Jean-Michel Alberola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant français image illustrant l’art contemporain
Cet article est une ébauche concernant un peintre français et l’art contemporain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Michel Alberola
Defaut 2.svg
Naissance
Nationalité
Activité
Élève
Mouvement
Distinction

Jean-Michel Alberola est un artiste français né en 1953 à Saïda (Algérie)[1], qui vit et travaille à Paris[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Michel Alberola est né à Saïda en Algérie en 1953. Il fait ses études universitaires à Aix-Marseille.

Depuis 1982, il est représenté par la galerie Daniel Templon à Paris.

Il est professeur à l'École des beaux-arts de Paris[3] depuis 1991.

Pratique artistique[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Jean Michel Alberola est protéiforme et interdisciplinaire. À la fois peintre, sculpteur et cinéaste, il cherche à associer la peinture à l'écriture et à la parole[4].

Ses sources d'inspiration sont bibliques et mythologiques.Il y puise des motifs iconographiques qu'il insère dans ses œuvres sous forme de fragments isolés. On peut voir ses toiles comme des puzzle à reconstituer, des rébus à élucider[5]. Ses connaissances mythologiques lui permettent de développer une mythologie personnelle dans laquelle se définir. Par exemple, il lui arrive de signer ses œuvres sous le pseudonyme "Actéon", figure mythologique de laquelle il se sent proche. Il ne semble pas y avoir de rupture entre la création et la vie[6].

Son œuvre est à la fois biographique et situationnelle[7]. On peut y lire des référence au Tintoret, à Véronèse, à Vélasquez ou bien à Monet. Lors de l'exposition "Ponctuation 7"[8] en 2012, son travail s'est concentré sur des œuvres de Watteau et de Giotto. On peut aussi y décrypter des références à sa vie personnelle.

Son œuvre évoque les enjeux politiques et sociologiques actuels.

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • La Nuit de Suzanne, diptyque, huile sur toile, 324 × 130 cm, 1982, musée d'art de Toulon
  • Le Projectionniste, 1992, sanguine, gouache et pastel sur papier, musée national d'art moderne de Paris
  • Le Clown, 1992, fusain, gouache et pastel sur papier, musée national d'art moderne de Paris
  • exposition permanente Hotel restaurant "La villa du Lac" Divonne les bains.
  • Conception graphique de l'ouvrage de Misha GROMOV Introduction aux Mystères, Actes Sud, 2012

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1982
  • 1983
    • Foire de Stockholm, Suède (Daniel Templon)
    • Galerie Raab, Berlin, RFA
    • Engström Gallery, Stockholm, Suède
    • Foire de Venise, Italie (Daniel Templon)
  • 1984
    • Suzanne et les vieillards, galerie Daniel Templon, Paris
    • Les images peintes 1978-83, galerie municipale de Saint-Priest, musée des Beaux-Arts du Havre, abbaye de Fontevraud
    • Remake, galerie Kaj Frosblom, Helsinki et galerie Grafiart, Turku, Finlande
    • Présentation de l'Actéon Invenit, Ghislain Mollet-Viéville, Paris
  • 1985
    • Courir deux lièvres à la fois, Arnolfini Gallery, Bristol, Angleterre
    • Sculptures récentes, galerie Daniel Templon, Paris
    • Présentation du toréador aléatoire, Gimpl Fils Gallery, Londres
    • Participation à la Biennale de Paris.
    • La Peinture, l'Histoire et la Géographie, centre Georges-Pompidou, Galeries contemporaines, Paris
  • 1986
    • De tous les saints (baptême), Institut français, Naples, Italie
    • De tous les saints, musée Cantini, Marseille
    • La Peinture, l'Histoire, la Géographie et le Commerce, Kunsthalle, Düsseldorf
    • Retour d'Afrique, Institut français, Naples, Italie
  • 1987
    • Impressions d'Afrique, association Centre d'art contemporain Passages, Troyes ; musée de la Chaussure, Romans-sur-Isère et Musée Faure à Aix-les-Bains
    • Dérèglements de comptes 1re partie, avec Michel Henochsberg, Frans Hals Museum, Haarlem, Pays-Bas
    • Présentation de l'ex-voto, galerie Pietro Sparta, Chagny
    • Reine de banlieue, château de Saint-Ouen
    • 11 ans après, école des Beaux-Arts de Mâcon
    • Suzanne et les vieillards, galerie Daniel Templon, Paris
    • Galerie Catherine Issert, Saint-Paul, avec Bertrand Lavier et Erik Dietman
  • 1988
    • Diverses considérations concernant la première apparition de B. Gracian à Rouen, chapelle du lycée Corneille et chapelle Saint-Louis à Rouen
    • Exposition-vente, galerie Daniel Templon, Paris
  • 1989
    • Galerie des Beaux-Arts, Bruxelles, Belgique
    • Galerie Catherine Issert, Saint Paul de Vence, avec Bertrand Lavier et Erik Dietman
    • Œuvres récentes, galerie Daniel Templon, Paris
  • 1990
    • Galerie Kaj Forsblom, Helsinki, Finlande, musée des Beaux-Arts, Toronto
    • Galerie Pascuale Trisorio, Naples, Italie
    • Astronomie populaire, musée des Beaux-Arts, Nîmes
    • Galerie Marthe Carreton, Nîmes
    • Galerie Daniel Templon, Paris
    • Galerie Interface, Nîmes
  • 1991
  • 1992
    • Eric Linard Éditions, Strasbourg
    • Les rendez-vous de l'ARC, présentés par Bernard Marcadé, musée d'Art moderne, Paris
  • 1993
    • Galerie Daniel Templon, Paris
    • Avec la main droite, musée d'Art moderne, cabinet d'Art graphique, centre Georges-Pompidou
    • Galerie Catherine Issert, Saint-Paul
  • 1994
    • Ce qu'il reste de l'Impression d'Afrique !, galerie Patrick Martin, Lyon
    • Quelque chose, galerie Knapp, Lausanne
  • 1996
    • Qu'y a-t-il dans les poches du Gilles ?, Fonds régional d'art contemporain de Picardie
    • Un groupe de..., galerie Natacha Knapp, Lausanne
  • 1997
    • Jean Michel Alberola, musée d'Art moderne de la ville de Paris
    • Autour de 39 polaroïds de Georges Perec, commissaire Jacques Poli, école régionale des Beaux-Arts de Rouen
    • Figures et paysages, œuvres du Frac Île-de-France, un choix de Y. Michaud, CRAC Altkirch
    • Version originale sous-titrée, Galerie nationale slovaque, Bratislava
    • Galerie Catherine Issert, Saint-Paul
  • 1998
    • Corpus, galerie Knapp, Lausanne
    • Il parle, je peins, Fonds régional d'art contemporain de Picardie
    • Ni pelote, ni poker, musée des Beaux-Arts de Chartres
    • Un air connu, musée d'Art et d'Histoire de Genève
    • Une semaine de vacances, galerie du Grand Wazoo, Amiens
  • 1999
    • Exposition de groupe, galerie Claudine Papillon, Paris
    • Présentation de trois murs peints, galerie Item, Paris
    • Plakate in der Stadt, un projet du FRAC Picardie, Weimar
    • Un parasite, galerie Daniel Templon, Paris
  • 2000
    • Terriblement forain, centre d’art contemporain Passages, Troyes
    • Le voisin, chapelle des Jésuites, Arles
    • Fiac 2000, galerie Item, Paris
    • Jean-Michel Alberola : le voisin, Rencontres d'Arles
  • 2002
    • J’ai l’impression de parler à un mur, galerie Daniel Templon, Paris
    • Je ne m’appelle pas Pierrot, je m’appelle Ferdinand, Institut franco-japonais, Tokyo
    • Galerie Knapp, Lausanne
  • 2003
  • 2004
    • Chez Daniel, galerie Daniel Templon, Paris
  • 2005
    • Galerie Catherine Issert, Saint-Paul-de-Vence
    • Galerie Daniel Templon, Paris
  • 2006
    • Les Grands et les Petits, La Verrière Hermès, Bruxelles
    • La Force de l'Art, Paris
    • La Tristesse du Roi, Creil
  • 2007
  • 2008
  • 2009
  • 2011
  • 2012
    • Trente ans, œuvres sur papier 2001 - 2011, Galerie Daniel Templon, Paris
  • 2016
    • L'Aventure des détails, Palais de Tokyo, Paris

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Si la neige devenait plus blanche, Avec/Royaumont, 1985, avec Jean Daive
  • Le seul état de mes idées 1, « Éditions Ereme », Paris, 2006
  • La Vie de Debord, « item éditions », Paris, 2006
  • La Précision des terrains vagues, « Un, Deux... Quatre Éditions », Saint-Étienne, 2008

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Thiébaud, La Présence française au Japon : Du XVIe siècle à nos jours, L'Harmattan, (ISBN 9782296192874, lire en ligne), p. 165.
  2. « Galerie Daniel Templon - Artiste-Jean-Michel Alberola », sur www.danieltemplon.com (consulté le 28 mars 2016)
  3. Super User, « Jean-Michel ALBEROLA », sur www.beauxartsparis.com (consulté le 28 mars 2016)
  4. Super User, « Jean-Michel ALBEROLA », sur www.beauxartsparis.com (consulté le 28 mars 2016)
  5. (fr) « Au Palais de Tokyo, Alberola recolle ses morceaux », sur Le Monde.fr (consulté le 28 mars 2016)
  6. Super Utilisateur, « Jean Michel ALBÉROLA », sur www.galerie-issert.com (consulté le 28 mars 2016)
  7. « www.frac-centre.fr », sur www.frac-centre.fr
  8. La Voix du Nord, « Ponctuations » : des dessins contemporains au musée, sur La Voix du Nord (consulté le 28 mars 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]