Le Monteil (Haute-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Monteil
Le Monteil (Haute-Loire)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Christophe Pal
2020-2026
Code postal 43700
Code commune 43140
Démographie
Population
municipale
685 hab. (2019 en augmentation de 13,41 % par rapport à 2013)
Densité 309 hab./km2
Population
agglomération
38 623 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 59″ nord, 3° 54′ 56″ est
Altitude Min. 586 m
Max. 786 m
Superficie 2,22 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Le Puy-en-Velay
(banlieue)
Aire d'attraction Le Puy-en-Velay
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Puy-en-Velay-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Monteil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Monteil
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Le Monteil
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Le Monteil

Le Monteil est une commune française située dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune du Monteil se trouve dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes[I 1]. Située entre 586 et 786 mètres d'altitude, la commune du Monteil fait partie de la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay

Elle se situe à 5,7 km par la route[Note 1] du Puy-en-Velay[1], préfecture du département.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[2] : Chadrac (0,8 km), Brives-Charensac (2,3 km), Aiguilhe (2,9 km), Chaspinhac (3,3 km), Le Puy-en-Velay (3,4 km), Polignac (4,4 km), Espaly-Saint-Marcel (4,9 km), Blavozy (5,0 km).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Monteil est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[3],[I 2],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine du Puy-en-Velay, une agglomération intra-départementale regroupant 9 communes[I 3] et 38 623 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[I 4],[I 5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Puy-en-Velay dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 59 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 6],[I 7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (68,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (37,7 %), zones urbanisées (26,9 %), prairies (26 %), forêts (9,5 %)[5].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 303, alors qu'il était de 276 en 2013 et de 250 en 2008[I 8].

Parmi ces logements, 88,6 % étaient des résidences principales, 5,7 % des résidences secondaires et 5,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 91,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 7,6 % des appartements[I 9].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements au Le Monteil en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (5,7 %) inférieure à celle du département (16,1 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 77,4 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (77,7 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 10].

Le logement au Le Monteil en 2018.
Typologie Le Monteil[I 8] Haute-Loire[I 11] France entière[I 12]
Résidences principales (en %) 88,6 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 5,7 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 5,7 12,4 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Monteil vient du latin monticulus qui signifie petite montagne[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Déjà mentionné au XIIIe siècle, Le Monteil faisait partie de la seigneurie des Polignac.

Le Monteil a longtemps été une région viticole connue pour ses fameux coteaux de la Chaux qui surplombent la Loire et Brives-Charensac[7].

Globalement, Le Monteil est une commune jeune avec ses lotissements et ses aires de sports bien entretenues.

Seuls l'église du XIXe siècle, le four banal et le bourg qui a la particularité d’être en forme de croissant rappellent l'histoire du Monteil[8]. Historiquement, Le Monteil a toujours fait partie du Velay.

Le 24 novembre 1832 par ordonnance royale, le hameau de Durianne est rattaché au Monteil. Il est détaché de Chadrac : la section A de Chadrac devient la section B du Monteil.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune du Monteil est membre de la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay[I 13], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Le Puy-en-Velay. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[9].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement du Puy-en-Velay, au département de la Haute-Loire, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 13].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Puy-en-Velay-2 pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 13], et de la deuxième circonscription de la Haute-Loire pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Administration du Monteil
Période Identité Étiquette Qualité
1992 mars 2014 Roger Pradier DVG  
mars 2014 2020 Nadine Héritier-Branco[11]    
2020 En cours Christophe Pal[12]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2019, la commune comptait 685 habitants[Note 5], en augmentation de 13,41 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
301290297261314420408396435
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
330342363346365325364354330
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
330303313236219262243227232
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
234237329446535538564616665
2019 - - - - - - - -
685--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,5 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 340 hommes pour 340 femmes, soit un taux de 50 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (50,87 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,0 
5,7 
75-89 ans
8,6 
17,5 
60-74 ans
16,9 
24,9 
45-59 ans
25,4 
16,0 
30-44 ans
17,0 
15,1 
15-29 ans
14,2 
20,5 
0-14 ans
17,9 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[I 15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale du avec fête foraine annuelle et bal populaire avec son célèbre « saut du feu de la Saint-Jean ».
  • Certaines années : concours de franchissement d'obstacles en 4X4, tournoi de football pour les non-licenciés, course de VTT, championnats inter-lotissements…

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 265 ménages fiscaux[Note 6], regroupant 681 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 22 120 [I 16] (20 800  dans le département[I 17]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 18] 4 % 6 % 4,4 %
Département[I 19] 6,3 % 7,7 % 7,7 %
France entière[I 20] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 445 personnes, parmi lesquelles on compte 74,3 % d'actifs (69,9 % ayant un emploi et 4,4 % de chômeurs) et 25,7 % d'inactifs[Note 7],[I 18]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction du Puy-en-Velay, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 21]. Elle compte 70 emplois en 2018, contre 64 en 2013 et 62 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 314, soit un indicateur de concentration d'emploi de 22,2 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 60,8 %[I 22].

Sur ces 314 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 36 travaillent dans la commune, soit 11 % des habitants[I 23]. Pour se rendre au travail, 91,6 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,6 % les transports en commun, 2,8 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 3,9 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église du XIXe siècle ornée de superbes vitraux
  • Le vieux bourg et ses rues escarpées et étroites
  • Le four banal du Monteil
  • Les bords de Loire
  • La nouvelle salle des fêtes
  • La maison de Rémi Richaud, joueur socle
  • La maison de Sidney Govou
  • Le plateau de la Chaux qui offre un panorama exceptionnel et un lieu magique pour les adeptes du cerf-volant.
  • Le château de Durianne datant du XVe siècle (non ouvert à la visite)
  • Les coulées de lave de Durianne
  • Le château d'Elbe datant du XIXe siècle
  • La pierre à bassin sur le terrain de boules à Durianne (sous le chateau).
  • Les Beaunes (moulin détruit près de Durianne).

Pierre à bassin de Durianne[modifier | modifier le code]

En y regardant de près, on remarque une vingtaine de cupules (il s'agit de petites cavités creusées dans la roche à faible profondeur, leur diamètre avoisine les 4 cm, elles sont intentionnelles).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. La distance est mesurée entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluée à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  6. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  7. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Métadonnées de la commune du Monteil » (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 du Le Puy-en-Velay », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  8. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 au Le Monteil » (consulté le ).
  9. « Chiffres-clés - Logement en 2018 au Le Monteil - Section LOG T2 » (consulté le ).
  10. « Chiffres-clés - Logement en 2018 au Le Monteil - Section LOG T7 » (consulté le ).
  11. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  12. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  13. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune duMonteil » (consulté le ).
  14. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune du Monteil (43140) », (consulté le ).
  15. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).
  16. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 au Monteil » (consulté le ).
  17. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  18. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 au Monteil » (consulté le ).
  19. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  20. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  21. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  22. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 au Monteil » (consulté le ).
  23. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  24. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Stephan Georg, « Distance entre Le Monteil et Le Puy-en-Velay », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. « Communes les plus proches du Le Monteil », sur www.villorama.com (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  6. « Le Monteil : site de la commune », sur www.le-monteil43.fr (consulté le ).
  7. « Le Monteil : site de la commune », sur www.le-monteil43.fr (consulté le ).
  8. « Le Monteil : site de la commune », sur www.le-monteil43.fr (consulté le ).
  9. « communauté d'agglomération du Puy-en-Velay - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  10. « Découpage électoral de la Haute-Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  11. « Liste des maires » [PDF], sur le site de la préfecture de la Haute-Loire, (consulté le ).
  12. « Liste des maires » [PDF], Préfecture de la Haute-Loire, (consulté le ).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. Raymonde Prat, « Ce mystérieux Monsieur de Fonfrède, compagnon de Nerval en Égypte et citoyen américain », Cahiers de la Haute-Loire, Le Puy-en-Velay,‎ .