Thoras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thoras
Thoras
Le village de Croisances.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Intercommunalité Communauté de communes des Rives du Haut Allier
Maire
Mandat
Ludovic Leydier
2020-2026
Code postal 43170, 43580
Code commune 43245
Démographie
Gentilé Thorassien[1]
Population
municipale
222 hab. (2019)
Densité 4,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 51′ 57″ nord, 3° 33′ 47″ est
Altitude Min. 867 m
Max. 1 371 m
Superficie 44,93 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Thoras
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Thoras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thoras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thoras
Liens
Site web www.thorasenmargeride.fr

Thoras est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le , Thoras est née de la fusion de l'ancienne commune de Thoras et de la commune voisine de Croisances. Elle prend le statut de commune nouvelle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans les monts de la Margeride, à 30 km au sud-ouest du Puy-en-Velay, la commune de Thoras est en zone de moyenne montagne. Elle est située dans le sud du département de la Haute-Loire, en limite du département de la Lozère.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Thoras est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[I 1],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (60,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (60,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (55,5 %), prairies (25,5 %), zones agricoles hétérogènes (14,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,8 %)[5].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 265[I 4].

Parmi ces logements, 42,0 % étaient des résidences principales, 36,8 % des résidences secondaires et 21,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 96,6 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 3,4 % des appartements[I 5].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Thoras en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (36,8 %) supérieure à celle du département (16,1 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 89,1 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement, contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 6].

Le logement à Thoras en 2018.
Typologie Thoras[I 4] Haute-Loire[I 7] France entière[I 8]
Résidences principales (en %) 42,0 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 36,8 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 21,2 12,4 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est issu du catalan turó signifiant « colline ». En occitan, le village se nomme Toras et se prononce « Tourasse ».[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est née le de la fusion de l'ancienne commune de Thoras et de la commune voisine de Croisances. Elle prend le statut de commune nouvelle, les deux anciennes communes fusionnées n'ayant pas institué de communes déléguées[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration territoriale[modifier | modifier le code]

Située dans l'arrondissement de Brioude, Thoras appartient au canton de Saugues jusqu'au élections départementales de mars 2015, où la commune rejoint le nouveau canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Thoras, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[7] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[8]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 15. Sur les vingt-cinq candidats en lice[9], quinze sont élus dès le premier tour, le , correspondant à la totalité des sièges à pourvoir, avec un taux de participation de 48,05 %[10]. Ludovic Leydier, maire sortant, est réélu pour un nouveau mandat le [11].

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, les conseillers communautaires sont désignés parmi les conseillers municipaux élus en suivant l’ordre du tableau (maire, adjoints puis conseillers municipaux) et dans la limite du nombre de sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire[12]. Un siège est attribué à la commune au sein de la communauté de communes des Rives du Haut Allier[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Gaston Roussel    
janvier 2016 En cours
(au 15 juillet 2020)
Ludovic Leydier[14]    

Anciennes communes[modifier | modifier le code]

Liste des communes historiques
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Thoras (ancienne commune)
(siège)
43P01 CC du Pays de Saugues 37,56 210 (2013) 5,6


Croisances 43081 CC du Pays de Saugues 7,37 33 (2013) 4,5

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 222 habitants[Note 2].

Évolution de la population  [ modifier ]
2014 2015 2016 2017 2019
244239234229222
(Sources : Insee à partir de 2014[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 16,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 47,1 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 120 hommes pour 106 femmes, soit un taux de 53,1 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (49,13 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 9]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,5 
90 ou +
2,8 
17,6 
75-89 ans
16,0 
31,1 
60-74 ans
23,5 
20,4 
45-59 ans
29,8 
11,4 
30-44 ans
11,7 
7,3 
15-29 ans
5,4 
9,6 
0-14 ans
10,7 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[I 10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les informations relatives au patrimoine de cette commune sont la fusion des informations des deux communes fusionnées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Barlet (1934-1995), maire de 1971 à 1983.
  • Gaston Roussel (né en 1920), maire de 1983 à 2001.
  • Le père André Eyraud, curé de la paroisse de 1944 à 1994, à l'origine de la construction de l'école Notre-Dame, sous la tutelle du diocèse et des religieuses de la congrégation de Saint-Charles.[réf. nécessaire]
  • Pierre Gibert (1917-2001), secrétaire de mairie, infirmier du village.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Thoras » (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Thoras - Section LOG T2 » (consulté le ).
  6. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Thoras - Section LOG T7 » (consulté le ).
  7. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  8. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  9. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Thoras (43245) », (consulté le ).
  10. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/haute-loire-43
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  6. Arrêté du 18 décembre 2015, page 72/79.
  7. Article L. 252 du Code électoral
  8. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1000 habitants », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le )
  9. « Candidatures au 1er tour pour Thoras », sur site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  10. « Résultats du 1er tour pour Thoras », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le )
  11. « Répertoire national des élus - version du 3 septembre 2020 », sur https://www.data.gouv.fr/ (consulté le )
  12. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le )
  13. « Elections municipales et communautaires 2020 dans la Haute-Loire - nombre de conseillers municipaux et communautaires », sur www.haute-loire.gouv.fr (consulté le )
  14. « Première cérémonie de vœux pour la nouvelle commune. », sur La Montagne, (consulté le )
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.