Coubon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Coubon
Coubon
L'église de Coubon.
Blason de Coubon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Christelle Valentin
2020-2026
Code postal 43700
Code commune 43078
Démographie
Population
municipale
3 258 hab. (2019 en augmentation de 6,4 % par rapport à 2013)
Densité 143 hab./km2
Population
agglomération
38 623 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 52″ nord, 3° 55′ 07″ est
Altitude Min. 607 m
Max. 948 m
Superficie 22,73 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Le Puy-en-Velay
(banlieue)
Aire d'attraction Le Puy-en-Velay
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Puy-en-Velay-4
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Coubon
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Coubon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coubon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coubon

Coubon est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Loire, par la Laussonne affluent de la Loire

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune de Coubon se trouve dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes[I 1]. Coubon se situe sur le 45e parallèle nord c'est-à-dire exactement entre l'équateur et le pôle nord.

Elle se situe à 8 km par la route[Note 1] du Puy-en-Velay[1], préfecture du département.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[2] : Arsac-en-Velay (2,1 km), Cussac-sur-Loire (2,8 km), Solignac-sur-Loire (4,0 km), Chadron (4,2 km), Vals-près-le-Puy (4,9 km), Brives-Charensac (5,6 km), Le Puy-en-Velay (5,8 km), Saint-Germain-Laprade (6,1 km).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Coubon est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[3],[I 2],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine du Puy-en-Velay, une agglomération intra-départementale regroupant 9 communes[I 3] et 38 623 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[I 4],[I 5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Puy-en-Velay dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 59 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 6],[I 7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (59 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (36 %), forêts (31,6 %), zones agricoles hétérogènes (19,9 %), zones urbanisées (12,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,1 %)[5].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 1 544, alors qu'il était de 1 467 en 2013 et de 1 342 en 2008[I 8].

Parmi ces logements, 88,5 % étaient des résidences principales, 4,6 % des résidences secondaires et 6,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 91,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 8,3 % des appartements[I 9].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Coubon en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (4,6 %) inférieure à celle du département (16,1 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 81,9 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (81,8 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 10].

Le logement à Coubon en 2018.
Typologie Coubon[I 8] Haute-Loire[I 11] France entière[I 12]
Résidences principales (en %) 88,5 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 4,6 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 6,9 12,4 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Coubon sera durant le Moyen Âge une étape stratégique car c'est ici que la Loire était franchie pour rejoindre la ville d'Avignon un itinéraire qui était déjà fréquenté par des légions romaines. Après son intégration au Royaume de France, en 1229, par un traité entre Saint Louis et le Comte de Toulouse, le Velay, province dans laquelle se situe Coubon, est rattaché à la province du Languedoc.

Après la révolution française, le territoire fut redécoupé. Ainsi, le département de la Haute-Loire verra le jour. La commune de Coubon serait née en 1790 en même temps que les départements. On ne connait l’existence précise de la commune de Coubon ainsi que des autres communes de Haute-Loire qu'à partir de 1802. À cette époque, la commune était constituée d'une partie du territoire de Solignac (au sud de Coubon), de Taulhac (au nord), d'Ours et de Mons (aussi au nord au-delà de Taulhac), ainsi que la totalité des territoires de Bouzols (à l'est dans l'actuelle commune de Arsac-en-Velay), Latour, Volhac et Charentus qui font toujours partie de la commune. Elle comptait un peu plus de 2 200 habitants et était l'une des plus grandes communes de Haute-Loire.

À l'orée du XXe siècle, avec le développement industriel apparaissent les chemins de fer, qui ont pour but de désenclaver la région. En 1881 il fut décidé de créer la ligne entre Le Puy-en-Velay et Langogne. Il aura fallu de nombreux ouvriers ce qui eut une grande influence sur la vie économique et sociale pendant environ 30 ans. Cette voie unique de 53 km destinée à irriguer le quart sud-est de la Haute-Loire a été ouverte le 1er juillet 1912. Cette ligne passait dans la ville de Coubon et le train circulait sur les hauteurs du village situé à 100 mètres en contrebas. Mais du fait de difficultés d'exploitation dues au climat de la région (neige, congères pouvant atteindre 7 mètres) et de la concurrence de la voiture, le trafic de voyageur prit fin en 1946, et fermera définitivement en 1981. Le démantèlement des rails se fera en 1995. Aujourd'hui, l’ancienne voie ferrée est devenue une voie verte pour les promenades reliant Brives-Charensac à Solignac-sur-Loire. La gare de Coubon accueille désormais des logements ainsi qu'une salle de sport[6].

En 1908 est construite la société des fileries de la Darne, fondée par M. Vacher, un industriel de la dentellerie du Puy, afin de concurrencer le fil de lin belge nécessaire à la dentelle. Les matériaux de construction restent locaux (brique, basalte et arkose) mais l’utilisation du béton armé et une toiture en « shed » (dent de scie) en font une construction novatrice à cette époque. La cheminée mesure 42 mètres de hauteur. Cette usine impliquera la construction du pont sur la Laussonne, d’un barrage sur la Loire avec chute d’eau et d’une usine électrique à Charentus.

En juin 1926, l'actuelle commune d'Arsac-en-Velay, qui jusqu’alors faisait partie de la commune de Coubon, deviendra indépendante, à la demande de ses habitants[7].

En 1980, a eu lieu la grande crue de la Loire, qui a causé huit morts et a marqué les consciences du village. Lors de la dernière fouille archéologique ayant eu lieu durant le mois de juillet 2010 à l'occasion de la réfection de la route de la Darne, des ossements humains non identifiés ont été retrouvés sous l'ancienne chaussée.

Aujourd'hui, Coubon n'a jamais eu autant d'habitants depuis sa création.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Coubon est membre de la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay[I 13], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Le Puy-en-Velay. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[8].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement du Puy-en-Velay, au département de la Haute-Loire, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 13].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Puy-en-Velay-4 pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 13], et de la première circonscription de la Haute-Loire pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[9].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1977 Geneviève Pubellier CDP puis
UDF-CDS
Conseillère générale (1971-1994)
Vice-présidente du conseil général
mars 1977 juin 1995 Claude Salgues[10] PS Professeur d'éducation physique et sportive
juin 1995 mars 2001 Pierre Solvignon[11]   Agriculteur
mars 2001 mars 2008 Christian Vernay DVG Technicien supérieur à la DDT
mars 2008 mai 2020 Adrien Défix DVD Retraité
mai 2020 En cours Christelle Valantin[12],[13] DVD Conseillère départementale (canton du Puy-en-Velay-4)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2019, la commune comptait 3 258 habitants[Note 5], en augmentation de 6,4 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2542 1402 2112 2802 1812 3422 5132 4002 310
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3422 5362 4662 4772 5232 6152 6742 5302 489
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 4522 6652 6202 5312 2471 3041 1311 0751 020
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 0761 1151 4862 0472 5622 7083 0353 0713 187
2019 - - - - - - - -
3 258--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,4 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 555 hommes pour 1 693 femmes, soit un taux de 52,12 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (50,87 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
2,0 
7,2 
75-89 ans
8,9 
19,6 
60-74 ans
20,3 
24,9 
45-59 ans
21,9 
17,0 
30-44 ans
17,3 
12,1 
15-29 ans
12,6 
18,6 
0-14 ans
17,0 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[I 15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 1 335 ménages fiscaux[Note 6], regroupant 3 191 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 22 700 [I 16] (20 800  dans le département[I 17]). 55 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 7] (42,8 % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 18] 4,4 % 5 % 5,5 %
Département[I 19] 6,3 % 7,7 % 7,7 %
France entière[I 20] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 1 964 personnes, parmi lesquelles on compte 75,7 % d'actifs (70,2 % ayant un emploi et 5,5 % de chômeurs) et 24,3 % d'inactifs[Note 8],[I 18]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction du Puy-en-Velay, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 21]. Elle compte 487 emplois en 2018, contre 401 en 2013 et 446 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 1 394, soit un indicateur de concentration d'emploi de 35 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 56,2 %[I 22].

Sur ces 1 394 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 234 travaillent dans la commune, soit 17 % des habitants[I 23]. Pour se rendre au travail, 93,6 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,3 % les transports en commun, 2,5 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 2,7 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine de Coubon.
  • Le château de Volhac. Il date des XIIe, XVIe, XVIIe et XIXe siècles.
  • L'église Saint-Georges de Coubon : dépendance depuis 1090 de l’abbaye Saint-Chaffre du Monastier-sur-Gazeille; elle a été agrandie en 1834. De l’édifice primitif qui abritait la chapelle Sainte-Catherine fondée vers 1340 par Guillaume Dalmas de Poinsac, seule subsiste la façade de style roman. Il est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 2019[18].
  • Le château de Causans construit en 1887 par Jean-Bélisaire Moreau, un important architecte du Bourbonnais. Il est le seul château de Haute-Loire construit par cet architecte.
  • Le château de Poinsac (XIIIe siècle).
  • Le château de Latour-Daniel : son nom vient de « Turris Neillis » ou Tour Noire, allusion au basalte noir dont les blocs ont servi à la construction du donjon qui date du XIVe siècle.
  • L'usine de la Darne : témoin de l'activité industrielle au cours du XIXe siècle. Cette filature a fermé en 1976.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Coubon Blason
D'argent à la rivière d'azur, descendant de l'angle senestre du chef vers la pointe de l'écu, enjambée d'un pont vouté de deux arches d'argent ombré de sable en pointe et accompagnée en chef dextre d’une tour en ombre de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. La distance est mesurée entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluée à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  6. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  7. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  8. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Métadonnées de la commune de Coubon » (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 du Le Puy-en-Velay », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  8. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Coubon » (consulté le ).
  9. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Coubon - Section LOG T2 » (consulté le ).
  10. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Coubon - Section LOG T7 » (consulté le ).
  11. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  12. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  13. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Coubon » (consulté le ).
  14. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Coubon (43078) », (consulté le ).
  15. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).
  16. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Coubon » (consulté le ).
  17. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  18. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Coubon » (consulté le ).
  19. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  20. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  21. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  22. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Coubon » (consulté le ).
  23. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  24. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Stephan Georg, « Distance entre Coubon et Le Puy-en-Velay », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. « Communes les plus proches de Coubon », sur www.villorama.com (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  6. « Un peu d'histoire… - Mairie de Coubon », sur coubon-mairie.fr (consulté le ).
  7. « Commune d'Arsac en Velay - Alpes - Haute-Loire », sur www.arsacenvelay.fr (consulté le ).
  8. « communauté d'agglomération du Puy-en-Velay - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  9. « Découpage électoral de la Haute-Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  10. Adieu à Claude Salgues, sur leprogres.fr
  11. Quatre fidèles serviteurs de la commune à l’honneur, sur leprogres.fr
  12. « La nouvelle équipe est en place autour du maire », sur L'Éveil de la Haute-Loire, (consulté le ).
  13. « Liste des maires » [PDF], Préfecture de la Haute-Loire, (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. DRAC Auvergne, « Protection au titre des monuments historiques 2019 en Auvergne-Rhône-Alpes (15/25) », sur culture.gouv.fr, (consulté le ).