Quattrocento

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Quattrocento, contraction de millequattrocento en italien, est le XVe siècle italien ; succédant au Moyen Âge, il est le cadre de la Première Renaissance, mouvement qui amorce le début de la période historique de la Renaissance en Europe.

La bataille de San Romano (1432), ici peinte par Paolo Uccello, annonce l'avènement de la cité de Florence et de ses marchands sur la scène européenne.

Milan[modifier | modifier le code]

En 1450 à Milan, grâce aux victoires de Francesco Sforza, le pouvoir passe des Visconti aux Sforza. Ludovic Sforza commandera à Léonard de Vinci une statue équestre magnifiée de grandeur et de prestige, afin de gommer le souvenir de la dynastie qu'il a remplacée. La statue restera à l'état de plans du maître.

Carte politique de la péninsule italienne vers 1494.

Venise[modifier | modifier le code]

Venise étend son contrôle au-delà de la mer Adriatique, au travers de la Crète puis de Chypre en 1489, puis fonde la Ligue de Venise.

Florence[modifier | modifier le code]

Sous l'influence des Médicis à Florence, les arts connaissent une évolution. Cosme de Médicis participe au mécénat d'artistes majeurs tels que Paolo Uccello ou Fra Angelico. La coupole de la cathédrale de Florence est un excellent témoignage de cette époque.

Les Florentins poursuivent leur domination sur la Toscane en l'emportant sur Pise en 1406. Cependant, en 1494, Pierre II de Médicis perd la souveraineté de Florence à l'occasion de l'arrivée de l'armée de Charles VIII, en route pour Naples depuis la Lombardie ; chassée par les Florentins, sa famille part en exil. Savonarole en tire profit et établit une théocratie dans la ville.

États pontificaux[modifier | modifier le code]

La fin du Quattrocento illustre les troubles symptomatiques de cette époque dans cette zone géographique : un intrigant prince d'origine valencienne, César Borgia, tente en 1501 d'usurper le pouvoir en Romagne avec l'appui de son père, qui se trouve être le pape. Cette collusion d'intérêts, outre d'attirer les foudres de Savonarole, figurera parmi les inspirations du Prince, traité de Nicolas Machiavel écrit à Florence au siècle suivant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]