Jeanne Crain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jeanne Crain

Description de cette image, également commentée ci-après

Dans Péché mortel (1945)

Nom de naissance Jeanne Elizabeth Crain
Naissance 25 mai 1925
Barstow, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 14 décembre 2003 (à 78 ans)
Santa Barbara, États-Unis
Profession Actrice
Films notables Péché mortel
Chaînes conjugales
L'Héritage de la chair
Jeanne Crain en 1945

Jeanne Crain est une actrice américaine, née le 25 mai 1925 à Barstow (Californie) et morte le 14 décembre 2003 à Santa Barbara (Californie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Cette étudiante de l'UCLA remporte plusieurs concours de beauté dont Miss Long Beach 1941 avant de débuter au cinéma. Remarquée par Orson Welles qui la souhaite dans La Splendeur des Amberson, elle est finalement prise en main par Darryl Zanuck qui l'impose comme un des principaux espoirs du studio Fox, puis comme une star, dans le musical notamment (Margie, State Fair), doublée par Louanne Hogan.

La ravissante jeune première débute en 1943 sous l'aile de Busby Berkeley et Henry Hathaway. Très tôt elle croise George Cukor et Otto Preminger qui la dirigent à plusieurs reprises - notamment, pour ce dernier, dans une adaptation d'Oscar Wilde. Si elle est encore en retrait dans Péché mortel (qui vaut à Gene Tierney son unique citation à l'Oscar), elle traite d'égale à égale avec ses rivales Linda Darnell et Ann Sothern dans Chaînes conjugales, la comédie (cruelle) de Mankiewicz. Les films musicaux La Foire aux illusions de Walter Lang (avec Dana Andrews) et Margie de Henry King constituent de gros succès personnels et son rôle de noire-blanche dans L'Héritage de la chair de John Ford et Elia Kazan lui vaut une nomination à l'Oscar. Dès lors une voie royale s'ouvre à elle.

Mankiewicz la dirige une seconde fois dans le sombre On murmure dans la ville, face à Cary Grant ; Crain partage la vedette d'un sketch de La Sarabande des pantins avec Farley Granger avant de remporter un de ses plus grands succès grâce à la comédie familiale Treize à la douzaine de W. Lang avec Clifton Webb. Par ailleurs, la star a pour partenaires William Holden, Jean Peters, Jeffrey Hunter et Jeffrey Chandler.

Au sommet de sa popularité, Jeanne Crain s'illustre dans le western L'Homme qui n'a pas d'étoile de King Vidor face à Kirk Douglas, et dans la comédie Les hommes épousent les brunes au côté de Jane Russell. Alors qu'elle tourne un autre western (La Première Balle tue avec Glenn Ford), qu'elle a pour partenaires Alan Ladd et Frank Sinatra (le drame Le Pantin brisé), l'actrice commence à travailler aussi pour la télévision. Le vent est en train de tourner : les années 60 vont constituer le plus grand bouleversement du cinéma depuis le passage du muet au parlant. Comme en France avec la Nouvelle Vague, deux générations vont être balayées par les plus jeunes.

Dès 1961, avec une poignée d'autres vedettes féminines de Hollywood, Crain s'expatrie en Italie. Elle joue successivement dans deux péplums : le rôle titre de Néfertiti, reine du Nil entre Edmund Purdom et Vincent Price, Ponce Pilate avec Jean Marais et Basil Rathbone, et dans une épopée moyenâgeuse : Par le fer et par le feu d'après Henryk Sienkiewicz avec Pierre Brice et Akim Tamiroff. En Amérique, elle travaille sous la direction de John Brahm en 1967, mais en 1972, Jeanne Crain n'a plus qu'un rôle de complément dans Alerte à la bombe, son dernier film, derrière les vedettes Charlton Heston et Yvette Mimieux.

Jeanne Crain fut l'épouse d'un seul homme, Paul Brinkman, acteur éphémère sous le nom de Paul Brooks. Entre 1946 et 1965, ils eurent sept enfants. Mais le couple fit la une des journaux, en 1956, lorsqu'un procès en divorce les opposa. Le public apprit alors les exigences sexuelles de Brinkman. Mais la loi imposait un délai d'un an avant la rupture définitive, pendant lequel le couple se réconcilia.

Jeanne Crain se retire finalement en Caroline du Sud, aux côtés de son mari désormais rancher, pour s'adonner à la peinture. Paul Brinkman décède en 2003. Deux mois plus tard, son épouse, jamais remise, le suit.

Source http://encinematheque.net

Filmographie[modifier | modifier le code]

en tant qu'actrice[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :