Bernard Blistène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bernard Blistène
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Père
Autres informations
Distinction

Bernard Blistène, né en 1955 est un conservateur français. Il est depuis 2013 directeur du Musée national d'art moderne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du réalisateur de cinéma Marcel Blistène, Bernard Blistène est diplômé de l’École du Louvre et de l'Institut d'Art et d'Archéologie. Il devient rédacteur pour différentes revues d'art contemporain, puis est recruté par Dominique Bozo au Centre Pompidou en 1983[1], où il organise les premières expositions rétrospectives de Christian Boltanski, François Morellet, Ed Ruscha ou Daniel Buren, et les rétrospectives de Cy Twombly puis Andy Warhol.

Directeur des Musées de Marseille[modifier | modifier le code]

En 1990, il devient directeur des Musées de Marseille[2] et crée le Musée d'Art contemporain de la ville, qu'il confie au jeune Philippe Vergne, aujourd'hui directeur du Museum of Contemporary Art de Los Angeles. Attentif aux jeunes talents, il confie également à Olivier Saillard, aujourd'hui directeur du Palais Galliera, le Musée de la Mode de Marseille. Il développe dans la foulée de nouvelles institutions pour la ville dont le Musée des Arts Décoratifs et le Musée d'Art Africain, Océanien et Amérindien de la Vieille Charité.

Sous son impulsion sont organisées quelques grandes premières rétrospectives françaises consacrées à Basquiat, Ben, Gordon Matta-Clark, Robert Smithson ou Paul Thek, ainsi que de nombreuses expositions historiques et pluridisciplinaires. Plusieurs expositions feront date : Danses tracées et Laszlô Moholy-Nagy en 1991, Poésure et peintrie et René Magritte, la Période Vache en 1992. Les Musées de Marseille connaissent alors une dynamique exceptionnelle.

Directeur adjoint du Musée national d'art moderne[modifier | modifier le code]

Directeur adjoint du Musée national d'art moderne à partir de 1996, il est chargé d'en superviser la programmation[3],[4]. En 1998, il est à l'initiative de nombreuses manifestations développées par le Centre Pompidou avec le Musée Solomon R. Guggenheim (dont il devient, pendant les travaux de rénovation du Centre Pompidou, un "guest director"), comme Rendez-vous[5] (1999), ou Premises[6],[7] (1998-1999).

Inspecteur général de la création artistique[modifier | modifier le code]

En 2002, il est nommé Inspecteur général de la création artistique à la Délégation aux arts plastiques, où il conçoit notamment Trésors publics (2003), exposition dont "le titre n'est pas usurpé"[8], "exercice de haute voltige"[9] fêtant les vingt ans d'existence des FRAC, sélection de 1000 œuvres parmi 15000 déployée en une quinzaine de lieux à Strasbourg, Nantes, Avignon ou Arles. En 2003, Bernard Blistène est chargé de "développer"[10] le Palais de Tokyo, "pour un Palais à la fois centré sur la création plastique contemporaine et marqué par un engagement plus résolu vers certaines dimensions d'interdisciplinarité"[11]. Il organise ensuite dans l'urgence la première édition de La Force de l'Art[12] au Grand Palais (2006).

Durant cette période, il est le commissaire d'expositions marquantes: Le musée qui n'existait pas, rétrospective consacrée à Daniel Buren au Centre Pompidou (2002), ou Un théâtre sans théâtre (2007), qui propose un vaste et ambitieux panorama des liens ayant uni les arts plastiques au théâtre tout au long du XXe siècle[13],[14], organisée au MACBA puis au Musée Berardo (Lisbonne). En 2008, il est également le commissaire, avec Ami Barak, de la Biennale de Jérusalem, qui "frappe d'autant plus les esprits qu'elle aborde avec délicatesse, mais sans tergiverser, les questions qui fâchent"[15].

Retour au Centre Pompidou[modifier | modifier le code]

En 2009, il rejoint à nouveau le Centre Pompidou, en tant que directeur du Département du développement culturel et directeur artistique du Nouveau Festival - manifestation pluridisciplinaire annuelle convoquant arts plastiques, théâtre, musique, danse, vidéo et sciences humaines[16], conçue pour renouer avec la spécificité historique du Centre Pompidou[17], initialement pensé comme un lieu de rencontre et d'activation de toutes les formes d'art.

Le Nouveau Festival, qui convoque à chaque édition plus d'une centaine d'artistes et de théoriciens de divers horizons, propose au public d'explorer la création contemporaine: Heimo Zobernig, Carsten Höller ou La Compagnie du Zerep (2009), Michel Gondry ou Eric Duyckaerts (2011), Guy Maddin, Gisèle Vienne ou Valérie Mréjen (2012), Guy de Cointet, Richard Hollis ou Mika Tajima (2013), Xavier Le Roy, Charles de Meaux ou Rémy Zaugg (2014). La manifestation s'attache aussi à donner leur chance à de jeunes commissaires d'expositions (en 2013, l'Agence du Doute) et à présenter des médiums alternatifs (en 2013, le livre d'artiste est mis à l'honneur avec "Book Machine"). Le Nouveau Festival est complété tout au long de l'année par de ponctuels "Rendez-vous du Forum" animés par de jeunes commissaires et artistes (Serge Bozon, Tania Bruguera, Raimund Hoghe…).

Bernard Blistène poursuit en outre une activité de commissaire d'expositions, s'attachant à la redécouverte de mouvements artistiques majeurs: Fluxus en 2009 et 2010, Lettrisme en 2012.

Directeur du Musée national d'art moderne[modifier | modifier le code]

Le 15 novembre 2013, sur proposition d'Alain Seban, président du Centre Pompidou, il est nommé par Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, directeur du Musée national d'art moderne[18].

Enseignement, transmission et diffusion des connaissances[modifier | modifier le code]

École du Louvre[modifier | modifier le code]

Bernard Blistène enseigne l'art contemporain à l’École du Louvre de 1985 à 2005, où « la plupart des jeunes galeristes, conservateurs, et critiques l'ont fréquenté avec passion »[1].

Nouveau Festival du Centre Pompidou[modifier | modifier le code]

Cette expérience trouve son prolongement dans le Nouveau Festival du Centre Pompidou, qu'il met en place en 2009 à la demande d'Alain Seban, initiative guidée par le souci de penser et d’expérimenter de nouvelles manières d'occuper l'espace muséal et de partager les connaissances à travers de multiples interventions "vivantes" visant à activer, à tous points de vue, les œuvres exposées. Outre bien sûr un programme de médiation ambitieux, le Centre Pompidou s'anime alors de performances, de conférences et de visites-conférences menées par des spécialistes (y compris lui-même). Dès la première édition du festival, une "peinture parlée"[19] quotidienne propose au public une conférence portant sur une œuvre particulière, parfois réalisée par l'artiste lui-même. L'expérience se poursuit durant les éditions suivantes du Nouveau Festival à travers de très nombreuses rencontres autour d’œuvres d'art historiques[20], de jeunes artistes[21], de pratiques artistiques[22], de conférences-performances[23] ou de cycles organisés par et autour de jeunes philosophes et penseurs d'aujourd'hui[24] (Elie During, Tristan Garcia…).

À l'occasion de la quatrième édition du Nouveau Festival (2013), le Centre Pompidou se transforme en une usine à livres d'artiste avec le projet "Book Machine" - le public a la possibilité de créer un livre en compagnie de jeunes graphistes, sur place, puis de le faire imprimer - tandis qu'une initiation aux "langues inventées" est proposée aux curieux à travers des salles qui "bruissent de mille verbes et cryptogrammes fascinants"[25].

La "peinture parlée" inaugurée au Nouveau Festival trouve une continuité "hors-les-murs" dans de nombreuses initiatives du Centre Pompidou visant à présenter les œuvres des collections dans les communes de l'agglomération parisienne, de Montreuil à Enghien-les-bains[26].

Commissaire d'exposition[modifier | modifier le code]

Commissaire de la biennale de Sydney en 1984, commissaire de la section internationale "Aperto" de la Biennale de Venise en 1990 (où il présente en avant-première des pièces de la série Made in Heaven de Jeff Koons), ou de la Biennale de Jérusalem Art Focus en 2008, Bernard Blistène est à l'origine de très nombreuses expositions en France et à l'étranger.

Principales expositions[modifier | modifier le code]

  • Gerhard Richter, Musée d'Art et d'Industrie de Saint-Étienne (1984)
  • Barry Flanagan, Centre Georges Pompidou (1984)
  • Ulrich Rückriem, Centre Georges Pompidou (1984)
  • Christian Boltanski, Centre Georges Pompidou (1984)
  • Klaus Rinke, Centre Georges Pompidou (1985)
  • Enzo Cucchi, Centre Georges Pompidou (1986)
  • L'époque, la mode, la morale, la passion avec Catherine David et Alfred Pacquement, Centre Georges Pompidou (1987)
  • Cy Twombly, Centre Georges Pompidou (1988)
  • Lucio Fontana, Centre Georges Pompidou (1988)
  • Richard Artschwager, Centre Georges Pompidou (1988)
  • Ed Ruscha, Centre Georges Pompidou (1989)
  • Gérard Garouste, Centre Georges Pompidou (1989)
  • Andy Warhol, Centre Georges Pompidou (1990)
  • Arte Povera, Musées de Marseille (1990)
  • Aperto, section internationale de la Biennale de Venise (1990)
  • Danses tracées, Musées de Marseille (1991)
  • Poésure et peintrie, Musées de Marseille (1992)
  • René Magritte : la période " vache", Musées de Marseille (1992)
  • César : œuvres de 1947 à 1993, Musées de Marseille (1993)
  • Robert Smithson, en coproduction avec l’IVAM, Musées de Marseille (1994)
  • Ben, pour ou contre, une rétrospective, avec Philippe Vergne, Musées de Marseille (1995)
  • L'Esprit Fluxus, en coproduction avec le Walker Art Center, Musées de Marseille (1995)
  • Rendez-vous avec Lisa Dennison, Solomon R Guggenheim Museum (1999)
  • Premises avec Alison M. Gingeras et Alain Guiheux, Guggenheim SoHo (1999)
  • Au-delà du spectacle avec Philippe Vergne, Centre Georges Pompidou (2000)
  • Elysian Field avec Elein Fleiss et Olivier Zahm, Centre Georges Pompidou (2000)
  • Le musée qui n'existait pas - Daniel Buren, avec Alison Gingeras et Laurent Le Bon, Centre Pompidou (2002)
  • Trésors publics avec Ami Barak et Katia Baudin (2003)
  • La Force de l'Art, coordination générale, Grand Palais (2006)
  • Un théâtre sans théâtre avec Yann Chateigné, Musée d'art contemporain de Barcelone (2007) et Musée Berardo de Lisbonne
  • Can Art do More?, avec Ami Barak, 5e Biennale de Jérusalem (2008)
  • Soudain l'été Fluxus, Passage de Retz (2009) puis Fluxus, on verra bien, Multimedia Art Museum, Moscou (2010)
  • François Dufrêne / Raymond Hains Une amitié entre l'art et les mots, Passage de Retz (2011)
  • Bientôt les lettristes avec Frédéric Acquaviva et Nicolas Liucci-Goutnikov, Passage de Retz (2012)
  • Les Rendez-vous du Forum, Centre Pompidou (2010-2011)
  • Un Nouveau Festival, Centre Pompidou (2009-2014)
  • Jeff Koons (2014)

Principales monographies[modifier | modifier le code]

Bernard Blistène est l'auteur de nombreux ouvrages, notamment:

  • Andy Warhol, cinéma (1990)
  • Une histoire de l'art du XXe siècle (1998, rééditée en 2009)
  • Daniel Buren et l'architecture (2004)
  • Le Musée qui n'existait pas (2010)

Il a en outre dirigé ou contribué à de multiples catalogues d'exposition, notamment :

Richard Artschwager, Jean-Michel Basquiat, Ben, Christian Boltanski, Daniel Buren, Anthony Caro, Enrico Castellani, César, Tony Cragg, François Dufrêne, Barry Flanagan, Lucio Fontana, Claire Fontaine, Gérard Fromanger, Gérard Garouste, Arshile Gorky, Raymond Hains, Bertrand Lavier, Markus Lüpertz, René Magritte, François Morellet, Orlan, Blinky Palermo, Giuseppe Penone, Gaetano Pesce, Michelangelo Pistoletto, André Raffray, Arnulf Rainer, Gerhard Richter, Klaus Rinke, Ed Ruscha, Claude Rutault, Yves Saint Laurent, Julian Schnabel, Sturtevant, Jean Tinguely, Cy Twombly, Andy Warhol, Jacques Villeglé.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [1] "Bernard Blistène, le "maître de cérémonie" du Centre Pompidou" - Le Monde - 06/03/2012
  2. [2] "Bernard Blistène, Marseille, France" - artpress - no 175
  3. [3] "Le Centre Georges-Pompidou s'apprête à entrer dans le XXIe siècle", Le Monde - 1er novembre 1996
  4. [4] Le Journal des Arts - no 31 - Décembre 1996
  5. [5] Le Journal des Arts - no 68 - 9 octobre 1998
  6. cf. Denis Hollier - "Off Premises" - October - no 89 - p. 19-24
  7. [6] "L'art français à la sauce Blistène" Le Journal des Arts - no 31 - Décembre 1996
  8. [7] Le Monde - 3 juillet 2003
  9. ibid.
  10. [8] Le Monde - 2 octobre 2003
  11. [9] Le Monde - 14 mars 2004
  12. [10] Le Journal des Arts - no 236 - 28 avril 2006
  13. [11] Artforum - Mars 2008
  14. [12] artpress - no 334
  15. [13] "L'activisme solitaire des artistes israéliens", Le Monde - 18 octobre 2008
  16. [14] Le Journal des Arts - no 311 - 16 octobre 2009
  17. [15] "Entretien avec Alain Seban, Président du Centre Pompidou" - Le Journal des Arts - no 311 - 16 octobre 2009
  18. Bernard Blistène dirigera le MNAM, Le Monde.fr, 15 novembre 2013.
  19. [16] "Peinture parlée, Bernard Frize, Oma, 2007"
  20. par exemple: [17] conférence sur A l'infinitif de Marcel Duchamp en 2012 ou [18] sur A ventriloquist at a birthday party de Jeff Wall (conférence: Jean-Pierre Criqui)
  21. par exemple: [19] "peinture parlée" avec Ida Tursic et Wilfried Mille en 2009
  22. par exemple: [20] "Au risque de la performance" en 2009 ou [21] "DADA docteurs et stupéfiants" avec Marc Dachy
  23. par exemple: [22] Andrea Fraser ou [23] Jonathan Meese en 2009
  24. par exemple: [24] Elie During en 2012
  25. [25] "Parlez-vous le Blistène?", Le Monde - 23 février 2013
  26. par exemple: [26] "Un jour, une œuvre" Gérard Garouste, Montreuil [27] "Un jour, une œuvre" Claude Viallat, avec Michel Gauthier, Enghien-les-bains

Liens externes[modifier | modifier le code]