Olga Kisseleva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olga Kisseleva

Olga Igorevna
Kisseleva
Olga Kisseleva.jpg

Olga Kisseleva

Naissance
Nom de naissance
Ольга Игоревна Киселева
Nationalité
Activité
artiste
Mouvement
Site web
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kisseleva.

Olga Kisseleva (Ольга Киселева), artiste russe (née à Leningrad en 1965, vit et travaille à Paris (et à Saint-Pétersbourg) est l'une des pionnières de l'art numérique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olga Kisseleva fait partie de cette première génération de la Perestroïka, qui a fait tomber le mur de Berlin et lever le rideau de fer. Ses installations, ses photographies, ses vidéos et ses peintures traitent du mélange des cultures, de la mixité des langages, des nouvelles technologies, de la mouvance des rapports sociaux.

Dès le début des années 1990 Olga Kisseleva intègre, sur invitation de la Fulbright Foundation, une équipe de créateurs qui travaillent sur le développement des technologies numériques aux États-Unis. Elle séjourne notamment à l'université Columbia de New York et à l'université de Californie, où elle participe à l'aventure des premières start-up de la Silicon Valley.

En conclusion de ce travail universitaire, elle soutient en 1996 sa thèse de doctorat sur les nouvelles formes d'hybridation, rejoint l'Institut des hautes études en arts plastiques à Paris, et ensuite l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle co-dirige le laboratoire Art&Science, qui joue un rôle pionnier dans le domaine de la création contemporaine de recherche, et de réflexion sur les formes de création émergentes.

L'œuvre d'Olga Kisseleva entremêle des actions qui se déroulent dans les milieux urbains ou en réseau avec des interventions dans les galeries et musées. Elle a été notamment présentée au Centre national d'art contemporain (Moscou, Russie), à l'ARC (Paris, France), à Kiasma (Helsinki, Finlande), au musée Reina Sofía (Madrid, Espagne), dans les biennales : Biennale de Venise, Biennale d'Istanbul, Biennale de Dakar, Biennale de Tirana, Biennale de Rennes et Biennale de Moscou[1]

Le travail artistique d'Olga Kisseleva fait partie de nombreuses collections. Son œuvre est notamment intégrée aux collections suivantes : Centre national d’art contemporain (Moscou, Russie), Musée Russe (Saint-Pétersbourg, Russie), CNEAI (Chatou, France), Fonds municipal d'art contemporain de la ville de Marseille, Fonds municipal d'art contemporain de la Ville de Paris, FRAC Aquitaine, FRAC Languedoc-Roussillon, MOMA de New York, musée d’art contemporain de Moscou, musée d'art contemporain Pecci (Prato, Italie) et Fine Art Foundation (New York).

Olga Kisseleva est représentée par la galerie Rabouan Moussion Paris.

Analyse de quelques œuvres[modifier | modifier le code]

D'après Alexandra Fau, avec des questions en apparence anodines (How are you?), Olga Kisseleva dresse un état du monde révélant les tensions et les frustrations. Quand elle interroge des jeunes de banlieue sur leurs désirs (Sept envies capitales), le constat est pour le moins édifiant. Les réponses totalement formatées renvoient l’image d’une génération en mal d’avenir qui se prend à rêver aux mêmes attributs que les privilégiés (World Wide VIP).

Il semble qu’Olga Kisseleva se soit elle-même soumise à cette approche introspective lorsqu’elle s’invente une autre vie (Am I different?), un conte de fée qui tourne court (Cendrillon). La série Your self-portrait repose sur un semblable dédoublement de la personne entre l’image qu’elle a d’elle-même et celle qu’elle projette inconsciemment aux autres.

Autant de jeux d’illusions, de trompe-l’œil et de connexions plus ou moins virtuelles qui créent une ouverture dans le champ de la représentation pour induire une autre réalité. Ainsi la collision de deux mondes que tout oppose (Doors), naît une troisième image presque subliminale ; des cadres d’une grande administration semblent piétiner de leurs pas pressés des Afghans en train de boire tranquillement un thé.

L’artiste crée un lien invisible entre les lieux et les hommes par le biais d’une image-écran qui transcrit cette instance de passage entre virtuel et réel. Ainsi la pièce intitulée Connexions consistait à projeter une vidéo en temps réel sur la façade en verre de la Fondation Cartier afin de donner l’illusion aux conducteurs que d’autres routes s’offraient à eux. Dans Navigation aux instruments, un semblable sentiment de confusion et de désorientation assaille le visiteur. Pour le projet Autres rivages, le public ne sait s’il doit se fier à lui-même ou à cette artiste démiurge qui tente de redessiner le monde prenant appui sur les avancées scientifiques et technologiques mises à sa disposition. D’ailleurs la création d’Olga Kisseleva très largement ouverte aux autres disciplines (« espace-temps calculé ») n’incarne-t-elle pas ce que Yves Michaud définit comme « art à l’état gazeux » ?

Bien que complexe et multiforme, l’œuvre d’Olga Kisseleva présente une grande cohérence, avec en filigrane, un engagement inébranlable; qu’il s’agisse de la dénonciation du mensonge (Espace hybride), du partage du monde (Ma part du gâteau), ou du bouleversement de nos certitudes à travers l’artifice de l’image (Autres Rivages).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olga Kisseleva "Nano Worlds: Cusom Made", Le nouveau festival Centre Georges-Pompidou, Onestarpress, Paris, France, 2013
  • Le temps à l'œuvre", coédition Louvre-Lens et Invenit Éditions, Paris, France, 2012
  • Olga Kisseleva, des signes qui ne trompent pas, Christophe Kihm, édition des Musées nationaux des Alpes-Maritimes et DEL'ART, Nice, 2012
  • Olga Kisseleva "Double Life", les presses du réel, Dijon, France, 2011
  • Aesthetics of the Worst, Centre Pompidou Metz - Lienart, Paris, France, 2011
  • Rewritting Worlds, 4th Moscow Biennale of Contemporary Art, Moscow, Russia, 2011
  • Female Nano, Moscow Museum of Modern Art, MMOMA, Moscow, Russia, 2011
  • Inspiration Dior, La Martiniere Paris, France, 2011
  • "Russian Artists Abroad - 20 century", interviews by Erik Vladimirovitch Bulatov, Ilia Kabakov, Olga Kisseleva, Oscar Rabin, Vladimir Yankilevsky, Boris Zaborov…, NCCA (National Centre for Contemporary Art), Moscow, Russia, 2010
  • Regards sur l'art contemporain russe 1990 -2010, Olivier Vargin, l'Harmattan, Paris, France, 2010
  • The History of Gender and Art in Post-Soviet Space, Olesya Turkina, Viktor Mazin, Margarita & Victor Tupitsyn, Alla Mitrofanova, Natalia Kolodzei, ..., Moscow Museum of Modern Art, MMOMA, Moscow, Russia, 2010
  • Shockworkers of the Mobile Image, Boris Groys, Ekaterina Degot, David Riff, Cosmin Costinas, ..., 1st Ural Industrial Biennial of contemporary art, Ekaterinburg, Russia, 2010
  • Lesson of History, catalog, ICA, Moscow, Russia, 2010, texts by Joseph Backstein, AES+F, Andrey Parshikov, Dmitriï Goutov, Arseniï Jiliaev, Olga Kisseleva, Irina Korina, Andreï Monastyrskiï, Anatoliï Osmolovskiï…
  • 2nd Western China Contemporary Art Biennale, Beiging, China, 2010
  • Art x-ray, 2nd Western China Contemporary Art Biennale, Beiging, China, 2010
  • Art perspective, 2nd Western China Contemporary Art Biennale, Beiging, China, 2010
  • Futurologia. Russian Utopia, CCC Garage, Moscow, Russia, 2010
  • Olga Kisseleva - Divers Faits, Olga Kisseleva, Manou Farine, Claire Guezengar, Hélèna Villovitch, Éditions Jannink, Paris, 2010
  • "It might never happen", Centre Pompidou Metz, Metz, France, 2010
  • "Indomitable Women, catalog, Video Art World, Barcelona, Spain, 2010
  • To be here and there: general relativity and quantum physics PLASTK Art&Science #1, Pantheon-Sorbonne University, Paris, France, 2009
  • "Genipulation", catalog, Kunsthaus Pasquart, Biel, Switzerland, 2009
  • "Valeurs croisées", 1st Rennes Contemporary Art Biennale, les presses du réel, Dijon, France, 2009
  • "Superlight : Global Festival of Art on the Edge", MOCA Cleveland, USA, 2009
  • "15 years of NetArt", WJ-SPOTS, Paris, France, 2009
  • "Olga Kisseleva: atelier de production", Centre Photographique Île-de-France (CPIF), Paris, 2009
  • Horizons, « Arts Nature » en Sancy, France, 2009
  • Olga Kisseleva: "Soyez réalistes, demandez l'impossible" Semaine, Arles, 2008
  • "Tool Box", Entre-deux, Nantes, France, 2008
  • "L'Argent", FRAC Ile de France, Paris, France, 2008
  • "Another Voice - WE", Shanghai Art Museum, Shanghai, China, 2008
  • Mondes croisés, Élisabeth Lebovici, édition Archibooks, Paris, 2008
  • Olga Kisseleva, Viktor Misiano, Isthme Éditions, Paris, 2007
  • Where are you?, Onestarpress Éditions, Paris, 2006
  • Imagemakers, Louis Cabri, TNG Éditions, Calgary, Canada, 2005
  • Olga Kisseleva, a clearing between East and West, Larissa Soloviova, édition NCCA (Centre national d’art contemporain), Moscou, 2004
  • Navigation aux instruments, Laurence Hazout-Dreyfus, édition La Passerelle, Brest, France, 2004
  • Espace hybride, Arcady Ippolitov, édition Fondation PRO ARTE, Saint-Pétersbourg, 2002
  • Une autre ville, Alexandre Borovsky, édition Musée Russe, Saint-Pétersbourg, 2001
  • Where are you?, Stephen Wright, édition Centre national d’art contemporain, Moscou, 2001
  • Une voyante m'a dit que j'avais un problème avec mes yeux, j'avais du mal à voir la réalité, Frédéric Bouglé, édition Le Festin, Bordeaux, 2001
  • Communication – identification, Lev Manovich, édition Direction des affaires culturelles de la ville de Paris, 1998

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]