Ariel Kyrou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ariel Kyrou
Image dans Infobox.
Ariel Kyrou aux Utopiales 2014.
Fonction
Rédacteur en chef
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (58 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Famille
Famille Kyrou (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Autres informations
A travaillé pour

Ariel Kyrou, né le , est un journaliste, écrivain, essayiste et chroniqueur de radio, spécialisé dans les nouvelles technologies, les musiques électroniques, la science-fiction et les grandes avant-gardes artistiques du siècle dernier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ariel Kyrou est le fils du réalisateur et critique de cinéma, proche du groupe surréaliste, Ado Kyrou, notamment auteur du livre Le surréalisme au cinéma (1953), dont il a orchestré et préfacé la toute dernière réédition en 2005, et le frère du leader du groupe Vox Populi Axel Kyrou.

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, il fonde l'entreprise Moderne Multimédias en 1987 avec Henry-Hubert Godfroy et participe en 1995 à la création du Virgin Megaweb, l'un des premiers sites Web français. Il est aujourd'hui encore directeur associé de Moderne Multimédias.

Rédacteur en chef adjoint du magazine Actuel de 1989 à 1993 et chroniqueur sur France Culture dans l'émission « Net plus ultra » de Jean-Philippe Renoult jusqu'en 2002, Ariel Kyrou est membre du collectif de rédaction de la revue Multitudes et professeur de sociologie des pratiques culturelles et d'histoire critique des cultures actuelles au département SACIM (Sciences, Art, Culture, Innovations, Multimédia) de l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est l'un des fondateurs, via Moderne Multimédias, ainsi que le directeur éditorial de Solidarum, « base de connaissances pour l'invention sociale et solidaire » en Creative Commons. Celle-ci est éditée et a été créée à l'initiative de la Fondation Cognacq-Jay fin au sein d'un dispositif, le Laboratoire des solidarités, qui inclut également une revue annuelle, Visions solidaires pour demain, le prix Fondation Cognacq-Jay, ainsi que des rencontres annuelles.

Il a été le scénariste, avec le réalisateur Yann Coquart, du documentaire Les mondes de Philip K. Dick, diffusé sur Arte le (jour anniversaire de la mort de l'écrivain), et qui a obtenu en le prix du meilleur documentaire au Boston Science-Fiction Film Festival.

Avec d'autres intellectuels techno-critiques, l'économiste Yann Moulier Boutang et l'entrepreneur et penseur Bruno Teboul, il a tenté de créer une "Contre-Université du numérique"[1]. Le projet, soutenu au démarrage par le philosophe Bernard Stiegler, est aujourd'hui en sommeil.

Il a sorti en octobre 2020 un essai de 600 pages, Dans les imaginaires du futur, sous-titré entre fins du monde, IA, virus et exploration spatiale, avec une « volte-face » de l'écrivain Alain Damasio positionné aux deux tiers du livre. Sa clef : considérer les séries TV et les films de cinéma, les BD, les romans et les nouvelles de science-fiction comme une source de savoirs et de pistes pour tenter de sortir de l'impasse, de la sidération que suscitent en nous les deux imaginaires selon lui les plus forts d'aujourd'hui : la démesure technologique et l'apocalypse environnementale.

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]