Siorac-en-Périgord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Siorac-en-Périgord
Siorac-en-Périgord
Vue aérienne de Siorac-en-Périgord.
Blason de Siorac-en-Périgord
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Vallée Dordogne
Intercommunalité Communauté de communes Vallée de la Dordogne et Forêt Bessède
Maire
Mandat
Didier Roques
2016-2020
Code postal 24170
Code commune 24538
Démographie
Gentilé Sioracois, Sioracoises
Population
municipale
1 053 hab. (2017 en augmentation de 2,93 % par rapport à 2012)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 49′ 20″ nord, 0° 59′ 15″ est
Altitude Min. 46 m
Max. 193 m
Superficie 11,77 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Siorac-en-Périgord
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Siorac-en-Périgord
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Siorac-en-Périgord
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Siorac-en-Périgord
Liens
Site web www.siorac-en-perigord.fr

Siorac-en-Périgord est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire.

La commune est implantée dans le Périgord noir sur les rives de la Dordogne.

Accès SNCF par la gare de Siorac-en-Périgord et par la route départementale 710.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Siorac-en-Périgord est limitrophe de sept autres communes. Au sud, son territoire n'est éloigné que d'environ 300 mètres de celui de Saint-Pardoux-et-Vielvic.

Communes limitrophes de Siorac-en-Périgord
Le Buisson-de-Cadouin Coux et Bigaroque-Mouzens Marnac
Siorac-en-Périgord Saint-Germain-de-Belvès
Urval Monplaisant Sagelat

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

À l'intérieur du département de la Dordogne, un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2011 pour la Dordogne amont incluant la Nauze et les 600 derniers mètres de son affluent la Vallée, donc les zones basses du territoire de Siorac-en-Périgord[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Sieurac de Perigòrd[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 11 mars 1923, le conseil municipal de la commune de « Siorac-et-Fongauffier », dans le canton de Belvès, constate que la commune est également souvent nommée « Siorac-de-Belvès » et que cela provoque d'importants retards dans l'acheminement des correspondances du fait de confusions. Il demande que le nom de la commune soit changé en « Siorac-en-Périgord ». Dans sa séance du 25 avril, le conseil général de la Dordogne adopte cette proposition suite à l'avis favorable du directeur des Postes et Télégraphes et du Préfet[4],[5]. Le 22 novembre 1923, la commune de « Siorac-et-Fongauffier » est autorisée par décret à modifier son nom pour prendre celui de « Siorac-en-Périgord »[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune a été rattachée au canton de Belvès qui dépendait du district de Belvès jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Le canton de Belvès est ensuite rattaché en 1800 à l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[7].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 1994, Siorac-en-Périgord intègre dès sa création la communauté de communes de la Vallée de la Dordogne. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes Vallée de la Dordogne et Forêt Bessède.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
septembre 1994 mars 2016 Jean-Pierre Riehl[Note 1],[8] PS Médecin
mars 2016[8] En cours Didier Roques    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2017, la commune comptait 1 053 habitants[Note 2], en augmentation de 2,93 % par rapport à 2012 (Dordogne : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0451 0049069301 1631 2801 3081 3771 363
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2921 2751 2821 2161 2451 2851 2441 1531 090
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1051 0401 026837853818877835785
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8077847938639048939829941 005
2013 2017 - - - - - - -
1 0221 053-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[12], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 384 personnes, soit 37,0 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (63) a augmenté par rapport à 2010 (61) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 16,4 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 127 établissements[13], dont 79 au niveau des commerces, transports ou services, vingt dans la construction, treize relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, neuf dans l'industrie, et six dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[14].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Dans le secteur du commerce, parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, la société « Crilodis » (supermarché) implantée à Siorac-en-Périgord se classe en 48e position en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016, avec 13 021 k€[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le pont de Siorac[16] fut érigé sous le Second Empire. Il fut livré à la circulation en 1857. Au début ses usagers étaient des clients. Il fallait acquitter un péage. Fort heureusement, cet ouvrage est rapidement devenu accessible sans droit de passage. Il est implanté très légèrement en amont de l'ancien gué.
    Il supplanta, en son temps, plusieurs ouvrages plus vulnérables emportés par le courroux du fleuve. Placé sous la protection de la Vierge, sa bienveillante surveillante, ou grâce au génie civil de ses constructeurs, ce pont n'a pas subi les caprices dévastateurs du cours d'eau qui, depuis plus d'un demi-siècle, sont atténués par les barrages, notamment ceux d'Argentat et de Bort-les-Orgues.
  • Le château de Siorac[17] date du XVIIIe siècle. C'est un logis à deux niveaux entre deux pavillons à trois niveaux. Les toits sont brisés et couverts de tuiles et ne comportent pas de lucarnes.
    Le château a été construit sur les ruines d'un ancien repaire noble détruit au cours des guerres de religion. Il a longtemps appartenu à la famille de la Verrie de Siorac, comte de Vivans.
  • Dolmen de Cayre Leva, au sud de Siorac, près du hameau de Cayre Leva et de la route de Cayre Leva[18].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre-ès-Liens[19],[20]. La première église date de 1143. L'évêque de Périgueux la donne en 1199 à l'abbaye de La Grande-Sauve. Elle est détruite pendant la guerre de Cent Ans en ne laissant que quelques moellons à la base de l'église actuelle. Reconstruite dans le style gothique, elle est brûlée par les troupes protestantes du vicomte de Turenne. Elle est réparée au début du XVIIe siècle. Les quatre co-seigneurs de Siorac ont fait réaliser les quatre chapelles qui devaient servir pour leurs sépultures.
    Trois cloches ont été installées dans l'église : la plus grosse en 1764, les deux autres datent de 1839 et 1840.
    Jusqu'en 1900, le cimetière entourait l'église.
    L'horloge et l'électrification datent de 1954.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean de Sireuil, capitaine Sireuil, capitaine du régiment de Picardie, fils bâtard de François de Sireuil, frère de Jean II de Sireuil, co-seigneur de Siorac, légitimé par lettre du roi Henri III de décembre 1583. Du mariage de Jean de Sireuil avec Françoise d'Abzac de la Douze est née Marie de Sireuil, dame de Siorac, mariée en 1598 à Pons du Lion de Belcastel. Marie de Sireuil a donné le quart de la seigneurie de Siorac au capitaine Sireuil, son cousin bâtard, qui la lui a restituée par son testament du [21].
  • Monsieur Élie Creyssensac, né le 17 octobre 1896 à Siorac-en-Périgord, armurier fabricant de compresseur d'air, inventeur du compresseur à air[réf. nécessaire].
  • Robert Merle (1908-2004), a écrit Fortune de France, une fresque historique en 13 volumes qu'il a située à Siorac au début du récit (tome 1).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Siorac-en-Périgord Blason Parti : au 1er d'azur aux chaines d'or passées en croix, sautoir et orle, au 2e de gueules au lion d'or surmonté de deux étoiles d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Démissionne de la fonction de maire et devient premier adjoint.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. PPR inondation - 24DDT20090002 - Dordogne Amont, DREAL Aquitaine, consulté le 13 février 2019.
  2. [PDF] Siorac-en-Périgord - Plan de prévention du risque inondation p. 28, DREAL Aquitaine, consulté le 13 février 2019.
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 15 avril 2014.
  4. Conseil général de la Dordogne, « N°87 Commune de Siorac-et-Fongauffier, demande de changement de nom », sur https://gallica.bnf.fr/, (consulté le 6 octobre 2014), p. 131-132.
  5. Conseil général de la Dordogne, « Séance du 25 avril », sur https://gallica.bnf.fr/, (consulté le 6 octobre 2014), p. 133
  6. France, Bulletin des lois, vol. 15, Imprimerie Royale, (lire en ligne), p. 3455.
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. a et b L’ancien maire remplacé, Sud Ouest, 2 avril 2016.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. Dossier complet - Commune de Siorac-en-Périgord (24538) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 31 janvier 2019.
  13. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 31 janvier 2019).
  14. Dossier complet - Commune de Siorac-en-Périgord (24538) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 31 janvier 2019.
  15. « Commerce », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 40.
  16. Visites en Aquitaine : pont de Siorac
  17. Visites en Aquitaine : château de Siorac
  18. M. Secondat, « Trois dolmens : “Le Cayre Leva”, dolmen de Siorac », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1942, tome 69, p. 355-356 (lire en ligne)
  19. Panneaux d'information dans l'église
  20. Visites en Aquitaine : Église Saint-Pierre-ès-Liens de Siorac-en-Périgord
  21. G. Charrier, A. Jouanel, Un capitaine périgourdin. Le capitaine Sireuil, dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1900, tome XXVII, p. 183-207 (lire en ligne)