Superconducting Super Collider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue du Magnet Development Laboratory et d'autres bâtiments périphériques du Superconducting Super Collider situé à Waxahachie, Texas.

Le Superconducting Super Collider (SSC), également surnommé le Desertron[1], était prévu pour être le plus grand accélérateur de particules du monde, avec une circonférence de 87,1 km et une énergie de 20 TeV par proton.

Sa construction a débutée à Waxahachie, Texas, au début des années 1990. Son premier directeur, Louis Ianniello, est en place les 15 premiers mois[2]. Il est remplacé par la suite par Roy Schwitters (en), physicien à l'université du Texas à Austin.

Après des dépenses d'environ 2 milliards USD, le projet est abandonné en octobre 1993 à la suite de problèmes budgétaires[3],[4].

Planification[modifier | modifier le code]

Les premiers travaux formels concernant le projet débutent en décembre 1983 alors qu'une National Reference Designs Study est effectuée pour évaluer la faisabilité technique et économique d'un accélérateur de particules pouvant fournir une énergie de 20 TeV par proton[5]. Le directeur du Fermilab Leon Lederman est parmi les premiers intervenants liés au projet, qu'il défendra tout au long de sa vie[6],[7],[8].

Après une révision en profondeur par le Département de l'Énergie des États-Unis au milieu des années 1980, la sélection d'un emplacement débute en 1987. Le Texas est choisi en novembre 1988 et les travaux majeurs débutent en 1991. 17 piliers sont coulés et 23,5 km de tunnels sont creusés jusqu'à la fin de 1993[3],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Superconducting Super Collider » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) John G. Cramer, « The Decline and Fall of the SSC », Analog Science Fiction and Fact Magazine, The Alternate View column,‎ mai 1997
  2. (en) JOM, « In Memory of Louis Ianniello », Minerals, Metals & Materials Society,‎ octobre 2005
  3. a et b (en)Steven Weinberg, The Crisis of Big Science, New York Review of Books, May 10, 2012.
  4. Hoddeson et Kolb 2001, p. 271.
  5. Hoddeson et Kolb 2001, p. 275.
  6. (en) Joy Aschenbach, « No Resurrection in Sight for Moribund Super Collider : Science: Global financial partnerships could be the only way to salvage such a project. But some feel that Congress delivered a fatal blow. », Los Angeles Times,‎ 5 décembre 1993
  7. (en) Charles Abbott, « Illinois Issues journal »,‎ juin 1987, p. 18
  8. (en) Dan Kevles, « Engineering & Science », California Institute of Technology, vol. 58, no 2,‎ hiver 1995, p. 16–25 (lire en ligne)
  9. (en) « Q & A: Texas supercollider project scrapped », sur tampabay.com, St. Petersburg Times,‎ 29 décembre 2009

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Lillian Hoddeson et Adrienne W. Kolb, « The superconducting Super Collider's Frontier Outpost, 1983-1988 », Fermilab,‎ août 2001, p. 271-310 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

32° 21′ 51″ N 96° 56′ 38″ O / 32.36417, -96.94389 ()