Cette page est semi-protégée.

Vals-près-le-Puy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Puy.

Vals-près-le-Puy
Vals-près-le-Puy
Cabane en pierre sèche au lieudit Les Vigneaux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Puy-en-Velay
Canton Le Puy-en-Velay-1
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Alain Royet
2014-2020
Code postal 43750
Code commune 43251
Démographie
Gentilé Valladiers
Population
municipale
3 396 hab. (2017 en diminution de 0,7 % par rapport à 2012)
Densité 663 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 45″ nord, 3° 52′ 32″ est
Altitude Min. 632 m
Max. 850 m
Superficie 5,12 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Vals-près-le-Puy
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Vals-près-le-Puy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vals-près-le-Puy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vals-près-le-Puy

Vals-près-le-Puy est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Valladiers et les Valladières.

Géographie

Map commune FR insee code 43251.png

Commune urbaine de montagne située dans le Massif central, Vals est située en partie dans la vallée du Dolaizon. Son altitude varie de 632 à 920 mètres, sa mairie se trouvant à 656 mètres.

Les communes limitrophes de Vals sont Le Puy-en-Velay au Nord et à l'Est, Cussac-sur-Loire au Sud-Est et au Sud, Saint-Christophe-sur-Dolaison au Sud-Ouest, Espaly-Saint-Marcel à l'Ouest et Nord-Ouest.

Histoire

Selon l'érudit local Albert Boudon-Lashermes (1882-1967), le vallon du Crouzas, au sud-ouest de Vals, aurait été colonisé quelque mille ans avant J.-C. par les Ligures. Les cabanes en pierre sèche, ou chibottes, rencontrées sur le site seraient leur œuvre. Ces affirmations furent réfutées dès 1928 dans un numéro exceptionnel de la revue Vie à la campagne consacré aux Maisons et meubles du Massif Central et dirigé par le professeur d'horticulture Albert Maumené[1],[2].

Avant 1195, la léproserie Sainte-Madeleine, destinée aux lépreuses, est fondée sur la paroisse Saint-Vosy. Elle est dirigée par les Sœurs de la Pénitence ou de Sainte-Madeleine puis par les Augustines[3].

En 1313, est fondé un monastère d'Augustines, qui subit d'importants dégâts lors des guerres de Religion et disparut en 1792. Il en reste la chapelle, dédiée à Saint Vosy[4], devenue depuis 1821 le siège de la paroisse.

Le 26 janvier 1590, dans le cadre de la guerre entre la Ligue et les partisans des rois Henri III puis Henri IV, la garnison royaliste d'Espaly attaque Vals, partisane de la Ligue, et saisit des bestiaux qu'elle emmène à Polignac, place royaliste. Les 5 et 6 février, les ligueurs attaquent Espaly.

De 1896 à 1914, fonctionnait une ligne de tramway au Puy-en-Velay. Bien qu'elle ne desservît pas Vals, fonctionna une centrale hydraulique sur le Dolaizon pour son alimentation (une seconde se trouvait sur la commune de Brives-Charensac).

En 1900, est créé l'Institut agricole de Vals (aujourd'hui ISVT), qui sera longtemps la seule école d'agriculture de Haute-Loire. D'août 1914 à mars 1919, ses bâtiments sont utilisés comme hôpital militaire, apte à accueillir entre 200 et 315 malades et blessés[5], dont les prisonniers de guerre allemands d'origine polonaise du camp d'Espaly, puis en 1918 les blessés du « Bataillon polonais »[6].

Quarante-six enfants de la commune sont tombés au champ d'honneur lors de la Première Guerre mondiale[5].

Héraldique

Blason de Vals-près-le-Puy Blason D'azur au chevron renversé d’argent, accompagné en chef d'un cœur d’or enflammé de gueules et en pointe de deux chibottes [huttes de pierres sèches] d'or, ouvertes du champ.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 juin 1995 André Reynaud UDF-CDS Directeur d'école
Conseiller général (1979-1994)
mars 2001 En cours Alain Royet[7] DVG Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2017, la commune comptait 3 396 habitants[Note 1], en diminution de 0,7 % par rapport à 2012 (Haute-Loire : +0,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
967857697857886897864881990
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9289119519451 0049551 2051 1201 173
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2711 1321 2741 3351 4231 4191 6141 7151 708
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 8292 4493 0703 5053 4263 3913 5273 5343 541
2013 2017 - - - - - - -
3 3723 396-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

Cabane en pierre sèche à la toiture refaite (tsabone sous son appellation vernaculaire, chibotte sous son appellation touristique) au lieudit Les Vigneaux.
  • Vals-près-le-Puy est traversée par le GR 65 qui suit la via Podiensis, l'un des chemins de Saint-Jacques. C'est la seconde commune traversée par le chemin, à partir du Puy-en-Velay.
  • Elle est également traversée par le GR 700 ou chemin de Regordane, reliant Le Puy à la Méditerranée depuis la Haute Antiquité.
  • L'église de Vals-près-le-Puy est issue d'un ensemble de bâtiments du XIIe siècle, remaniés plusieurs fois. Elle a été inscrite à l'inventaire des Monuments historiques le 8 octobre 1968.
Le clocher, à ossature bois et parement bois apparent, qui avait subi de multiples transformations ou reconstructions au cours des siècles, fut rénové à l'identique en 2002.
Une Vierge à l'Enfant en bois doré du XVIIIe siècle, classée parmi les Monuments historiques, est visible dans l'église.
  • L'escalier de l'hôtel de ville est le dernier vestige du monastère des Augustines. Il date du XVe siècle. Il fut édifié à l'époque de la reconstruction de l'ancien bâtiment connu depuis le XIIe siècle sous le nom de Maison du pont de Vals.
Cette dernière abritait alors les augustines de Vals, dont l'ordre fondé en 1313 par Bernard de Castanet, évêque du Puy, durera jusqu'à la Révolution française.
Connue au XIXème siècle sous le nom de « Domaine du clos Chabalier » du nom de son propriétaire Jean Guillaume Chabalier, cette maison sera léguée aux Jésuites qui y établiront leur noviciat de la province de Toulouse. L'escalier, classé le 15 mars 1973 parmi les Monuments historiques, fut restauré entre 1973 et 1975 au cours de la construction de l'hôtel de ville.
  • On trouve à Vals-près-Le Puy, dans le vallon dit du Crouzas, une quinzaine de chibottes (de leur vrai nom tsabones, c'est-à-dire « cabanes »), grandes huttes circulaires bâties en pierres sèches et couvertes d'une coupole en encorbellement. Elles sont situées dans des parcelles anciennement vinifères. Un projet de restauration et de mise en valeur touristique de ces édifices, échafaudé dès 1976, a débouché, le 5 novembre 2011, sur l'inauguration d'un « parcours des chibottes »[12]. Une cabane située au bois de Lirate et propriété de la commune a été inscrite à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques[13] le 28 mars 1986.
  • Différents ponts avaient été aménagés à l'époque médiévale mais il en reste très peu d'origine. Il existait aussi un pont gaulois devant le couvent des augustines qui fut à l'origine du pont en béton armé. Actuellement subsistent :
    • Le pont Neuf (construit entre 1831 et 1846), ruelle du Charirou,
    • Le pont Médian (construit avant 1846), situé au milieu du village,
    • Le pont en béton armé (1978-1979),
    • Le pont du Riou (1856), situé entre Vals et Taulhac, sur le Riou,
    • Le pont du Moulin Gimbert (1856),
    • Le pont du Moulin Bernard (1857),
    • Le pont sur le CD 31 (1893-1894), situé à la sortie de Vals,
  • La croix de Pouvignac, partiellement détruite en 1940 par la foudre, possède un socle daté de 1621 ; située sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, elle a été restaurée récemment.

Personnalités liées à la commune

  • Jean Guillaume Chabalier (1758 - 1839), maire du Puy, député de Haute Loire, résidait à Vals-près-le-Puy où une rue porte son nom.
  • Auguste Aymard (1808-1889), maire de Vals-près-Le Puy, conservateur du musée Crozatier au Puy-en-Velay, archiviste, paléontologue, archéologue.
  • Henri Ramière (1821-1884), prêtre jésuite, théologien, écrivain et essayiste, y a été ordonné prêtre.
  • Joseph Rumillet Charretier (1833-1916), fondateur de la distillerie Verveine du Velay en 1859[réf. nécessaire].
  • Gérard Chabanon (1948), Supérieur général des Pères blancs, y est né.
  • Jean-Pierre Philibert (1948), homme politique, y est né.
  • Victor Constant (1869-1953), homme politique, y est né.

Jumelages

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. Albert Maumené, Maisons et meubles du Massif Central, Hachette, Paris, série exceptionnelle, vol. 54, 15 décembre 1928, 58 p., en part. pp. 4-16 (« Aspect rustique des constructions auvergnates ») : « Un auteur du pays à l’imagination vive leur attribue une origine ligure. »
  2. Jean Pestre, Le vignoble du Puy-en-Velay, Le Puy-en-Velay, 1981, p. 201 (« Vals-près-le-Puy ») : « Il y a là un site étrange, envoûtant et si mystérieux que Boudon-Lashermes y voyait une citadelle ligure ».
  3. Pierre Cubizolles, Le diocèse du Puy-en-Velay des origines à nos jours, éditions CREER, 2005, p. 167.
  4. Premier évêque du Puy, de 365 à 385.
  5. a et b En PDF sur internet : Vals-près-le-Puy et la Grande Guerre, page 26.
  6. Voir page Wikipedia de la ville d'Espaly-Saint-Marcel.
  7. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 26 août 2014).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. Inauguration du « parcours des chibottes » à Vals-près-le-Puy (Haute-Loire) le 5 novembre 2011, pierreseche.com, page « Nouvelles du monde de la pierre sèche », année 2011, 4e trimestre, rubrique No 2.
  13. Cf le site Patrimoine de France.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Marie-Pascale Gounon, La vie religieuse féminine en Haute-Loire à la fin du XVIIIe siècle et pendant la Révolution (1789-1816) : in Cahiers de la Haute-Loire 1997, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, (lire en ligne) (histoire du monastère des Augustines et de ses moniales)

Articles connexes

Liens externes