Alice Hamilton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dr. Alice Hamilton

Alice Hamilton (27 février 1869 - 22 septembre 1970) a été la première femme nommée professeur de faculté à l’Université Harvard et a été chef de file dans le domaine de la santé et sécurité au travail. Elle a été pionnier dans le domaine de la toxicologie, de l'étude des maladies professionnelles et des effets dangereux des métaux et des composés chimiques utilisés dans l’industrie sur le corps humain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alice Hamilton était la fille de Montgomery Hamilton et de Gertrude Hamilton Hamilton (née Pond), elle est née en 1869 à Fort Wayne (Indiana). Elle était la deuxième de quatre filles, qui ont toutes restées ensembles tout au long de leur enfance et de leur carrière professionnelle. Parmi ses sœurs on connaît l'helléniste Edith Hamilton. Alice a été scolarisée à la maison et a terminé son éducation à l'école de Farmington (Connecticut).

En 1893, elle reçoit son diplôme de doctorat en médecine à l’école de médecine de l’Université du Michigan, et a ensuite terminé son internat à l’hôpital de Minneapolis et à l’hôpital pour les femmes et des enfants de la Nouvelle-Angleterre.

Hamilton a voyagé en Europe pour étudier la microbiologie et la pathologie à l’université de Munich et de Leipzig de 1895 à 1897. À son retour aux États-Unis, elle a continué ses études de troisième cycle à l’école de médecine de l’Université Johns-Hopkins. En 1897, elle est partie à Chicago, où elle est devenue professeur de pathologie à la Woman's Medical School de l’Université Northwestern.

Peu de temps après avoir déménagé à Chicago, Alice Hamilton est devenue membre résident de Hull House, un foyer d’accueil fondé par le réformateur social Jane Addams. Vivant côte à côte avec les habitants pauvres de la communauté, elle est devenue de plus en plus intéressée par les problèmes rencontrés par les travailleurs, en particulier les accidents du travail et des maladies professionnelles. L'étude de la « médecine industrielle » (les maladies causées par certains emplois) a eu une importance accrue à partir de la révolution industrielle de la fin du XIXe siècle qui a introduit de nouveaux dangers sur les lieux de travail. En 1907, Alice Hamilton a commencé à faire des recherches dans la littérature existant à l'étranger, après avoir constaté que la médecine industrielle n'avait pas été beaucoup étudiée en Amérique. Elle a entrepris de changer cet état de fait, et a publié son premier article sur le sujet en 1908.

Impact[modifier | modifier le code]

En 1910, Alice Hamilton a été nommée à la, nouvellement formée, commission des maladies professionnelles de l’Illinois, le premier organisme d'investigation de ce type aux États-Unis. Pendant la décennie suivante, elle a enquêté sur une série de questions pour plusieurs états et différents comités de santé du gouvernement fédéral. Elle a axé son travail sur la toxicologie professionnelle. S'appuyant principalement sur "l'épidémiologie des chaussures en cuir", et la nouvelle science des laboratoires de toxicologie, elle a lancé l’épidémiologie professionnelle et l’hygiène industrielle aux États-Unis. Ses conclusions étaient scientifiquement assez convaincantes pour susciter des réformes, à la fois sur la base du volontariat et imposées par la réglementation, pour améliorer la santé des travailleurs.

En 1919, Alice Hamilton a été nommée professeur assistant au nouveau département de médecine industrielle à l’école de médecine de Harvard, ce qui fait d'elle la première femme à être nommée à cette faculté. Un article du New York Tribune a célébré l’évènement avec un titre emphatique : "Une femme à la faculté de Harvard-La dernière citadelle est tombée-Le beau sexe a atteint son but", mais Alice Hamilton a toujours fait l'objet de discrimination en tant que femme, et était exclue des activités sociales et de toutes les processions des hommes de l’université.

De 1924 à 1930, elle a été la seule femme membre du Comité de santé de la Société des Nations. De 1925 à la conférence sur le plomb tétraéthyle à Washington, DC, le Dr Hamilton a été le plus éminent critique de l'ajout de plomb tétraéthyl à l'essence. Elle est également retourné à Hull House chaque année jusqu'à la mort de Jane Addams en 1935.

Après sa retraite de Harvard en 1935, Alice Hamilton a servi comme consultant médical à la Division des normes du travail des États-Unis, et conservé ses relations avec Harvard comme professeur émérite. Elle a été incluse dans la liste des hommes de science en 1944 et a reçu le prix Lasker en 1947. Elle est décédée en 1970.

Le , le National Institute for Occupational Safety and Health a baptisé de son nom son laboratoire de recherche désormais connu sous le nom de "Alice Hamilton Laboratory for Occupational Safety and Health". L'Institut donne également chaque année un "Prix Alice Hamilton" pour récompenser l'excellence d’une recherche scientifique dans ce domaine. En 1995, sa grande contribution à la santé publique a été célébré par un timbre commémoratif du United States Postal Service. En 2002, Alice Hamilton a été désignée comme ACS National Historical Chemical Landmarks en reconnaissance de son rôle dans le développement de la médecine du travail.acswebcontent.acs.org

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Autres lectures[modifier | modifier le code]

  • Exploring the Dangerous Trades: The Autobiography of Alice Hamilton, M.D. Northeastern University Press, 1985. (ISBN 0-93035-081-2)
  • Barbara Sicherman; Alice Hamilton. Alice Hamilton: A Life in Letters. Harvard University Press, 1984. (ISBN 0-67401-553-3). Second publishing- University of Illinois Press, 2003. (ISBN 0-25207-152-2).poop on you

Liens externes[modifier | modifier le code]