Florence Kelley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Florence Kelley

Florence Kelley (12 septembre 1859 – 17 février 1932) était une réformatrice sociale et politique originaire de Philadelphie aux États-Unis. Elle lutta contre les sweatshops, pour un salaire minimum et la Loi des huit heures[1], ainsi que pour les droits des enfants[2].

Diplômée de l'université Cornell, elle fit partie de l'Intercollegiate Socialist Society (en), une organisation militant pour le droit de vote des femmes et les droits des Afro-Américains. Elle fut inspirée par le marxisme et fut l'amie de Friedrich Engels dont elle traduisit en anglais La situation de la classe laborieuse en Angleterre. Elle soutint la création du Bureau of Labor Statistics américain.

De 1891 à 1899, Kelley vécut à la Hull House de Chicago. Elle fut nommée Chief Factory Inspector pour l'État de l'Illinois par le gouverneur Altgeld. Puis elle s'installa à New York de 1899 à 1926.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Florence Kelley » (voir la liste des auteurs)

  1. Kathryn Kish Sklar, "Florence Kelley", Women Building Chicago, 1790-1990: A Biographical Dictionary, Rima Lunin Schultz and Adele Hast, eds., Indiana University Press, Bloomington, Indiana, 2001, p. 463
  2. Margolin, C.R. (1978) "Salvation versus Liberation: The Movement for Children's Rights in a Historical Context," Social Problems. 254. (April), pp. 441-452

Liens externes[modifier | modifier le code]