Université de Valenciennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
Histoire et statut
Fondation
Type
Forme juridique
Nom officiel
Université de Valenciennes
Président
Abdelhakim Artiba (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Campus
Mont-Houy, Tertiales, Le Moulin, Cambrai, Maubeuge
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Nord
voir sur la carte du Nord
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
11 361 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Enseignants
650[2]
Budget
120 millions d’euros (en 2015)[1],[N 1]
Divers
Membre de
Site web

L’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (nom officiel : université de Valenciennes)[3] est une université française pluridisciplinaire située à Famars, dans les Hauts-de-France. Elle est membre du PRES Université Lille Nord de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

En 1962, s'ouvre un IUT en génie mécanique[4].

En 1964, une antenne de la faculté des Sciences de Lille est créée à Famars[5]. Les premières matières enseignées sont la mécanique, la métallurgie et la chaudronnerie[4].

En 1966 est créé un collège scientifique universitaire de Valenciennes : ce centre dépend totalement de l'université de Lille[6].

En 1969, dans le mouvement de l'évolution de l'université de Lille qui se divise en 3 universités, le collège universitaire de Valenciennes se transforme en centre universitaire à part entière[7].

En 1970 est créé un Collège Littéraire Universitaire Langues et Arts (FLLASH)[8].

C'est en 1978 que ce collège universitaire devient une université de plein exercice[9].

Historique des présidents[modifier | modifier le code]

  • Michel Moriamez de 1970 à 1975[10]
  • Edouard Bridoux de 1975 à 1979[10]
  • Noël Malvache de 1979 à 1986[10]
  • Pierre Tison de 1986 à 1991[10]
  • Claude Tournier de 1991 à 1996[10]
  • Jean-Claude Angué de 1996 à 2000[10]
  • Pascal Level de 2000 au 20 octobre 2005[10]
  • Marie-Pierre Mairesse du 20 octobre 2005[10] à octobre 2010
  • Mohamed Ourak d'octobre 2010 à juin 2016
  • Abdelhakim Artiba depuis juin 2016

Structure[modifier | modifier le code]

Conformément au code de l'éducation qui fixe l’organisation légale des universités publiques en France, l’université de Valenciennes se découpe en plusieurs composantes. On trouve d’une part les unités de formation et de recherche (UFR) et d’autre part les « instituts et écoles ». Ainsi, l’université est structurée de la manière suivante[11],[N 2] :

UFR[modifier | modifier le code]

Écoles et instituts[modifier | modifier le code]

Service Commun de la Documentation[modifier | modifier le code]

Le Service Commun de la Documentation de l'UVHC est composé de 4 bibliothèques universitaires (BU), présentes au Mont Houy, aux Tertiales, à Cambrai, et à Maubeuge.

Elles proposent de la documentation pour la formation, la recherche et l'insertion professionnelle. Ces 4 BU sont gérées par 46 bibliothécaires[12]. Chaque année, les bibliothèques de l'UVHC accueillent 255 000 entrées[12], prêtent 96 000 documents[12] et forment 2 800 étudiants à la recherche d'information[12].

Chaque année, le site du Mont Houy accueille des expositions temporaires : "100 objets du monde… vus par les étudiants" en 2018[13].

Campus[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
City locator 14.svgImplantations des campus de l'université de Valenciennes dans la région Hauts-de-France
City locator 3.svgPréfectures de région.
City locator 4.svgPréfectures de département.

L’université est localisée sur trois campus à Famars et à Valenciennes (« Mont Houy », « Tertiales » et « Le Moulin ») et sur deux antennes à Cambrai et à Maubeuge[14]. Son budget annuel est de 100 millions d'euros.

Le campus est doté de plusieurs installations sportives : deux gymnases, une salle de danse, un dojo, une salle de musculation, un stade et une piste d'athlétisme[15].

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

L'université accueille chaque année environ 1200 étudiants venus de l'étranger[16].

En 2017, elle met à l'honneur le Canada, dans l'optique de renforcer son positionnement à l'international[17].

Recherche[modifier | modifier le code]

  • Automatique, mécanique, informatique industrielles et humaines
  • Mécanique des fluides, thermique, énergétique
  • Biomatériaux et céramique
  • Ultra-sons, télécommunications, micro-systèmes acoustiques, électronique
  • Mathématiques et applications
  • Information - communication
  • Cultures, arts, histoire, littératures, linguistique, civilisations
  • Droit, économie, management

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

1986 1987 1988 1989 1990 2000 2001 2002 2003
5 250[18]5 363[18]5 788[18]6 644[18]7 614[18]11 102[19]10 621[20]10 402[21]10 501[22]
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2014
10 840[23]10 387[24]10 229[25]9 911[26]10 006[27]10 509[28]10 186[29]10 051[30]10 200[31]
2015 - - - - - - - -
10 845[32]--------

Vie associative[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs associations étudiantes qui ont pour but de faire vivre le campus à travers différents évènements.

Ces associations mettent en place des animations culturelles et sportives, des soirées à thèmes et Zinzins, des intégrations - et voyages, la vente de vêtements à l’effigie de la filière, gèrent des services de restauration, peuvent fournir des compléments aux cours et peuvent organiser des galas de fin d’années. Elles possèdent généralement un local, le but étant de faire de celui-ci un véritable lieu d’échanges et de rencontres.

La plupart des associations étudiante de Valenciennes sont regroupés au sein de La Fédération des Étudiants de Valenciennes (FEV). Actuellement la FEV regroupe 17 associations dites "de filières".


Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Données prévisionnelles, ce chiffre inclut des moyens qui ne sont pas gérés par l’université comme les salaires ou la contribution des organismes de recherche
  2. Les différentes « facultés » sont bien des UFR d’un point de vue juridique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Chiffres clés », sur https://www.univ-valenciennes.fr,
  2. a et b « Les chiffres clefs »
  3. Décret n°2000-250 du 15 mars 2000 portant classification d’établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel
  4. a et b Francis Aldebert « Le renouveau de Valenciennes », Le journal de l'école de Paris du management 3/2005 (N°53), p. 16-22.
  5. Comité national d'évaluation 1991, p. 11
  6. Arrêté du 11 juillet 1966 portant création d'un centre scientifique universitaire à Valenciennes
  7. Décret n°69-1261 du 18 décembre 1969 relatif aux élections à l'assemblée constitutive provisoire de l'université de Valenciennes
  8. « L'université a 50 ans » (consulté le 18 juillet 2018)
  9. Décret n°78-1233 du 26 décembre 1978 portant transformation en université du centre universitaire de Valenciennes
  10. a, b, c, d, e, f, g et h « Marie-Pierre Mairesse élue présidente de l’université de Valenciennes », Valenciennes Métropole, (consulté le 1er octobre 2011)
  11. « Les facultés, les instituts et l'école », sur www.univ-valenciennes.fr,
  12. a, b, c et d « Présentation du Service Commun de la Documentation », Service Commun de la Documentation, (consulté le 1er octobre 2011)
  13. « 100 objets du monde...vus par les étudiants » (consulté le 18 juillet 2018)
  14. « Les plans d’accès », sur www.univ-valenciennes.fr,
  15. « Les chiffres clés » (consulté le 18 juillet 2018)
  16. « L'université à l'international » (consulté le 18 juillet 2018)
  17. « Une année, un pays : le Canada » (consulté le 18 juillet 2018)
  18. a, b, c, d et e Comité national d'évaluation 1991, p. 14
  19. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  20. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  21. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  22. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  23. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  24. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  25. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  26. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  27. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  28. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  29. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  30. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur education.gouv.fr le 30 août 2012
  31. consulté le 18 juillet 2018
  32. consulté le 18 juillet 2018

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]