Solignac-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Solignac-sur-Loire
Solignac-sur-Loire
Église Saint-Vincent à Solignac-sur-Loire.
Blason de Solignac-sur-Loire
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Olivier Teyssier
2020-2026
Code postal 43370
Code commune 43241
Démographie
Gentilé Solignacois[1]
Population
municipale
1 272 hab. (2019 en augmentation de 2,66 % par rapport à 2013)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 09″ nord, 3° 53′ 14″ est
Altitude Min. 655 m
Max. 1 117 m
Superficie 24 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Le Puy-en-Velay
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Velay volcanique
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Solignac-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Solignac-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Solignac-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Solignac-sur-Loire

Solignac-sur-Loire est une commune française du Massif central, située dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le bourg médiéval du chef-lieu éponyme de cette commune est établi sur un promontoire rocheux dominant la vallée de la Loire, à l'extrémité duquel se dressait autrefois un château fort. De ce dernier ne subsistent plus aujourd'hui que quelques pans de muraille, et le cimetière du village a été aménagé sur son emplacement.

Solignac-sur-Loire est l'une des 72 communes réunies par la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Solignac-sur-Loire se trouve dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes[I 1].

Elle se situe à 15 km par la route[Note 1] du Puy-en-Velay[2], préfecture du département, et à 4 km de Cussac-sur-Loire[3], bureau centralisateur du canton du Velay volcanique dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[I 1].

Les communes les plus proches à vol d'oiseau sont[4] : Cussac-sur-Loire (2,3 km), Le Brignon (3,7 km), Chadron (3,9 km), Coubon (4,0 km), Arsac-en-Velay (5,1 km), Saint-Christophe-sur-Dolaison (6,1 km), Vals-près-le-Puy (6,7 km), Cayres (7,9 km).

Communes limitrophes de Solignac-sur-Loire
Saint-Christophe-sur-Dolaison Cussac-sur-Loire
Solignac-sur-Loire Chadron
Cayres Le Brignon

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune de Solignac-sur-Loire se situe majoritairement sur un haut plateau basaltique, formé par le massif du Devès dont elle marque le rebord oriental, à sa rencontre avec les gorges de la Loire[5]. La commune culmine au suc de Miceselle, à 1117 mètres d'altitude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Loire, circulant du sud vers le nord, marque la limite orientale de Solignac-sur-Loire vis-à-vis des communes de Coubon et de Chadron.

En outre, plusieurs cours d'eau d'une longueur de moins de 10 km traversent la commune, prenant leur source sur le plateau du Devès avant de rejoindre le fleuve sur sa rive gauche :

  • La Beaume (ou Ourzie), d'une longueur de 9,85 km, qui prend sa source à Cayres, marque la limite méridionale du territoire communal vis-à-vis de la commune du Brignon[6].
  • La Gagne[Note 2], d'une longueur de 9,81 km, prend également sa source sur la commune de Cayres, et délimite au nord la commune de Solignac-sur-Loire et de Cussac-sur-Loire, jusqu'à sa confluence avec la Loire[7].
  • Le Barbou prend sa source sur la commune, et traverse le bourg de Solignac où il est en partie canalisé.
  • Le ruisseau de Mussic (aussi appelé Oudy ou Audy) prend sa source sur la commune, circulant sur 2,03 km entre le bourg de Solignac et le hameau de Mussic auquel il doit son nom, avant de rejoindre la Loire[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Solignac-sur-Loire est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[9],[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Puy-en-Velay, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 59 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (77,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (39,2 %), zones agricoles hétérogènes (22,7 %), forêts (19,8 %), terres arables (15,2 %), zones urbanisées (3,1 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l'évolution dans le temps de l'occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée dans sa partie occidentale par la route nationale 88 reliant Lyon à Toulouse.

Voies vertes[modifier | modifier le code]

La Voie Verte du Velay traverse la commune et le village de Solignac-sur-Loire, et permet de rejoindre à pied ou à vélo Brives-Charensac au nord et Costaros au sud[14]. Cette voie verte a été aménagée par la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay sur le tracé de l'ancienne ligne de chemin de fer du Puy-en-Velay à Langogne.

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 644, alors qu'il était de 627 en 2013 et de 591 en 2008[I 4].

Parmi ces logements, 80,7 % étaient des résidences principales, 6,5 % des résidences secondaires et 12,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 88,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 11,3 % des appartements[I 5].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Solignac-sur-Loire en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (6,5 %) inférieure à celle du département (16,1 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 80,6 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (78,3 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 6].

Le logement à Solignac-sur-Loire en 2018.
Typologie Solignac-sur-Loire[I 4] Haute-Loire[I 7] France entière[I 8]
Résidences principales (en %) 80,7 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 6,5 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 12,7 12,4 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L'abri Laborde, aussi appelé gisement de Baume-Vallée[15], se trouve à 870 mètres d'altitude sur la rive gauche (côté nord) de l'Ourzie[Note 5] (petit affluent de rive gauche — côté ouest — de la Loire), 400 m en aval de la cascade de la Baume[17],[16].

Découvert pendant l'hiver 1963-1964, le site a été fouillé de 1966 à 1973 par Alphonse Laborde[18] aidé de Alain Quinqueton[19], puis de 1974 à 1996 par Jean-Paul Raynal[20],[21] et Jean-Pierre Daugas[15].

Il a livré du mobilier moustérien (Paléolithique moyen récent) en abondance, façonné sur des matières premières variées ; si bien que l'abri Laborde est considéré de nos jours comme un site privilégié pour l'étude des industries moustériennes du Massif Central[17],[18]. Les couches 20 et 21 incluent majoritairement des nucléus et des percuteurs ; parmi les nucléus, ceux en silex sont généralement plus petits que ceux en quartz. Le mobilier inclut aussi des outils sur galet : choppers et chopping-tools, souvent en basalte[22].

Il a aussi livré de l'industrie du Paléolithique supérieur, dont un grattoir et des denticulés[23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Solignac-sur-Loire est membre de la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay[I 9], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Le Puy-en-Velay. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[24].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement du Puy-en-Velay, au département de la Haute-Loire, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 9].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Velay volcanique pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 9], et de la deuxième circonscription de la Haute-Loire pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[25].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1953 mars 1971 Pierre Pagès Droite  
mars 1971 mars 1989 Jean Jacques Gagne Droite  
mars 1989 1998 Didier Bourdelin Gauche  
1998 mars 2008 André Pitiot Gauche  
mars 2008 mai 2020 Bernard Bonnal Sans étiquette  
mai 2020 En cours
(au 29 septembre 2020)
Olivier Teyssier[26]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[28].

En 2019, la commune comptait 1 272 habitants[Note 6], en augmentation de 2,66 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8118801 0368791 0461 1351 0531 0941 158
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1281 1681 0871 1851 2601 3301 3761 2931 355
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3291 6181 3051 1331 055966947850846
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
8047938019371 0291 0581 1591 1881 239
2018 2019 - - - - - - -
1 2751 272-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,4 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 619 hommes pour 656 femmes, soit un taux de 51,45 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (50,87 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
4,6 
6,1 
75-89 ans
11,1 
18,3 
60-74 ans
17,7 
21,0 
45-59 ans
17,5 
19,2 
30-44 ans
17,7 
15,2 
15-29 ans
12,2 
19,5 
0-14 ans
19,2 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[I 11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 516 ménages fiscaux[Note 7], regroupant 1 228 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 20 530 [I 12] (20 800  dans le département[I 13]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 14] 3,7 % 5,7 % 5,4 %
Département[I 15] 6,3 % 7,7 % 7,7 %
France entière[I 16] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 740 personnes, parmi lesquelles on compte 76,6 % d'actifs (71,2 % ayant un emploi et 5,4 % de chômeurs) et 23,4 % d'inactifs[Note 8],[I 14]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction du Puy-en-Velay, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 1],[I 17]. Elle compte 401 emplois en 2018, contre 357 en 2013 et 337 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 531, soit un indicateur de concentration d'emploi de 75,4 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 55,5 %[I 18].

Sur ces 531 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 117 travaillent dans la commune, soit 22 % des habitants[I 19]. Pour se rendre au travail, 91,1 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 0,6 % les transports en commun, 3,2 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 5,1 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 20].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune de Solignac-sur-Loire fait intégralement partie de la zone d'AOP de la lentille verte du Puy[31].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Vincent
    L'église romane Saint-Vincent, sise près du cimetière, auquel l'ancien château fort a dû céder la place, est composée d'un unique vaisseau de cinq travées, voûté en berceau brisé, et d'un chœur carré. Ce dernier, produit d'une transformation postérieure, date de la fin du XVe siècle, mais fut restauré au XIXe ; il est recouvert d'une voûte d'arêtes et se termine par un mur plat percé d'une fenêtre ogivale. Les arcs-doubleaux du vaisseau retombent sur des colonnes semi-engagées aux chapiteaux sculptés ; des arcs de décharge, percés de baies en plein-cintre, et de vigoureux contreforts assurent le contrebutement. Le flanc sud de l'édifice comporte des enfeus et des bas-reliefs qui ont justifié son inscription à l'inventaire des monuments historiques. Le reste de l'extérieur résulte d'une campagne de restauration et de remaniements menés dans la première moitié du XIXe siècle, en particulier la façade occidentale et le clocher-peigne, reconstruit en 1834, après avoir été vandalisé pendant la Révolution.
Campenard.
Façade occidentale.
Nef, vue vers le chœur.
  • Château de la Beaume
  • Plus de vingt-cinq cabanes en pierres sèches, chibottes ou bories.

Sites et paysages remarquables[modifier | modifier le code]

Cascade de la Beaume.
  • La Cascade de la Beaume est une chute d'eau remarquable située sur la commune, près du village d'Agizoux, à 900 mètres d'altitude. Un sentier aménagé au départ de la route départementale 54, entre Solignac-sur-Loire et Le Brignon, permet d'y accéder[32]. Non loin de cette cascade, un abri sous roche (appelé Abri Laborde ou abri de Baume Vallée) a été découvert puis étudié depuis les années soixante, témoignant d'une occupation préhistorique au cours du Paléolithique (voir section Préhistoire)[33]. Ce site archéologique bénéficie depuis 1989 d'une inscription au titre des Monuments historiques[34].
  • Gorges de la Haute Vallée de la Loire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Solignac sur Loire 43.svg

Description : D'argent au chef de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. À ne pas confondre avec une rivière homonyme située dans le même département, et qui est au contraire de celle-ci, un affluent de la Loire sur sa rive droite. Voir l'article Gagne (affluent droit de la Loire).
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. La carte IGN[16] indique par erreur l'abri Laborde sur la rive de la Loire, c'est-à-dire à 1,3 km à l'ouest de sa position telle qu'indiquée dans Raynal 1988, p. 2 du lecteur Adobé.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  7. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  8. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  9. Le curé de Solignac-sur-Loire de 1620 à 1642, lors de la mention du décès de Claude Arnaud sur son registre paroissial, relate le sauvetage du trésor de l'église lors de la prise et du pillage de Solignac par les Ligueurs en 1590.
  1. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Solignac-sur-Loire » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  4. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Solignac-sur-Loire » (consulté le ).
  5. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Solignac-sur-Loire - Section LOG T2 » (consulté le ).
  6. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Solignac-sur-Loire - Section LOG T7 » (consulté le ).
  7. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  8. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  9. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Solignac-sur-Loire » (consulté le ).
  10. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Solignac-sur-Loire (43241) », (consulté le ).
  11. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).
  12. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Solignac-sur-Loire » (consulté le ).
  13. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  14. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Solignac-sur-Loire » (consulté le ).
  15. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  16. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  18. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Solignac-sur-Loire » (consulté le ).
  19. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  20. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/haute-loire-43
  2. Stephan Georg, « Distance entre Solignac-sur-Loire et Le Puy-en-Velay », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Solignac-sur-Loire et Cussac-sur-Loire », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Solignac-sur-Loire », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Inventaire des Paysages de la Haute-Loire - Plateau du Devès, CAUE Haute-Loire / DREAL Auvergne, , 476 p. (lire en ligne [PDF] sur hauteloire.fr), p. 412-413.
  6. Sandre, « La Beaume » (consulté le ).
  7. Sandre, « La Gagne » (consulté le ).
  8. Sandre, « Le ruisseau de Mussic » (consulté le ).
  9. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale - définition », sur insee.fr, le site de l'Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr, IGN (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. « La voie verte de Brives-Charensac au Brignon », sur le site de l'Office de tourisme de la Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay (consulté le ).
  15. a et b [Daugas & Raynal 1977] Jean-Pierre Daugas et Jean-Paul Raynal, « Deux gisements quaternaires en Velay : l'abri Laborde (Solignac-sur-Loire) et le gisement de plein air des Rivaux (Espaly-Saint-Marcel). Campagnes de fouilles 1976 et 1977 », Publications du musée des Confluences, no 15,‎ , p. 35-43 (lire en ligne [sur persee])
  16. a et b « La cascade et le ruisseau de la Baume sur Solignac-sur-Loire, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  17. a et b [Raynal 1988] Jean-Paul Raynal, « Un site moustérien de moyenne montagne en haute vallée de la Loire : l'abri Laborde (Baume-Vallée) à Solignac-sur-Loire (Haute-Loire) » (Compte-rendu d'une séance décentralisée, Le Puy en Velay, 8-9 octobre 1988. Livret-guide des excursions), Société préhistorique française « Les peuplements paléolithiques du Massif central »,‎ , p. 2 du lecteur Adobé (lire en ligne [PDF] sur halshs.archives-ouvertes.fr, consulté en ).
  18. a et b [Vaissié et al. 2017] Erwan Vaissié, Vincent Delvigne, Jean-Philippe Faivre, Paul Fernandes, Alain Turq et Jean-Paul Raynal, « Techno-économie et signification culturelle de l’occupation moustérienne supérieure de Baume-Vallée (Haute-Loire) », Palévol, no 16,‎ , p. 804-819 (lire en ligne [sur researchgate.net], consulté en ).
  19. [Bayle et Laborde 1965] R. de Bayle des Hermens et Alain Laborde, « Le gisement moustérien de la Baume-Vallée (Haute-Loire) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 62, no 3 « Études & Travaux »,‎ , p. 512-527 (lire en ligne [sur persee]), p. 513.
  20. « Le gisement de Baume-Vallée », sur archeologis.free.fr (consulté en ).
  21. [Raynal 1975] Jean-Paul Raynal, « Nouvelles fouilles à l'Abri Laborde (gisement de Baume-Vallée, Solignac-sur-Loire, Haute-Loire). Premiers résultats », Publications du musée des Confluences, no 13,‎ , p. 61-63 (lire en ligne [sur persee]).
  22. Daugas & Raynal 1977, p. 36.
  23. Daugas & Raynal 1977, p. 36. Voir aussi :
    dessin d'un grattoir de l'abri : Daugas & Raynal 1977, p. 37, fig. 1, no 2 ;
    dessin d'un denticulé de l'abri : Daugas & Raynal 1977, p. 37, fig. 1, no 10.
  24. « communauté d'agglomération du Puy-en-Velay - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  25. « Découpage électoral de la Haute-Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  26. « Liste des maires » [PDF], Préfecture de la Haute-Loire, (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  31. « Fiche produit de la lentille verte du Puy », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO) (consulté le ).
  32. « Cascade de la Beaume », sur le site de l'Office de tourisme de l'agglomération du Puy-en-Velay (consulté le ).
  33. « Le gisement de Baume-Vallée », sur archeologis.free.fr (consulté le ).
  34. « Habitat préhistorique dit Abri Laborde ou Abri de Baume Vallée », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.