Réseau interurbain de la Lozère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Réseau interurbain de la Lozère
Situation Lozère (48)
Type Autocar
Propriétaire Conseil général de la Lozère

Le réseau interurbain de la Lozère est un réseau d'autocar desservant le département de la Lozère, en étoile autour de Mende[1]. Les seize lignes régulières sont complétées par une offre de transport à la demande[1]. Une grande partie des lignes n'offrent qu'un aller-retour hebdomadaire, mais certaines liaisons offrent jusqu'à une demi-douzaine d'allers-retours quotidiens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Géomorphologie[modifier | modifier le code]

La Lozère est située au cœur du Massif Central ; c'est donc un département au relief accidenté ; l'altitude moyenne est d'ailleurs supérieure à 1000 mètres. Elle se compose de quatre massifs principaux : les monts d'Aubrac au nord-ouest, les monts de la Margeride au nord-est, les plateaux des Causses au sud-ouest et les Cévennes au sud-est. Le point culminant du département est d'ailleurs situé dans ces dernières : il s'agit du Mont Lozère, dont le sommet se trouve à 1699 mètres d'altitude. Ces massifs montagneux sont séparés par de profondes vallées et causent des difficultés de transport importantes, notamment du fait de la neige qui peut être très abondante en hiver, en particulier dans les Cévennes, rendant de nombreuses routes impraticables. De plus en été, les épisodes cévenols occasionnent régulièrement inondations et glissements de terrain, coupant certaines voies de communication.

Peuplement[modifier | modifier le code]

Le département est par ailleurs l'un des moins densément peuplés (15 hab/km2) , et en valeur absolue le moins peuplé de France (77 000 habitants en 2010) ; son dépeuplement est continu depuis le XIXe siècle et s'explique par la pauvreté des sols et le phénomène d'exode rural, qui persiste encore aujourd'hui. Il compte trois centres urbains principaux : Mende, Saint-Chély-d'Apcher et Marvejols, la population se répartissant majoritairement dans des villages nichés au creux des profondes vallées. La Lozère est aujourd'hui tiraillée entre les métropoles voisines de Clermont-Ferrand, Montpellier et Nîmes, qui attirent une partie des jeunes locaux.

Transports[modifier | modifier le code]

Les axes principaux sont au nombre de trois : un vertical à l'extrémité ouest du département, un horizontal le coupant en deux moitiés, et une diagonale du nord-ouest au sud-est. A l'ouest passent l'A75 et la ligne de Béziers à Neussargues, marquées par de nombreux ouvrages d'arts, dont l'un des plus célèbres est le viaduc du Garabit, afin de s'affranchir du relief accidenté. Le département est coupé en deux par la vallée du Lot, très encaissée, où passent la RN88 et la ligne du Translozérien, tandis que la RN106, passant de vallées en vallées, relie l'A75 à Alès et Nîmes en passant par Mende et en franchissant les vallées du Lot et du Tarn, et relie les extrémités nord-ouest et sud-est du département. En dehors de ces axes, seules des routes étroites, souvent non déneigées l'hiver, desservent les nombreux villages isolés disséminés sur tout le territoire.

Le réseau de transport interurbain, composé de 16 lignes, décrit principalement une étoile autour de Mende, chef-lieu du département, ne permettant pas aux autres petites villes d'êtres reliées entre-elles sans une correspondance obligatoire à Mende. Les temps de parcours sont par ailleurs assez longs, ceci étant du à la géographie particulière du département et à ses difficiles conditions climatiques[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la loi NOTRe, la région Occitanie devient compétente en matière de transport en commun à la place des départements. De ce fait, en , le réseau départemental laissera place au réseau régional des lignes intermodales d'Occitanie (LiO)[3].

Personnels[modifier | modifier le code]

Parc de véhicules[modifier | modifier le code]

Autocars Troucelier[modifier | modifier le code]

Parc de véhicules dédiés aux lignes régionales des Autocars Troucelier[4]
Modèle Nombre Places Climatisation Toilettes Emplacements UFR Emplacements PMR Autres équipements
Mercedes-Benz Tourismo 350 RHD 3 53 oui oui 1 2 Vidéo DVD, réfrigérateur, repose-pieds, accoudoirs, tablettes, console individuelle, fauteuils inclinables
Setra 415 UL 1 53 oui non 0 0 Vidéo DVD, réfrigérateur, accoudoirs, console individuelle
Iveco Wing 2 26 oui non 1 2 Vidéo DVD, repose-pieds, accoudoirs, console individuelle, machine à café
Mercedes-Benz Sprinter 2 16 oui non 0 0 Vidéo DVD, accoudoirs, console individuelle
Volkswagen Crafter 2 11 oui non 1 1 Accoudoirs

Hugon Tourisme[modifier | modifier le code]

Les autocars sont tous équipés de la vidéo, climatisés et dotés de sièges inclinables ainsi que de ceintures de sécurité. Les modèles suivants sont utilisés :

  • Mercedes-Benz Sprinter
  • MAN Lion's Regio[5]

Département de la Lozère[modifier | modifier le code]

Transporteurs[modifier | modifier le code]

La région Occitanie, dans la continuité du département de la Lozère, délègue l'exploitation de 5 lignes régionales d'autocar aux autocaristes Troucelier et Hugon.

Autocars Troucelier[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une entreprise familiale de transport par autocar basée à Marvejols, fondée en 1962, et assurant des lignes régionales, des transports scolaires ainsi que des déplacements occasionnels de groupes. Elle dispose d'un parc de 21 véhicules, tous entretenus au dépôt de Marvejols, dont 10 affectés aux lignes régionales[4] et compte 25 salariés.

Hugon Tourisme[modifier | modifier le code]

Hugon est une société de transport par autocar pratiquant des activités de transports réguliers, occasionnels ainsi que de location de minibus. Elle est également prestataire des navettes touristiques mises en place par la région Occitanie dans le département. L'entreprise possède 4 dépôts situés à Langogne, Le Puy-en-Velay, Le Monastier-sur-Gazeille et Grandrieu. Son siège social est situé à Mende[6]. Elle emploie actuellement 60 personnes sur ces 5 sites, dont 45 chauffeurs et 3 mécaniciens[7].

L'entreprise assure les lignes 3, 4 et 5 du réseau.

Département de la Lozère[modifier | modifier le code]

Réseau[modifier | modifier le code]

Communes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Guide des transports en Lozère, consulté le 13 avril 2015.
  2. « Plan du réseau de transport interurbain de la Lozère », sur lozere.fr
  3. « TER et bus en Occitanie : nouveau nom, nouvelles lignes, nouveaux tarifs », sur https://www.ladepeche.fr, (consulté le 25 mai 2018)
  4. a et b « Lignes régulières Archives - Troucelier », sur Troucelier (consulté le 2 décembre 2017)
  5. « Accueil | Hugon Tourisme Autocar Lozère », sur Hugon Tourisme Autocar en Lozère (consulté le 2 décembre 2017)
  6. « Implantations », sur hugon-tourisme.com/, (consulté le 7 décembre 2017).
  7. « Organigramme », sur hugon-tourisme.com, (consulté le 7 décembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]