Yasuhiro Nakasone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yasuhiro.

Yasuhiro Nakasone
中曾根 康弘
Illustration.
Yasuhiro Nakasone en janvier 1983.
Fonctions
Premier ministre du Japon

(4 ans, 11 mois et 10 jours)
Monarque Hirohito
Prédécesseur Zenkō Suzuki
Successeur Noboru Takeshita
Ministre d'État
Ministre du management administratif

(2 ans)
Premier ministre Zenkō Suzuki
Prédécesseur Sōsuke Uno
Successeur Kunikichi Saitō
Ministre du Commerce international et de l'Industrie

(2 ans)
Premier ministre Kakuei Tanaka
Prédécesseur Kakuei Tanaka
Successeur Toshio Kōmoto
Ministre d'État
Ministre de la Technologie et de la Science

(1 an)
Premier ministre Nobusuke Kishi
Prédécesseur Tatsunosuke Takasaki
Successeur Masuo Araki

(moins d’un an)
Prédécesseur Shirō Kiuchi
Successeur Kazuo Maeda
Ministre d'État
Ministre de la Défense

(1 an)
Prédécesseur Kiichi Arita
Successeur Keiichi Masuhara
Ministre des transports

(1 an)
Prédécesseur Takeo Ōhashi
Successeur Ken Harada
Président du Parti libéral-démocrate

(5 ans)
Prédécesseur Zenkō Suzuki
Successeur Noboru Takeshita
Biographie
Date de naissance (100 ans)
Lieu de naissance Takasaki (Japon)
Nationalité japonaise
Parti politique Parti libéral-démocrate
Enfants Hirofumi Nakasone
Religion Jōdo shinshū

Yasuhiro Nakasone
Premiers ministres du Japon

Yasuhiro Nakasone (中曽根 康弘, Nakasone Yasuhiro?, né le ) est un homme d'État. Il fut le 45e Premier ministre du Japon, respectivement du au , du au , et du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse (1918-1947)[modifier | modifier le code]

Débuts de son engagement politique (1947-1967)[modifier | modifier le code]

Carrière ministérielle (1967-1982)[modifier | modifier le code]

Primature ministérielle (1982-1987)[modifier | modifier le code]

Il fit une visite officielle en France, le . Partisan d'une réduction du poids de l'État, il lance la privatisation de Nippon Telegraph and Telephone (NTT) en 1984 avec l'aide du syndicat majoritaire Zendentsû. il est également à l'origine de la réforme du de la Japanese National Railways, avec sa division en six sociétés régionales et une pour le fret, et leurs privatisations progressives. Cette privatisation du rail provoque un conflit ouvert avec les deux syndicats majoritaires Kokurô et Sôhyô qui seront laminés par la purge interne qui en résultera[1].

Rencontre entre Yasuhiro Nakasone et Ronald Reagan à Hinode, le 11 novembre 1983

Durant son mandat, ses nombreux déplacements officiels aux Etats-Unis apportent la preuve d'une alliance militaire, politique et commerciale renforcée entre les deux nations [2]et d'une amitié personnelle avec Ronald Reagan[3]. L'épisode où Yasuhiro Nakasone invite le président américain dans son ryokan à Hinode le 11 novembre 1983 sera un marqueur de cette amitié américano-japonaise[4].

Fujio Masayuki, son ministre de l'Enseignement a dû démissionner en 1986.

En 1986, il déclenche une polémique aux États-Unis en déclarant que le niveau d'intelligence des États-Unis est inférieur à la moyenne parce que ce pays a beaucoup de Noirs et d'hispaniques[5].

Retraite (depuis 1987)[modifier | modifier le code]

Yasuhiro Nakasone (à gauche), Mikhaïl Gorbatchev, Brian Mulroney et Margaret Thatcher (à droite), le lors des funérailles de Ronald Reagan.

Le , il se rend à Bagdad et obtient la libération de 77 ressortissants japonais, 35 ressortissants Britanniques, 15 ressortissants italiens et de 4 ressortissants Allemands enlevés par l'Irak de Saddam Hussein.

Centenaire, il est le plus âgé des anciens Premiers ministres actuellement en vie et le troisième plus âgé dirigeant politique du monde, derrière le Vietnamien Đỗ Mười et le Soudanais Babiker Awadalla (nés en 1917).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Les dirigeants des États membres du G7 de 1983 devant le capitole de Williamsburg. De gauche à droite : Pierre Trudeau, Gaston Thorn, Helmut Kohl, François Mitterrand, Ronald Reagan, Yasuhiro Nakasone, Margaret Thatcher et Amintore Fanfani.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Japon-Gegokujo, « Comprendre le capitalisme japonais - Le Japon à l'envers », Le Japon à l'envers,‎ (lire en ligne)
  2. Jean-Marc Domange, Le Réarmement du Japon : Le Japon peut-il devenir un exportateur d'armement ?, FeniXX réédition numérique, (ISBN 9782402037891, lire en ligne)
  3. Jean-Marie Bouissou, Le Japon contemporain, Fayard, (ISBN 9782213641904, lire en ligne)
  4. (en) Reagan Ronald, Public Papers of the Presidents of the United States: Ronald Reagan, 1983, Best Books on, (ISBN 9781623769390, lire en ligne)
  5. Ronald E. Yates, « Nakasone Comment About U.s. Defended », Chicago Tribune, 24 septembre 1986