Cadouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cadouin
Cadouin
La rue principale de Cadouin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Commune Le Buisson-de-Cadouin
Statut Commune associée
Maire délégué David Faugères
2014-2020
Code postal 24480
Code commune 24072
Démographie
Population 311 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 44° 48′ 41″ nord, 0° 52′ 26″ est
Historique
Date de fusion 1er janvier 1974
Commune(s) d'intégration Le Buisson-de-Cadouin
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 15.svg
Cadouin
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
Cadouin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Cadouin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Cadouin

Cadouin (Cadonh en occitan) est une ancienne commune française située dans le sud du département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Cadunien(ne)s. Depuis 1974, le village fait partie de la commune du Buisson-de-Cadouin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de l'abbaye de Cadouin depuis l'est.

En 1115, Géraud de Salles fonde l'importante abbaye Notre-Dame de la Nativité de Cadouin, rapidement affiliée à l'ordre de Citeaux. L'abbaye connaît une grande prospérité au cours du Moyen Âge, du fait de sa relique, le suaire de la tête du Christ (en fait un rarissime tissu brodé de soie de la fin du XIe siècle, rapporté de la première croisade).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Maurice Chevalier s'est réfugié chez les Delemarre, des amis artistes habitant Cadouin. Ils passent plusieurs semaines cloîtrés dans la maison, avec la peur que les Allemands ou que la Résistance ne les retrouvent. Emmené à Périgueux par les maquisards, Maurice Chevalier est entendu pour faits de collaboration par André Urbanovitch dit « Doublemètre » qui l'interroge dans son bureau, Maurice Chevalier qualifiant cet épisode dans ses mémoires « de plus mauvais quart d’heure de sa vie »[1],[2].

Le , les communes de Cadouin, Paleyrac et Urval entrent en fusion-association avec celle du Buisson-Cussac qui prend alors le nom du Buisson-de-Cadouin[3].

L'année 2015 a été le 900e anniversaire de la fondation de l'abbaye cistercienne de Cadouin. Une des premières de la grande aventure de saint Bernard et une des rares abbayes aujourd'hui inscrites au patrimoine mondial par l'UNESCO. En 2016 a eu lieu le 23e colloque de Cadouin, une des grandes manifestations culturelles estivales de la Dordogne.

Cadouin est le pays natal du cinéaste et homme de lettres Louis Delluc, l'éveilleur du cinéma français. Chaque année, le meilleur film français reçoit le prix Louis-Delluc. Depuis 2016, un coffret de DVD permet enfin de visionner ses films, inaccessibles jusque-là.

Cadouin au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Cadouin est un village touristique qui s'est développé autour de son abbaye cistercienne. Situé au « Pays des Bastides et Cités médiévales », entre Bergerac et Sarlat, le village est associé à la commune du Buisson-de-Cadouin.

L'ensemble abbatial, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO en tant qu'étape des chemins de Saint Jacques de Compostelle, constitue le plus bel exemple d'architecture religieuse du Périgord. Les bâtiments conventuels, ont été transformés en une auberge de jeunesse modèle.

Le village est entouré par la forêt de la Bessède.

Après la restauration des bâtiments abbatiaux, le village a entrepris en 2007/2008 l'aménagement de la place de l'abbaye autour de la halle médiévale. Des travaux de restauration ont été effectués dans le cloître. Un petit musée présente l'histoire de Cadouin et une copie du Saint-Suaire qui y fut vénéré jusqu'en 1934.

Depuis les années 1990, sous l'égide des « Amis de Cadouin », un colloque historique et archéologique réunit les passionnés de Cadouin chaque année un samedi, autour du 20 août (date de la saint Bernard). Les Actes des colloques sont publiés et accessibles sur le site des « Amis de Cadouin ».

Depuis juillet 2007, le village d'Obenheim (Bas-Rhin) est jumelé avec Cadouin.

Exceptionnellement, en août 2008, à l'occasion d'un festival de musique baroque, un orgue à tuyaux a été mis en place dans l'abbatiale. À noter le caractère inédit de cette expérience puisque l'abbaye n'avait jamais accueilli d'orgue.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Cadouin est rattachée au canton de Cadouin qui dépend du district de Belvès jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Bergerac[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Cadouin, ancien chef-lieu de canton, est en déclin démographique depuis les années 1880.

Au , la commune associée de Cadouin compte 311 habitants[5].

Évolution démographique (jusqu'à la fusion de 1974)
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
650603590624695742703705
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
695700637692691694716652
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
605598526523512468458420
1936 1946 1954 1962 1968 - - -
453466432352348---
En 1962 et 1968 : population sans doubles comptes.
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[4].)

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. URBANOVITCH Andrj, dit « André » ou "Doublemètre", Sur la piste de nos ancêtres en Périgord.
  2. Cathy Lafon, « Le jour du Débarquement, Maurice Chevalier échappe à la mort en Périgord », Sud Ouest, .
  3. Commune de Cadouin (24072) - commune associée, Insee, consulté le 28 novembre 2018.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Cadouin », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  5. [PDF] Populations légales 2017 à compter du - Fichier Dordogne, p. 24-4 sur le site de l'Insee, consulté le 12 mars 2020.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amis de Cadouin, depuis 1994 : Actes des colloques annuels dont les communications de Jean-Jacques Gillot sur Jean Sigala et Jean Maubourguet (2019) ainsi que Lucien Dutard et René Coustellier (2021).
  • Delluc B. et G., 1983 : Le suaire de Cadouin : une toile brodée, Bull. de la Soc. hist. et arch. du Périgord, 110, p. 162-179, 10 fig.
  • Delluc B. et G., 1990 : Cadouin. Une aventure cistercienne en Périgord, PLB Editeur, Le Bugue, 167 p., nombreuses ill. in et h.t., cartes, plans et coupes (nouvelle édition revue et augmentée).
  • Delluc B. et G., 1998 : L'archéologie cistercienne de Cadouin, Bull. de la Soc. hist. et arch. du Périgord, 125, p. 383-405, ill. et plan.
  • Delluc B. et G., 2001 : Le Suaire de Cadouin et son frère le voile de sainte Anne d’Apt (Vaucluse). Deux pièces exceptionnelles d’archéologie textile, Bull. de la Soc. hist. et arch. du Périgord, 128, p. 607-626, ill.
  • Delluc B. et G., 2002 : Louis Delluc (1890-1924), l’éveilleur du cinéma français au temps des années folles, Pilote 24 et Les Indépendants du premier siècle, Périgueux, Paris, 500 p., ill. (Louis Delluc, oncle du coauteur de cet ouvrage Gilles Delluc, est natif de Cadouin).
  • Delluc B. et G., 2008 : Visiter l'abbaye de Cadouin, Sud Ouest, 32 p., nombreuses ill. (nouvelle édition revue)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]