Urval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Urval
Urval
Le village d'Urval.
Blason de Urval
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Lalinde
Intercommunalité Communauté de communes des Bastides Dordogne-Périgord
Maire
Mandat
Roland Kupcic
2014-2020
Code postal 24480
Code commune 24560
Démographie
Gentilé Urvalais
Population
municipale
110 hab. (2015 en diminution de 27,15 % par rapport à 2010)
Densité 8,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 48′ 46″ nord, 0° 56′ 56″ est
Altitude Min. 55 m
Max. 245 m
Superficie 13,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Urval

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Urval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Urval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Urval

Urval est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Urval
Le Buisson-de-Cadouin Siorac-en-Périgord
Urval Monplaisant
Bouillac Saint-Pardoux-et-Vielvic

Toponymie[modifier | modifier le code]

En français comme en occitan, la commune porte le même nom[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 1974, les communes de Cadouin, Paleyrac et Urval entrent en fusion-association avec celle du Buisson-Cussac qui prend alors le nom du Buisson-de-Cadouin[2].

Le 15 février 1989, Urval reprend son autonomie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune d'Urval est rattachée au canton de Cadouin qui dépend du district de Belvès jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Bergerac[3]. Il change de nom en 1974, devenant le canton du Buisson-de-Cadouin.

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[4]. La commune est alors rattachée au canton de Lalinde, lui aussi dépendant de l'arrondissement de Bergerac.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Début 2002, Urval intègre dès sa création la communauté de communes de Cadouin. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2012 et remplacée au 1er janvier 2013 par la communauté de communes des Bastides Dordogne-Périgord.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
janvier 1974 février 1989 Aucun maire[Note 1]    
février 1989 mars 2001 Henri Lepers    
mars 2001[5] (réélu en mars 2014[6]) en cours
(au 30 avril 2014)
Roland Kupcic SE Artisan menuisier

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2015, la commune comptait 110 habitants[Note 2], en diminution de 27,15 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
460470415460425433478491476
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
482459445422410418347326334
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
340293255188183171179192165
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
149159109121123163153152150
2013 2015 - - - - - - -
113110-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Remarque[modifier | modifier le code]

Lors des recensements de 1975 et 1982, la commune d'Urval n'existait plus en tant que telle mais était associée à celle du Buisson-de-Cadouin.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[10], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent cinquante-neuf personnes, soit 46,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (dix) a augmenté par rapport à 2007 (deux) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 17,0 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte vingt-quatre établissements[11], dont huit dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, huit au niveau des commerces, transports ou services, quatre dans la construction, deux dans l'industrie, et deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de la Bourlie, XVe siècle XVIIIe siècle XIXe siècle, classé ainsi que son domaine.
  • Château de la Poujade, XVIIIe siècle XIXe siècle, classé.
  • Église Notre-Dame-de-la-Nativité[13],[14]. L'église est fortifiée. Le chœur et la nef portent des chambres de défense. Le chœur carré du XIe siècle est voûté en berceau en plein cintre retombant sur des colonnes, dont deux en marbre noir sont des réemplois (d'une villa gallo-romaine ?). Le chœur et la nef sont séparés par l'arc triomphal en plein cintre qui retombe sur des colonnes engagées avec des chapiteaux sculptés d'entrelacs et de rinceaux de feuillage. L'extrémité du chœur supporte un mur défensif. Au-dessus de l'arc triomphal, le clocher-mur a servi à compléter la défense au-dessus de la nef.
  • Four banal du XIVe siècle. Au-dessus du four se trouvait le logement du fournier. En 1853, la toiture en tuile a remplacé celle de pierre. Le four a été restauré en 1862. Il a encore servi pendant la Première Guerre mondiale. Il est encore utilisé chaque année pendant la fête du village.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Urval Blason D’azur à l’ours d’or passant sur une terrasse isolée et appointée de gueules, surmonté d’un croissant d’argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. De janvier 1974 à février 1989, la commune était associée à celle du Buisson-de-Cadouin et n'avait plus de maire, mais un maire délégué.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 24 avril 2014.
  2. Code officiel géographique d'Urval sur le site de l'Insee, consulté le 19 janvier 2013
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2015).
  5. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 4 septembre 2014.
  6. Anne-Marie-Sopkowitz, Un nouveau président à l'intercommunalité, Sud Ouest édition Dordogne du 13 mai 2014, p. 20h.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 12 décembre 2015.
  11. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 12 décembre 2015).
  12. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 12 décembre 2015.
  13. Pays de Bergerac : Église d'Urval
  14. Jean Secret - Périgord roman - p. 30 - Éditions Zodiaque (collection "la nuit des temps" no 27) - La Pierre-qui-Vire - 1968
  15. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 753.