Saint-Privat-d'Allier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Privat-d'Allier
Saint-Privat-d'Allier
Vue sur le château et la vallée de Saint-Privat-d'Allier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Guy Eyraud
2020-2026
Code postal 43580
Code commune 43221
Démographie
Gentilé Les Privatois
Les Privatoises
Population
municipale
397 hab. (2019)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 27″ nord, 3° 40′ 47″ est
Altitude Min. 547 m
Max. 1 221 m
Superficie 37,67 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Le Puy-en-Velay
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Paulien
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Privat-d'Allier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Privat-d'Allier
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Privat-d'Allier
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Privat-d'Allier

Saint-Privat-d'Allier est une commune française située dans le département de la Haute-Loire dans le midi de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est depuis le une commune nouvelle à la suite de sa fusion avec la commune de Saint-Didier-d'Allier[1]. Elle est le chef-lieu de cette nouvelle commune[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km). Elle se situe à une altitude de 880 mètres.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Privat-d'Allier est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[I 1],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Puy-en-Velay, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 59 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (47,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (47,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (37,6 %), prairies (26,7 %), zones agricoles hétérogènes (20,8 %), terres arables (14,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,1 %)[4].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 471, alors qu'il était de 440 en 2013 et de 447 en 2008[I 4].

Parmi ces logements, 43 % étaient des résidences principales, 43,4 % des résidences secondaires et 13,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 93,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 6,2 % des appartements[I 5].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Saint-Privat-d'Allier en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (43,4 %) supérieure à celle du département (16,1 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 79,5 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (81,6 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 6].

Le logement à Saint-Privat-d'Allier en 2018.
Typologie Saint-Privat-d'Allier[I 4] Haute-Loire[I 7] France entière[I 8]
Résidences principales (en %) 43 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 43,4 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 13,7 12,4 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après les travaux de Jean-René Mestre[5], une voie antique passerait sur le territoire communal. Venant de Saint-Paulien, elle déboucherait à Monistrol-d'Allier qui serait l'ancien Condate de la Table de Peutinger.

Face aux gorges de l'Allier, la commune de Saint-Privat-d'Allier garde le souvenir des puissants Mercœur et Montlaur, dont le château du XIIIe siècle, fut au XVIIe siècle, en partie démantelé.

Château de Mercoeur - Saint-Privat-d'Allier.JPG

Le village dut son essor au chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle (GR65 - via Podiensis). Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Privat-la-Roche[6].

Le pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Saint-Privat marque la sortie du Velay. C'est la première étape de la via Podiensis, un des chemins de Compostelle qui part du Puy. Il fut spécifiquement créé pour les pèlerins au Moyen Âge devant l'engouement initié en 950 par l'évêque Godescalc[7] du Puy en Velay, qui lui, dut emprunter la via Bolena, l'antique voie gallo-romaine, trajet le plus direct vers Rodez Toulouse et Bordeaux par Saint-Jean Lachalm, Vabres - Alleyras et Thoras.

Lorsqu'on vient de Bains, le dernier hameau traversé avant d'arriver est Le Chier (prononcer « le chière »). La prochaine commune est Monistrol-d'Allier, avec la collégiale Saint-Médard et son ancien hôpital Saint-Jacques. Saint-Privat-d'Allier est la première étape du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. De nombreux hébergements sont à la disposition des pèlerins et randonneurs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1992 En cours Guy Eyraud[8]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2017[10].

En 2019, la commune comptait 397 habitants[Note 3], en augmentation de 3,66 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6001 3391 3341 3981 4701 6461 4361 4561 460
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4471 5181 4801 4501 5181 6071 6591 5791 571
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5191 5101 4081 3561 2161 1941 129958868
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
835708584551430414411411409
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
405401396391383380410405398
2019 - - - - - - - -
397--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 23 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 35,7 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 210 hommes pour 188 femmes, soit un taux de 52,76 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (49,13 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 9]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,4 
90 ou +
1,1 
11,0 
75-89 ans
13,5 
18,7 
60-74 ans
26,4 
34,9 
45-59 ans
21,8 
10,8 
30-44 ans
14,2 
11,4 
15-29 ans
7,9 
11,7 
0-14 ans
15,2 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[I 10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

Sports[modifier | modifier le code]

Saint-Privat-d'Allier possède un club de football (l'AS Saint-Privat-d'Allier) qui comprend une équipe senior qui évolue en District 4.

La course cycliste "La Pierre Chany" passe également par Saint-Privat-d'Allier[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Saint-Privat-d'Allier » (consulté le ).
  5. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Saint-Privat-d'Allier - Section LOG T2 » (consulté le ).
  6. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Saint-Privat-d'Allier - Section LOG T7 » (consulté le ).
  7. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  8. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  9. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Saint-Privat-d'Allier (43221) », (consulté le ).
  10. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Arrêté n° DIPPAL/B3/2016/199 du 27 septembre 2016 », sur Préfecture de la Haute-Loire - Recueil des actes administratifs - p 73-75, publié le 7 octobre 2016 (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  5. Jean-René Mestre, Prospection thématique concernant la voie romaine Lyon-Rodez dans la traversée du Velay occidental (Haute-Loire) : rapport au 1er décembre 1991.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Saint-Privat-d'Allier », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  7. Humbert Jacomet, La redécouverte de Gotescalc; évêque du Puy (Xe siècle), « premier pèlerin connu de Saint-Jacques » et le renouveau du pèlerinage de Compostelle aux XIXe siècle et XIXe siècle : in Cahiers de la Haute-Loire 2009, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire,
  8. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 1er octobre 2014).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  13. « Course cycliste "La Pierre Chany" ».
  14. a et b « Entre les gorges de l’Allier et les Monts du Deves », sur www.infolangeac.fr (consulté le ).
  15. « Chapelle Saint-Jacques-de-Rochegude. », notice no PA00092876, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Enzo Martinet & Nicolas Defay, « La plus haute récompense mondiale pour Mickaël Chabanon », Zoom d'ici,‎ (lire en ligne)