Paliseul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paliseul
La rue de Bouillon
La rue de Bouillon
Blason de Paliseul
Héraldique
Drapeau de Paliseul
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Neufchâteau
Bourgmestre Freddy ARNOULD
Majorité Pour Vous
Sièges
Pour Vous
Autrement
Action
17
9
6
2
Section Code postal
Paliseul
Carlsbourg
Offagne
Nollevaux
Maissin
Opont
Framont
Fays-les-Veneurs
6850
6850
6850
6851
6852
6852
6853
6856
Code INS 84050
Zone téléphonique 061
Démographie
Gentilé Paliseulois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
5 215 (1er janvier 2014)
49,89 %
50,11 %
46 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
22,83 %
59,89 %
17,27 %
Étrangers 2,99 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 9,81 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 11 448 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 49° 54′ 15″ N 5° 08′ 08″ E / 49.9043, 5.135649° 54′ 15″ Nord 5° 08′ 08″ Est / 49.9043, 5.1356  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
112,96 km2 (2005)
42,71 %
45,78 %
8,27 %
3,24 %
Localisation
Situation de la commune dans l'arrondissement de Neufchâteau et la province de Luxembourg
Situation de la commune dans l'arrondissement de Neufchâteau et la province de Luxembourg

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Paliseul

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Paliseul
Liens
Site officiel paliseul.be

Paliseul (prononcer /palizœl/, en wallon Palijhoû) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Luxembourg, ainsi qu’une localité où siège son administration.

Paliseul comporte une gare ferroviaire située sur la ligne 166 (Dinant-Bertrix).

La chapelle Saint-Roch (1636).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est délimitée à l’ouest par la province de Namur.

Communes limitrophes de Paliseul
Daverdisse Libin
Bièvre Paliseul
Bouillon Bertrix

Anciennes communes[modifier | modifier le code]

La commune de Paliseul résulte de la fusion en 1977 des anciennes communes de Carlsbourg, Fays-les-Veneurs, Framont, Maissin, Nollevaux, Offagne, Opont et Paliseul.

Villages[modifier | modifier le code]

  • Almache est un hameau qui faisait partie de l'ancienne commune de Nollevaux.
  • Beth est un hameau qui faisait partie de l'ancienne commune de Opont.
  • Frêne est un hameau qui faisait partie de l'ancienne commune de Opont.
  • Launoy est un hameau de la commune de Paliseul.
  • Maissin. Contrairement aux autres localités de la commune, ce village ne dépendait pas, sous l'ancien régime, du duché de Bouillon mais du duché de Luxembourg. Cette ancienne frontière d'état a eu des conséquences jusqu'en 1999. En effet, durant la période française et une partie de la période hollandaise, elle constitua une frontière départementale (entre le département des Forêts et celui de Sambre-et-Meuse), puis provinciale (jusque 1823). Elle continua jusqu'en 1999[1],[2] à former une limite de canton judiciaire : Maissin ne faisait pas partie du canton judiciaire de Paliseul mais de celui de Saint-Hubert.
  • Merny est un village qui faisait partie de l'ancienne commune de Carlsbourg. Merny a, par le passé, également été une commune indépendante.
  • Le moulin de Naomé est le nom d'un hameau qui faisait partie de l'ancienne commune de Carlsbourg et qui est proche du village de Naomé.
  • Offagne. L'ancienne commune de Offagne a été partagée à l'occasion de la fusion des communes de 1977 : le village de Offagne fut transféré à la commune de Paliseul tandis que le village de Assenois fut transféré à la commune de Bertrix.
  • Our est un village qui faisait partie de l'ancienne commune de Opont.
  • Paliseul.
  • Plainevaux est un village qui faisait partie de l'ancienne commune de Nollevaux. Plainevaux accueille la Chapelle Saint-Hubert. C'est un petit sanctuaire rural en schiste situé dans un cimetière et entouré d'une muraille.
  • Saint-Eloi est un hameau qui faisait partie de l'ancienne commune de Nollevaux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason commune de Paliseul (Belgique).svg
La commune possède des armoiries.
Blasonnement : Ecartelé : aux 1 et 4 d’azur semé de fleurs de lis d’or, à une tour d’argent maçonnée de sable brochant ; au 2 d’or à trois tourteaux de gueules ; au 3 coticé d’or et de gueules ; sur le tout, parti d’or à un gonfanon de gueules frangé de sinople et de gueules à la fasce d’argent.
  • Délibération communale : 30 septembre 1991
  • Arrêté de l'exécutif de la communauté : 6 janvier 1992
Source du blasonnement : Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 2 : Communes wallonnes M-Z, Communes bruxelloises, Communes germanophones, Bruxelles, Dexia,‎ 2002.



Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le 10 mai 1940, les Allemands envahissent la Belgique. Ainsi, dans les premières heures du 12 mai 1940, Paliseul est prise par les Allemands de la Schützen-Brigade 2[3], unité de la 2e Panzerdivision du XIX. Armee-Korps (mot.) qui a pour objectif de traverser la Meuse au niveau de Sedan.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population totale de la commune est d’environ 5 200 habitants pour une superficie totale de 112,96 km², ce qui donne une densité de population d’environ 45 habitants par km².

Le graphique suivant reprend la population résidente au 1er janvier de chaque année[4].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Paliseul est jumelée avec

Sécurité et secours[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone de police Semois et Lesse pour les services de police, ainsi que de la de la zone de secours Luxembourg pour les services de pompiers. Le numéro d'appel unique pour ces services est le 112.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Loi du 25/03/1999 relative à la réforme des cantons judiciaires
  2. AR du 3/06/1999 déterminant le territoire sur lequel chaque siège d'un canton judiciaire qui dispose de plusieurs sièges exerce sa juridiction
  3. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal,‎ 2009, p. 161.
  4. « Chiffres de la population résidente au 1er janvier, par année 1990‑2010 », sur le site de l’INS (consulté le 11 janvier 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]