Descente (ski alpin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Descente.
Didier Défago réalisant une descente lors des Jeux olympiques d'hiver de 2010.

La descente est une discipline du ski alpin créée par Arnold Lunn en 1911 à Montana en Suisse. La descente est la plus vieille discipline sportive du ski alpin et est surnommée aujourd'hui la « discipline reine ». C'est la discipline la plus rapide et ses parcours sont les plus longs des épreuves de ski alpin.

Description[modifier | modifier le code]

La descente combine la vitesse à l'état pur, la maîtrise technique et un courage à toute épreuve. Aujourd'hui, les descendeurs atteignent dans leur course des vitesses de pointe de plus de 140 km/h. Le dénivelé est de l'ordre de 800 m à 1 100 m pour les hommes et de 500 m à 800 m pour les femmes. Les portes, qui doivent être larges d'au moins 30 mètres, sont matérialisées par deux banderoles soutenues par des piquets. Des virages larges, des sauts, des compressions et de grandes lignes droites dessinent le parcours en fonction du modelé du terrain. À cause du danger d'une telle course, les skieurs doivent s'entraîner plusieurs fois sur le parcours avant la course (cela n'est vrai qu'en descente). Le vainqueur est celui qui réalise le temps le plus rapide.

La moindre petite erreur à ces vitesses et sur de tels parcours engendre souvent des chutes spectaculaires, des blessures et exceptionnellement des décès. La piste la plus célèbre est assurément la Streif à Kitzbühel, en Autriche. La Streif est une piste extrêmement exigeante techniquement et physiquement, sur laquelle seules des épreuves masculines sont organisées. Les coureurs atteignent généralement les vitesses les plus rapides du circuit (entre 140 et 150 km/h) sur la piste du Lauberhorn à Wengen, en Suisse[1]. Les mesures de sécurité ne cessent de s'accroître depuis la fin des années 1950. Les arbres sont protégés par de grandes bâches, on utilise aussi des filets qui sont placés tout le long de la piste. La neige est préparée plusieurs jours à l'avance, afin qu'elle soit suffisamment lisse et glacée pour la course.

Histoire[modifier | modifier le code]

La descente et le slalom spécial sont les plus anciennes disciplines du ski alpin moderne. La descente ainsi que le slalom spécial se disputent depuis le premier Championnat du monde de ski alpin en Championnats du monde de ski alpin 1931 et font partie du programme des Jeux olympiques d'hiver de 1948. La Coupe du monde de ski alpin a été instaurée pour la première fois pendant la saison 1967, lorsque la Fédération internationale de ski a créé le circuit de Coupe du Monde. Au départ, les portes n’existaient pas en descente et par conséquent l'athlète avait à disposition toute la piste et il pouvait choisir la meilleure trajectoire.

Ce qui rend la descente de ski alpin une discipline particulièrement dangereuse, c'est qu'elle comporte de nombreux sauts, dénivelés ainsi que de grands virages, souvent glacés.

L'athlète le plus fort de tous les temps est très certainement l'Autrichien Franz Klammer, qui a obtenu tout au long de sa carrière 25 victoires en Coupe du monde et 5 premières places au classement de la Coupe du monde de descente entre 1975 et 1983. Ces records sont encore inégalés aujourd'hui. En ce qui concerne les femmes, le record de victoires est détenu par l'Autrichienne Annemarie Moser-Pröll qui est montée 36 fois sur la plus haute marche du podium et a remporté 7 fois la Coupe du monde de descente.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ski alpin, sur alpinecanada.org