Jean Nouvel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Nouvel
Image illustrative de l'article Jean Nouvel
Jean Nouvel en 2012.
Présentation
Naissance (69 ans)
Fumel, France
Nationalité Drapeau de la France France
Activité(s) Architecte
Formation École des beaux-arts de Paris
Claude Parent
Œuvre
Agence Ateliers Jean Nouvel
Réalisations Némausus, Nîmes
Institut du monde arabe, Paris Palais des congrès, Lucerne
Guthrie Theater, Minneapolis
Fondation Cartier, Paris
Tour Agbar, Barcelone
Musée du Quai Branly, Paris,
Philharmonie, Paris
Projets Musée du Louvre, Abou Dabi (en cours)
Musée national du Qatar, Doha (en cours)
R4-Ile Seguin, Boulogne-Billancourt (en cours)
Distinctions Grand prix national de l'architecture (1987)
Prix de l'Équerre d'argent (1987)
Praemium Imperiale (2001)
Royal Gold Medal (2001)
Prix Wolf (2005)
Prix Pritzker (2008)
Zlatý Anděl (2001) à Prague

Jean Nouvel (né le à Fumel, Lot-et-Garonne, France) est un architecte français contemporain de renommée internationale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Né à Fumel (Lot-et-Garonne) au sein d'une famille d'enseignants, Jean Nouvel passe sa jeunesse à Sarlat. Alors qu'il souhaite devenir peintre, ses parents l'orientent vers les études d'architecture[1]. Il s’inscrit dans cette discipline à l'École des beaux-arts de Bordeaux en 1964 et est admis, en 1966, premier au concours d’entrée de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris dont il sort diplômé en 1972[2].

Débuts en architecture[modifier | modifier le code]

Influencé par Paul Virilio et Claude Parent, dont il est l'assistant entre 1967 à 1970[3], il fonde en 1970 sa première agence avec François Seigneur[2]. Architecte de la Biennale de Paris à partir de 1971 grâce à l'appui du critique Georges Boudaille, il fonde la Biennale d'architecture dans ce cadre en 1978.

Militant pour un renouveau de l'architecture en France, il cofonde le mouvement « Mars 1976 », en opposition à l'héritage de la Charte d'Athènes, et participe à la création du Syndicat de l'architecture, en rupture avec l'Ordre des architectes. En 1975, il est l'un des principaux organisateurs du contre-concours international pour l'aménagement des Halles de Paris, et prend la tête de l'Association pour la mutation de l'île Seguin (Amis) en 2001 pour s'opposer à la destruction des usines Renault[4].

Il fait ses premières armes dans le Périgord, réalisant une école maternelle à Trélissac et une villa à Champcevinel[1]. Après sa première réalisation marquante, la maison Dick à Saint-André-les-Vergers en 1976, il signe le centre médico-chirurgical du Val-Notre-Dame à Bezons (1976) et le collège Anne-Franck à Antony (1978)[2]. Il est choisi en 1981 avec Architecture-Studio pour la réalisation du premier des grands travaux mitterrandiens, l'Institut du monde arabe, dont la façade à moucharabiehs, terminée en 1987, le fait connaître au grand public la même année. Il réalise aussi l'immeuble de logements sociaux Nemausus de Nîmes, l'Opéra de Lyon qu'il coiffe d'une grande verrière en 1993 qui réduit le nombre de places, et la Fondation Cartier à Paris, immeuble tout en transparence en 1994.

Notoriété internationale[modifier | modifier le code]

Le Palais de la culture et des congrès de Lucerne, inauguré en 1999, renforce sa notoriété internationale. Lui sont alors confiés la Dentsu Tower de Tokyo, l'extension du Musée Reina Sofía de Madrid, la Tour Agbar de Barcelone et le théâtre Guthrie de Minneapolis[5]. Il reste attaché à la Dordogne, où il réalise le musée gallo-romain de Périgueux, Vesunna, et l'aménagement de l'église Sainte-Marie de Sarlat en marché couvert[1]. Jacques Chirac le choisit pour bâtir le Musée du quai Branly, inauguré le , après 11 ans de travaux et une facture passée de 167 millions à 235 millions d'Euros, à cause notamment des fouilles archéaologiques rendues nécessaires par la présence de vestiges de l’exposition universelle de 1937[6].

Ses réalisations font la part belle au métal et au verre, jouant sur la transparence et les effets de lumière. Il travaille régulièrement pour le réaménagement des monuments anciens, comme pour l'Opéra de Lyon ou l'église de Sarlat. Pour autant, il revendique une absence de « style Nouvel », concevant chaque projet comme nouveau, toujours en dialogue avec le contexte du bâtiment[5]. Sa carrière est récompensée par le Prix Pritzker le , Thomas Pritzker soulignant « sa recherche courageuse d'idées nouvelles et sa remise en cause des normes acceptées afin de repousser les limites de son champ d'activité»[7], et lui reconnaissant «  la persistance, l'imagination, l'exubérance et, par-dessus tout, une insatiable envie d'expérimentation »[3]. Mais, pour le Temps, en 2011, « alors que son prestige est parvenu au pinacle, son image publique semble ternie. Lui qui exerçait une présence publique stimulante est de plus en plus ressenti par les jeunes architectes français comme un personnage écrasant. […] Contre les critiques, Jean Nouvel se protège par la posture dominante, le coup de gueule et une forme d’isolement.»[6]

Successivement associé à François Seigneur et Gilbert Lézénès en 1972, à Gilbert Lézènés et Pierre Soria en 1981, à Emmanuel Blamont, Jean-Marc Ibos et Myrto Vitart en 1984, et à Emmanuel Cattani en 1989, il fonde son propre atelier en 1994[8]. À la tête d'une équipe de 150 collaborateurs[4], il dispose d'agences à Paris, en Espagne, en Suisse et en Italie pour la réalisation de ses derniers projets : la Life Marina à Ibiza, le Louvre Abou Dabi, la gare du Midi à Bruxelles[9], la Philharmonie de Paris, en complément de la Cité de la musique, la tour de Verre du MoMA à Manhattan.

L'architecte est critiqué pour ses réguliers dépassements de crédits, comme pour le chantier du Musée du Quai Branly, le coût des panneaux rouillés du monolithe du lac de Morat pour l'Exposition nationale suisse de 2002, les travaux de rénovation de la toiture du Palais de la culture et des congrès de Lucerne, la construction de la tour de l’Hôtel de police de Charleroi en 2014, la rénovation et l’extension du Musée d’art et d’histoire de Genève ou encore la construction de la Philharmonie de Paris pour laquelle Jean Nouvel a porté plainte contre la maître d’ouvrage pour n’avoir pas respecté 26 points du dessin original[6].

Outre l'architecture, il s'intéresse également à la scénographie, en particulier par la rencontre de Jacques Le Marquet en 1976, participant notamment aux expositions « Les Années 50 » au Centre Pompidou en 1988, ainsi que « Le Futur du travail » et « La Mobilité » à l'Expo 2000 à Hanovre[2]. Il met en scène des spectacles de danse et se charge de la muséographie du quai Branly[4]. À la tête de Jean Nouvel Design, on lui doit aussi de nombreuses créations, dont de nouveaux emballages pour les chocolats Cailler Nestlé, en 2006, critiqués pour leur esthétique et le caractère non écologique du plastique employé, puis abandonnés à cause de la chute des ventes[6].

De plus Angelina Jolie et Brad Pitt ont nommé leur fille Shiloh Nouvel en hommage à l'architecte signe de sa grande renommée internationale.

Prix[modifier | modifier le code]

Dentsu Building à Tokyo

Réalisations[modifier | modifier le code]

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Bâtiment de Jean Nouvel.


Projets en cours[modifier | modifier le code]

Projets non réalisés[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

De Jean Nouvel[modifier | modifier le code]

  • Patrice Goulet, Jean Nouvel et Philippe Ruault, Jean Nouvel, Paris, Les éditions du Regard, coll. « Monographies »,‎ 1994, 262 p. (ISBN 978-2-8410-5043-7)
  • Jean Baudrillard et Jean Nouvel, Les objets singuliers, Paris, Éditions Calmann-Lévy, coll. « Petite bibliothèque des idées »,‎ 2000, 125 p. (ISBN 978-2-7021-3043-8)
  • Jean Nouvel, Yann Kersalé, Jacques Hondelatte, Régis Durand, Anne-Marie Cocula, Mireille Bénéjeam, L'église Sainte-Marie de Sarlat, Bordeaux, France, Éditions Le Festin, coll. « Librairie de l'architecture et de la ville »,‎ 2001, 84 p. (ISBN 978-2-9094-2382-1)
  • Jean Nouvel, Yann Kersalé, Hubert Tonka, et Régis Durand, L'Inattendu muséal selon Jean Nouvel, Bordeaux, France, Éditions Le Festin, coll. « Librairie de l'architecture et de la ville »,‎ 2001, 64 p. (ISBN 978-2-9094-2383-8)
  • Jean Nouvel, Fabrice Bousteau, Caroline Cros, et Malika Bauwens (Collectif), César : Anthologie par Jean Nouvel, Bordeaux, France, Beaux Arts Éditions, coll. « Beaux Arts Expositions »,‎ 2008, 42 p. (ISBN 978-2-8427-8628-1)
  • Daniel Giralt-Miracle et Jean Nouvel, Ribas & Ribas, Barcelona, Espagne, Viena Ediciones,‎ 2009, 528 p. (ISBN 978-8-4833-0520-1)

Sur Jean Nouvel[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

  • Daniel Buren-Jean Nouvel, de Gilles Coudert (1994, 112 min, a.p.r.e.s production). Conférence-entretien entre l’artiste Daniel Buren et Jean Nouvel organisée par le Centre de création contemporaine de Tours et l'université François-Rabelais.
  • Jean Nouvel, l'esthétique du miracle, de Beat Kuert (1998, 55 min).
  • Nemausus 1, une HLM des années 1980, de Richard Copans et Stan Neumann (1995, 26 min). Film de la collection « Architectures », diffusée sur la chaîne Arte.
  • Jean Nouvel, Les traits de l'architecte, d'Odile Fillion; (2008, 52 min). Collection Empreintes, diffusé sur France 5.
  • "Jean Nouvel and Jean-Charles Blais -apartment 8D a collaboration" Jean charles Blais (mars 2010, 1,20 min)youtube.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Hervé Chassain, « Jean Nouvel au sommet », Sud-Ouest du 1er avril 2008
  2. a, b, c et d « Jean Nouvel », communiqué de presse, Centre Pompidou, 2002
  3. a et b Marie Douce-Albert, « Jean Nouvel, un monument français », Le Figaro, 31 mars 2008
  4. a, b et c « Jean Nouvel : portrait », NouvelObs.com, 31 mars 2008
  5. a et b Frédéric Edelmann, « Jean Nouvel : au-delà de la frime », Le Monde du 1er avril 2008
  6. a, b, c et d Nicolas Dufour, « Jean Nouvel, architecte de polémiques », Le Temps, 20 mai 2015.
  7. « L'architecte Jean Nouvel reçoit le prix Pritzker », NouvelObs.com, 31 mars 2008
  8. Biographie de Jean Nouvel sur 'www.jeannouvel.com
  9. « Strachistem », Kairos, septembre 2012.
  10. Page consacrée à Jean Nouvel sur le site du Prix Pritzker
  11. http://actu-architecture.com/2010/03/26/musee-national-qatar-jean-nouvel/
  12. http://actu-architecture.com/blog/2011/04/sofitel-vienna-stephansdom-stilwerk-par-jean-nouvel/
  13. un gratte-ciel de 75 étages à New York
  14. (fr) « Boulogne-Billancourt : L'aménagement de l'Ile Seguin dévoilé », sur www.lavieimmo.com (consulté le 8 juillet 2010)
  15. http://actu-architecture.com/2010/10/26/cap-mail-par-jean-nouvel-a-rennes/
  16. http://www.ville-antony.fr/4-39347-Ordre-du-jour-de-la-seance-du-conseil-municipal-du-17-juin-2011-a-19-h.php
  17. Frédéric Edelmann, « Jean Nouvel révèle à New York les plans du Musée national du Qatar, qu'il va construire à Doha », Le Monde, 24 mars 2010.
  18. http://www.urbanews.fr/2012/04/24/20461-un-duo-de-grande-hauteur-signe-jean-nouvel-aux-portes-de-paris/#.T5frU7M-PEY

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :