Abbaye de Charlieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye Saint-Fortuné de Charlieu
Image illustrative de l'article Abbaye de Charlieu
Présentation
Culte Catholique romaine
Type Abbaye
Rattachement Archidiocèse de Lyon
Style dominant Roman
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Commune Charlieu
Coordonnées 46° 09′ 28″ N 4° 10′ 07″ E / 46.1578, 4.1686 ()46° 09′ 28″ Nord 4° 10′ 07″ Est / 46.1578, 4.1686 ()  [1]

L’abbaye Saint-Fortuné de Charlieu est une ancienne abbaye bénédictine située sur la commune de Charlieu, actuellement dans le département français de la Loire

Histoire[modifier | modifier le code]

Le roi Boson et saint Étienne
fragment de fresque de l'abbaye de Charlieu

L'abbaye est fondée en 872 par Boson, roi de Bourgogne et Ratbert, évêque de Valence en un lieu nommé Sornin que les moines rebaptisèrent Charlieu (carus locus). D'abord autonome, l'abbaye est ensuite rattachée à l'Ordre de Saint-Benoît (ou Ordre de Cluny) vers 930-940. Dès le Xe siècle, l'église abbatiale abrite des reliques de Saint Etienne et de Saint-Fortuné et est agrandie, afin de permettre aux pèlerins de circuler autour des reliques.

On peut supposer une baisse du nombre de moines au cours du siècle suivant, car l'église du IXe siècle tombe ensuite en ruines et doit être reconstruite au XIe siècle. De plus, l'abbaye devient un prieuré en 1040[2].

Le prieuré ne compte plus que six moines à la veille de la Révolution française. Comme de nombreux monastères, il est alors sécularisé et vendu en biens nationaux et la plus grande partie de l'église est détruite : seul subsiste encore l'avant nef ou narthex.

Description[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Fortuné[modifier | modifier le code]

Elle fut consacrée en 1094. Il n'en demeure que le premier niveau de la façade ouest et les piliers de la première travée.

Les sculptures romanes[modifier | modifier le code]

Les tympans de l’église prieurale Saint Fortuné de Charlieu sont tous trois remarquables à plusieurs titres. Ceux des portails nord, bien qu’altérés par la suppression des têtes des personnages, sont d’une remarquable qualité artistique, pour laquelle la grâce et la force tourbillonnante du mouvement des scènes de personnages le disputent au caractère éminemment décoratif de la multitude de motifs géométriques ou végétaux.

Portail de la façade ouest, début du XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Abbaye de Charlieu - tympan ouest.jpg

C’est l’un des plus anciens tympans de l’époque romane sculptés intégralement. Il date des environs de 1100. Sa sobriété lui confère des lignes d’une surprenante modernité dans leur harmonie avec la courbe en demi-cercle. Celle-ci délimite la forme de la pierre dans laquelle la sculpture se développe en cuvette : le sculpteur a ménagé un renflement sur le pourtour du tympan, qui forme cadre. L’intérieur est davantage creusé que le linteau, ce qui réduit le poids de cette partie toute d’une pièce. Le linteau, pierre horizontale qui supporte le tympan, est creusé de manière superficielle, en « très bas relief », ce qui permet de lui conserver sa solidité. Le tympan figure un Christ dans une mandorle, porté par deux anges – figure qui sera fréquemment reprise dans les portails bourguignons. Les anges semblent au sol. Le linteau est orné des douze apôtres, assis sous des arcs en plein cintre. Ils tiennent un livre sur leur genou droit et lèvent la main gauche, en signe d’acclamation. Tout cela réfère à la parousie : le retour glorieux du Christ à la fin des temps.

Les portails de la façade nord, deuxième quart du XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Ils sont reliés par leur thématique : alors que l’archivolte du portail principal est surmontée d’un gracieux et réaliste agneau de l’apocalypse, le linteau du petit portail représente les sacrifices d’animaux pratiqués sous la loi judaïque. Comme Charlieu est une abbaye clunisienne, c’est une interprétation de Pierre le Vénérable, qui fut abbé de Cluny, qu’il faudrait voir illustrée ici ; dans son traité contre Pierre de Bruys, il précise : « le bœuf, le veau, le bélier, la chèvre, arrosaient de leur sang les autels des juifs ; seul l’agneau de Dieu, qui efface les péchés du monde, repose sur l’autel des chrétiens. » Voilà le lien entre l’agneau et le bétail au sacrifice. L’exégète explique plus loin que le Christ, en changeant l’eau en vin aux noces de Cana, a voulu figurer l’eucharistie et le sacrement de l’autel. Or, ce sont justement les noces de Cana qui sont représentées au-dessus de ce linteau.

Le grand portail[modifier | modifier le code]
Le tympan[modifier | modifier le code]
Grand portail nord.JPG

Le Christ en gloire dans une mandorle est entouré des « quatre vivants » de l’Apocalypse de Jean : le tétramorphe, identifié dès le IIe siècle aux quatre évangélistes. L’aigle, symbole de Jean, porte un rouleau dont le texte peut être reconstitué :

  • « Sanctus Johannes : seraphin stabant », qui semble faire allusion à la vision d’Isaïe quand Dieu lui apparaît (Is 6, 2-3, séraphins présentés plus loin sous la forme de dragons volants).
  • L’homme, qui représente Matthieu, à gauche du Christ, est accompagné de l’inscription : « Sanctus Mattheus Cherub… », les chérubins font partie de la vision apocalyptique d’Ezechiel (1, 5-25).
  • En bas à gauche est le lion, Saint Marc.
  • Enfin Saint Luc est le taureau.

Ces quatre vivants de l’Apocalypse étaient donc déjà les chérubins d’Ezéchiel, mentionnés sur ce tympan, et que le texte biblique décrit ainsi : « ils avaient une face d’homme, et tous les quatre avaient une face de lion à droite, et tous les quatre avaient une face de taureau à gauche, et tous les quatre avaient une face d’aigle. Leurs ailes étaient déployées vers le haut » (Ez 1, 10-11).

« Ainsi le tympan évoque les trois plus importantes visions apocalyptiques de la bible dans une seule image donnant une idée essentielle de la foi chrétienne médiévale » [3] : la vision d'Isaïe, celle d'Ezéchiel, auxquelles réfèrent respectivement les séraphins et les chérubins rappelés par les inscriptions, et celle de saint Jean.

De chaque côté de l’archivolte supérieur, les vieillards de l’apocalypse de Saint Jean dansent et jouent du rebec, les 24 rosettes symbolisent leur nombre exact, l’agneau de l’apocalypse couronne la composition.

La végétation, abondante dans les frises, joue un rôle important : À la base de la mandorle, elle revêt un sens symbolique : le Christ est le fruit ou la fleur de cette mystérieuse branche qui s’ouvre de part et d’autre de l’amande : il pourrait s’agir de l’arbre de vie. Ce végétal est dans la vision de Saint Jean un symbole rédempteur et sotériologique : « heureux ceux qui lavent leur robes afin d’avoir droit à l’arbre de vie et d’entrer par les portes de la ville… »

La vision d’Ezéchiel contient aussi une référence aux arbres miraculeux dont les feuilles ont un pouvoir curatif. Cet arbre, dans la pensée médiévale, est inséparable de la croix. (l’arbre croix) Le pied avant droit de l’agneau, qui porte habituellement la croix ou la flamme, repose sur un point qui semblerait être le départ d’un petit arbre, d’une branche ou d’un arbuste naissant de l’archivolte : l’agneau en serait, là encore, le fruit.

Ainsi, le tympan de Charlieu semblerait associer des éléments des derniers chapitres de l’apocalypse (l’arbre de vie du paradis) et des premiers chapitres qui donnent la vision des vieillards et des quatre bêtes. On retrouve cette association peu fréquente dans un narthex du XIe siècle, à San Pietro al Monte à Civate. Au-dessus de l’agneau, un petit panneau encadré a contenu une croix.(XVIIIe siècle).

Au linteau[modifier | modifier le code]

Les douze apôtres, comme annoncé pour le Jugement (Mt 19, 28), sont assis devant une surface où sont tracés les empilements des pierres d’un mur, qui peut symboliser le mur de Jérusalem, les douze apôtres marquant les douze portes de la cité sainte, en un thème populaire dans les monuments du troisième quart du XIIe siècle. Les trois figures au centre sont la vierge et deux anges. Le mur en arrière–plan des apôtres ne se retrouve pas autour de ces trois images. Ici placée, la vierge figure comme un intercesseur.

Encadrement du porche[modifier | modifier le code]

Des motifs géométriques et végétaux d’inspiration orientale : grecques, festons et rubans plissés, comme au portail nord de Paray-le-Monial. Sur les pied-droits (piliers latéraux) et les voussures (encadrement en demi-cercle dont l’ensemble forme l’archivolte) : rinceaux variés, fleurette, damiers, palmettes, rubans plissés, arcs, grecques. Aux impostes des piédroits : Le roi David, à gauche, et Boson, roi de Bourgogne et de Provence, qui porte l’abbaye, dont il aurait été un bienfaiteur. À droite, Jean-Baptiste, vêtu d’une peau de bête, et l’évêque Ratbert, fondateur de l’abbaye. Au montant gauche de la porte sous le linteau : la luxure, femme enlacée d’un serpent et dont le sein est dévoré par un crapaud.

Le petit portail[modifier | modifier le code]
Au tympan[modifier | modifier le code]
Abbaye de Charlieu petit portail.JPG

Les noces de Cana, donc, le premier miracle du Christ. On y devine le Christ entre la Vierge et un disciple, leurs têtes ôtées à la révolution prenaient place au centre de limbes de grande taille.

L’archivolte[modifier | modifier le code]

Elle porte les six personnages de la Transfiguration, présentée par les trois évangiles synoptiques : de droite à gauche saint Pierre, le prophète Élie, Moïse, le Christ (IHS), saint Jean et saint Jacques. Cette scène est une nouveauté dans les programmes de façades des années 1140-1150.

Sous le linteau[modifier | modifier le code]

Trois personnages au chapiteau de droite : le Christ en chasuble offrant le saint sacrifice, assisté par Saint Pierre et Saint Paul dans la Jérusalem céleste.

Une grande qualité artistique : de la composition aux infimes détails[modifier | modifier le code]

L’artiste qui a sculpté ces portails n’a pas craint dans le grand tympan les courbes aiguës des manteaux. Le triangle et l’ovale dominent la composition, en créant des lignes de force. Cependant, au mouvement et à l’énergie sont associés la délicatesse et la légèreté par l’usage abondant des petits évidements, dans le pelage frisé du mouton ou dans la dentelle des frises, jusque dans le recours aux trous ronds, encore utilisés pour mettre en valeur le mouvement circulaire des étoffes à l’extrémité des plis (par exemple à la nappe des noces de Cana) ou encore ceux, minuscules, percés au trépan, entre les orteils.

Le cloître[modifier | modifier le code]

Le cloître est le lieu ou les moines bénédictins travaillaient en cultivant, c'était aussi un lieu où il pouvaient prier et se reposer en observant la nature.

Le prieuré[modifier | modifier le code]

Photographies[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guide Vert (Bourgogne), Paris, Michelin,‎ 1977, p. 195-7
  • Sté des amis des arts de Charlieu, Actes des journées d’étude d’histoire et d’archéologie n°872,‎ 1972
  • Éliane Vergnolle, L’art roman en France Architecture, sculpture, peinture, Paris, Flammarion,‎ 1994

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. Un monastère est un lieu où vivent les moines. On distingue les abbayes, suffisamment importantes pour qu'elles soient dirigées par un abbé, et les prieurés, de taille plus modeste, dirigés par un prieur sous la dépendance d'une autre abbaye.
  3. Actes des journées d’étude d’histoire et d’archéologie, Sté des amis des arts de Charlieu n°872- 1972.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Liens externes[modifier | modifier le code]