Alexia Guggémos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexia Guggémos
Alexia-guggemos.png
Alexia Guggémos, 2015
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
VannesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Le Huffington Post, Milk Magazine (en), Jalouse, Technikart, 20 minutes, M6, The Art Newspaper (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire de
Membre de

Alexia Guggémos, née le est une critique d'art française, sociologue du digital. Depuis 2012, elle anime une chronique sur Le Huffington Post[1]. Auteure de L'Histoire de l'art pour les Nullissimes, aux Éditions First (2017)[2],[3].

En 2019, The Art Gorgeous Magazine la classe dans sa liste des 20 femmes les plus influentes de la scène artistique française[4].

Activiste digital[modifier | modifier le code]

Alexia Guggémos a fondé en 2011 une cellule de veille du Web social, appelée L'Observatoire Social Media - Smiling People[5]. Elle publie chaque année un baromètre de la scène artistique dans l'écosystème digital au niveau mondial. Les données sont fournies par Talkwalker, leader luxembourgeois dans le domaine du social media intelligence. En 2019, elle publie, Le Guide de survie digitale - Les médias sociaux à l'usage des créateurs aux Editions In Fine (Groupe Les Échos).

Après la création du Grand Prix de l'e-réputation en 2011 qui lui a permis de pointer le retard de la France sur l'usage des médias sociaux et de faire émerger la mécanique du m'« (art)keting » - le scandale dans l'art comme accélérateur de notoriété sur le Net - , elle a lancé en 2016 l'opération Art Students Week, une semaine pour inciter les étudiants en école d'art à se faire connaître sur Instagram[6]. La troisième édition s'est déroulée dans le cadre du Forum de Paris sur la Paix[7]. En 2019, elle participait en France au développement de la Museum Week, premier événement culturel social media qui a mobilisé six mille institutions culturelles dans le monde[8].

Critique d'art[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié à l'École du Louvre, dirigé la revue littéraire et artistique Cargo, édité des livres d'artistes, Alexia Guggémos s'est formée aux nouvelles technologies et a créé le premier musée virtuel en 1996, le Musée du sourire. Son blog Délire de l'art[9] sur 20 Minutes fait partie des 50 blogs de l'année 2012 paru dans Génération blogueuses, aux Editions du Chêne[10]. Il migre en 2020 pour devenir le magazine d'art Unik[11].

Membre de l'Association internationale des critiques d'art (AICA), elle est chargée de mission pour le développement du numérique. Nominée au Prix AICA 2017[12], Alexia Guggémos a présenté le travail de Gilles Barbier. Elle a participé à plusieurs monographies dont celle de Catherine Ikam, et du peintre franco-haïtien Hervé Télémaque, avec qui elle a publié en 2015 un livre d'entretiens, Confidence[13].

Déléguée générale du Festival international du film de l'Internet (1999-2001), elle a été chargée de la sélection des créations numériques et a animé un atelier d’écriture interactive à la Saline royale d'Arc-et-Senans[14]. La photographe Mireille Loup y réalise son court-métrage interactif Une femme de trente ans (2001). Commissaire d'expositions chez Colette, à Paris, et sur Internet Opline Prize depuis 2014[15],[16]. Elle donne de nombreuses conférences sur l'art et les nouveaux médias, notamment dans les écoles d'art, au Centre Pompidou, à la Gaîté-Lyrique ou au Cube, centre multimédia d'Issy-les-Moulineaux[17].

C’est pour honorer la mémoire de Boris Vian, poète et pataphysicien, apôtre du contre-sérieux, et revisiter son œuvre, que les éditions Prisma Média ont confiée à Alexia Guggémos la réalisation du livre événement célébrant en 2020 le centenaire de l'auteur de L'Écume des jours[18]. Boris Vian 100 ans en collaboration avec Nicole Bertolt, mandataire de la mémoire de Boris Vian[19]. Elle met en lumière le talent d'un maître du collage, dans l'esprit des Surréalistes, dévoilant plus d’un demi-siècle après la disparition de l'écrivain en 1959, un corpus protéïforme[20].

Conservatrice du Musée du sourire[modifier | modifier le code]

Le Musée du sourire, créé en 1996 par Alexia Guggémos et dédié au sourire, est le premier musée virtuel à avoir été créé, exclusivement sur internet et sans être hébergé dans un bâtiment[21]. Il est entièrement consacré à l'art contemporain et décerne tous les ans un Prix du Sourire (prix littéraire). Sa collection est aujourd'hui composée d'une centaine d'œuvres d'une trentaine d'artistes tels que, Sabine Weiss, Andres Serrano, Invader. Des commandes sont passées aux artistes, comme auprès de Pascale Moteki, alias Madame Mo, qui réalise une animation dessinée sur le sourire de La Joconde.

Pour les vingt ans du musée, l'artiste Christophe Weber réalise une performance interactive autour des toiles de Jean-Honoré Fragonard[22]. En 2018, les artistes Catherine Ikam, Invader, Yacine Aït Kaci et John Hamon ont investi à Paris la façade numérique de L'EP7 à la grande surprise des passants[23].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alexia Guggémos », sur Le Huffington Post (consulté le 9 août 2018)
  2. « L’histoire de l’art pour les nullissimes, un outil de démocratisation - revue art contemporain - revue art contemporain », sur www.lacritique.org (consulté le 9 août 2018)
  3. « Alexia Guggémos donne du peps à l'histoire de l'art | French Quarter Magazine », sur frenchquartermag.com (consulté le 9 août 2018)
  4. (en) « 20 Power Women Ruling The French Art Scene », The Art Gorgeous Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2019)
  5. « A.Guggémos, Observ. Web social Art contemporain: « Réseaux sociaux, un levier mal exploité face au déclin de la France sur le marché de l’art » », Club Innovation & Culture CLIC France,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2018)
  6. « Art Students Week 2017 : faites découvrir vos œuvres sur Instagram | Connaissance des Arts », Connaissance des Arts,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2018)
  7. Antoine Balavoine, « Art Students Week : sur Instagram, les talents se dévoilent », sur www.smiling-people.com (consulté le 24 septembre 2018)
  8. « Record d'audience pour la MuseumWeek | The Art Newspaper », sur daily.artnewspaper.fr (consulté le 26 mai 2019)
  9. « Délire de l'art », sur deliredelart.20minutes-blogs.fr (consulté le 9 août 2018)
  10. « Le Chêne », sur www.editionsduchene.fr (consulté le 21 décembre 2019)
  11. « UN1K., ART MAGAZINE – Chronique Art par Alexia Guggémos », sur UN1K. ART MAGAZINE (consulté le 21 décembre 2019)
  12. « Aica France », sur aicafrance.org (consulté le 9 août 2018)
  13. (en) « CONFIDENCE D’HERVÉ TÉLÉMAQUE | Somogy éditions d'Art », sur www.somogy.fr (consulté le 9 août 2018)
  14. « Aica France », sur aicafrance.org (consulté le 24 septembre 2018)
  15. DWAMTV, « Conférence OplinePrize - Institut Bernard Magrez - 28/11/2014 », (consulté le 24 septembre 2018)
  16. Yann Picand, Dominique Dutoit, « Alexia_Guggémos : définition de Alexia_Guggémos et synonymes de Alexia_Guggémos (français) », sur dictionnaire.sensagent.leparisien.fr (consulté le 24 septembre 2018)
  17. « Les réseaux sociaux à l'usage des artistes | Connaissance des Arts », Connaissance des Arts,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018)
  18. Valérie Duponchelle et Sophie de Santis, « Noël 2019: notre sélection de beaux livres », sur Le Figaro.fr, (consulté le 21 décembre 2019)
  19. « L'incroyable Boris Vian », sur RTL.fr (consulté le 21 décembre 2019)
  20. « Editions Prisma - Livre Boris Vian 100 ans », sur www.editions-prisma.com (consulté le 21 décembre 2019)
  21. « GUGGEMOS Alexia - CIPAC », sur www.cipac.net (consulté le 24 septembre 2018)
  22. « Le Musée du sourire, une collection qui tisse sa Toile depuis 20 ans », sur Le Huffington Post, (consulté le 21 décembre 2019)
  23. « BLOG - Museum Week 2018: le Musée du sourire et l'EP7 affichent art et sourire 7/7 », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018)

Interviews[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]