Tanaka Giichi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tanaka Giichi
田中 義一
Tanaka Giichi
Tanaka Giichi

Naissance
Drapeau du Japon Hagi, Domaine de Chōshū, Japon
Décès (à 65 ans)
Drapeau du Japon Tokyo, Japon
Origine Japonais
Allégeance Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Grade Général
Années de service 18921920
Conflits Guerre sino-japonaise (1894-1895)
Guerre russo-japonaise
Commandement Drapeau de l'armée impériale japonaise Armée impériale japonaise
Distinctions Ordre du Soleil levant
Ordre du Trésor sacré
Ordre du Milan d'or
Ordre des fleurs de paulownia
Autres fonctions Premier ministre du Japon
Ministre de la Guerre
Tanaka Giichi est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Tanaka, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).

Le baron Tanaka Giichi (田中 義一?), né le à Hagi dans le domaine de Chōshū au Japon et mort à l'âge de 65 ans le à Tokyo, est un général de l'armée impériale japonaise qui fut le 26ème premier ministre du Japon du 20 avril 1927 au 2 juillet 1929.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Tanaka (officier).

Tanaka est issu d'une famille samourai de Hagi dans la province de Nagato (actuelle préfecture de Yamaguchi). Sorti diplômé de l'académie militaire en 1892, il sert pendant la guerre sino-japonaise (1894-1895).

Après ce conflit, il est envoyé à Moscou et Petrograd en tant qu'attaché militaire et se trouva en Russie en même que Takeo Hirose de la Marine impériale japonaise avec qui il devint ami. Tanaka finit par parler couramment le russe qu'il apprit petit à petit pendant la messe du dimanche dans les églises orthodoxes russes mais il n'est pas certain qu'il se soit converti au christianisme. Plus tard, pendant la guerre russo-japonaise (1904-05), il fut l'aide du général Kodama Gentarō en Mandchourie. En 1906, Tanaka aida à concevoir un plan de défense qui fut très apprécié par l'état-major et par le général Aritomo Yamagata quand il fut appliqué comme politique militaire de base jusqu'à la Première Guerre mondiale. Il reçut l'ordre du Milan d'or (3ème classe) en avril 1906.

En 1911, Tanaka fut promu major-général et fut nommait directeur de la direction générale des Affaires militaires au ministère de la Guerre où il recommanda d'augmenter la force de l'armée en rajoutant deux divisions d'infanterie supplémentaires. Il reçut l'ordre du Trésor sacré (1ère classe) en septembre 1918.

Promu général en 1920, il devint ministre de la Guerre dans le gouvernement de Takashi Hara puis dans le second governement de Gonnohyōe Yamamoto. Pendant cette période, il soutint l'intervention en Sibérie. Il reçut l'ordre du Soleil levant (1ère classe) en septembre 1920.

Après sa retraite de l'armé, il fut invité en 1925 à accepter le poste de président du Rikken Seiyūkai, un parti politique), et devint membre de la chambre des pairs. Il ft plus tard élevé au titre de baron (danshaku) selon le système de pairie du kazoku. Il était prévu que Tanaka soit élevé au rang de maréchal au moment de sa retraite cependant, lorsque le ministère de la Guerre apprit que Tanaka avait reçu une prime de 3 million de yen pour accepter de rejoindre le Rikken Seiyūkai, la promotion fut annulée.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Tanaka (politicien).

Tanaka devint premier ministre du Japon le 20 avril 1927 durant la crise financière Shōwa, tout en étant en même temps ministre des Affaires étrangères. Il fut également ministre de l'Intérieur (du 4 mai 1928 au 23 mai 1928), et ministre des Affaires coloniales (du 10 juin 1929 au 2 juillet 1929).

Dans la politique intérieure, Tanaka tenta d'éliminer les partisans de gauche et suspecta les sympathisants communistes qu'il fit arrêter massivement (l'incident du 15 mars en 1928 et l'incident du 19 avril en 1929).

Dans la politique étrangère, il poursuivit les politiques agressives interventionnistes qu'il avait commencé quand il était officier en Mandchourie et en Mongolie. À trois occasions en 1927-28, il envoya des troupes intervenir militairement en Chine pour bloquer l'expédition du Nord de Tchang Kaï-chek qui cherchait à unifier la Chine, c'est ce qu'on appellera l'incident de Jinan.

Les politiques du Japon avaient déjà commencé à converger le pays vers la Seconde Guerre mondiale cependant, en 1928, les machinations de sociétés secrètes ultranationalistes et de l'armée du Guandong provoquèrent une crise : l'assassinat du seigneur de guerre mandchou Zhang Zuolin et la tentative avortée de s'emparer de la Mandchourie. Tanaka lui-même fut visé par une tentative d'assassinat et argua que les responsables devaient être jugé en public par la cour martiale pour homicide. Les responsables militaires, avec qui Tanaka était maintenant brouillé, insistèrent pour dissimuler l'incident, qui devint un secret d'état. Privé de soutien, et cible de critiques de la diète et même de l'empereur Hirohito lui-même, Tanaka et son gouvernement demissionnèrent le 2 juillet 1928.

C'est Osachi Hamaguchi qui lui succéda au poste de premier ministre tandis que Tanaka mourut quelques mois plus tard. À sa mort, il reçut l'ordre des fleurs de paulownia. Sa tombe se trouve au cimetière de Tama Reien à Fuchū.

Le mémorandum Tanaka[modifier | modifier le code]

En 1929, la Chine accusa Tanaka d'avoir écrit le Mémorandum Tanaka qui prônait la conquête de la Mandchourie, de la Mongolie, et éventuellement celle de la Chine entière. Il fut accusé d'avoir présenté le texte à l'empereur en 1927. Aujourd'hui, la plupart des historiens japonais et occidentaux considèrent ce document comme un faux. D'un autre point de vue, dans un mémorandum publié dans les années 1950, l'homme d'affaires japonais d'origine taïwanaise Tsai Chih-Kan affirmait qu'il avait personnellement fait une copie du "plan" à partir de la bibliothèque impériale dans la nuit du 20 juin 1928 pendant une action secrète en compagnie de plusieurs hauts-responsables japonais d'avant-guerre qui s'étaient opposés à Tanaka. Ainsi, à cause de ce témoignage, de nombreux manuels d'histoire chinois considèrent aujourd'hui le document comme authentique.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Tanaka Giichi » (voir la liste des auteurs).
  • Gluck, Carol. Japan's Modern Myths. Princeton University Press (1987). ISBN 0-691-00812-4
  • Hane, Mikiso. Modern Japan: A Historical Survey. Westview Press (2001). ISBN 0-8133-3756-9
  • Harries, Meirion. Soldiers of the Sun: The Rise and Fall of the Imperial Japanese Army. Random House; Reprint edition (1994). ISBN 0-679-75303-6
  • Morton, William Finch. Tanaka Giichi and Japan's China Policy. New York: St. Martin’s Press, 1980.

Liens externes[modifier | modifier le code]