Orlan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porte et Orlan (homonymie).
Orlan
ORLAN par Claude Truong-Ngoc 2013.jpg
Orlan en janvier 2013.
Naissance
Nom de naissance
Mireille Suzanne Francette Porte
Nationalité
Activité
Lieux de travail
Mouvement
Distinctions

Grand Prix international de l'Excellence féminine 2017
Prix de l'e-Réputation catégorie arts plastiques 2013
Chevalier de l'ordre national du Mérite 2010
Médaille d'Or de la Ville de Saint-Étienne
Premier prix du Moscow Festival of Photography 2004
Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres 2003
Prix Arcimboldo 1999
Prix Mona Lisa 1993

Prix Lavoisier 1993
Site web

Mireille Suzanne Francette Porte, dite Orlan (ɔʁ.lɑ̃), née le à Saint-Étienne[1],[2],[3], est une artiste plasticienne française transmédia et féministe. Elle vit et travaille entre Paris, New York et Los Angeles.

Elle pratique la peinture, la sculpture, la photographie et la vidéo, et réalise des installations et performances. Elle utilise également les médias numériques et les biotechnologies.

Dans son travail, elle fait le choix d'écrire son pseudonyme en lettres capitales : ORLAN.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1947[4], Orlan est une artiste s'exprimant à travers différents supports : peinture, sculpture, installations, performance, photographie, images numériques, biotechnologies. C'est une des artistes françaises de l'art corporel. Son œuvre se situe dans divers contextes provocateurs, légitimée par son engagement personnel[4].

Dès les années 1960 et 1970, Orlan interroge le statut du corps et les pressions politiques, religieuses, sociales qui s'y inscrivent. Son travail dénonce la violence faite aux corps et en particulier aux corps des femmes, et s'engage ainsi dans un combat féministe. Elle fait de son corps l'instrument privilégié où se joue notre propre rapport à l'altérité. Ce travail d'Orlan sur le corps se fait notamment par le biais de la photographie. En 1976, par exemple, elle parcourt les rues parée d'une tunique sur laquelle est représenté son corps nu. Dans la même période, au Portugal, elle propose sur un marché des photos correspondants à des morceaux d'elle-même : Un bras, un bout de poitrine, etc.[4]. En 1977, lors de la Foire internationale d'art contemporain (FIAC), au Grand Palais (Paris)Grand Palais à Paris, elle est vêtue d'un tablier représentant là encore une photo d'elle, nue, des épaules au bas du bassin, et propose, aux visiteurs, pour une somme modique à glisser dans une fente prévue à cet effet, un Baiser de l'artiste[4].

En 1978, elle crée le Symposium international de la Performance, à Lyon, qu'elle anime jusqu'en 1982. Son manifeste de « l'art charnel » (Carnal Art Manifesto) est suivi d'une série d'opérations chirurgicales - performances qu'elle réalise entre 1990 et 1993. Avec cette série, le corps de l'artiste devient un lieu de débat public. Ces opérations chirurgicales - performances ont été largement médiatisées et ont provoqué une vive polémique, bien qu'elles ne représentent qu'une infime partie de son œuvre intégrale[4].

Orlan explore également l'utilisation des nouvelles technologies dans le domaine des arts. En 1982, avec Frédéric Develay, elle crée le premier magazine en ligne d'art contemporain, Art-Accès-Revue, sur minitel[5]. Dans son travail de la fin des années 1990 et du début des années 2000, les Self-Hybridations, l'artiste, par le biais de la photographie numérique et des logiciels de retouches infographiques, hybride des visages de cultures différentes (amérindiens, pré-colombiens, africains)[4].

Orlan tente ensuite d'élargir encore les frontières de l'art contemporain en utilisant les biotechnologies pour créer une installation intitulée Manteau d'Arlequin, faite à partir de cellules de l'artiste et de cellules d'origines humaine et animale.

Parallèlement, Orlan enseigne à l'École nationale supérieure d'arts de Cergy-Pontoise. En 2005, elle obtient une résidence d'un an à l'ISCP, à New York, par l'Association française d'action artistique (AFAA), et en 2006 elle est invitée à Los Angeles en résidence au Getty Research Institute, laboratoire de recherche du Getty Center. Elle est représentée par la galerie Michel Rein, à Paris.

En juin 2013, elle porte plainte contre Lady Gaga pour plagiat. Pour Orlan, la star américaine, dans l'album Born This Way sorti en 2011, s’inspire trop librement de ses « hybridations ». De plus, le début du clip de la chanson homonyme montre Lady Gaga fardée et décapitée et rappelle sa Femme avec tête exécutée en 1996. L'artiste demande un dédommagement de 31,7 millions de dollars. L'audience de plaidoirie avait été fixée au au tribunal de grande instance de Paris. Un premier verdict est annoncé en la défaveur d'Orlan qui doit alors verser 20 000 euros à la chanteuse, mais l'artiste décide de faire appel. À ce jour le procès est toujours en cours[6],[7],[8],[9].

Elle reçoit le grand prix de l'e-Réputation 2013, catégorie arts plastiques, qui récompense les personnalités les plus populaires sur internet, aux côtés de Philippe Starck et Yann Arthus-Bertrand[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres récentes[modifier | modifier le code]

  • ORLAN et l'ORLANoïde strip-tease artistique électronique et verbal, 2018, Exposition Artistes et robots, Grand Palais, Paris, France : un humanoïde à l'image d'ORLAN (mais mettant à nu son armature mécanique) chante ou parle en utilisant sa voix, danse, en utilisant des informations récoltées collectivement et en lien avec des algorithmes de deep learning[11],[12]
  • Tangible Striptease en Nanoséquences , 2016, Centre des Arts, Enghien-les-Bains et Université Paris Diderot, Paris, France : ORLAN en collaboration avec Mael Le Mée créent une performance dans laquelle l’ORLAN-corps, sous forme d'échantillons biologiques et de cultures de son microbiote circule entre les spectateurs[13].
  • Expérimentale mise en jeu, 2015 : Jeu vidéo dans lequel le spectateur, au moyen de bracelets MYOS, contrôle un avatar de l’artiste. Le but du personnage est de restaurer des œuvres qui ont été détruites, à chaque progression dans la restauration, le personnage central construit son humanité et finalement le paysage en ruine se reconstruit. Ce jeu est basé sur l’idée que « tuer n’est pas jouer »[14].
  • Self-hybridations Masques de l’Opéra de Pékin, Facing Design et réalité augmentée, 2014 : Série de self-hybridations la plus récente de l’artiste dans laquelle elle hybride son visage avec des masques typiques de l’Opéra de Pékin. Cette série photographique interactive fait intervenir la réalité augmentée. Le spectateur, en scannant l’œuvre comme un QR code, voit apparaître sur son écran un avatar d’ORLAN réalisant des acrobaties de l’Opéra de Pékin, il peut alors se photographier ou photographier d’autres spectateurs avec l'avatar et partager ses clichés en ligne[15]
  • La liberté en écorchée, 2013 : Cette vidéo 3D donne à voir le corps de l'artiste et modélisé en 3D. Il s'agit d'une manifeste insistant à la fois sur la nature "écorchée" propre aux artistes et sur sa responsabilité co
  • Robes sans corps : Sculptures de plis , 2010 : Sculptures de drapés sans corps, en résine doré à la feuille ou en platinium.

Œuvres emblématiques[modifier | modifier le code]

Parmi les œuvres les plus emblématiques de sa carrière, on peut citer :

  • Orlan accouche d'elle-m'aime, 1964 : sur cette photographie en noir et blanc, Orlan donne naissance à un personnage tel un corps inerte et androgyne, ni homme ni femme. Cette œuvre constitue symboliquement la volonté de l'artiste de se donner naissance, de s'inventer une nouvelle identité. Cette série fait partie des Corps-sculptures. Elle est créée quelques mois après un avortement de l'artiste[16].
  • MesuRages (1974-2011) : l'appellation choisie pour cette série d'actions insiste sur le mot « Rage », puisque l'artiste refuse de jouer le rôle qu'on veut lui imposer. À l'aide de l'« Orlan-corps », nouvelle unité de mesure, l'artiste mesurera la place Saint-Pierre de Rome, la rue Chateaubriand, à Nice, le Centre Georges Pompidou, à Paris, le musée Saint-Pierre, à Lyon, le musée Andy Warhol à Pittsburgh, le Musée d'art contemporain d'Anvers ou encore le musée Guggenheim de New York. Sur la place Saint-Lambert à Liège, le « MesuRage » d'Orlan prend un caractère politique, puisque l'artiste est invitée par une association qui milite pour la défense de cette place menacée par une opération d'urbanisme.
  • Le Baiser de l'artiste, Performance de 1977 au Grand Palais où se déroulait la foire internationale d'art contemporain : assise derrière une photographie grandeur nature de son buste nu traité comme un guichet automatique bancaire, Orlan interpelle le public : « Approchez approchez, venez sur mon piédestal, celui des mythes : la mère, la pute, l'artiste. » Sur une estrade noire, elle monnaye ses baisers, tandis qu'à sa droite une autre silhouette photographique collée sur bois la montre en Vierge à qui l'on peut, pour le même prix, offrir un cierge. Cette action a fait grand scandale et a été très médiatisée. Cette œuvre a été exposée en 2008 dans le cadre de l'exposition WACK! Art and the Feminist Revolution au National Museum of Women in the Arts de Washington, D.C., à la Vancouver Art Gallery, au MOCA Gefen de Los Angeles et au P.S. 1 Contemporary Art Center de New York.
  • Le Drapé-le Baroque (1979-1986) : cette série de photographies constitue une iconographie complexe et assez suggestive sur le plan spirituel, avec des personnages inspirés de l'iconographie chrétienne tels que sainte Orlan, la vierge blanche et la vierge noire. Ce travail s'inscrit dans la continuité de la quête d'Orlan de l'identité féminine, de sa critique des pressions religieuses et de sa mise en scène du baroque.
  • L’Origine de la guerre, en 1989, fait pendant au célèbre tableau de Gustave Courbet, L'Origine du monde : un phallus, des jambes écartées reprenant et « travestissant » l'iconographie féminine de Courbet, illustre le titre en un geste qui ne se départit pas du féminisme.
  • La Réincarnation de sainte Orlan, commencée en 1990, ou Images / Nouvelles Images, comprend une série de neuf opérations / performances de chirurgie esthétique, durant lesquelles Orlan fait de sa chair le matériau de son travail et prend pour base les représentations de la femme dans l'art occidental. Chaque opération/ performance d'Orlan, soigneusement programmée et exécutée, est mise en scène et contrôlée par l'artiste. Par le biais de ces interventions, elle « a mis de la figure sur son visage ». Elle choisit la littéralité de la Performance pour parler de la violence faite au corps, en particulier au corps des femmes.
  • Omniprésence (novembre 1993) : Orlan rencontre à New York le docteur Marjorie Cramer, une chirurgienne qui accepte les objectifs artistiques et féministes de son projet : la transformation radicale de son visage par des implants au niveau des tempes. L'objectif est de détourner la chirurgie esthétique de ses objectifs usuels et de remettre en cause les normes de beauté. Cette opération/ performance est diffusée en direct à la galerie Sandra Gering, à New York, au Centre Georges Pompidou, à Paris, au Centre Mac Luhan, à Toronto, ou encore au Centre multimédia de Banff et sur CNN.
  • Ceci est mon corps…Ceci est mon logiciel… est une performance-conférence le 30 mai 1990 accompagnée d'un livre et d'un CD-ROM. Elle y développe le Manifeste de l'art charnel.
  • Le plan du film (2001) : à l'instar de Jean-Luc Godard, qui parlait de la production d'un « film à l'envers », Orlan part de la création d'affiches de cinéma pour ensuite définir le casting, le script, une soirée promotionnelle à la Fondation Cartier pour l'art contemporain, une bande-son par le groupe Tanger, la bande annonce du film, le producteur. Elle expose l'ensemble de ce travail au Festival de Cannes en 2002 à l'Hotel Martinez.
  • Self-hybridations (1998-2002) : images numériques mettant en scène l'artiste dans des métamorphoses physiques (virtuelles cette fois-ci) interrogeant des canons de beauté d'autres civilisations (amérindienne, pré-colombienne et africaine). À l'aide de procédés informatiques, Orlan transforme son image de façon à se rapprocher des traditions culturelles pré-colombiennes (comme la déformation du crâne des Mayas), africaines, égyptiennes, amérindiennes et mérovingiennes. Ce travail est dans la continuité de ses œuvres précédentes où elle dénonçait les pressions sociales que notre société inflige au corps et à l'apparence. Ici elle met en scène l'absurdité de ces critères, qui s'opposent selon l'époque ou la civilisation dans laquelle on vit. L'image du corps idéal devient complètement abstraite et ironique.
  • Le Manteau d'Arlequin : il s'agit d'une installation mêlant art et biotechnologies, créée avec des cellules vivantes d'Orlan, des cellules d'origines différentes et même des cellules d'animaux. Cette œuvre s'inspire du texte de Michel Serres, Laïcité, placé en guise de préface à son ouvrage Le Tiers Instruit. Michel Serres utilise la figure de l'Arlequin comme métaphore du croisement, de l'acceptation de l'autre, de la conjonction, de l'intersection. Le Manteau d'Arlequin développe et continue d'explorer l'idée de croisement en utilisant le médium plus charnel qu'est la peau. Il questionne également la relation entre la biotechnologie et la culture artistique. Cette installation a été présentée à Perth, Liverpool, Luxembourg.
  • Son œuvre ultime consistera à placer son corps momifié dans un musée[17], mais il semble que l'artiste n'ait pas encore trouvé de collection publique pour exhiber cette œuvre.

Les œuvres d'Orlan font partie des collections de divers musées dont le Musée national d'art moderne (Centre Georges Pompidou, Paris), la Maison européenne de la photographie (Paris), le Fonds national d'art contemporain (Paris), le Musée d'art du comté de Los Angeles (Los Angeles), le Getty Center (Los Angeles), le Musée national d'Osaka (Japon), le MOMA à New-York ainsi que de diverses collections privées (notamment la collection François Pinault).

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Galeries et collections[modifier | modifier le code]

Galeries[modifier | modifier le code]

ORLAN est représentée par différentes galeries à l'international :

  • La galerie Ace, Los Angeles, États-Unis
  • La galerie Stux, New York, États-Unis
  • La galerie Michel Rein, Paris, France
  • La galerie Prometeo, Milan, Italie
  • La galerie Espaivisor, Valence, Espagne

Collections publiques et privées[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

  • MoMA (Museum of Modern Art), New York, États-Unis
  • LACMA (Los Angeles County Museum of Art), Los Angeles, États-Unis
  • MOCA, (The Museum of Contemporary Art), Los Angeles, États-Unis
  • J. Paul Getty Museum, Los Angeles, États-Unis
  • The Andy Warhol Museum, Pittsburgh, États-Unis
  • Frederick R. Weisman Art Foundation, Malibu, États-Unis
  • Sheldon Museum of Art, Lincoln, États-Unis

Asie[modifier | modifier le code]

  • The National Museum of Art, Osaka, Japan
  • Sungkok Museum, Séoul, Corée du Sud

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Musée National du Mali, Bamako, Mali
  • The Bandjoun Station, Pète-Bandjoun, Cameroun

Expositions[18][modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

2000

  • Galerie de l’École régionale d’art de Marseille, Orlan, triomphe du baroque, commissaire : Michel Enrici, Marseille, France
  • Australian Museum, Body Art – adorned and transformed exhibition, Sydney, Australie.
  • Centre d’Art contemporain d’Auvers-sur-Oise, L’Invention des femmes, commissaire Marie-Hélène Dumas, Auvers-sur-Oise, France
  • Centre Georges-Pompidou, La Grâce (avec Michel Maffesoli), Revue Parlée, Paris, France
  • Deste Foundation, commissaire : Daniel Abadie, Athènes, Grèce

2001

  • Fondation Cartier, Le Plan du film, séquence 2, Soirées Nomades, Paris, France
  • Sejul Gallery, Orlan, Self-hybridations précolombiennes, Séoul, Corée du Sud
  • Museum voor Modern Art, Between Earth and Heaven, New Classical Movements in Art Today, commissaire : W. Van den Bussche, Ostende, Belgique
  • Rencontres de la Photographie d’Arles, Abbaye de Montmajour, commissaire : Alain Sayag, Arles, France
  • Borusan Foundation, Les Voluptés, commissaire : Elga Wimmer, Istanbul, Turquie
  • Festival E-Phos 2001, The Hybrid Body and the Monster, Athènes, Grèce
  • Musée d’Art contemporain d’Anvers, Mutilate Mode and Body Art 2001: Landed/Geland, Anvers, Belgique

2002

  • Centro de Fotografía de l'Université de Salamanque, Rétrospective 1964-2001, commissaire : Olga Guinot, Palace Abrantès et Église de la Segonda Palace, Salamanque, Espagne
  • Musée d'Art contemporain (Artium), Orlan 1964 – 2001, commissaire : Juan Guardiola, Vitoria, Espagne
  • Hall Central du Musée national d'art contemporain, Séoul, Corée du Sud
  • The Jewish Community Center in Manhattan, Dangerous Beauty, New York, États-Unis
  • Kunsthalle Wien, Tableaux vivants, Vienne, Autriche

2003

  • AFAA, Le Plan du film, Paris, France
  • FRAC des Pays de la Loire, Éléments favoris, rétrospective, commissaire : Jean-François Taddei, Carquefou, Nantes, France
  • Galerie Michel Rein, Tricéphale, photographies et installation vidéo, Paris, France.
  • Galerie der HGB, Academy of Visual Arts, Bellissima, Leipzig, Allemagne
  • Galleria d’Arte Moderna, La Creazione ansiosa, da Picasso a Bacon, Vérone, Italie
  • Hungarian Photography House, La Fabrication du réel, Budapest, Hongrie
  • Musée de l’Élysée (Musée de la Photographie), Face, Lausanne, Switzerland
  • Musée des Beaux-Arts du Québec, Doublures, Québec, Canada.

2004

  • Centre de Création contemporaine (CCC), Orlan, 1993, commissaire Alain Julien-Laferrière, Tours, France
  • Centre national de la photographie (CNP), Orlan 1964–2004… Méthodes de l’artiste, exposition rétrospective, commissaires : Régis Durand et Claire Guézengar, accompagnée de la publication d'une monographie aux éditions Flammarion, Paris, France.
  • Moscow House of Photography, Orlan, 2003–2004, commissaire : Olga Svlibova, exposition rétrospective menée conjointement à la Photobiennale 2004, Moscou, Russie
  • UNESCO, In Movement UNESCO Salutes Women Video Artists of the World, commissaire : Kim Airyung, Paris, France
  • ZKM, Media Art Net, commissaire : Peter Weibel, Karlsruhe, Allemagne

2005

  • Palais de Tokyo, Luminous Room, avec l'architecte Philippe Chiambaretta, commissaires : Marc Sanchez et Jérôme Sans, Paris, France
  • Musée des Beaux Arts de Chartres, Corps primitifs Corps numériques, Chartres, France
  • Stephan Stux Gallery, ORLAN, Digital Photographs and Sculptures, Refiguration / Self-Hybridization: The Pre-Columbian and African Series, New York, États-Unis
  • Artcurial, Face à Faces, commissaire : Isabelle de Montfumat, Paris, France
  • Kunsthalle & Kunstforum Wien, Superstars, commissaire : Thomas Miessgang, Vienne, Autriche
  • Mildred Kemper Art Museum, Inside Out Loud: Visualizing Women’s Health, commissaire : Janine Mileaf, Saint-Louis, Missouri, États-Unis.
  • Musée des Arts décoratifs de Lausanne, Body Extensions, Lausanne, Suisse
  • Musée de Beaux-Arts de Buenos Aires, Projet Cone Sud, commissaires : Bernard Goy et Gusto Pastor Mellado, Buenos Aires, Argentina
  • National Gallery of Victoria, Mirror Mirror: Reflections on Beauty, Melbourne, Australie

2006

  • Grand Palais, La Force de l'Art, commissaire : Eric Troncy, Paris, France
  • Musée des Arts Modestes de Sète, Bang Bang, commissaire Hervé di Rosa, Sète, France
  • Yokohama Red Brick Warehouse Number 1, Transimages 4, commissaire : Anne-Marie Morice, Yokohama, Japon
  • PS1, Into Me / Out of Me, commaissaire : Klaus Biesenbach, New York, États-Unis

2007

  • Getty Research Institute, Skaï and Sky and Video, commissaire : Sabine Schlosser, Los Angeles, États-Unis
  • Musée d'Art Moderne de Saint-Étienne, Le Récit, commissaires : Lorand Hegyi et Viola Eugenio, Saint-Étienne, France
  • Beap 07, Biennale of Electronic Arts Perth Stillness, Perth, Australie
  • KW Institute for Contemporary Art, Into Me / Out of Me, commissaire : Klaus Biesenbach, Berlin, Allemagne
  • Kunstmuseum Ahlen, Diagnostic Art – La médecine dans l'art contemporain, commissaire : Burkhard Leismann, Ahlen, Allemagne
  • MOCA Geffen Los Angeles, Wack!, Art and the Feminist Revolution, commissaire : Connie Butler, Los Angeles, États-Unis
  • Museo de Bellas Artes de Bilbao, Kiss Kiss Bang Bang, 45 Años de Arte y Feminismo, Bilbao, Espagne
  • Osaka National Art Museum, Skin of / in Contemporary Art, commissaire : Yukihiro Hiroyoshi, Osaka, Japon
  • Palazzo Fortuny, Artempo, commissaire Jean-Hubert Martin et Tijs Visser, Biennale de Venise, Venise, Italie

2008

  • Espacio Artes Visuales, Suture Hybridation-recyclage, en collaboration avec Davidelfin, commissaire : Isabel Tejeda, Murcia, Espagne
  • Galerie Michel Rein, Self hybridation, Américains-Indiens, Paris, France
  • The Tallinn Art Hall, Orlan: Post identity stratégies, commissaires : Eugenio Viola, Reet Varblane, Tallinn, Estonie
  • The Vancouver Art Gallery, “Wack!” Art and the feminist revolution, commissaire : Connie Butler, Vancouver, Canada
  • Chapelle de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, Académia qui es-tu ? commissaire : Axel Vervoordt, Paris, France
  • Fact, Sk-Interfaces, commissaire : Jens Hauser, Liverpool, UK
  • Musée Berardo, BESart – Colecçao Banco Espirito Santo, Lisbonne, Portugal

2009

  • Musée d’Art contemporain de São Paulo, Année de la France au Brésil, Orlan+Campana+Neon, commissaire : Lisbeth Rebollo, São Paulo, Brésil
  • Abbaye de Maubuisson, Unions mixtes, Mariages libres et Noces barbares, commissaire : Caroline Coll, Maubuisson, France
  • Grand Palais, La Force de l’art, commissaires : Jean-Louis Froment, Jean-Yves Jouannais, Didier Ottinger, Paris, France
  • Centre Georges Pompidou, elles@centrepompidou, commissaire : Camille Morineau, secondée par Quentin Bajac, Cécile Debray, Valérie Guillaume et Emma Lavigne, Paris, France
  • Casino Luxembourg, SK-interfaces, Exploring Borders in Art, Technology and Society, commissaire : Jens Hauser, Luxembourg
  • Palazzo Franchetti, Glass Stress, commissaire : Laura Mattioli Rossi, Venise, Italie
  • Sungkok Art Museum, Masques, commissaire : Alain Sayag, Séoul, Corée du Sud
  • FIAC, Galerie Michel Rein, Paris, France

Années 2010[modifier | modifier le code]

2010

  • Project room / La Cambre / École Supérieure des Arts Visuels, Orlan Remix, Est-ce que vous êtes Belges ? Ou les draps-peaux hybridés, commissaire : Johan Muyle, Bruxelles, Belgique
  • Sheldon Museum of Art, Bodies, Technology, Fashion, commissaire Daniel J. Veneciano, Lincoln (Nebraska), États-Unis
  • State Museum of Centemporary Art of Thessaloniki, Isole Mai Trovate/Islands Never Found, commissaires : Lorand Heygi et Katerina Koskina, Thessaloniki, Grèce
  • Galerie Guy Pieters, Coups de Cœur, Saint-Paul-de-Vence, France
  • Musée Bourdelle, En mai fais ce qu’il te plaît !, commissaire : Juliette Laffon, Paris, France

2011

  • Musée des beaux-arts de Nantes, chapelle de l’Oratoire, Un bœuf sur la langue, commissaires : Blandine Chavanne et Alice Fleury, Nantes, France
  • Pouchkine Museum, Dior, commissaires : Florence Müller et Jacques Ranc, Moscou, Russie
  • Galerie Hélène Lamarque, « Orlan: New Sculpture and New Photography », commissaire : Hélène Lamarque, Miami, États-Unis
  • Musée d'art de Daejeon, De Monet à Warhol, commissaire : Lorand Hegyi, Daejeon, Corée du Sud
  • Centre Pompidou, Paris – Delhi – Bombay..., commissaires : Sophie Duplaix et Fabrice Bousteau, Paris, France
  • Annenberg Space for Photography, Beauty (Cult)ure, commissaires : Patricia Lanza et Kohle Yohannan, Los Angeles, États-Unis
  • Musée d’Art de Sheldon ; The Harlequin Coat: ORLAN ; commissaire : Daniel J. Veneciano; Lincoln (Nebraska), États-Unis
  • Cinémathèque de Miami ; Video Retrospective : ORLAN fait son cinéma; commissaires : Dana Keith and Norbert Duffort; Miami, États-Unis
  • Project Room | La Cambre (École supérieure des Arts Visuels) ; ORLAN Remix, Est ce que vous êtes Belge ? Ou les draps-peaux hybridés; commissaire : Johan Muyle ; Bruxelles, Belgique

2013

2014

  • Museum od Decorative Arts and Design, Orlan The Icon of French contemporary Art, guest artist of Riga, European City of Culture, commissaire : Inese Baranovska, Riga, Lettonie
  • FRAC de Franche-Comté, L'Origine de la guerre, commissaire : Sylvie Zavatta, Besançon, France
  • Blacks, Hysteria (salon Hystérique), commissaire : Gabrielle Daris, Londres, Angleterre
  • Galerie Michel Rein, Pekin Opera facing design and augmented reality, commissaire : Michel Rein, Paris, France
  • Galerie Sejul, Self-hybridations artworks with Mask of the Pekin's Opera, commissaire : Jooyoung Sung, Séoul, Corée du Sud

2015

  • Centre des arts d’Enghien-les-Bains ; ORLAN, Strip-tease des cellules jusqu’à l’os, commissiaire : Emmanuel Cuisinier; Enghien-les-Bains, France
  • Bòlit Centre d’Art Contemporain ; Temps Variable et Baisers de Méduse : commissiaire Carme Sais ; Gérone, Espagne.
  • Galerie Peccolo, Zoom Baroque, Plis et déplis, commissiaire : Roberto Peccolo, Livourne, Italie.
  • Octobre Rose, Projection sur la Tour Horizon de Jean Nouvel, commissiaire : Gilles Drouault ; Paris, France.

2016

  • Sungkok Art Museum, ORLAN-Techno-Body Retrospective 1966-2016 ; commissaire : Soukyoun Lee, Séoul, Corée du Sud.
  • FRAC Basse-Normandie, ORLAN TODAY ; commissaire : Sylvie Froux, Caen, France.
  • La Plaque Tournante, Body Body ; commissaire : Frédéric Acquaviva, Berlin, Allemagne.

2017

2018

Expositions rétrospectives[20][modifier | modifier le code]

  • 1980 : ICC ; Rétrospective-MesuRage de rue et d’institution ; commissaire : Flor Bex ; Anvers, Belgique
  • 2002 : FRAC Pays de la Loire, commissaire : Jean-François Taddéi, Carquefou, France
  • 2002 : Centro de la Fotografia (Salamanque, Espagne) ; Museo Artrium (Vitoria-Gasteiz, Espagne) commissaires : Olga Guinot et Juan Guardiola
  • 2004 : Centre national de la photographie,ORLAN 1964–2004. Méthodes de l’artiste, commissaires : Régis Durand et Claire Guézengar, Paris, France.
  • 2004 : CCC Tours, commissaire : Alain Julien-Laferrière; Tours, France
  • 2004 : Maison de la Photographie de Moscou, ORLAN, 2003–2004 ; commissaire : Olga Svlibova, rétrospective en partenariat avec la PhotoBiennale ; Moscou, Russie
  • 2007 : Le Récit, Musée d'art moderne de Saint-Étienne, à l'occasion des 60 ans de l'artiste, commissaire : Lóránd Hegyi, Saint-Étienne, France.
  • 2008 : Tallinn Art Hall ; commissaire : Eugenio Viola, Tallin, Estonie
  • 2010 : Cinématheque de Miami ; Video Retrospective: ORLAN fait son cinéma ; commissaires : Dana Keith et Norbert Duffort ; Miami, États-Unis
  • 2012 : Musée de Antioquia, ORLAN / Arte Carnal y cuerpo en questión, commissaire : Ricardo Arcos-Palma, Antioquia, Colombie
  • 2016 : FRAC Basse-Normandie et Église Saint-Sauveur, ORLAN AUJOURD’HUI, commissaire : Sylvie Froux, Caen, France.
  • 2016 : Sungkok Art Museum, ORLAN-Techno-Body Retrospective 1966-2016[21], commissaire : Sukyoun Lee, Séoul, Corée du Sud
  • 2017 : Musée d’art contemporain de Rome, MACRO, ORLAN Rétrospective[22] ; commissaire : Alessandra Mammi, Rome, Italie.
  • 2017 : Maison européenne de la photographie, ORLAN EN CAPITALES[23] ; commissaire : Jean-Luc Monterosso, Paris, France

Publications[modifier | modifier le code]

  • Pomme-cul et petites fleurs[24]; recueil de poèmes; photographies de Fabrice Lévêque, Jannink, collection « L'Art en écrit », 2007
  • Unions mixtes, mariages libres et noces barbares[25]; avec Raphaël Enthoven et Raoul Vaneigem; Dilecta, collection « Collectionneur », 2010
  • Ceci est mon corps. . . ceci est mon logiciel[26]; préface de Maria Bonnafous-Boucher, Ed Al Dante Aka; Collection Cahiers du Midi - Collection de l’Académie royale des beaux- arts de Bruxelles, Bruxelles, 2011

Filmographie[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de films, vidéos documentaires et interview sur Orlan et son œuvre ont été réalisés depuis le début de sa carrière :

  • Vierge Noire Film de Jean Dupuy 16 mm B/W, 12 min, 1980
  • Les films d’ici Productions, Film d’Emilio Pacull, 1990
  • Donne dell’altro mondo, Film de Marisa laurito et Roberto Ferrante, Realisation : Giampiero Ricci French-Italian Production, 1993
  • Synthetic Pleasures, New York, USA , dirigé par Lara Lee, 16 mm, 1995
  • ORLAN, Carnal Art, Dirigé par Stephan Oriach, Myriapodus Films – Centre Georges Pompidou – Ministère de la Culture (DAP) Film 35 mm, doc. 75 min, 2002
  • ORLAN’s interview au CCC de Tours. Film documentaire créatif, 2004
  • Interviews avec Bernard Blistène, Christine Buci-Glucksmann, Régis Durand, Robert Fleck, Jean-Hubert Martin et Jean-François Taddei au sujet du travail de ORLAN, 2004
  • Interviews avec Bernard Blistène, Christine Buci-Glucksmann, Régis Durand, Robert Fleck, Jean-Hubert Martin et Jean-François Taddei au sujet du travail de ORLAN, 2004
  • Making of Sculpting Brushes Prototype lumineux n°1 Série Bump Load, coproduction Le Conseil Général du Val d’Oise, L’Abbaye de Maubuisson et Centre National des Arts Plastique, 2009
  • elles@centrepompidou : ORLAN by Axel Cevenot, coproduction Centre Pompidou, Délégation à l’action culturelle audiovisuelle & Ina, Direction de la production et de l’édition, 1 min 30 s, 2009
  • De la condition féminine en milieu artistique par Loïc Connanski, coproduction Les Programmes Courts & Créations/Canal +, 2009
  • Un Oeil entre Art Numérique et Science, par Laurence Scarbonchi, coproduction: Chromatiques, Cap Canal, Université de Lyon 52 min 07 s, 2010
  • ORLAN, Production: Art – Tendance – People Misteremma 3 min 27 s, 2011
  • Paris-Delhi-Bombay...: ‘Draps-peaux hybridés’ interview par Le Centre Pompidou, 5 min 45 s, 2011
  • L’artiste et son autoportrait/Das Selbtsporträt in der Kunst (3/3) pour Arte (France/Germany), dirigé par Sabine Willkop, diffusé le 30 January 2012, 25 min 38 s, 2012
  • Fig Leaf, The Biggest Cover-Up in History, par Rosie Schellenberg, pour la BBC4 Producteur : Rosie Schellenberg; Producteur executif : Jonty Claypole, Script : Stephen Smith, 1 min 09 s, 2012
  • ORLAN, et la chair se fait verbe, dirigé par Fanny Dal magro, Production: Mosaïque Films 52 min, 2012
  • Beauty Culture: Annenberg Space For Photography, 2012
  • Decryptcult #2, Interroger les frontières : hybridations et art corporel, Octobre 2013, 24 min 40 s, 2013
  • ORLAN – 1. Sortir du cadre, interview de Dominic Moulon pour Mooc Digital Media, 2015, 7 min 53 s, 2015 ORLAN – 2. S’affranchir des codes, interview de Dominic Moulon pour Mooc Digital Media, 2015, 8 min 56 s, 2015 ORLAN – 3. Hybridation biotechnologique, interview de Dominic Moulon pour Mooc Digital Media, 2015, 7 min 33 s, 2015 ORLAN – 4. Codages et codages, interview de Dominic Moulon pour Mooc Digital Media, 2015, 6 min 48 s, 2015 ORLAN – 5. Modélisation 3D et interactivité, interview de Dominic Moulon pour Mooc Digital Media, 2015, 6 min 12 s, 2015 ORLAN – 6. Corps et réalité augmentée, interview de Dominic Moulon pour Mooc Digital Media, 2015, 6 min 25 s, 2015

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) C. Jill O'Bryan, Carnal Art: Orlan's Refacing, Minneapolis, University of Minnesota Press, (ISBN 978-0-8166-4323-3, lire en ligne), p. 23 « She was born Mireille Suzanne Francette Porte in Saint-Étienne, France, on May 30, 1947. »
  2. (en) Alessandra Lemma, Under the Skin: A Psychoanalytic Study of Body Modification, London, Routledge, (ISBN 978-0-415-48569-2, lire en ligne), p. 122 "Formerly Mireille Porte (before she changed her name), Orlan is a Professor at the École des Beaux-Arts in Dijon. She is a multimedia artist using video, performance, digital images and sculpture."
  3. (en) Mike Featherstone, Body Modification, London, SAGE, (ISBN 978-0-7619-6796-5, lire en ligne), p. 203n12
  4. a, b, c, d, e et f Harry Bellet, « Le monde d'Orlan, des origines à aujourd'hui », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Jean-Marc Lebeaufin, « Orlan, l’artiste que le monde parcourt dans tous les sens ! », ArtsixMic,‎ (lire en ligne)
  6. Alexia Guggemos, « ORLAN attaque Lady Gaga: "le pillage de trop" », HuffPost,‎ (lire en ligne)
  7. « Orlan perd son procès contre Lady Gaga », Connaissance des Arts,‎ (lire en ligne)
  8. « La plasticienne ORLAN perd son procès contre Lady Gaga », Libération,‎
  9. Agnès Tricoire, « Orlan contre Lady Gaga : l’intention artistique comme grille de lecture de l’œuvre d’art (enfin !) », Le Quotidien de l'Art,‎
  10. Alexia Guggemos, « E-réputation: sur le Net, Orlan explose sa cote... d'amour! », HuffPost,‎ (lire en ligne)
  11. Laurélia Torno, « Orlan et l’Orlanoïde in Artistes et Robots », sur artsixmic.fr,
  12. Ariel Kyrou, « ORLAN est LA femme digitale de l'expo Artistes & Robots - Digital Society Forum », sur Digital Society Forum (consulté le 7 juillet 2018)
  13. « Striptease en Nanoséquences|Labos Festival Bains numériques#9 », sur www.cda95.fr (consulté le 7 juillet 2018)
  14. Oliance - dev - Emmanuel Paillardon - Gilles Rainaud, « ORLAN Today | Festival Normandie Impressionniste », sur www.normandie-impressionniste.fr (consulté le 8 février 2018)
  15. « Exposition - ORLAN tombe les masques », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  16. Orlan, interviewée par Emmanuelle de Boysson, « Le jour où j'ai choisi de ne pas avoir d'enfants », Paris Match, semaine du 1er au 7 mars 2018, page 122.
  17. Stéphane Place et Orlan, Orlan, de l'art charnel au baiser de l'artiste, Collection « Sujet Objet », Paris : Jean-Michel Place, 1997 (ISBN 2-85893-294-8), p.41 : « J'ai donné mon corps à l'art, car après ma mort il ne sera pas donné à la science, mais placé dans un musée, momifié. »
  18. « Selected exhibitions | ORLAN OFFICIAL WEBSITE / SITE OFFICIEL D'ORLAN », sur www.orlan.eu (consulté le 1er février 2018)
  19. Orlan en capitales
  20. « EXHIBITIONS | ORLAN OFFICIAL WEBSITE / SITE OFFICIEL D'ORLAN », sur www.orlan.eu (consulté le 24 janvier 2018)
  21. « EXPOSITION « ORLAN, TECHNO-BODY RÉTROSPCTIVE 1966-2016 » », sur Institut Français de République de Corée (consulté le 24 janvier 2018)
  22. (it) « ORLAN | MACRO », sur www.museomacro.org (consulté le 24 janvier 2018)
  23. « ORLAN En capitales - MEP », sur Maison Européenne de la Photographie (consulté le 1er février 2018)
  24. Orlan, Pomme-cul et petites fleurs, Paris, Édition Janninck, (ISBN 978-2-916067-22-3)
  25. (fr + en) Orlan, Raoul Vaneigem, Raphaël Enthoven., ORLAN Unions libres, mariages mixtes et noces barbares, Paris, (ISBN 978-2-916275-66-6)
  26. Orlan ; Postface de Maria Bonnafous-Boucher, Ceci est mon corps... ceci est mon logiciel, Editeur : Editions Al Dante (12 octobre 2011) Collection : Cahiers du Midi, Éditions Al Dante Collection : Cahiers du Midi, (ISBN 978-2-84761-848-8)
  27. a et b « ORLAN - ArtJaws », sur ArtJaws (consulté le 1er février 2018)
  28. « Prix Arcimboldo : les lauréats de 1999 à 2012 », Association Gens d'images,‎ (lire en ligne)
  29. a, b et c « "Je suis UN femme et UNE homme" ORLAN et Chloé Delaume », France Inter,‎ (lire en ligne)
  30. « Grand Prix de l’e-Réputation 2013 », sur fr.artmediaagency.com (consulté le 1er février 2018)
  31. (en) « ORLAN wins the prize of Feminine Excellence - Award Ceremony on November 22, 2017 The Italian Ministry of Foreign Affairs », A Shaded View On Fashion,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie sur Orlan[modifier | modifier le code]

  • Sarah Wilson, Michel Onfray, Rosanne Stone Allucquére, Serge François et Adams Parveen, ORLAN: ceci est mon corps, ceci est mon logiciel, Black Dog Publishing, Londres, Royaume-Uni, 1996
  • Christine Buci-Glucksmann, Michel Enrici; ORLAN, Triomphe du Baroque, éditions Images En Manœuvres, Marseille, France, 2000
  • Ministère de la Culture et de la Communication, Délégation Arts Plastiques, ORLAN, From the Artist’s Kiss to Carnal Art, Éditions Jeriko, Paris, France, 2000
  • Ince Kate, ORLAN; Millennial Female, éditions Berg Publishers, Oxford, Royaume-Uni, 2000
  • Eugenio Viola, ORLAN, Art corporel, Art charnel, éditions Anno Accademico, Rome, Italie, 2001
  • Dominique Baqué, Bartelik Marek, Orlan; ORLAN, Refiguration, Self-hybridations. Pre-Columbian Series, éditions Al Dante, Paris, France, 2001
  • Bernard Blistène, Christine Buci-Glucksmann, Caroline Cros, Régis Durand, Eleanor Heartney, Laurent Le Bon, Hans Ulrich Obrist, Vivian Rehberg et Julian Zugazagoitia, ORLAN, éditions Flammarion, Paris, France, 2004
  • Jill O’Bryan, Carnal Art Orlan’s Refacing, University of Minnesota Press, États-Unis, 2005
  • Lorand Hegyi, Donald Kuspit, Marcela Iacub, Peggy Phelan, Joerg Bader, Eugenio Viola, ORLAN, The Narrative / Le Récit, éditions Charta, Milan, Italie, 2007
  • Rocio de la Villa, Pedro Alberto Cruz Sanchez, Rhonda Garelick, Michel Serres, Lan Vu, Isabel Tejeda, ORLAN+ davidelfin, Suture Hybridisation Recycling, Édition EAV / ACTAR, Murcie, Espagne, 2008
  • Homi K. Bhabha, Rhonda K. Garelick, Michel Serres, Isabel Tejeda, Jorge Daniel Veneciano, Paul Virilio, and Lan Vu, Faboulous Harlequin, ORLAN and the patchwork self, éditions de l'Université du Nebraska, États-Unis, 2010
  • Camille Morineau, Blandine Chavanne, Christine Buci-Glucksmann, ORLAN, Un bœuf sur la langue, éditions Fage, Lyon, France 2011
  • Bart de Baere, Sophie Gregoir, Wim Van Mulders, Hubert Besacier, Alain Charre; ORLAN MesuRAGES (1968-2012) Action: ORLAN-body, Éditions du M HKA, Anvers, Belgium, 2012
  • Nicolas Bourriaud, Michael La chance et Ricardo Arcos-Palma, ORLAN Arte Carnal o cuerpo obsoleto / hibridaciones y refigurationes, Museum de Antioquia, Medellin, Museum of Modern Art, Bogota, Colombie, 2012
  • Jose Ignacio Benito Climent, El Arte-Carnal En ORLAN, Hacia Una Estetica Del Sacrificio, éditions Devenir, Madrid, Espagne, 2013
  • Inese Baranovska, Catherine Grenier, Dominique Païni, Jean-Pierre Rehm, ORLAN, The Icon of the French Contemporary Art, Éditions House Neputns, Riga, Latvia, 2014
  • Donatien Grau, Jackie-Ruth Meyer, Philippe Piguet, Imma Prieto, Domenico Quaranta, ORLAN, Striptease des cellules jusqu’à l’os, Éditions Scala, Paris, 2015  
  • Moon Soon Park, Soukyoun Lee, Jinsang Yoo, Donatien Grau, Philippe Piguet, Imma Prieto, Domenica Quaranta, ORLAN TechnoBody Retrospective 1966-2016, Éditions Scala, Paris, 2016
  • Frédéric Acquaviva, ORLAN Exogène, Éditions AcquAvivA, Berlin, 2017
  • Jérôme Neutres, Shelley Rice, Tatyana Franck, Jean-Luc Monterosso, ORLAN EN CAPITALES, Éditions SKIRA, Paris, 2017

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :