Isabelle Hayeur (artiste plasticien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Isabelle Hayeur (homonymie).
Isabelle Hayeur
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web

Isabelle Hayeur est une artiste des arts visuels née en 1969, à Montréal (Québec, Canada)[1]. Elle a étudié les arts plastiques à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) obtenant un baccalauréat en 1996 et une maîtrise en 2002.

Pratique artistique[modifier | modifier le code]

Artiste de l’image, elle travaille essentiellement en photographie et en vidéo. Elle réalise des corpus de photographies grands formats, des monobandes vidéo et des installations in situ. Son approche se situe dans la perspective d'une critique écologique et urbanistique[2]. Les discours entourant la question environnementale, comme les problématiques d'aménagement du territoire, viennent nourrir sa vision[3].

Expositions[modifier | modifier le code]

Œuvres publiques[modifier | modifier le code]

  • Sommeil (ou Les séjours sous terre) : une œuvre photographique intégrée au réseau piétonnier de la ville intérieure de Montréal (quartier international) - réalisée au cours des années 2005 et 2006.
  • Songes : un triptyque photographique intégré à l'architecture de la maison culturelle et communautaire de Montréal-Nord - réalisé au cours des années 2005 et 2006.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix OFQJ, Champ Libre, Le Fresnoy (2004). Prix décerné à la meilleure œuvre d'art lors de La 6e Manifestation internationale vidéo et art électronique de Montréal.
  • Prix Contact (2001). Prix décerné à un artiste de la relève dans le cadre du Mois de la photo, Montréal[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Isabelle Hayeur - BIOGRAPHY », sur www.scotiabank.com (consulté le 30 mars 2019)
  2. « Isabelle Hayeur », sur Art Public Montréal (consulté le 30 mars 2019)
  3. James Campbell, « La pensée nomade et les mondes possibles d’Isabelle Hayeur », Vie des arts, vol. 49, no 198,‎ , p. 68–72 (ISSN 0042-5435 et 1923-3183, lire en ligne, consulté le 26 février 2019)
  4. Isabelle Hayeur – Dépayser. Du 3 juin 2017 au 17 septembre 2017
  5. « Isabelle Hayeur | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mnbaq.org (consulté le 25 février 2019)
  6. Christine Palmiéri, « Mémoire du paysage : Nature et culture chez Isabelle Hayeur / Isabelle Hayeur, Paysages incertains, Le Mois de la photo, automne 2001 », Spirale : Arts • Lettres • Sciences humaines, no 180,‎ , p. 28–29 (ISSN 0225-9044 et 1923-3213, lire en ligne, consulté le 26 février 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]