Penticton, toujours en Colombie-Britannique.
  12. depuis 2005
  13. depuis 2003
  14. Chrissie Wellington a été sacrée quatre fois championne du monde à Hawaï en quatre participations
  15. Roue arrière pleine favorisant la pénétration aérodynamique, mais très sensible aux vents latéraux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Sal Ruibal, « Original Ironman still racing hard », sur usatoday.com,‎ 15 octobre 2003 (consulté le 16 mai 2014).
  2. (en) « Famous Triathlètes: John Collins », sur triathlonfacts.com,‎ 7 décembre 2012 (consulté le 12 mai 2014)
  3. (en) « Ironman Hawaii: History of the Kona World Championships », sur triradar.com,‎ 30 septembre 2013 (consulté le 20 mai 2014).
  4. a et b (en) Jack Johnstone, « Story of the First Triathlon (The early history of the sport) », sur triathlonhistory.com (consulté le 12 mai 2014).
  5. Bob Babbit 2003, p. 17.
  6. (en) TriathlonHistorian, « Famous Triathletes: Gordon Haller », sur triathlonfacts.com,‎ 14 décembre 2012 (consulté le 15 mai 2014).
  7. Bob Babbit 2003, p. 192.
  8. « Un des premiers trophée Ironman », sur firstoffthebike.com
  9. (en) TriathlonHistorian, « Famous Triathletes: Tom Warren », sur triathlonfacts.com,‎ 16 décembre 2012 (consulté le 15 mai 2014).
  10. a et b (en) « Ironman », sur sportsillustrated.cnn.com (consulté en 27 mai).
  11. Bob Babbit 2003, p. 18.
  12. Bob Babbit 2003.
  13. (en) « From Unlikely Challenge To International Sensation », sur usatoday.com,‎ 1er avril 2003 (consulté le 16 mai 2014).
  14. Bob Babbit 2003, p. 24.
  15. Bob Babbit 2003, p. 13.
  16. (en) John Collins, « Ironman Inspiration », sur www.ironman.com.
  17. (en) TriathlonHistorian, « Famous Triathletes: Valerie Silk », sur triathlonfacts.com,‎ 8 décembre 2012 (consulté le 12 mai 2014).
  18. (en) « Valerie Silk USA Triathlon », sur teamusa.org (consulté le 16 mai 2014).
  19. Bob Babbit 2003, p. 28.
  20. Bob Babbit 2003, p. 30.
  21. Bob Babbit 2003, p. 38.
  22. Bob Babbit 2003, p. 34.
  23. a et b Histoire de l'Ironman. Programme officiel de l'ironman 70.3 Pays d'Aix, France, mai 2014
  24. (en) « a Look Back: Ironman’s First 10 Years », sur Ironman.com (consulté le 27 mai 2014)
  25. Bob Babbit 2003, p. 50.
  26. (en) « Championnat du Monde Ironman Kailua-Kona », sur ironman.com (consulté le 30 mai 2014)
  27. Bob Babbit 2003, p. 100.
  28. Bob Babbit 2003, p. 143.
  29. Bob Babbit 2003, p. 131.
  30. Bob Babbit 2003, p. 156.
  31. « Classement 1998 » [PDF], sur ironman-hawaii.com (consulté le 10 juin 2014)
  32. « Van lierde remporte l'Ironman france », sur code sport06.com (consulté le 10 juin 2014)
  33. « Le titre pour Kienle », sur www.redaction.triathlete.com,‎ 2014 (consulté le 12 octobre 2012).
  34. (en) « Mirinda Carfrae Seizes Her Second World Championship », sur www.ironman.com,‎ 2013 (consulté le 16 juillet 2014).
  35. « Un triplée au bout du suspense pour Carfrae », sur www.redaction.triathlete.fr,‎ 2014 (consulté le 12 octobre 2014).
  36. (en) « Le Congres de l'IUT retire son agrément aux ironmans », sur triathlon.org
  37. (en) « ITU and Ironman hold historic meeting », sur www.triathlon.org,‎ 2014 (consulté le 21 juillet 2014).
  38. a et b (en) « Ironam annouce changes », sur triathlete-europe.competitor.com (consulté le 5 octobre 2014).
  39. « Challenge annonce son partenariat avec Rev3 », sur www.trimes.org,‎ 2014 (consulté le 12 novembre 2014).
  40. (en) « Pro membership Ironman qualifying (Kona Pro Ranking) », sur ironman.com (consulté le 12 mai 2014)
  41. (en) « World Championship Auction », sur Ironmanfoudation.org (consulté le 31 mai 2014)
  42. « Les nouvelle règles du jeu » [PDF], sur www.triathlon-hebdo.com (consulté le 16 novembre 2014).
  43. « Loterie Ironman », sur redaction.triathlete.fr (consulté en 17 juillet2014).
  44. (en) « Events 2014 », sur ironman.com (consulté le 16 mai 2014)
  45. « Championnats du Monde d'Ironman : présentation et palmarès de l'Ironman hommes », sur les-sports.info,‎ 12 octobre 2013 (consulté le 16 mai 2014)
  46. « Championnats du Monde d'Ironman : présentation et palmarès de l'Ironman femmes », sur les-sports.info,‎ 12 octobre 2013 (consulté le 16 mai 2014)
  47. (en) « Paula Newby-Fraser », sur multisports.com (consulté le 23 mai 2014)
  48. « Parcours vélo du challenge de Roth », sur openrunner.com (consulté le 31 juillet 2014)
  49. (en) « Ironam annouce changes », sur triathlete-europe.competitor.com (consulté le 5 octobre 2014).
  50. « Parcours cyclisme Ironman de Kona », sur www.openrunner.com (consulté le 28 juillet 2014).
  51. « Parcours du marathon Ironman de Kona », sur www.openrunner.com (consulté le 28 juillet 2014).
  52. Bob Babbit 2003, p. 108.
  53. Bob Babbit 2003, p. 106.
  54. (en) « The Hoyt foundation », sur takethemagicstep.com (consulté le 12 mai 2014)
  55. (en) « World's best pro triathletes rock on with Rock 'n Roll legends for ALS », sur everymantri.com,‎ 14 septembre 2010 (consulté le 12 mai 2014)
  56. (en) « Remembering the Blazeman - An obituary written by Jonathan Blaze's mother, Mary Ann. », sur ironman.com,‎ 1er juin 2007 (consulté le 12 mai 2014)
  57. « Ironman France Nice », sur www.codesport06.com,‎ 2014 (consulté le 21 juillet 2014).
  58. a, b et c « Ironman les infos en chiffres », sur redaction.triathlete.fr (consulté le 19 juin 2014)
  59. « Des retombées économiques impressionnantes », sur www.hebdosregionaux.ca,‎ 2012 (consulté le 22 juillet 2014).
  60. « Les évènements Ironman ont généré beaucoup de retombées économiques », sur www.triathlonquebec.objectif226.ca,‎ 2012 (consulté le 22 juillet 2012).
  61. « Chrissie Wellington publie ses tests anti-dopage », sur www.trimag.fr,‎ 2011 (consulté le 21 juillet 2014).
  62. (en) « WTC/WADA », sur ironman.com (consulté le 19 Juin 2014)
  63. Bob Babbit 2003, p. 48.
  64. Bob Babbit 2003, p. 188.
  65. (en) « Peter Henning in the Ironman Hall of Fame », sur lava.com,‎ 2013 (consulté le 22 juillet 2014).
  66. (en) « Inductee 2014 Hall of Fame », sur www.eu.ironman.com (consulté le 23 septembre 2014).
  67. « Ironman Hall of Fame », sur www.triathlon-hebdo.com,‎ 2014 (consulté le 25 septembre 2014).
  68. Bob Babbit 2003, p. 191.
  69. (en) « Ironman wins 16th Emmy Award », sur hawaii247.com,‎ 2012 (consulté le 16 juillet 2014).
  70. (en) « Beauty Knows No Pain », sur magnum-mania.com (consulté le 16 juillet 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bob Babbit, 35 Years of the Ironman triahtlon, Meyer et Meyer verlag, coll. « Ironman édition »,‎ 2014, 240 p. (ISBN 9781782550532).
  • (en) Chris McCormack, I'm Here to Win: A World Champion's Advice for Peak Performance, Center Street,‎ 2013 (ISBN 9781455502684).
  • (en) Craig Alexander, Paul Robbins, As the Crow Flies: My Journey to Ironman World Champion, Velo Press,‎ 2012 (ISBN 978-1-9340-3094-3).
  • (en) Bob Babbit, 30 Years of the Ironman triahtlon, Meyer et Meyer verlag, coll. « Ironman édition »,‎ 2008 (ISBN 978-1-8412-6114-0).
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article(en) Bob Babbit, 25 Years of the Ironman Triathlon World Championship, Meyer et Meyer Sport, coll. « Ironman édition »,‎ 2003 (ISBN 978-1841261003).
  • (en) Bob Babbit, Ironman: Life Stories from the Ironman Triathlon, Simon & Schuster,‎ 2003 (ISBN 9781575001739).
  • (en) Bill Sheppler, The Ironman Triathlon, The Rosen Publishing,‎ 2002 (ISBN 978-0-8239-3556-7).

Photographies[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]