Herbeumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Herbeumont
Un village « au vert »
Un village « au vert »
Drapeau de Herbeumont
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Neufchâteau
Bourgmestre Catherine Mathelin
Majorité UNION
Sièges
UNION
Oxygène
9
7
2
Section Code postal
Herbeumont
Saint-Médard
Straimont
6887
6887
6887
Code INS 84029
Zone téléphonique 061
Démographie
Gentilé Herbeumontois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
2 010 (1er janvier 2014)
55,27 %
44,73 %
34 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
22,58 %
57,22 %
20,21 %
Étrangers 3,40 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 12,26 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 11 872 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 49° 46.85′ N 5° 14.25′ E / 49.78083, 5.2375 ()49° 46.85′ Nord 5° 14.25′ Est / 49.78083, 5.2375 ()  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
58,81 km2 (2005)
27,25 %
61,07 %
7,35 %
4,33 %
Localisation
Situation de la commune dans l'arrondissement de Neufchâteau et la province de Luxembourg
Situation de la commune dans l'arrondissement de Neufchâteau et la province de Luxembourg

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Herbeumont

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Herbeumont
Liens
Site officiel herbeumont.be

Herbeumont (en wallon Arbûmont) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Luxembourg, ainsi qu’une localité où siège son administration.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est située en Ardenne méridionale[1]. Elle est traversée par la Semois, un affluent de la Meuse, et par la Vierre, un affluent de la Semois.

Le village d'Herbeumont est délimité au sud et à l'ouest par la Semois. Il est isolé dans l’ouest du territoire communal, les autres villages occupant la partie nord-est.

Communes limitrophes de Herbeumont
Bertrix
Herbeumont Neufchâteau
Florenville Chiny

Localités[modifier | modifier le code]

Martilly

Sections : Herbeumont (siège), Saint-Médard et Straimont.

Autres villages de la commune : Martilly, Gribomont et Menugoutte.

Lieu-dits: Linglé, Les Foulouzes.

Utilisation du sol[modifier | modifier le code]

La commune est couverte à environ 61,3 % de forêts, 10,9 % de prairies, 14,9 % de terres cultivées, 4,9 % de terres vaines et vagues, 2,7 % de terrains artificialisés (résidentiels, dévolus au transport…)[2].

Population[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population totale de la commune est d’environ 1 500 habitants. La superficie totale est d’environ 59 km², ce qui donne une densité de population d’environ 26 habitants par km².

Le graphique suivant reprend la population résidente au 1er janvier de chaque année[3].

Migrations, diaspora et retrouvailles[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, plusieurs natifs d'Herbeumont ont tenté leur chance dans l'ouest américain et certains se sont établis définitivement là-bas[4],[5]. Au XXe siècle aussi, la recherche d'un emploi a mené bien des Herbeumontois à quitter leur village.

Le 17 mai 1986, une grande fête de « retrouvailles » fut organisée au village, qui rassembla autour des villageois environ 800 personnes issues de la « diaspora » herbeumontoise[6]. Afin de garder le contact, la revue trimestrielle Le Saglé[7] est née en 1987[8] et a véhiculé informations et souvenirs pendant 20 ans. Le dernier numéro du Saglé paraît en 2007, de même qu'un ouvrage collectif sur l'histoire d'Herbeumont[9] basé sur une sélection des articles qui y furent publiés[6].

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Le viaduc sur la Semois

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1285, Jean de Rochefort[15] signe seigneur de Château Thierry et ban d’Orjo, du nom de son apanage. Il reçoit en 1294 Herbeumont. Son fils, Robert d’Orjo, seigneur de Château Thierry et Orjo, trouve un accord avec l’abbé de Saint-Hubert au sujet du ban d’Anseremme en 1320.

La plus ancienne pierre tombale du cimetière d'Herbeumont atteste de l'existence dudit cimetière, et vraisemblablement d'une église, au XVe siècle[16].

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le 10 mai 1940 les Allemands envahissent la Belgique. Ainsi, dans les premières heures du 12 mai 1940, Herbeumont est prise par les Allemands de la 10e Panzerdivision[17], du XIX. Armee-Korps (mot.) qui a pour objectif de traverser la Meuse au niveau de Sedan.

En 1977, la fusion des anciennes communes d'Herbeumont, Saint-Médard et Straimont donne à la commune sa forme actuelle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Herbeumont.svg
Les seigneurs de Herbeumont possédaient des armoiries. La commune n’en a cependant adopté aucune.
Blasonnement : D’azur à trois fasces d’or.
Source du blasonnement : Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia,‎ 2002, p. 418-419.



Économie[modifier | modifier le code]

Principaux secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Industrie et mines[modifier | modifier le code]

  • Le travail du verre, au XIVe siècle[18]
  • Le travail du fer, au XVIIe siècle, dans la vallée de l'Antrogne[19].
  • L'extraction du schiste ardoisier pour la confection d'ardoises, dans des mines creusées dans les vallées du ruisseau d'Aise et de la Semois (roches du Dévonien inférieur) a débuté avant le XVIIIe siècle[20],[21]. Grâce à leur pierre reconnue d’excellente qualité, le développement des ardoisières d’Herbeumont prend de l’ampleur dans les années 1830, atteignant vers 1838 une production annuelle de 8 millions d’ardoises[22]. Vers 1870-80, les ardoisières d'Herbeumont occupent environ 380 ouvriers[23]. L'activité déclina alors progressivement, malgré l'arrivée du chemin de fer. En 1956, l'ardoisière du Grand Babinay fut la dernière à fermer parmi celles sises sur l'actuel territoire communal[24].
  • L'extraction du schiste a repris au Grand Babinay[25] au XXIe siècle (début du projet en 1999), cette fois à ciel ouvert. La production d'ardoises de couverture n'étant plus rentable, cette carrière fournit maintenant divers autres matériaux destinés à la construction (pierres de maçonnerie…) et surtout des articles d'aménagement intérieur (salles de bain…) et extérieur (pas japonais, copeaux…)[26].
  • La Semois a longtemps fait fonctionner deux moulins à farine à Herbeumont[27]: le moulin des Nawés, aussi appelé moulin (du) Deleau, et le moulin Willaime. De même, la Vierre a fait fonctionner le moulin de Gribômont jusqu’en 1970 pour moudre le grain et scier le bois, tandis que le moulin de la Cochette était alimenté jusqu’en 1949 par le ruisseau de Neufchâteau pour moudre le grain des habitants de Martilly, Menugoutte et Straimont[28].

Agriculture, foresterie, chasse et pêche[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme, à l'heure actuelle, repose notamment sur une offre de 95 km de promenades et la visite de quelques lieux spécifiques tels le château. L'une des 36 "zones de baignades" officiellement reconnues en Région wallonne a été désignée à Herbeumont le 25 octobre 1990[32]. Herbeumont fait partie de la Lorraine gaumaise[33].

Le secteur touristique est cependant en difficulté, devant faire face à une diminution très significative de la fréquentation ayant un impact direct sur la rentabilité des établissements commerciaux. En 2012, la commune a confié à l’intercommunale IDELUX la réalisation d’une étude sur les pistes de redéploiement touristique[34].

Revenus[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des communes wallonnes, Herbeumont est importatrice nette de revenus du travail. D'après une étude menée sur base des revenus nets de 2001[35], 54,6 % des revenus du travail générés à Herbeumont bénéficient directement aux habitants de la commune, le reste allant principalement aux habitants de communes proches (10 % à Bertrix, 6,3 % à Florenville, 6 % Bouillon…). Cependant, cela représente à peine 16,5 % du total des revenus du travail de l'ensemble des habitants alors que 17,6 % de ce revenu provient du Grand-Duché de Luxembourg, 14,8 % de Bertrix et 14 % encore de Libramont.

Selon cette même étude, le revenu net moyen par habitant en 2001 était d'environ 10 600 euros. Globalement, les Herbeumontois tirent 48,5 % de leurs revenus du travail et 20,7 % du patrimoine, le restant correspondant aux revenus dits « de transfert » (pensions, CPAS, ONEM, prestations familiales)[36].

Célébrités[modifier | modifier le code]

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

La maison communale d'Herbeumont

Herbeumont fait partie

Sécurité et secours[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone de police Semois et Lesse pour les services de police, ainsi que de la de la zone de secours Luxembourg pour les services de pompiers. Le numéro d'appel unique pour ces services est le 112.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir p.e. la carte intitulée "Les grandes unités morphologiques de la Belgique" dans Guy De Moor et Albert Pissart, « Les formes du relief », dans Jacques Denis (dir.), Géographie de la Belgique, Bruxelles, Crédit Communal,‎ 1992, 624 p. (ISBN 2-87193-152-6), p. 137
  2. Données issues de la fiche d'utilisation du sol, commune de Herbeumont, 2008, par la Conférence permanente du Développement territorial.
  3. « Chiffres de la population résidente au 1er janvier, par année 1990‑2010 », sur le site de l’INS (consulté le 11 janvier 2011).
  4. Dans son autobiographie, Jean-Nicolas Perlot mentionne un certain nombre de Belges, dont plusieurs natifs d'Herbeumont, qui furent actifs aux États-Unis à la même période que lui.
  5. Léon Boutry, « La population de l'Ardenne », Annales de Géographie, vol. 29, no 159,‎ 1920, p. 199-210 (ISSN 0003-4010, lire en ligne)
  6. a et b Yvon Jusseret, « Herbeumont. Son histoire, ses Saglés », L'Avenir Luxembourg,‎ 17 novembre 2007 (lire en ligne)
  7. Titre signifiant le sanglier en patois local.
  8. O. Weyrich, « “Le Saglé”, journal sérieux mais non prétentieux des Herbeumontois », L'info de l'Ardenne centrale,‎ 27 avril 2001 (lire en ligne)
  9. Julien Gengoux (dir.), Herbeumont. Son histoire, ses histoires, ses saglés, éd. chez l'auteur, 2007. Répertorié sur le site du Service du Livre Luxembourgeois de la province de Luxembourg
  10. Arrêté du 07/08/1989 (classement) publié au Moniteur belge le 21 juin 1990, cf Patrimoine codé 84029-CLT-0002-01: Les ruines du château féodal d'Herbeumont
  11. Herbeumont sur le site des Combles et Clochers
  12. Émission spéciale 21 du 17 novembre 2003, sujet: « Paysage d'hiver avec l'église d'Herbeumont ».
  13. Le patrimoine bâti de la commune d’Herbeumont, Les chemins de la Pierre.
  14. Localisation et description sur BEL-MEMORIAL: Monument aux morts, stèles à l'école communale, Souvenir de deux prêtres morts dans les camps de concentration, Stèle aux victimes de 1914-1918 dans l'église
  15. fils puîné de Gilles de Walcourt et Helwide de Faing
  16. Cf description Le vieux cimetière sur le site de la commune, basée sur l'article de Julien Gengoux, « Le cimetière d'Herbeumont », Le Saglé, no 56,‎ 2000
  17. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal,‎ 2009, p. 163.
  18. Éric Burgraff, « Six siècles d'histoire d'Herbeumont », Le Soir,‎ 27 juillet 1992, p. 13 (lire en ligne)
  19. Claude Jacques, Le Circuit de l’Antrogne, Les chemins de la Pierre
  20. Annie Remacle, Les ardoisières de l’Ardenne belge. Intérêt biologique et état des lieux des sites en surface. Région wallonne, Direction Générale des Ressources Naturelles et de l’Environnement, Division de la Nature et des Forêts, dans Travaux no 30, 2007, 189 p. [(fr) texte intégral]
  21. En 1777, la planche no 162 de la carte de Ferraris porte déjà la mention « Carrières d'Ardoises » à côté de « Moulin de Herbeumont ».
  22. Philippe Vandermaelen, Dictionnaire géographique du Luxembourg, Bruxelles, À l'Établissement géographique,‎ 1838, 282 p. (lire en ligne), p. I.102, II.69
  23. Centre d'Histoire de l'architecture et du bâtiment de l'U.C.L. à Louvain-la-Neuve, L'Ardenne centrale, vol. 5, Liège, Bruxelles, Pierre Mardaga,‎ 1989, 247 p. (ISBN 978-2-8021-0074-4), p. 76
  24. Reste alors uniquement l'ardoisière de la Morépire, toute proche mais située sur le territoire actuel de Bertrix, qui fermera à son tour en 1976.
  25. Par la société Ardoisières d'Herbeumont
  26. Éric Burgraff, « L’ardoise, à ciel ouvert », Le Soir,‎ 9 mai 2009, p. 20 (lire en ligne)
  27. Philippe Vandermaelen, Dictionnaire géographique du Luxembourg, Bruxelles, À l'Établissement géographique,‎ 1838, 282 p. (lire en ligne), p. II.69
  28. Patrimoine bâti et architectural historique de la commune d’Herbeumont, Les chemins de la Pierre
  29. Brève description du village de Herbeumont sur le site de la commune
  30. Centre d'Histoire de l'architecture et du bâtiment de l'U.C.L. à Louvain-la-Neuve, L'Ardenne centrale, vol. 5, Liège, Bruxelles, Pierre Mardaga,‎ 1989, 247 p. (ISBN 978-2-8021-0074-4), p. 192
  31. Émile Vliebergh, L'Ardenne: la population agricole au XIXe siècle; contribution à l'étude de l'histoire économique et sociale, vol. 8, t. 1, Bruxelles, Hayez,‎ 1912, 428 p., p. 422
  32. H16 Profil de baignade - La Semois à Herbeumont
  33. « La Lorraine gaumaise : pôle touristique rural axé patrimoine et paysage » est un projet visant à promouvoir l'offre touristique, dans le cadre du programme Interreg IV-A « Grande Région », voir le site du programme Interreg IV-A.
  34. La Commune d'Herbeumont fait appel à IDELUX Projets publics
  35. Activités économiques et intérêt local : mesure des flux et identification des localisations optimales, par la Conférence permanente du Développement territorial.
  36. Voir notamment la fiche récapitulative Géographie des revenus nets (travail, transferts et patrimoine) : Herbeumont.
  37. Georges Linze, Un chercheur d'Or ardennais, Curia Arduennae, 1951, n°5, 2° année; pages 12-13.
  38. Éric Burgraff, « Quinze ans après, Serge Reding a toujours la cote à Herbeumont. Le poids des ans ne gâte pas celui des haltères », Le Soir,‎ 16 novembre 1990, p. 29 (lire en ligne)
  39. Arrondissement judiciaire comprenant les villes de Bouillon et Saint-Hubert ainsi que les communes de Bertrix, Daverdisse, Herbeumont, Libin, Paliseul, Tellin et Wellin : cf Loi du 25 mars 1999 relative à la réforme des cantons judiciaires.
  40. Art. 24 de l’arrêté royal du 3 juin 1999 déterminant le territoire sur lequel chaque siège d'un canton judiciaire qui dispose de plusieurs sièges exerce sa juridiction.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]