Voie de la Liberté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Borne 00, Utah Beach.
Borne 0, hôtel de ville de Sainte-Mère-Église.

La voie de la Liberté est une voie commémorant la victoire des Alliés et la libération de la France, de la Belgique et du Luxembourg pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle est matérialisée par une série de bornes kilométriques le long du réseau routier entre Sainte-Mère-Église (borne 0) et Utah Beach (borne 00), en Basse-Normandie, et Bastogne, dans la province belge du Luxembourg, marquant l'itinéraire suivi par la 3e armée américaine commandée par le général Patton.

Histoire[modifier | modifier le code]

Timbre « Voie de la Liberté », 1947.
N175, entre Dol de Bretagne et Avranches.
Gros plan, borne de la N175, en matériau synthétique.
Centre d'Arlon.
Entre Martelange et Bastogne.
À proximité de Bastogne.
Borne terminale, no 1145, à côté du char Sherman de la place McAuliffe, Bastogne.

Le colonel Guy de La Vasselais, ancien chef de la Mission militaire française de la liaison tactique près le XXe Corps de la IIIe Armée U.S., conçoit, dès juin 1944, de réaliser un souvenir grandiose de la Libération de la France. De retour d'un voyage aux États-Unis avec le maire de Metz, ils décident de commémorer la progression des armées alliées en créant une « voie de la Liberté ». Ils choisissent pour cela l'un des itinéraires les plus glorieux : le parcours triomphal de la troisième armée américaine de Patton, du débarquement de Normandie, sa percée dans le Cotentin puis sa célèbre chevauchée historique qui l'amène, en 54 jours, de la Normandie à Metz. Elle est symbolisée par des bornes marquant chaque kilomètre du trajet de l'armée victorieuse.

En mars 1946, l'association belgo-américaine propose aux Français de la prolonger jusqu'à Bastogne et, le 5 juillet 1947, la borne terminale, à Bastogne, est officiellement posée. Le 16 septembre de la même année, c'est au tour de la borne originelle, à Sainte-Mère-Église. L'inauguration de la voie a lieu le 18 septembre 1947, à Fontainebleau. La poste française émet la même année un timbre d'une valeur faciale de 6 francs, augmenté d'une surtaxe de 4 francs au profit du Comité Voie de la Liberté.

Le sculpteur François Cogné est le créateur du modèle de la borne. À l'origine, elle est en ciment rose, d'environ 1 mètre de haut mais, en France, le long des grands axes routiers, de très nombreuses bornes d'origine sont remplacées par des copies en matériaux légers, moins dangereuses en cas d'accident de la route. Il subsiste quelques modèles originaux, notamment à Champillon (Marne), à Frisange (grand-duché de Luxembourg - sans numéro), ainsi que toutes les bornes longeant la route nationale N4 en Belgique, depuis la frontière luxembourgeoise, au Rosenberg, jusqu'à Bastogne. Les bornes représentent une flamme, symbole de la liberté, sortant des flots, symbole de l'arrivée des troupes libératrices par la mer. La flamme rappelle celle de la torche de la statue de la Liberté de New York.

Parcours[modifier | modifier le code]

Axe routier principal actuel : N13-E03 (entre Sainte-Mère-Église et Cherbourg, puis de Cherbourg à Carentan)

Axe routier principal actuel : N174-E03 de Carentan à Saint-Lô :

Axe routier principal actuel : D972 de Saint-Lô à Coutances :

Axe routier principal actuel : D7 de Coutances à Avranches :

Axe routier principal actuel : N175-E03 et D4 d'Avranches à St-Malo :

Axe routier principal actuel : N137 de Saint-Malo à Rennes

Axe routier principal actuel : D41 et D163 de Rennes à Châteaubriant :

Axe routier principal actuel : D163 de Châteaubriant à Candé, D963 de Candé à Angers :

Axe routier principal actuel : D323 (ex-RN23) entre Angers et Chartres (via Le Mans) :

Axe routier principal actuel : D910 (ex-RN10), entre Chartres et Ablis, puis N191-D291-D191, entre Ablis et Étampes :

Axe routier principal actuel : D837 entre Etampes et Milly-la-Forêt, D409 entre Milly-la-Forêt et Fontainebleau, D210 entre Fontainebleau et Montigny-Lencoup, D403 entre Montigny-Lencoup et Provins :

Axe routier principal actuel : D236 entre Provins et Villenauxe-le-Grande, D951 entre Villenauxe-le-Grande et Reims, via Epernay :

Axe routier principal actuel : D944 (ex-RN44) en sortie de Reims, D931 jusqu'à Valmy, D3 (ex-RN3) entre Valmy et Les Islettes, D603 (ex-N3) jusqu'à Verdun :

Axe routier principal actuel : D903 entre Verdun et Gravelotte, D603 (ex-RN3) entre Gravelotte et Rozérieulles :

Axe routier principal actuel : D953 entre Metz et Thionville, D653 (ex-N53) entre Thionville et le Luxembourg, N3 jusqu'à Luxembourg-Ville :

La borne des Invalides[modifier | modifier le code]

En dehors du parcours, il existe une borne supplémentaire, située à l'Hôtel des Invalides, à Paris, dans l'église Saint-Louis. La borne contient de la terre prélevée dans les cimetières américains, en 1945, le long de la Voie de la Liberté, en France.

Sur le côté droit est inscrit : Sainte-Mère-Église, Saint-Laurent, la Cambe, Blosville, Marigny, le Chêne-Guérin, Saint-James, Gorron, Saint-Corneille.

Sur le côté gauche : Saint-André, Villeneuve-sur-Auvers, Solers, Champigneul, Grand-Failly, Limey, Andilly, Saint-Avold.

Activités[modifier | modifier le code]

Une randonnée cycliste de la voie de la Liberté se déroule depuis 1986, tous les deux ans, suivant l'itinéraire historique de la voie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Néant

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]