Coubon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coubon
L'église de Coubon.
L'église de Coubon.
Blason de Coubon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Canton Le Puy-en-Velay-4
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Adrien Défix
2014-2020
Code postal 43700
Code commune 43078
Démographie
Population
municipale
3 145 hab. (2015 en augmentation de 2,68 % par rapport à 2010)
Densité 138 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 52″ nord, 3° 55′ 07″ est
Altitude Min. 607 m
Max. 948 m
Superficie 22,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de Haute-Loire
City locator 14.svg
Coubon

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de Haute-Loire
City locator 14.svg
Coubon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coubon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coubon

Coubon est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Traversée par la Loire, Coubon se situe aussi à quelques kilomètres du Puy-en-Velay et de Brives-Charensac. La commune est traversée par la Laussonne affluent de la Loire. Coubon ce situe sur le 45e parallèles nord c'est-à-dire exactement entre l'équateur et le pôle nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Coubon sera durant le Moyen Âge une étape stratégique car c'est ici que la Loire était franchis pour rejoindre la ville d'Avignon un itinéraire qui était déjà fréquenté par des légions romaines. Après son intégration au Royaume de France, en 1229, par un traité Saint Louis et le Comte de Toulouse, le Velay, province dans laquelle ce situe Coubon, est rattaché à la province du Languedoc.

Après la révolution française, le territoire fut redécoupé. Ainsi, le département de Haute-Loire verra le jour. La commune de Coubon serrait née en 1790 en même temps que les départements. On ne connait l’existence précise de la commune de Coubon ainsi que les autres communes de Haute-Loire qu'à partir de 1802. À cette époque, la commune était constituée d'une partie du territoire de Solignac (au sud de Coubon), de Taulhac (au nord), d'ours et de Mons (aussi au nord au delà de Taulhac), ainsi que la totalité des territoires de Bouzols (à l'est dans l'actuelle commune de Arsac-en-Velay), Latour, Volhac et Charentus qui font toujours partis de la commune. Elle comptait un peu plus de 2 200 habitants et était l'une des plus grandes communes de Haute-Loire.

À l'orée du XXe siècle, avec le développement industriel apparaissent les chemins de fer, qui ont pour but de désenclaver la région. En 1881 il fut décidé de créer la ligne entre Le Puy-en-Velay et Langogne. Il aura fallu de nombreux ouvriers ce qui eut une grande influence sur la vie économique et sociale pendant environ 30 ans. Cette voie unique de 53 km destinée à irriguer le quart sud-est de la Haute-Loire a été ouverte le 1er juillet 1912. Cette ligne passait dans la ville de Coubon et le train circulait sur les hauteurs du village située à 100 mètres en contrebas. Mais du fait de difficultés d'exploitation dues au climat de la région (neige, congères pouvant atteindre 7 mètres) et de la concurrence de la voiture, le trafic de voyageur prit fin en 1946, et fermera définitivement en 1981. Le démantèlement des rails se fera en 1995. Aujourd'hui, l’ancienne voie ferrée est devenu une voie verte pour les promenades reliant Brives-Charensac à Solignac sur Loire. La gare de Coubon accueille désormais des logements ainsi qu'une salle de sport[1].

En 1908 est construite la société des fileries de la Darne, fondée par M. Vacher, un industriel de la dentellerie du Puy, afin de concurrencer le fil de lin belge nécessaire à la dentelle. Les matériaux de construction restent locaux (brique, basalte et arkose) mais l’utilisation du béton armé et une toiture en « shed » (dent de scie) en font une construction novatrice à cette époque. La cheminée mesure 42 mètres de hauteur. Cette usine impliquera la construction du pont sur la Laussonne, d’un barrage sur La Loire avec chute d’eau et d’une usine électrique à Charentus.

En juin 1926, l'actuelle commune d'Arsac-en-Velay, qui jusqu’alors faisait partie de la commune de Coubon, deviendra indépendante, à la demande de ses habitants[2].

En 1980, a eu lieu la grande crue de la Loire, qui a causé huit morts et a marqué les consciences du village. Lors de la dernière fouille archéologique ayant eu lieu durant le mois de juillet 2010 à l'occasion de la réfection de la route de la Darne, des ossements humains non identifiés ont été retrouvés sous l'ancienne chaussée.

Aujourd'hui, Coubon n'a jamais eu autant d'habitants depuis sa création.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Coubon Blason D'argent à la rivière d'azur, descendant de l'angle senestre du chef vers la pointe de l'écu, enjambée d'un pont vouté de deux arches d'argent ombré de sable en pointe et accompagnée en chef dextre d’une tour en ombre de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Christian Vernay DVG  
2008 réélu 2014 Adrien Défix[3] DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 3 145 habitants[Note 1], en augmentation de 2,68 % par rapport à 2010 (Haute-Loire : +1,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 254 2 140 2 211 2 280 2 181 2 342 2 513 2 400 2 310
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 342 2 536 2 466 2 477 2 523 2 615 2 674 2 530 2 489
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 452 2 665 2 620 2 531 2 247 1 304 1 131 1 075 1 020
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 076 1 115 1 486 2 047 2 562 2 708 3 035 3 071 3 145
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'usine de la Darne : témoin de l'activité industrielle au cours du XIXe siècle. Cette filature a fermé en 1976.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Un peu d'histoire… - Mairie de Coubon », Mairie de Coubon, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  2. « Commune d'Arsac en Velay - Alpes - Haute-Loire », sur www.arsacenvelay.fr (consulté le 30 octobre 2017)
  3. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 27 août 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.


Liens externes[modifier | modifier le code]