La Charge fantastique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Charge fantastique

Titre original They Died with Their Boots On
Réalisation Raoul Walsh
Scénario Wally Kline
Æneas MacKenzie
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros. Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Guerre, western
Sortie 1941
Durée 140 min (2 h 20)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Charge fantastique (They Died with Their Boots On) est un western américain de Raoul Walsh, sorti en 1941. Il s'agit d'une biographie romancée du général George Armstrong Custer, figure légendaire aux États-Unis.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Plus mauvais cadet de West Point, Custer s'illustre toutefois pendant la guerre de Sécession à la suite d'un malentendu qui a amené un général à signer, par erreur, un ordre nommant Custer général alors qu'il n'est qu'un simple lieutenant affecté à l'état-major. Après avoir joué un rôle décisif lors de la seconde bataille de Bull Run, il est cependant rétrogradé, puis il quitte l'Armée et se marie. Le manque d'action lui pèse et il n'est guère doué pour les affaires, aussi, il reprend du service et est nommé à la tête du 7e de cavalerie, qu'il transforme en régiment d'élite. Grâce à cette réussite, grâce à la force de dissuasion de son régiment, il parvient à faire la paix avec les Sioux de Crazy Horse. Mais un homme d'affaires avec des appuis politiques ravive les guerres indiennes et parvient à discréditer Custer par une manipulation. Écarté de nouveau de son commandement, Custer obtient toutefois de rejoindre son régiment, la situation militaire s'étant considérablement dégradée après son éviction. Il reprend le commandement du 7e de cavalerie mais réalise que les manigances des trafiquants ont abouti à ce que les nations indiennes s'unissent en une redoutable force militaire sous le commandement efficace de Crazy Horse. Custer, par sens du devoir, obéit à des ordres ineptes qui l’entraînent directement dans un guet-apens monté par Crazy Horse et ses cavaliers, en supériorité écrasante. Custer et tous ses soldats sont tués au cours de la bataille de Little Big Horn, face aux tribus indiennes coalisées.

L'histoire racontée par le film est évidemment sans grand rapport avec la réalité, surtout dans sa dernière partie. Le comportement, et surtout les opinions pro-indiennes prêtées à Custer sont anachroniques et ne peuvent en aucun cas avoir été celle d'un officier supérieur de son époque (1876). Cependant, le film véhicule un message assez clair par rapport à sa date de sortie (1941), à savoir que le courage et la loyauté sont nécessaires aux Américains, mais que ceux-ci sont menacés par des politiciens qui font commerce d'intelligence avec l'ennemi. Dans le contexte d'une guerre qui se rapprochait de plus en plus des États-Unis, les scénaristes et le réalisateurs, connus pour leur antinazisme ont clairement voulu exalter les valeurs américaines pour préparer leurs compatriotes à une guerre inévitable[réf. nécessaire].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non-crédités :

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La Charge fantastique (They died with their boots on) est le premier des sept films qu'Errol Flynn a tourné sous la direction de Raoul Walsh.
  • La Charge fantastique est le huitième et dernier film réunissant le couple Errol Flynn / Olivia de Havilland[2].
  • Le film est connu pour avoir été le théâtre d'un tragique accident de tournage : le fils de Milton J. Budlong, multimillionnaire pionnier dans le secteur automobile, John Budlong, était figurant cascadeur en dilettante sur ce film quand une fatale chute de cheval le fit s'embrocher sur son propre sabre.[réf. souhaitée]
  • La scène de la bataille de Little Big Horn montre d'abord la charge du 7ème de cavalerie, regroupé en carré, Custer en tête monté sur un cheval blanc, qui poursuit un groupe d'indien. L'élargissement du plan révèle qu'en fait il s'agit d'un leurre et que l'armée indienne surgit de tous les côtés à la fois et finit par encercler complètement les cavaliers US. Au moment où il réalise qu'il est piégé, Custer tire la bride de son cheval qui s'immobilise de façon spectaculaire en glissant sur ses postérieurs.[réf. souhaitée]
  • Une réplique du film est connue : à la fin, la veille de la bataille,alors que le 7e de cavalerie bivouaque, Custer réalise qu'il est en train d'être encerclé. Un de ses adjoints lui dit alors que le régiment se battra comme de « vrais Américains », ce à quoi Custer lui rétorque que « les vrais Américains sont derrière les collines et portent des plumes ».[réf. souhaitée]
  • Le film donne sa version d'une anecdote par ailleurs véridique : comment Custer adopta la chanson irlandaise Garryowen comme hymne du 7e de cavalerie. Cette musique est aujourd'hui reprise régulièrement par de nombreuses fanfares militaires américaines.[réf. souhaitée]
  • À l'incarnation idéalisée et chevaleresque du général Custer dépeinte dans ce film, s'opposera celle nettement moins valorisante (pour ne pas dire carnavalesque) de Richard Mulligan dans Little Big Man d'Arthur Penn en 1970. Ces deux visions très contradictoires illustrent bien la controverse qui divise encore les historiens sur la personnalité de Custer lui-même, et sa responsabilité dans la défaite de Little Big Horn. Dans Little Big Man, à l'inverse de La Charge fantastique, c'est son mépris des indiens et sa stupidité qui mèneront Custer droit au désastre.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Réalisateur d'une grande partie des scènes de la bataille de Little Big Horn (Selon une note de l'AFI)
  2. Selon une note sur le site de l'AFI (Cf. lien externe)