Blavozy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Blavozy
Blavozy
Ferme Paradis la Montjoie de Montferrat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Franck Paillon
2020-2026
Code postal 43700
Code commune 43032
Démographie
Population
municipale
1 656 hab. (2017 en augmentation de 2,67 % par rapport à 2012)
Densité 260 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 28″ nord, 3° 58′ 44″ est
Altitude Min. 634 m
Max. 871 m
Superficie 6,38 km2
Élections
Départementales Canton du Puy-en-Velay-3
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Blavozy
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Blavozy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blavozy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blavozy

Blavozy (Blavòsi en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Blavozy est une commune rurale de montagne située dans le Massif central, son altitude varie de 634 à 871 mètres, pour une moyenne de 753 mètres. Sa mairie se trouve à 695 mètres.

Elle est bordée au nord et à l'est par Saint-Étienne-Lardeyrol, au sud-est par Saint-Pierre-Eynac, au sud et à l'ouest par Saint-Germain-Laprade, au nord-ouest par Chaspinhac.

Le Suc de Garde, point de rencontre des communes de Blavozy, Saint-Étienne-Lardeyrol, Malrevers et Chaspinhac, culmine à 923 mètres d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site est occupé depuis au moins l'époque gallo-romaine, autour de l'exploitation de l'arkose, utilisée dans la sculpture de statues[1] et de meules, et pour la pierre de construction. De nombreux et probables habitats troglodytiques sont peut-être contemporains du début de l'exploitation des carrières[2]. En 1853 on dénombrait près de soixante-quinze carriers, seulement trois en 1999[3].

Une voie romaine Brives - Icidmagus passait sur le territoire de l'actuelle municipalité[4].

Comme Saint-Germain-Laprade et les environs, le bourg de Blavozy a certainement vu les « routiers » de Seguin de Badefol, et les combats de la 8e guerre de Religion.

La maladrerie de Brives possédait un domaine, une ferme assez conséquente, au lieu dit Sinzelles, attesté par une acte de 1271. Bien groupé autour des bâtiments de ferme, le domaine de Sinzelles s'étendait sur les actuelles communes de Blavozy, Saint-Germain-Laprade et Saint-Pierre-Eynac. Les plans dressés au début du XIXe siècle indique la composition du domaine : au nord-est, sur les hauteurs, en direction de l'actuelle route nationale 88, les bois, puis à mi-côte l'exploitation agricole, enfin dans la plaine, le long de la Sumène, entre Blavozy et Saint-Germain, les terres cultivées et les prés. En 1353. Guillaume Saverii, maître de la maladrerie, attaque les habitants de Blavozy, dont noble Raymond Achard, Guiraud Guine, Pierre Charbonnel et Pierre Achard. Il affirme avoir droit de pacage sur une chaume appelée Las Rusches et sur le territoire de Blavozy situé outre la route du Puy à Marnhac (Saint-Germain-Laprade). Un nouveau procès intervient, en 1397, entre la maladrerie et les habitants de Blavozy au sujet d'un pré qui a appartenu à feu noble Raymond Achard. Si le maître de la maladrerie maintient ses droits, Jacques Valéry, Jean Achard le Vieux, Jacques Michel, Durand de Borne et d'autres habitants affirment que le pré litigieux fait partie du broliacgium bonum (bien commun en pâturage) de leur communauté. En 1492, Vital Savel, procureur de la cour de Mercœur, se plaint que Jean et Claude Galien, père et fils, grangers de Sinzelles, fassent pacager leurs animaux à laine dans l'étendue du mandement de Mercœur. Une enquête publique, a lieu à Blavozy, le 18 septembre 1492. Le premier témoin, Laurent Barrai, âgé de 80 ans, a jadis tenu la borie de Sinzelles : il y entretenait des brebis et des moutons qui lui appartenaient en propre et qu'il tenait en estive pour fumer les terres du domaine. Il les a amenés pacager avec les animaux de la borie à Blavozy, Montredon (Brives-Charensac) et la Mouleyre (Saint-Pierre-Eynac), comme les autres habitants de Blavozy sans jamais rencontrer aucune opposition. En 1627, Just de Serres, évêque du Puy-en-Velay, cède la maladrerie et ses biens aux religieux de la chartreuse de Notre-Dame du Puy[5].

La Ferme Paradis la Montjoie de Montferrat date des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles[6], et fut bâtie à l'emplacement d'une auberge.

Lors de la période révolutionnaire, Blavozy est rattachée administrativement à la commune de Saint-Germain-Laprade. Une première pétition demandant la création d'une commune indépendante est signée par la population de Blavozy en 1851. La première pierre de l'église[7] est posée en 1853, Blavozy devient paroisse en 1857, et indépendante en 1895. Henri Pastre en est le premier maire.

L'usine de pneumatiques Michelin est officiellement créée le 1er janvier 1900.

Trente enfants de la municipalité sont tombés aux Champ-d'Honneur lors de la Première Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 2007 Jacques Chandès    
2007 en cours Franck Paillon[8]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1896. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2017, la commune comptait 1 656 habitants[Note 1], en augmentation de 2,67 % par rapport à 2012 (Haute-Loire : +0,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
734720735700539565577523503
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010
4604965186849961 1631 3241 5241 592
2015 2017 - - - - - - -
1 6541 656-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Développement de la commune[modifier | modifier le code]

La commune qui, avec l'implantation de la zone industrielle commune avec Saint-Germain-Laprade, connaît un fort développement prend tout son essor à compter des années 1980. Ce parc d'activité industriel et commercial du nom de ZI Laprade compte actuellement une soixantaine d'entreprises. À compter de 1995 environ, le développement du bourg retrouve une nouvelle dynamique et se renforce avec notamment l'implantation d'une boulangerie-pâtisserie, d'une pharmacie, d'un cabinet dentaire, d'un centre médical et de plusieurs commerces. Le centre socio-culturel connaît aussi une activité et un développement qui rayonnent au-delà des limites communales grâce à de nombreux bénévoles. L'ouverture d'une créche communale répond également, dans les mêmes années, a uns forte demande de la population.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Soulingeas, A propos des droits d’usages : l'exemple du domaine de Sinzelles (XIIIe siècle-XIXe siècle) : in Cahiers de la Haute-Loire 1975, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. "... on ne voyait ni à Rome, ni ailleurs, d'aussi habiles ouvriers en sculpture que dans les Gaules". Pline l'Ancien, cité dans le livre "Essai historique sur les antiquités du département de la Haute-Loire", de M. Mangon de La Lande, année 1826, page 214.
  2. Livre "Le monde souterrain de Haute-Loire", de Jean-Paul Béal, année 2018, page 81.
  3. Site internet www.zoomdici.fr __"Blavozy : quand histoire et culture s'emmêlent".
  4. Livre "Essai historique sur les antiquités du département de la Haute-Loire", de M. Mangon de La Lande, année 1826, page 207.
  5. Cahiers de la Haute-Loire, 1975 disponible sur Gallica
  6. Site internet https://m.annuaire-mairie.fr __"Village de Blavozy".
  7. Èglise de l'Immaculée Conception.
  8. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 26 août 2014).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :