Hara Takashi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hara Takashi
Illustration.
Hara Takashi
Fonctions
Premier ministre du Japon

(3 ans, 1 mois et 6 jours)
Monarque Yoshihito
Prédécesseur Terauchi Masatake
Successeur Uchida Kōsai (intérim)
Takahashi Korekiyo
Ministre de la Justice

(1 an, 7 mois et 16 jours)
Monarque Yoshihito
Premier ministre Lui-même
Prédécesseur Itasu Matsumuro
Successeur Enkichi Oki
Ministre de l'intérieur

(1 an, 1 mois et 27 jours)
Monarque Yoshihito
Premier ministre Yamamoto Gonnohyōe
Prédécesseur Ōura Kanetake
Successeur Ōkuma Shigenobu

(1 an, 3 mois et 21 jours)
Monarque Yoshihito
Meiji
Premier ministre Saionji Kinmochi
Prédécesseur Hirata Tosuke
Successeur Ōura Kanetake

(2 ans, 6 mois et 7 jours)
Monarque Meiji
Premier ministre Saionji Kinmochi
Prédécesseur Kiyoura Keigo
Successeur Hirata Tosuke
Ministre des Communications

(2 mois et 11 jours)
Monarque Meiji
Premier ministre Saionji Kinmochi
Prédécesseur Isaburo Yamagata
Successeur Hotta Masayasu
membre de la Chambre des représentants

(19 ans)
Biographie
Nom de naissance (原 敬), Hara Takashi
Date de naissance
Lieu de naissance Morioka
Date de décès (à 65 ans)
Lieu de décès Gare de Tokyo
Sépulture Daiji-ji
Nationalité Flag of Japan.svgJaponais
Parti politique Rikken Seiyūkai
Conjoint Sadako Hara (première épouse)
Asa Hara (deuxième épouse)
Enfants HaraKei (fils adoptif)
Famille Clan Hara
Entourage Hiroshi Nakai ( beau-père )
Shozo Hara (Yomago)
Diplômé de Law School of the Ministry of Justice
Profession homme politique, écrivain, journaliste, diplomate
Religion catholique

Signature de Hara Takashi

Takashi Hara (原 敬, Hara Takashi?, né le et assassiné le ) est un homme d'État japonais et, du au , dixième premier ministre du Japon. Il était surnommé aussi Hara Kei. Il est le premier roturier (non membre de la Kazoku, ayant refusé l’anoblissement) et le premier chrétien (baptisé catholique romain sous le nom de « David ») à accéder au poste de premier ministre de l'Empire du Japon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeune homme issu d'une famille de samouraï qui avait résisté à la restauration de Meiji, ayant échoué à son examen pour l'école impériale de la Marine, Takashi Hara s'oppose au modèle de réussite traditionnel. Il fait ses études dans une école privée où il apprend le français, se convertit (peut être par intérêt) à la religion catholique (sous le nom de baptême de David) abandonne son orientation vers l'administration pour le syndicalisme étudiant puis le journalisme, choisit de ne pas s'inscrire comme noble pour devenir « commun » (roturier) et s'oppose à la direction de son journal qui voulait en faire l'organe du Rikken Kaishintō.

En 1882, il est repéré par Inoue Kaoru qui l'intègre au personnel du ministère des affaires étrangères. En 1884, à la suite d'un voyage avec le ministre en Corée, il est affecté comme consul à Tianjin, puis prend un poste à l'ambassade de Paris. Il est, sous Mutsu Munemitsu, vice ministre puis ambassadeur en Corée. Il redevient journaliste puis patron de presse à Osaka jusqu'en 1900.

Il reprend alors une activité politique au service d'Itō Hirobumi, qui s'inspirait du modèle britannique trouvant le système américain trop libéral et la restauration espagnole trop conservatrice. Il est secrétaire général de son parti, le Rikken Seiyūkai et est élu député de sa circonscription de naissance, (Iwate).

Son train de vie est simple au regard des standards aristocratiques de l'élite. Plusieurs fois ministre à partir de 1906, réformant l'administration pour donner plus de pouvoir aux élus, à la méritocratie du diplôme plutôt qu'au traditionnel népotisme local, il fait toutefois partie de gouvernements qui s'opposent aux réformes sociales. Devenu chef du parti après une lutte contre Saionji Kinmochi, il conduit deux campagnes électorales : après avoir perdu la majorité en 1915, il l'emporte en 1917.

La chute du gouvernement en raison des émeutes du riz en 1918 le propulse comme premier ministre. Il est le premier roturier à être à la tête du gouvernement et également le premier civil à diriger un ministère de l'armée, mais il déçoit la gauche en refusant de prioriser le suffrage universel et s'oppose à la droite militariste en conduisant une diplomatie moins agressive militairement (en particulier lors de l'opération en Sibérie contre le gouvernement bolchevick) en ôtant la gestion de la Corée aux militaires et en y allégeant le poids colonial, et en passant de la répression à la négociation dans les révoltes populaires. C'est pour ses raisons qu'il est poignardé à la gare de Tokyo par un aiguilleur[1] d'extrème droite. Son journal a été publié.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]