Saint-Préjet-d'Allier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Préjet-d'Allier
Saint-Préjet-d'Allier
L'Ance du sud à Saint-Préjet-d'Allier.
Blason de Saint-Préjet-d'Allier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Arrondissement de Brioude
Canton Gorges de l'Allier-Gévaudan
Intercommunalité CA du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Jean-Claude Morel
2014-2020
Code postal 43580
Code commune 43220
Démographie
Gentilé Saint-Priestois(es)
Population
municipale
159 hab. (2016 en diminution de 4,79 % par rapport à 2011)
Densité 6,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 54′ 58″ nord, 3° 37′ 23″ est
Altitude Min. 711 m
Max. 1 135 m
Superficie 24,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Préjet-d'Allier

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Préjet-d'Allier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Préjet-d'Allier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Préjet-d'Allier
Liens
Site web saintprejetdallier.com

Saint-Préjet-d'Allier est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Préjet-d'Allier, fait partie du département de la Haute-Loire qui a pour préfecture la ville du Puy-en-Velay. Située dans le centre de la France à une altitude de 850 mètres cette commune s'étend sur une superficie de plus de 2 400 hectares. Elle englobe 20 hameaux : Ance, Araby, la Baraque du Chaumas, la Bastide, la Bastidette, Chambonnet, Champagnac, Donazac, le Mazel, le Mont, Montroux, le Peuch, la Romaine, la Roseraie, Rouzaires, la Valette, Varennes, Verdun, Veyrines et le Villeret.

Saint-Préjet se trouve sur les rives de la rivière Ance. Le paysage est celui de la campagne verdoyante, prairies et champs, forêts de pins et de hêtres.

Le bourg se trouve à 11 kilomètres de Saugues et 35 kilomètres du Puy. La commune appartient à la communautés de communes du Pays de Saugues. Les commerces les plus proches se situent à Monistrol-d'Allier, Saugues et au Puy-en-Velay.

Elle se situe à 5 km de la gare d'Alleyras et à 7 km de la gare de Monistrol-d'Allier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution, Saint-Préjet-d'Allier faisait partie du diocèse de Mende. Au XIVe siècle, la paroisse et le prieuré de Saint-Préjet relevaient de l'abbaye de la Chaise-Dieu.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Rive-d'Ance[1].

Deux barrages ont été construits sur la commune de Saint-Préjet :

  • Le barrage de Pouzas, au confluent de l’Ance et de la Virlange, édifié à partir de 1921. Un canal muni d’un pont siphon alimente l’usine hydroélectrique de Monistrol-d’Allier.
  • La retenue de la Valette, construite en 1938–1939, constitue une réserve d’eau sur l’Ance du Sud.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint Préjet d'Allier

Le blasonnement de Saint Préjet d'Allier est :

Écartelé, au 1 de gueules à la hache d'armes contournée d'argent, au 2 d'azur à la mitre d'or, au 3 d'azur au soleil d'or, au 4 de gueules au cerf passant d'argent. Origine moderne

Apchier

Le blasonnement de Saint Préjet d'Allier sous l'Ancien Régime devait être celui d'Apchier :

D'or au château donjoné de trois tours crénelées de gueules, celle du milieu plus élevée, et accoté de deux haches d'armes d'azur adossées plantées en pal de chaque côté de la tour.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2004 2008 Robert Charbonnel    
2008 En cours
(au 28 août 2014)
Jean-Claude Morel[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 159 habitants[Note 1], en diminution de 4,79 % par rapport à 2011 (Haute-Loire : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
648415589564608601581595703
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
723720762747746685762673630
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
642678645644571496543504439
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
385364303268224199179176173
2013 2016 - - - - - - -
160159-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église : ancien prieuré faisant partie de la donation de l’évêque de Mende de 1145 en faveur de l'abbaye de la Chaise-Dieu. Le prieur était nommé par l’abbaye et prélevait en outre une partie importante de la dîme.
Cette petite église a été plusieurs fois modifiée. L'abside et la nef (sans transept) sont romanes et semblent remonter au début du XIIIe siècle. Elle était voûtée autrefois en berceau dont les cintres de charpente sont marqués par la corniche qui relie les tailloirs des chapiteaux.
Les petites fenêtres de l'abside ont été agrandies. La voûte actuelle en croisée d'ogives date vraisemblablement de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle.
Si l'on en juge, en effet, par les tirants de fer qui existent, il est à croire que la voûte en berceau exerçait sur les murs latéraux une forte poussée. Ce qui expliquerait peut-être la réfection de la voûte et l'emploi d'une voûte en ogive. Les murs latéraux ont été, par la suite, surélevés. Les modillons de l'ancienne corniche indiquent à l'extérieur le niveau de l'ancienne toiture. Le porche, orienté vers le sud, présente les caractères d'une œuvre du XVe ou du XVIe siècle.
Le clocher, qui s'élève sur le côté ouest, a été refait à la fin du siècle dernier. L’église a entièrement été rénovée en 1991 et 1992.
  • Le four communal restauré en 2008.
  • Le rocher de Verdun : à 1 km au sud ouest du bourg.
Le château de Verdun, attesté de 1252 à 1397, a depuis disparu. Un pylône électrique s'élève au sommet du rocher, à la place de la forteresse, précédée sans doute par une fortification gauloise.
  • Vestiges gallo-romains à Veyrines.
  • Pont-siphon (aqueduc).
  • Barrages de Pouzas et de la Valette.

Traditions du bourg[modifier | modifier le code]

  • Le narcisse a une très grande importance dans l'histoire de Saint-Préjet-d'Allier. Au printemps, des dizaines de tonnes de narcisses collectés par les habitants, sont expédiées la nuit même à Grasse dans les usines de parfum. Durant trois semaines, tout un quartier du village se transforme en une allée fleurie pour une veillée embaumée au cours de laquelle virevoltent les fleurs fortement parfumées.
Cette fleur est très convoitée par les industries de parfums, c'est pourquoi, Saint-Préjet est devenu l'un des principaux fournisseurs des distilleries de Grasse. À la tombée de la nuit, les employés (en majorité des femmes), arrivent en bas du village.
La manipulation du narcisse ainsi que son transport demande une très grande délicatesse.
À l'arrivée du camion, les bauges de fleurs sont déchargées, pesées puis déballées sur le sol dans un hangar, une allée ou dans une rue si nécessaire. La fleur cueillie dans la journée, refroidit à la fraîcheur du soir. Ceci permet d'éviter qu'elle ne pourrisse et ne perde son précieux parfum.
Les hommes font voler les gerbes de fleurs à grands coups de fourche pour accélérer le refroidissement. Peu après, les femmes refont les ballots, délicatement, sans tasser les fleurs. Celles-ci seront chargées dans le camion en partance pour la Côte d'Azur. Les narcisses doivent impérativement intégrer la distillerie moins de 24 heures après avoir été cueillis. Une fois à l'usine, le narcisse deviendra parfum.
  • La "mousse" (du lichen en réalité) était collectée dans des sacs auprès des ramasseurs de la région. Elle était mise en bottes, pressée et livrée aux usines de parfum de la côte d’azur, comme les narcisses.
  • Les myrtilles, quant à elles, étaient collectées en caisses, puis triées et mises en barquettes pour la commercialisation.
  • Les trois activités précédentes ont disparu, et il ne subsiste plus que la collecte des champignons frais, à destination de l’Italie.
Panneau indiquant le GR 470 dans le bourg de la commune de Saint-Préjet-d'Allier
Arboretum de Saint-Préjet-d'Allier.

Sports / Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Piscine dans le bourg, 10 m sur 4 m avec 1,65 m de profondeur.
  • Terrain de jeu.
  • Sentiers de randonnée au bord de la rivière, dans les forêts dont les PR 457 (Verdun-Legaux), PR 630 (Le Peuch) et le GR 470 (Les Gorges de l'Allier).
  • Parcours de santé sur les rives de l'Ance.
  • Deux jardins d'enfants.
  • Arboretum réalisé en 2013 en partenariat avec les étudiants du lycée d'enseignement général et technologique agricole de Saint-Chely-d'Apcher, l'Office National des Forêts et en collaboration avec l'association[7].

Culture[modifier | modifier le code]

  • Fête du village tous les 15 août. Foire animée, fête foraine, repas lentilles du Puy suivi d'un feu d'artifice et des bals.Présence de jean louis Fougerouse. Un bal musette et un bal jeune animée à la salle polyvalente.
  • Concours de pétanque le lundi avant le 15 août.
  • Fête du pain en juillet.
  • Randonnée gourmande début juin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Emma Roussel (1899-1952), institutrice et poétesse, a enseigné à l'école du hameau de Chambonnet de 1918 à 1920.
  • Marie Grasset : originaire de Champagnac, elle a vécu à Vauvert (Gard). Les halles de cette commune portent son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Préjet-d'Allier sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 21 juillet 2012.
  2. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 28 août 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Braille et Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :